"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

lundi, mai 31, 2010

FLOTILLE
GAZA
ISRAËLACCUSE

Source : TF1 news en ligne le 31 mai
à 22h 25
sur Diasporablog à 22h 59


Réunion du Conseil
de sécurité de l'ONU :
Israël accuse




En plein débat au Conseil de sécurité réuni lundi soir, l'ambassadeur adjoint d'Israël à l'ONU, Daniel Carmon a accusé lundi la flottille d'avoir eu des buts non humanitaires. De leur côté, les pays arabes exigent le vote d'une résolution.
0Ecrire un commentaireArticle suivant dans Monde : Un volcan qui met en lumière les failles européennesTF1/LCI © TF1/LCILe Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni en urgence lundi pour débattre de l'intervention militaire israélienne contre une flottille pro-palestinienne, dont les pays arabes ont indiqué attendre une ferme condamnation.

Dans ce cadre, en plein débat au Conseil de sécurité, le représentant d'Israël a accusé lundi la flottille d'avoir eu des buts non humanitaires. "Bien que décrite dans les médias comme une mission humanitaire livrant de l'aide à Gaza, cette flottille n'avait rien d'une mission humanitaire", a affirmé devant le Conseil l'ambassadeur adjoint d'Israël à l'ONU, Daniel Carmon. "Quel genre d'activiste humanitaire exige de contourner les Nations unies, la Croix Rouge et les autres agences reconnues internationalement?", a-t-il demandé. "Quel genre d'activiste de la paix utilise des couteaux, des bâtons et d'autres armes pour attaquer des soldats qui montent à bord d'un navire en accord avec la loi internationale?", a-t-il poursuivi. "Il n'y a pas de crise humanitaire à Gaza", a affirmé M. Carmon, soulignant que les biens et matériels destinés au territoire doivent emprunter les points de passage autorisés. Le diplomate a rappelé que la bande de Gaza est "occupée par des terroristes qui ont renversé l'Autorité palestinienne lors d'un coup de force violent" et que "des armes y sont continuellement introduites, y compris par mer".


"Respet du droit international"

Une déclaration qui ne devrait pas calmer la colère des pays arabes, arc-boutés sur leur exigence de résolution forte. "Nous voulons une ferme condamnation car cela s'est passé dans les eaux internationales (...) et nous voulons une enquête internationale" sur les circonstances de l'attaque israélienne, a déclaré Yahya Mahmassani, observateur permanent de la Ligue arabe à l'ONU. "Nous espérons que le Conseil de sécurité aura une réaction décisive, consistant à faire rendre des comptes à Israël, d'une manière qui soit à la hauteur du crime qui a été commis en haute mer", a déclaré de son côté à la presse le représentant permanent de la Palestine, Riyad Mansour. M. Mahmassani a précisé que dans l'idéal, le groupe arabe à l'ONU souhaiterait que le Conseil adopte une résolution qui contienne également un appel à la levée du blocus de Gaza, "afin de permettre à la nourriture et au matériel qui avait été envoyé de parvenir dans le territoire". Le texte devrait aussi contenir un appel à Israël pour qu'il "respecte le droit international", a-t-il dit.

Le diplomate a cependant indiqué qu'à défaut d'une résolution, le groupe arabe se contenterait d'une simple déclaration, une forme de texte qui n'a pas le caractère en principe contraignant d'une résolution mais nécessite l'unanimité des quinze membres du Conseil pour être adoptée. Une résolution ne nécessite que neuf voix pour être adoptée, sans vote négatif d'un des cinq membres permanents (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie).
FLOTILLEGAZA
MANIFESTATIONA

PARISCONTRE
LACTIONMENEEPAR
LARMEEISRAELIENNE
Source : lemonde.fr en ligne le 31 mai


A Paris, un rassemblement
sous le signe de la colère


Dix-neuf heures, sur le rond-point des Champs-Elysées, à mi-chemin entre l'arc de Triomphe et la Concorde. Les rangs de la manifestation contre l'attaque d'une flottille humanitaire par l'armée israélienne, lundi 31 mai au matin, ont grossi au point de bloquer l'accès à l'avenue. Près de 1 200 personnes sont sur place et quelques incidents ont été signalés après la dispersion du cortège, aux alentours de 21 h 30. Syndicats, associations pro-palestinienne et partis politiques (NPA, PCF, Front de gauche, Verts) occupent le début des rues et artères adjacentes, regroupés sous des drapeaux palestiniens, turcs, libanais, égyptiens, ainsi que des pancartes et des banderoles destinés à les identifier. Des grappes de personnes s'agitent autour d'orateurs qui scandent des slogans violemment anti-israéliens dans des haut-parleurs, tandis que d'autres agitent un drapeau palestinien géant.

Au milieu, entre les décibels, les groupes organisés et les quelques bagarres qui éclatent à proximité des barrages policiers, se regroupe une foule d'anonyme venus, comme le disent la plupart, "spontanément". Ces manifestants ne sont pas des invétérés du pavé. Certains prennent pour la première fois publiquement position, tant pour manifester leur soutien aux habitants de Gaza que pour manifester leur "indignation face à l'impunité d'Israël".


"C'EST TROP DUR A ACCEPTER"

C'est le cas de Baroudi, 41 ans, originaire de Clamart (92), qui s'est regroupée avec ses deux adolescents de 15 et 19 ans. "On a vu l'annonce de la manif' sur Facebook. J'ai appelé ma mère, elle m'a dit qu'elle y allait aussi après avoir entendu ça sur iTélé, alors on s'est retrouvés". Pas très rassurée face aux débordements, elle ne regrette pourtant pas d'être là et regarde avec amusement son fils agiter un drapeau palestinien. " Je suis d'origine marocaine, donc je n'ai rien à voir avec ce qu'il se passe à Gaza. Mais là, il n'y a plus de limites, ces gens sont morts pour la seule raison d'avoir voulus en aider d'autres dans la misère. C'est révoltant."
FLOTILLE
GAZA


DIASPORABLOGJ
accueille...


LA FRATERNITE
JUDEO-NOIRE
DE FRANCE



La F.J.N. lance un appel au calme au regard du déchainement aveugle dont l’Etat Israélien est la cible. Les juifs noirs de France ont et auront toujours une totale confiance au bon sens, et au sens des responsabilités de l’Etat israélien quant à la nécessité, ou non, de toute intervention militaire. Nous déplorons les morts et les blessés, de même que nous déplorons l’absence du devoir de réserve des administrations internationales face à ce qui semble être un « acte de guerre » prémédité sous le couvert d’actions humanitaires. Nous refusons les vociférations et accusations hâtives et condamnons fermement toutes les violences verbales et physiques que cette situation a engendrées.
FLOTILLE
GAZA
Source : dépêche AFP diffusée le 31 mai

à 21h 18
sur Diasporablog à 22h 22



Manifestations en France
contre le raid israélien


PARIS


Plusieurs milliers de personnes ont manifesté lundi en France pour dénoncer le raid sanglant de l'armée israélienne contre la flottille pour Gaza. A Paris et à Strasbourg, les rassemblements ont été émaillés d'incidents.

A Paris, environ 1.200 personnes se sont rassemblées près des Champs-Elysées, à proximité de l'ambassade d'Israël, à l'appel de plusieurs collectifs propalestiniens, scandant des slogans tels que "Hamas résistance", "Palestine vivra, Palestine vaincra" ou encore "sionistes, fascistes, c'est vous les terroristes".

Une quinzaine de jeunes Juifs portant des drapeaux israéliens ont brièvement fait irruption, provoquant quelques incidents avec les manifestants et obligeant la police à faire usage de gaz lacrymogènes, a constaté un journaliste de l'AFP. Le calme est rapidement revenu.

Auparavant, quelques dizaines de musulmans ont participé à une prière collective, en hommage aux victimes de cette opération israélienne contre des bateaux se rendant à Gaza pour, selon les organisateurs, forcer le blocus du territoire palestinien et y acheminer de l'aide humanitaire.

Les collectifs propalestiniens ont été rejoints par plusieurs organisations de gauche, dont le PCF, le NPA et les Verts.

Des échauffourées ont éclaté lundi entre des manifestants et les forces de l'ordre qui ont tiré des grenades lacrymogènes à Strasbourg après une manifestation pour dénoncer l'assaut israélien meurtrier sur la flotille humanitaire pour Gaza, a constaté l'AFP.

Entre 1.300 et 1.500 personnes, selon la police et les organisateurs, s'étaient rassemblés en fin d'après-midi à l'appel d'organisations pro-palestiniennes rejoints par plusieurs partis de gauche (Les Verts, Parti de Gauche, PCF et NPA).

Après la fin de la manifestation, vers 19H30, la police a empêché des manifestants de se diriger vers la synagogue de la ville, selon un correspondant de l'AFP. A quatre reprises, la police a tiré des grenades lacrymogènes en direction de manifestants qui lançaient des pierres.

Environ 1.300 personnes se sont rassemblées à Lille, portant des drapeaux palestiniens et regroupées derrière une banderole "Boycott des investissements, Sanctions contre Israël".

Ils ont ensuite défilé aux cris d'"Israël Boycott !" "Israël, tu vas payer le sang qui a coulé" ou "Enfants de Gaza, enfants de Palestine, c'est l'humanité qu'on assassine".

Entre 250 (police) et 500 personnes (organisateurs) ont manifesté dans la soirée devant l'Opéra de Lyon, en criant "Israël assassin", "Israël terroriste" ou "Palestine résistance", certains brandissant des drapeaux palestiniens et turcs.

A Marseille, entre 400 et 800 manifestants, selon la police et les organisateurs, se sont rejoints en fin de journée sur le Vieux-Port. En tête du cortège, les manifestants avaient déployé un très grand drapeau palestinien et marchaient derrière une banderole "Non au blocus de Gaza, justice Palestine". A montpellier , 200 personnes ont manifesté, selon la police.

Environ 400 personnes (organisateurs), 150 selon la police, ont manifesté à Toulouse, où elles entendaient transmettre un message au gouvernement français par le truchement de la préfecture pour "exiger qu'il fasse cesser les actes criminels du gouvernement israélien comme le blocus de Gaza" et pour cesser la coopération commerciale de l'Union européenne et de l'OCDE avec Israël.

D'autres manifestations sont prévues mardi à Marseille et samedi à Lyon. A Paris, certaines organisations ont annoncé la tenue d'une manifestation quotidienne, à partir de mardi, ainsi qu'un grand rassemblement samedi.
OPERATIONMILITAIRE
ISRAELIENNECONTREUNE

FLOTILLEHUMANITAIRE
ADESTINATIONDEGAZA

DIASPOBLOG
accueille...


Le Forum international
pour la paix *




"Il faut empêcher l'armée de prendre
le pouvoir en Israël.

Le Forum international pour la paix condamne fermement l’agression brutale, irrationnelle et inacceptable de l’armée israélienne.

L’emploi de la force ne sera jamais le moyen de construire la paix. Au moment où des négociations reprennent, les extrémistes pro-Hamas et l’armée israélienne provoquent une crise qui risque d’enflammer la région, d’attiser la haine et de compromettre les chances, si fragiles, de succès de ces négociations. Si le droit d’Israël à la sécurité ne doit en aucun cas être remis en cause, l’attaque de bateaux arborant un pavillon blanc dans les eaux internationales est une violation inacceptable des principes de base du droit international.

La communauté internationale doit intervenir d’urgence d’urgence afin de mettre un terme au cycle de la violence et d’imposer un règlement pacifique du conflit israélo palestinien."

Déclare Ofer Bronchtein, président du forum international pour la paix.


Par ailleurs, n'hésitez pas à soutenir le Forum et ses actions sur la nouvelle page: http://www.facebook.com/#!/pages/Forum-international-pour-la-paix-International-Forum-for-Peace/109260845773172?ref=ts


*Le Forum International pour la Paix est une organisation israélienne des droits de l'homme et oeuvre pour un dialogue entre Israéliens et Palestiniens depuis une quinzaine d'années.

---------------------------------------------------

Dear friends,

Please find the press release issued by M. Ofer Bronchtein today about last night's events:


“We must prevent the army from seizing power in Israel”

The International Forum for Peace strongly condemns the brutal, irrational and unacceptable attack of the Israel Defense Forces.

Using force will never be a way to build peace. At the very moment when negotiations resume, the pro-Hamas extremists and the IDF provoke a crisis that might inflame the region, stir up hatred and endanger the already fragile chances that these negotiations could be a success. If Israel’s right to security should never be call into question, the attack of boats flying a white flag in international waters is an unacceptable violation of the basis of international law.

The international community must intervene immediately to put an end to the violence cycle and impose a pacific settlement of the Israeli-palestinian conflict.”

According to Ofer Bronchtein, president of the International Forum for Peace.


On another note, don't hesitate to support the Forum in 'liking' the new page: http://www.facebook.com/#!/pages/Forum-international-pour-la-paix-International-Forum-for-Peace/109260845773172?ref=ts
OPERATIONMILITAIRE
ISRAELIENNECONTRE
UNEFLOTILLEDITE
"HUMANITAIRE"
ADESTINATIONDEGAZA
UNJOURNALISTE
ISRAELIENMET
ENDOUTELATECHNIQUE
DELOPERATION
Source : liberation.fr via Yedioth Aharonot
en ligne le 31 mai



Gaza :
un journaliste israélien pointe
les "deux erreurs" de l'armée



Le journaliste israélien Ron Ben Yishai vient de publier un récit très complet de l'assaut mené ce matin par la marine israélienne contre la flottille pro-palestinienne, au cours duquel sans doute près de vingt personnes ont été tuées. On peut le lire ici en version anglaise. Ron Ben Yishai, qui travaille pour le grand quoditien Yedioth Aharonoth, s'appuie sur des sources militaires. Il est l'un des journalistes les mieux informés de son pays sur les affaires militaires. Ron Ben Yishai est l'un des héros du film d'animation "Valse avec Bachir" - on le voit entrer dans les camps de Sabra et Chatila.

En conclusion de son article - qui n'est qu'une version des faits - il pointe les deux erreurs commises par Tsahal. "L'erreur dans la planification de l'opération a été d'estimer que les passagers [du cargo Marmara] étaient vraiment des militants politiques et des membres de groupes humanitaires qui cherchaient une provocation politique, mais n'utiliseraient pas la violence brutale. Les militaires pensaient qu'ils auraient à faire face à une violence dans le style de Bilin [un village palestinien qui proteste pacifiquement contre la construction du mur de séparation]. A la place, ils ont eu Bangkok [référence aux récents évènements violents dans la capitale thaïlandaise]. Les forces qui ont débarquées des hélicoptères étaient peu nombreuses, à peine quelques douzaines, pas assez pour contenir un groupe important qui les attendait." Selon le journaliste, les commandos étaient équipés d'armes non-léthales lorsqu'ils sont arrivés sur le pont du bateau, par corde lisse. Devant la dégradation de la situation (deux blessés graves dans leur rang), ils ont obtenus l'autorisation d'ouvrir le feu avec leurs armes de poing.

L'assaut a été mené par la Shayetet 13 (13ème flottille), qui regroupe les commandos de la Marine israélienne.

"La seconde errteur provient du fait que les commandeurs n'ont pas pris assez au sérieux le fait qu'un groupe d'hommes attendaient les soldats sur le pont supérieur. L'auraient-ils pris au sérieux, ils auraient tirés des grenades lacrymogènes et fumigènes depuis l'hélicoptère pour créer un écran de fumée qui leur aurait permis de remplir leur mission, sans que les combattants tombent juste entre les mains des émeutiers, qui les attaquaient sévèrement".

Mauvaise évaluation de la situation, erreur tactique - tout était réuni pour le fiasco et le drame.
OPERATIONMILITAIRE
ISRAELIENNECONTRE
UNEFLOTILLEDITE
"HUMANITAIRE"

ADESTINATIONDEGAZA.
REACTIONSENFRANCE
UNANIMEMENTHOSTILE
Source : lexpress.fr via l'Agence Reuters
le 31 mai à 17h 48
sur Diasporablog à 18h 32



Indignation en France
après l'attaque
de la "flottille de Gaza"


Les réactions indignées se sont multipliées lundi en France, où des manifestations étaient prévues, après l'assaut meurtrier des forces israéliennes contre une flottille humanitaire en route vers Gaza.

Le président Nicolas Sarkozy a fait part de sa "profonde émotion" tandis que l'ambassadeur d'Israël en France, Daniel Shek, était convoqué par le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner.

"Toute la lumière doit être faite sur les circonstances de cette tragédie, qui souligne l'urgence d'une relance du processus de paix", a dit Nicolas Sarkozy dans un communiqué.

Bernard Kouchner s'est dit "profondément choqué" par les conséquences de l'opération militaire israélienne, qui a fait au moins dix morts dans les rangs des humanitaires.

Une manifestation était prévue à 18h30 à la station de métro Franklin-Roosevelt à Paris, non loin de l'ambassade d'Israël, à l'appel de différents partis et associations, dont le Parti de Gauche, l'Union juive française pour la paix (UJPF), Sud-Etudiant et le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap).

La secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflot, était annoncée.

Un rassemblement était aussi prévu à la même heure place des Terreaux, à Lyon.

L'UJPF, le Mrap et d'autres associations ont appelé à des rassemblements dans une vingtaine de villes dont Strasbourg, Montpellier, Lille et Bordeaux.

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, a condamné "avec la plus grande fermeté" un usage de la force jugé "inacceptable et disproportionné".

Dans un communiqué, elle demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'Onu et une enquête sur les circonstances de l'assaut.

"Après le massacre, la France et les Européens doivent contraindre Israël à lever immédiatement le blocus", a estimé pour sa part Marie-George Buffet, secrétaire nationale du Parti communiste.

"ACTE INQUALIFIABLE"

Le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, a regretté la mort des humanitaires.

"A partir du moment où il y a des morts, on ne peut que le regretter, et puis il y a peut-être une surréaction" d'Israël, a-t-il déclaré sur LCI.

Frédéric Lefebvre a aussi critiqué "ceux qui se disent les amis des Palestiniens", coupables selon lui de "provocations qui en réalité ont comme conséquence de durcir" les relations israélo-palestiniennes.

La CGT "condamne fermement" l'intervention israélienne.

Elle exige dans un communiqué la création d'une "commission d'enquête internationale sous l'égide de l'Onu" ainsi que "l'intervention de la France et de l'Union européenne pour obtenir la levée du blocus de la bande de Gaza.

La CFDT dénonce "un acte inqualifiable qui met à mal les efforts de paix".

Pour le collectif Banlieues Respect, fédération d'associations actives dans les quartiers difficiles, cet épisode sanglant "risque d'avoir des conséquences graves dans les banlieues".

Son responsable, Hassan Ben M'Barek, met en garde dans un communiqué contre les "graves tensions" susceptibles d'être ravivées "entre juifs et musulmans dans nos banlieues".

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) "déplore les conséquences humaines tragiques" de cet acte tout en évoquant une possible "provocation du Hamas".

"Sans porter de jugement prématuré, le Crif constate que sur un seul des bateaux les soldats ont été accueillis avec des armes, ce qui semble démontrer la possibilité d'une véritable embuscade organisée par le Hamas, ce qui serait incompatible avec le caractère humanitaire du convoi", ajoute l'organisation juive dans un communiqué publié sur son site internet.
OPERATIONMILITAIRE
ISRAELIENNECONTRE
UNFLOTILLEDITE
"HUMANITAIRE"

ENDIRECTIONDEGAZA
UNCOMMUNIQUEDUCRIF
POURUNEFOISFORTRETENU




Gaza :
la provocation du Hamas?

Le CRIF déplore les conséquences humaines tragiques de l’arraisonnement de la flottille envoyée pour forcer le blocus de Gaza. Il espère que l’enquête qui sera diligentée permettra d’établir la lumière sur les conditions de ce drame. Sans porter de jugement prématuré, le CRIF constate que sur un seul des bateaux les soldats ont été accueillis avec des armes, ce qui semble démontrer la possibilité d’une véritable embuscade organisée par le Hamas, ce qui serait incompatible avec le caractère humanitaire du convoi. Le CRIF rappelle que le projet d’Israël était de faire transporter la cargaison à Gaza par voie de terre une fois que l’absence d’armes aurait été vérifiée.

Par ailleurs, le CRIF rappelle l’importance des relations anciennes entre la Turquie et Israël. Il est convaincu que le gouvernement turc prendra toutes les mesures pour que la communauté juive ne subisse aucune violence à la suite de ce drame.


OPERATIONMILITAIRE
ISRAELIENNECONTRE
UNEFLOTILLEDITE

"HUMANITAIRE"UN
PORTE-PAROLEDETSAHAL
SINTERROGE

Source : tf1 news en ligne le 31 mai


Assaut israélien :
le porte-parole de l'armée ignore
"qui a donné ordre de tirer"



Le porte-parole de l'armée israélienne a affirmé lundi ignorer "qui a donné l'ordre de tirer" au commando qui a tué plus de dix passagers de la flottille pro-palestinienne en route vers Gaza. "La marine agit selon les ordres et les consignes de tirs sont très claires. Les soldats avaient été prévenus de ne pas céder à des provocations", a souligné le général. "La marine avait auparavant mis au point des modèles pour préparer cette opération, mais parfois la vie est plus compliquée que les modèles. Nous nous étions préparés à une mission policière pour faire face à des violences, mais nous avons été confrontés à une violence à caractère terroriste", a ajouté le porte-parole.

OPERATIONMILITAIRE
ISRAËLIENNECONTRE
UNEFLOTILLEDITE
"HUMANITAIRE"

ADESTINATIONDEGAZA


DECLARATION
DE BERNARD KOUCHNER
MINISTRE FRANCAIS DES
AFFAIRES ETRANGERES



Opération contre la "Flotille de la Paix"
à destination de Gaza (31 mai 2010).


"Je suis profondément choqué par les conséquences tragiques de l’opération militaire israélienne contre « La Flottille de la Paix à destination de Gaza ». Nous ne comprenons pas le bilan humain, encore provisoire, d’une telle opération contre une initiative humanitaire connue depuis plusieurs jours. Rien ne saurait justifier l’emploi d’une telle violence que nous condamnons.

Dans ces circonstances tragiques, j’adresse toutes mes condoléances aux familles et aux proches des victimes si cruellement éprouvés.

Toute la lumière doit être faite sur les circonstances de ce drame et nous souhaitons qu’une enquête approfondie soit mise en place sans délai.

Nous sommes pleinement mobilisés aux côtés des ressortissants français qui participaient à cette opération.

Ces évènements nous rappellent que la situation actuelle à Gaza n’est pas tenable et qu’elle appelle une réponse politique urgente. Nous prendrons toutes les initiatives nécessaires pour éviter que cette tragédie ne donne lieu à de nouvelles escalades de violence."
RACISME
ANTISEMITISME
Source : lepoint.fr via l'AFP en ligne

le 31 mai à 10h 58
sur Diasporablog à 11h 27



"Flambée" du racisme
et "forte hausse"
de l'antisémitisme en 2009


L'année 2009 a également été marquée par une "forte hausse" (77,5%) des violences et menaces à caractère antisémite, notamment après l'offensive meurtrière israélienne dans la bande de Gaza en janvier 2009, relève la CNCDH sur la foi de statistiques recueillies grâce à un "partenariat" entre la DGPN et le Service de protection de la communauté juive (SPCJ) du CRIF.

Une "flambée" des violences et menaces racistes et xénophobes, touchant essentiellement des Maghrébins et une "forte hausse" des violences et menaces antisémites ont été enregistrées en 2009, selon le rapport annuel de la Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH).

Concernant le racisme et la xénophobie, "les données chiffrées pour l'année 2009 traduisent bien une +flambée+", indique ce rapport présenté lundi.

Ainsi en 2009, 1.026 actes, dont 220 violents (dont 130 agressions et violences sur des personnes physiques) et 806 menaces ou actes d'intimidation, ont été enregistrés, selon des statistiques recueillies en grande majorité par la Direction générale de la police nationale, par le biais du fichier STIC (système de traitement des infractions constatées).

En 2008 représentaient 467 actes racistes avaient été recensés contre 321 en 2007.

Entre 2008 et 2009, une comparaison au sens strict n'est toutefois possible qu'entre le second semestre de chaque année compte tenu des modifications intervenues dans les dispositifs de recueil de données: dans ce cadre une augmentation de 11,6% a été enregistrée entre le second semestre 2008 et le second semestre 2009.

Comme les années précédentes, en 2009, les membres de la communauté maghrébine ont été les plus touchés à la fois par des actes de violence raciste (33,64% du total) et par des menaces ou actes d'intimidation racistes (29,77%).

Six mosquées ou lieux de culte musulmans ont subi des actions violentes (contre deux en 2008).

Les régions dans lesquelles les manifestations du racisme ont été les plus fortes étaient l'Ile-de-France, la région Rhône-Alpes et le Nord-Est.

L'année 2009 a également été marquée par une "forte hausse" (77,5%) des violences et menaces à caractère antisémite, notamment après l'offensive meurtrière israélienne dans la bande de Gaza en janvier 2009, relève la CNCDH sur la foi de statistiques recueillies grâce à un "partenariat" entre la DGPN et le Service de protection de la communauté juive (SPCJ) du CRIF.

Ainsi, 815 faits (172 actions et 643 menaces) ont été enregistrés selon le SPCJ en 2009 par rapport à l'année précédente (459 faits), les régions les plus touchées étant l'Ile-de-France, l'Alsace et la Provence-Alpes-Côte d'Azur.

La CNCDH est une institution nationale indépendante de promotion et de protection des droits de l'Homme qui assure un rôle de conseil et de proposition auprès du gouvernement.
DESAMBASSADES
ISRAELIENNES
ENEBULITION

Source : lemonde.fr en ligne le 31 mai


Flottille Gaza :
Madrid convoque l'ambassadeur
d'Israël pour explications



L'Espagne qui exerce la présidence tournante de l'UE, a qualifié "d'inacceptable" l'assaut de l'armée israélienne sur la flottille pro-palestinienne en route vers Gaza et a convoqué l'ambassadeur d'Israël, a-t-on appris lundi auprès du ministère des Affaires étrangères.

L'ambassadeur d'Israël à Madrid "a été convoqué" pour lui demander des explications et sera "reçu par le chef de cabinet" du ministre des Affaires étrangère, Miguel Angel Moratinos, a précisé son ministère.

L'Espagne qui exerce jusqu'à fin juin la présidence tournante de l'Union européenne a jugé "inacceptable" cet assaut selon ce ministère.

Plus de dix passagers ont été tués lundi lorsque des commandos israéliens ont pris d'assaut la flottille internationale de militants pro-palestiniens qui se dirigeait vers la bande de Gaza, selon l'armée israélienne.

Plusieurs députés européens se trouvaient, à titre individuel, à bord de la flottille acheminant des centaines de militants pro-palestiniens et de l'aide pour Gaza. Elle avait appareillé dimanche après-midi pour le territoire palestinien.

Le chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, demande à Israël "une enquête complète sur les circonstances" de ce raid, a indiqué un de ses porte-parole.
OPERATIONMILITAIRE
DISRAËLCONTRE
UNEFLOTILLEDITE
"HUMANITAIRE"
ADESTINATIONDEGAZA




PREMIERE REACTION
DANS LA COMMUNAUTE
JUIVE DE FRANCE

L'INTERVIEW D'ARIELLE SCHWAB,
PRESIDENTE DE L'UNION DES ETUDIANTS
JUIFS DE FRANCE, CE MATIN SUR RMC.
ARIELLE SCHWAB SE DIT "CHOQUEE".

l'intégralité de l'interview
de la Présidente de l'U. E.J. F.
sur :
http://yatantadire.canalblog.com/
OPERATIONMILITAIRE
DISRAËLCONTRE

UNEFLOTILLEDITE
"HUMANITAIRE"
ADESTINATIONDEGAZA
Source : lenouvlobs.com en ligne le 31 mai


Gaza:
l'UE demande
une "enquête complète"
ur l'abordage de la flottille
NOUVELLEINTIFADA
APRESLOPERATIONDE

TSAHALCONTRE
UNEFLOTILLE
DITE"HUMANITAIRE"
Source : lexpress.fr en ligne le 31 mai




Appel à l'intifada
après l'assaut meurtrier
de la flottille à Gaza


Deux à 16 pesonnes seraient mortes dans l'abordage violent de la flottille internationale par un commando israélien. Cette dernière acheminait des militants pro-palestiniens et du ravitaillement pour Gaza.


"Flottille de la liberté"

La flottille internationale acheminait 700 militants pro-palestiniens, dont des eurodéputés, ainsi que 10 000 tonnes l'aide pour Gaza, fauteuils roulants, maisons préfabriquées, etc. Elle a appareillé dimanche pour le territoire palestinien, au risque d'une confrontation avec la marine israélienne, déterminée à l'intercepter.
Les bateaux, au nombre de six, selon les organisateurs, qui veulent briser le blocus de la bande de Gaza par Israël, sont partis en milieu d'après-midi.Les conséquences de l'attaque pourraient être énormes. Alors que 2 à 16 personnes, selon les sources, ont été tuées dans l'abordage lundi par des commandos israéliens d'un bateau turc de la flottille en route vers Gaza, les réactions se multiplient. Le Hamas appelle à une "intifada" devant les ambassades israéliennes tandis que la Turquie prévient Israël de "conséquences irréparables dans nos relations bilatérales". "Nous n'avions aucune intention d'ouvrir le feu mais il y a eu une énorme provocation", a-t-il affirmé."Nous condamnons fortement ces pratiques inhumaines d'Israël", a déclaré le ministère dans un communiqué.

La police élève son niveau d'alerte en Israël et la abnde de Gaza est fermée aux journalistes.

"Nous n'avions aucune intention d'ouvrir le feu mais il y a eu une énorme provocation", a-t-il affirmé."Nous condamnons fortement ces pratiques inhumaines d'Israël", a déclaré le ministère dans un communiqué. "Cet incident déplorable, qui a eu lieu en pleine mer et constitue une violation claire de la loi internationale, peut entraîner des conséquences irréparables sur nos relations bilatérales", ajoute le communiqué.

"Les images ne sont pas sympathiques, je ne peux qu'exprimer mon regret pour tous les morts", a déclaré le ministre israélien de l'Industrie et du Commerce Binyamin Ben Eliezer, premier à réagir officiellement. "On attendait nos soldats avec des haches et des couteaux et quand en plus quelqu'un tente de vous prendre votre arme, dans ces cas-là on commence à perdre le contrôle de la situation, l'incident commence ainsi et on ne sait pas comment il finit", a-t-il ajouté.

"Je sais que ça va devenir une grosse affaire et j'espère que les Arabes israéliens réagiront de façon raisonnable", a ajouté le ministre. On peut douter qu'il soit entendu.
OPERATIONMILITAIRE
DETSAHALCONTRE

UNEFLOTILLEDITE
"HUMANITAIRE"
ADESTINATIONDEGAZA
Source : le site de Ouest-France en ligne
le 31 mai


Assaut israélien meurtrier
contre la flottille en route
vers Gaza



Au moins dix passagers de la flottille internationale d'activisites pro-palestiniens qui se dirigeait vers Gaza ont été tués lors d'affrontements avec un commando israélien.

La marine israélienne a attaqué ce lundi matin au moins un des six bateaux transportant des militants pro-palestiniens et de l'aide humanitaire vers la bande de Gaza, soumise à un blocus. Au moins dix personnes ont été tuées dans l'opération, rapporte une chaîne de télévision israélienne, affirmant que le bilan définitif pourrait être bien plus élevé. Deux personnes ont été tuées et environ 30 blessées, confirme un représentant d'une ONG turque impliquée dans l'opération.

« Nos amis sur le bateau nous ont déclaré que deux personnes ont été tuées et environ 30 blessées sur le bateau Mavi Marmara », a déclaré par téléphone Serkan Nergis, de la Fondation pour l'aide humanitaire (IHH), ONG basée à Istanbul. Il a ajouté que les communications avec le navire étaient coupées. Un journaliste de la chaîne pan-arabe Al-Jazira, présent sur le navire turc menant la flottille, a raconté par téléphone que les forces israéliennes avaient tiré sur le bateau, blessant son capitaine. La télévision turque NTV évoque aussi l'abordage du navire et des tirs d'armes ayant fait des victimes.


" Plus déterminés que jamais "

Une centaine de maisons préfabriquées, 500 fauteuils roulants électriques, de l'équipement médical, des médicaments... Les six navires de la « flottille de la liberté » convoyaient quelque 10 000 tonnes de matériels à destination de Gaza. Les bateaux transportaient aussi 700 militants et sympathisants de la cause palestinienne, dont des parlementaires européens.
Organisé par le mouvement Free Gaza, le convoi avait quitté Chypre en milieu d'après-midi, hier. Il avait prévu d'atteindre son but ce matin, sous l'oeil des caméras du monde entier. « Nous sommes plus déterminés que jamais », avait assuré Eliza Ernshire, membre de Free Gaza.

dimanche, mai 30, 2010

LIMORLIVNAT
BERNARD-HENRILEVY
LEDEBATDEMOCRATIQUE

VUD'ISRAËL
Source : lefigaro.fr via l'AFP en ligne
le 30 mai


BHL ouvre un forum franco-israélien


Le philosophe Bernard-Henri Levy a ouvert ce soir à Tel-Aviv un forum sur la "démocratie et ses nouveaux défis", une rencontre franco-israélienne d’intellectuels, d’artistes et de personnalités politiques organisée par la France.

Ce débat d'idées sans précédent, à l’initiative des services culturels de l'ambassade de France en Israël et en collaboration avec le quotidien israélien Haaretz (gauche), se poursuivra jusqu'à mardi.

Le forum donnera lieu demain à un face-à-face attendu entre la ministre de la Culture, Limor Livnat, du parti Likoud (droite, au pouvoir), et Bernard-Henri Lévy, l’un des initiateurs de "Jcall", un "appel à la raison" en faveur de la paix au Proche-Orient qui a été vivement critiqué par la droite israélienne et au sein même de la communauté juive en France.

En Israël, l'organisation de ce forum a soulevé des protestations de Juifs d'origine française qui ont dénoncé une "ingérence" dans la politique d'Israël. "Dire que le peuple juif a inventé la démocratie et interdire à cet idéal démocratique de se manifester, quelle dérision !", a répondu BHL, après avoir fait un éloge appuyé de la démocratie israélienne devant environ 300 personnes.
RACISME
ANTISEMITISME
Source : dépêche AFP diffusée le 30 mai


Les préjugés contre Arabes, Juifs
et homosexuels ont augmenté



PARIS


Les préjugés exprimés par les Français sur les Arabes, les Juifs ou les homosexuels sont en augmentation, selon un sondage de l'institut BVA pour l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) et l'association SOS Racisme, dévoilé dimanche.

"Après un an de matraquage stigmatisant envers les populations arabes et musulmanes, les préjugés ont plus que doublé par rapport à l'an dernier", déplore Arielle Schwab, présidente de l'UEJF, en référence notamment au débat lancé par le gouvernement de droite sur l'identité nationale française.

Les Arabes sont perçus comme "plus souvent délinquants que les autres" par 27,6% des sondés contre 12% lors d'un sondage comparable réalisé l'an dernier par l'institut CSA.

Pour près d'un Français sur deux (49%), "les étrangers savent mieux profiter du système de protection sociale que les autres". Selon cette enquête, 28% des Français considèrent que les Noirs sont plus forts physiquement que les autres et 30% que les Juifs ont plus d'influence que les autres dans la finance et les médias.

Concernant les homosexuels, 12% des Français (contre 8% l'an dernier), pensent qu'ils "sont plus obsédés par le sexe que les autres".

"On assiste à une libéralisation de la parole raciste depuis plusieurs mois", accuse Dominique Sopo, président de SOS Racisme, pointant "la tentative d'importation du débat sur l'interdiction des minarets" en Suisse, "le débat sur l'identité nationale" et "le débat sur la burqa, posé de façon extrêmement malsaine".

Globalement, 15% des Français se disent "plutôt ou un peu" racistes, soit un point de plus que l'an dernier. Ils sont 6% à s'affirmer "homophobes", soit 4 points de moins que l'an dernier. Et ils sont 4% à admettre qu'ils sont antisémites, soit 4 points de moins qu'il y a un an.

Le sondage BVA a été réalisé du 21 au 22 mai 2010 auprès d'un échantillon représentatif de 1.029 personnes, âgées de 15 ans et plus.
RECHERCHE
ETTHORAH
Source : israelvalley.com via Jpost
en ligne le 30 mai


LA QUESTION DU JOUR :
Existe-t-il un moyen scientifique de
reconstituer le texte biblique original ?


Existe-t-il un moyen scientifique de reconstituer le texte biblique original ? Et si oui, quelles sont les conséquences halakhiques d’une telle entreprise ? Ces deux questions centrales ont été posées lors de la neuvième d’une série de réunions de l’université de Bar-Ilan. Elle regroupait des experts de différents domaines, depuis l’informatique, jusqu’à l’étude de la Torah.

Selon les scribes, il existait trois rouleaux du parchemin sacré dans la cour du Temple. D’infimes variations les distinguaient les uns des autres, sans toutefois que l’on puisse déterminer quel texte était l’original. Le principe de “la majorité” a été adopté, et la version inscrite sur deux des trois rouleaux était systématiquement choisie. Au fil des siècles, des générations de scribes ont recopié les rouleaux sacrés, s’efforçant de conserver l’intégrité du texte, l’orthographe des mots, les inclinations et les éventuelles incohérences.

Les progrès scientifiques développés à notre époque pourraient désormais permettre de reconstituer le texte original. L’expertise, basée sur des algorithmes numériques créés pour éviter les erreurs textuelles, permettrait de recréer le texte reçu par le peuple hébreu, au pied du mont Sinaï. “C’est un projet passionnant qui attend d’être entrepris”, s’exclame le rabbin Shabtaï Rappaport, directeur du centre d’études religieuses de Bar-Ilan.—
LATOURMENTEJCALL
POURSUITSESRAVAGES

UNDESPRICIPAUX
DEFENSEURSDELAPETITION
RAISONGARDERREAGIT
Source : desinfos.com via Israelvalley.com
en ligne le 30 mai



Shmuel Trigano :
"Le temps est fini où les post-sionistes
et leurs amis imposent leur version
de l’histoire et de la réalité"


Interview par Mati Ben Avraham
IsraelValley



Dire que l"Appel à la raison" lancé par des intellectuels et politiques juifs, qui comptent dans l’espace européen, ne fait pas l’unanimité dans le monde juif relève de l’euphémisme. Il semble même avoir donné le départ à une moderne " Guerre des juifs", mais en plus frileuse, heureusement, que celle narrée en son temps par Flavius Joseph. De quoi s’agit-il ? Pour faire court, disons que les signataires de cet appel, regroupés dans Jcall, déçus par l’effondrement de la gauche israélienne, ulcérés par la non-politique de l’actuel gouvernement israélien en matière de paix, ont décidé de peser sur le cours des événements, à l’imitation du J-Street américain.

Une ingérence inacceptable et contre-productive aux yeux des opposants à Jcall. Shmuel Trigano (*) est de ceux-là, sinon même leur porte-fanion, qui a réagi par l’appel " pour raison garder." Il était l’autre matin à Jérusalem.



Mati Ben-Avraham :
Vous voici contre-appelant, si j’ose ?

Shmuel Trigano :
Tout d’abord d’affirmer une position, totalement différente de celle qui est proposée par Jcall. De proclamer aussi que ceux qui ne se rangent pas derrière la démarche de Jcall sont tout aussi beaux rôles, honorables et raisonnables que les initiateurs de cet appel. Et surtout, ce qui me semblait très important, c’était de montrer le déni de la souveraineté d’Israël inclus dans cet appel. En fait, il ne s’agit là ni plus ni moins que de placer Israël sous tutelle internationale, sous la houlette des Etats-Unis d’Obama et de l’Union européenne. C’est-à-dire de puissances dont les intérêts ne coïncident pas toujours avec ceux de l’Etat d’Israël. Ce qui m’a semblé d’autant plus inacceptable que cela revient à court-circuiter la procédure démocratique. La position de Jcall est là paradoxale : quand on se veut démocrate, la première règle est de respecter le résultat des urnes. Les électeurs israéliens se sont prononcés. S’il y a coalition, cela découle du système parlementaire israélien. On peut être ou pas d’accord avec ce système. Mais qui ne respecte pas le jeu démocratique n’est pas un démocrate.


MBA : Si je vous suis bien, la démarche Jcall vous semble s’inscrire dans le droit fil de l’Initiative de Genève ?


Shmuel Trigano :
A mes yeux, l’initiative de Genève a été une violence symbolique et politique incroyable. Des citoyens ordinaires qui s’instituent représentants d’un Etat pour négocier avec des amis, afin de nouer des accords alors qu’il existe un gouvernement légitime, légal, c’est quand même une sorte de coup d’Etat soft. Il n’y a que par rapport à Israël que de telles choses se produisent. Derrière cette initiative, on retrouve l’Union européenne, sans omettre la Suisse. Aussi, en appeler à l’arbitrage de ces pays me semble quelque chose d’assez irresponsable. Au double plan politique et moral, justement.

MBA :
Alors, “raison garder” nous amène où ?

Shmuel Trigano :
Une précision : nous ne souhaitons pas entrer dans une controverse avec Jcall. Nous affirmons une position, qui dépasse les questions abordées car, en dernière analyse, derrière la démarche de Jcall, il y a l’expression d’une identité juive qui n’est pas la nôtre, à bien des égards. Ce que nous voulons, c’est lancer un signal. Nous ne sommes pas des politiciens, nous sommes des intellectuels. Nous sommes aussi des citoyens conscients et nous voulons affirmer nos positions de façon aussi morale, aussi raisonnable que Jcall, sinon plus. En fait, et Jcall a été l’occasion de cette affirmation, nous avons découvert que la majorité silencieuse était de nôtre côté. Nous avons recueilli des signatures du monde entier, de tous les secteurs d’opinion, 190 professeurs d’universités, 60 écrivains…Nous voulons, en fait, affirmer le récit juif sur la réalité. Je crois que le temps est fini où les post-sionistes et leurs amis imposent leur version de l’histoire et de la réalité. Une version falsifiée, à mes yeux, par rapport justement à la réalité historique. Il faut, et c’est notre volonté, restituer, rétablir le récit juif sur toute l’existence.


MBA : Moi, du haut de ma montagne judéenne, j’ai comme l’impression d’assister à un débat d’idées judéo-juif diasporique dont je ne serai que le prétexte…

Shmuel Trigano :
Non, non. Cela ne concerne pas que la diaspora. Il en va du destin juif et non pas seulement d’Israël. Sur le plan de la réalité pratique, ce qu’il advient d’Israël a une influence directe sur les juifs dans le monde. Je vous rappelle que l’antisionisme frappe tout d’abord les juifs locaux, de toute part, depuis 50 ans. Nous ne sommes pas du tout dans cette logique " défendre Israël, le soutenir contre, etc…", non. Ce qui concerne Israël nous concerne directement. Par ailleurs, notre pétition, contrairement à Jcall est ouverte aux non-juifs, dans la mesure où tout ce qui concerne Israël est devenu un symbole qui draine d’autres questions, comme le rapport de l’Europe à l’Islam, au monde arabe. Je remarque que ce que vous dites-là, il fallait le dire à Jcall, il fallait le dire au mouvement La paix maintenant il y a trente ans qui, s’instituant le camp de la paix, a rejeté tout ce qui ne pensait pas comme lui dans le camp de la guerre, qui s’est adressé à New-York et Paris plutôt qu’à Dimona et à Tibériade. Il n’y a aucune raison que nous, qui représentons autre chose, nous nous résignons au silence. Je crois que ce temps-là est fini.



(*)Professeur à l’université Paris X-Nanterre, Shmuel Trigano est par ailleurs fondateur du Collège des Etudes juives de l’Alliance Israélite Universelle, co-fondateur avec Annie Kriegel de la revue d’études juives Pardès, fondateur également de l’Observatoire du monde juif, sans oublier, dernièrement, la revue Controverses, consacrée aux grands problèmes de notre temps. Par ailleurs, Il a notamment dirigé de grandes sommes collectives et internationales consacrées à l’histoire juive. Sa réflexion traverse plusieurs disciplines : la philosophie, la politologie, l’histoire, la sociologie, la religion, la psychanalyse, l’herméneutique.—

samedi, mai 29, 2010

LESCHRETIENSDALSACE
SOLIDAIRESDE
LACOMMUNAUTEJUIVE

Source : le site du quotidien L'ALSACE
en ligne le 29 mai


DIASPORABLOG
REMERCIE DU FOND DU COEUR
NOS AMIS CHRETIENS

Les chrétiens ont marché
dans Strasbourg !


Ils étaient environ 800 chrétiens de la région Est et aussi d’Allemagne à marcher dans les rues de Strasbourg ce samedi avec 4 camions sonorisés (dont 1 allemand) avec groupes musicaux qui entrainaient les marcheurs sur des rythmes joyeux. Beaucoup de jeunes, d’enfants et d’adultes dans cette marche interdénominationnelle, transgénérationnelle et transculturelle. Beaucoup de couleurs aussi avec des bannières vives « Jésus donne la paix », « Jésus est vivant ! », etc, pour ce témoignage non communautariste et sans revendication.


Contre l’antisémitisme

Le parcours de la marche passait devant la grande synagogue de Strasbourg. À cet endroit, le cortège s’est arrêté et pendant que les marcheurs priaient en silence, une délégation interdénominationnelle franco allemande de 7 personnes a rencontré sur le parvis une délégation de la Communauté juive de Strasbourg et de la région conduite par le Grand Rabbin René Gutman. A cette occasion, une déclaration (ci-dessous) prenant position contre l’antisémitisme a été remise au Grand Rabbin. Des cadeaux à portée symbolique, dans une perspective biblique mais aussi historique en lien direct avec l’histoire de la Communauté juive en Alsace ont été ensuite remis à la Délégation juive.

Artisans de Paix

Lors du 2ème arrêt Place de la République, 2 chrétiens allemands et 2 français, traduits simultanément, ont prié pour la paix en faveur de la Communauté juive et pour le développement des relations franco allemandes entre chrétiens. Puis tous les marcheurs se sont mis en petits groupes pour prier sur les sujets indiqués.

Vers 17h00, la marche s’est terminée place de l’Université avec encore 2 chorégraphies réalisée par 6 jeunes filles et un dernier chant repris par l’ensemble des marcheurs.

PJ : Dossier de presse – disponible également en ligne sur notre site. Des photos sont adressées sur simple demande.




Déclaration
contre l’antisémitisme

Réunis à Strasbourg ce samedi 29 mai 2010 à l’occasion de la 11ème « Marche pour Jésus », les chrétiens français et allemands des différentes églises et communautés chrétiennes de toute la région présents à cette manifestation, déclarent solennellement:
- Dès les origines de sa présence dans notre région1, la communauté juive a subi, tout au long des siècles, une persécution qui est une tache dans l’histoire chrétienne d’un pays comme le nôtre. Nous ne pouvons et nous ne voulons oublier qu’ici même, à Strasbourg, des milliers de personnes2 ont été assassinées du fait de leur seule appartenance au peuple juif.
- L’actualité récente3 nous rappelle que notre région n’est pas épargnée par des actes antisémites qui ont toujours lieu en France, quasiment au quotidien. Que ce soit pour des motifs religieux
ou politiques, nulle cause, fut-elle la plus juste et la plus légitime, ne saurait justifier la destruction de symboles religieux ni l’agression de quiconque sous prétexte d’une appartenance à un peuple, à une culture, à une religion.

Ainsi, la stigmatisation d’une composante de la population française au nom du conflit israélo-palestinien est inacceptable. Aussi compréhensibles que soient les aspirations palestiniennes, les manifestations, qui sous couvert de soutien à ce peuple, expriment ouvertement et en toute impunité des appels à la haine voire au meurtre de juifs, que ce soit en France ou ailleurs rappellent de sinistres souvenirs et entretiennent un climat délétère.

Nous nous inquiétons non seulement sur ces actes antisémites commis dans notre pays et dans notre région mais nous nous interrogeons aussi sur la distinction que veulent imposer certains entre antisionisme et antisémitisme.
« … Tu déclares, mon ami, que tu ne hais pas les juifs, que tu es seulement antisioniste. A cela je dis, que la vérité sonne du sommet de la haute montagne, que ses échos résonnent dans les vallées vertes de la terre de Dieu : Quand des gens critiquent le sionisme, ils pensent juifs, et ceci est la vérité même de Dieu»

Nous attendons de la part des médias une plus grande objectivité dans le traitement de l’information concernant les évènements en Israël et nous lançons un appel afin que soit évitée la récupération politique et idéologique du conflit en Europe qui ne pourrait qu’attiser les tensions.

Nous dénonçons toutes formes de racisme et d’antisémitisme et nous exprimons notre solidarité avec la Communauté juive de Strasbourg et d’Alsace, et plus largement de France.

Nous demandons aux pouvoirs publics de lancer un signal fort pour condamner et stopper sans ambiguïté ces attaques contre les Droits de l’homme dans notre pays.

Nous lançons un appel à tous les hommes de bonne volonté pour que cesse la spirale de la violence et de la haine.

Enfin, nous, chrétiens français et allemands des différentes églises et communautés chrétiennes participant à la « Marche pour Jésus » en ce jour à Strasbourg, nous prions pour la paix, non seulement la paix sociale à laquelle aspire la plupart de nos concitoyens, mais aussi à la paix du cœur que Dieu veut donner à chacun.
LAMIAMERICAIN
DENNISHOPPER
ESTDECEDE
Source : le site de TF1 news en ligne
le 29 mai



Dennis Hopper,
un "artiste total"


Par Dominique LOEILLET,






Biographie

L'acteur et réalisateur américain Dennis Hopper ("Easy Rider") a succombé à un cancer de la prostate à l'âge de 74 ans à son domicile de Venice en Californie, ont rapporté des médias américains samedi.

Dennis Hopper se définissait comme un "artiste total", au sens de Marcel Duchamp qui déclarait : "L'artiste du futur ne serait pas un peintre mais un individu qui montrerait quelque-chose du doigt et décrèterait que c'était de l'art. C'est le sens que ce doigt avait pour moi".

Véritable touche-à tout, à la fois photographe, peintre, comédien, réalisateur et collectionneur d'art contemporain, Dennis Hopper incarnait pour le monde entier, l'image de la contre-culture américaine. Son film Easy Rider, virée en moto déjantée de deux jeunes "hippies" en révolte, à travers les Etats-Unis, rythmée par la musique de Jimmy Hendrix et de Bob Dylan, premier film indépendant à avoir été distribué par un grand studio, la Columbia, marqua aussi, pour Hollywood, une nouvelle façon de faire du cinéma. "Je suis très fier d'Easy Rider", dit-il : "C'est le seul de mes films qui ait eu du succès." Easy Rider reçoit le prix de la meilleure première œuvre au Festival de Cannes, en 1969.

Dennis Hopper a joué dans plus de 150 films et de nombreuses séries télévisées.
A 18 ans, il quitte son Kansas natal pour Los Angeles, bien décidé à devenir acteur. La Warner le repère dans des shows télévisés et l'embauche. C'est ainsi qu'il apparaît aux côtés de James Dean dans La Fureur de Vivre et Géant. Très éprouvé par la mort de James Dean dans un accident de voiture en 1955, il se montre rebelle sur les tournages et devient "persona non grata" à Hollywood. Il se met alors à la photographie et réalise, notamment, la couverture de l'album River Deep... d'Ike et Tina Turner. Il capte aussi la société américaine des années 60-70, s'engage contre la guerre du Vietnam et pour le combat des droits civiques, photographie Martin Luther King, Andy Warhol, Paul Newman... Il expose avec Marcel Raysse, à Los Angeles.


Icône underground

Dennis Hopper retrouve les plateaux de cinéma en 1967, pour le tournage d'Easy Rider, film à petit budget dont il est à la fois le réalisateur et l'interprète, avec Peter Fonda, comédien et producteur. Le succès séparera les deux protagonistes, longtemps enlisés dans une bataille judiciaire. Son deuxième film, The Last Movie, réalisé en 1971, est un échec total, malgré son Grand Prix à la Mostra de Venise. S'ensuit une véritable descente aux enfers, "38 bières par jour, deux litres de rhum, la drogue...". Il tourne pourtant avec Francis Ford Coppola, dans Apocalypse Now où il apparaît ravagé et dans Rusty James où il joue un père alcoolique. En 1977, Wim Wenders lui confie le rôle de Tom Ripley, dans L'Ami américain, adaptation du roman de Patricia Highsmith, et contribue à relancer sa carrière en Europe. En 1986, après de nombreuses cures de désintoxication, Dennis Hopper revient en majesté dans le film de David Lynch, Blue Velvet, aux côtés d'Isabella Rossellini.

Politiquement, il s'affichait à droite et avait soutenu les campagnes électorales des Bush, père et fils. Cependant, en 2008, écœuré par les mensonges des Républicains, il appelle à voter pour Barack Obama. En France, Dennis Hopper a été fait commandeur des Arts et des Lettres en 2008, lors de l'inauguration de l'exposition qui lui était dédiée à la Cinémathèque de Paris."Pour un garçon de ferme du Kansas, c'est inespéré", s'est-il exclamé en guise de remerciement.
ISRAËL
DIASPORA
MONPOINTDEVUE



ISRAËL – DIASPORA :
UN DEBAT NECESSAIRE ET UTILE


Après plusieurs semaines d'échanges, intra-muros, d'une rare virulence souvent peu aimables, entre les signataires de l'Appel à la raison et les tenants de Raison garder, le débat que redoutait tant la communauté juive, s'est bien, pour la première fois, déplacé dans l'espace public.

Libération de ce jour, daté du 29 mai, à l'occasion du Forum organisé par les services culturels de l'Amabassade de France en Israël, qui se déroule ce week-end, à Tel-Aviv, dont il est l'un des partenaires, fait la une sur cette tension qui agite le landernau juif. «CES JUIFS QUI CRITIQUENT ISRAËL» Titre du dossier : «LA DIASPORA S'ECHARPE SUR LA POLIQUE D'ISRAËL» auquel vient s'ajouter une interview du philosophe Bernard-Henri Lévy estimant que ne laisser la parole qu'à ceux qui prennent la défense de Netanyahou et du Likoud est "idiot et contre-inproductif".

En se déplçant, les portes-paroles (Bernard-Henri Lévy, Patrick Klugman, Laurent Samama,...) de Jcall ont réussi à déplacer le thème du débat et à affiner leurs armes en s'en prenant au dogme des relations souvent complexes, ambigües même, qui lient la Diaspora à l'Etat d'Israël depuiis sa création. Si, comme seul argument, les opposants à Jcall se sont glorifiés en se limitant à un comparatif chiffré sur le nombre de signatures que comptabilisent l'une et l'autre pétition, le mouvement Jcall a au moins deux avantages : d'avoir lancé le débat avec des arguements solides et parfaitement crédibles et d'avoir réussi à le rendre public. Une vertu qui n'est pas la moindre : preuve que la communauté juive n'est pas, ou n'est plus une communauté unanimiste, monolithiques, que beaucoup de Juifs ne veulent plus être des moutons de Panurge. Oui, disent ces Juifs qui critiquent le gouvernement actuel d'Israël, ce gouvernement dérange, ce gouvernement divise

Il permet aussi de s'assujetir des institutions juives enfermées qu'elles sont dans leur Tour d'Ivoire où toute critique de la politique d'Israël est sacrilège, et de sortir de ce mutisme pesant qui empoisonne l'atmosphère ambiante et ruine, contrairement à ce qu'on croit, l'image d'Israël. Or, on ne peut à la fois se réclamer du peuple d'Israël, en faire sa centralité à longueur de journée, faire appel à des dons qui lui sont versés, et rester complètement insensible à son sort, à son avenir. Ëtre éloigné des réalités de ce pays. Sans pouvoir peser sur cet Etat. Sans pouvoir être acteur de son évolution.
Il est un devoir, un devoir salutaire de réfléchir sur le devenir de cet état, d'imaginer le meilleur, en ne lui proposant, non pas des solutions toutes faites, mais des suggestions, lui offrir une médiation.

L'autre argument souvent lu et entendu de la part des adversaires acharnés de l'Appel à la Raison : pourquoi, le texte de cet appel ne s'adresse-t-il pas plutôt aux Palestiniens. Une réponse toute simple, à laquelle chacun devrait penser : et si cet appel pouvait inspirer du côté palestinien un Appel identique, comparable, du même tonneau, alors nous passerions tous avec plus d'aisance de la partie théorique à la partie pratique des voeux de Jcall.

Il ne faudrait surtout pas dans cet engagment qui sépare, pour lemoment, «deux frères», que l'un donne l'impression aux autres qu'il n'associe pas le mot Paix à Israël. C'est ce terme qui fait défaut aux amis de Raison Garder et qui les mettent en difficulté d'agir et de réagir.

La force, ce n'est pas le combat des chiffres, mais le combat des idées, le pouvoir du dialogue. Réaliser enfin le rêve de Paix, pour Israël, auquel chaque juif devrait, en premier lieu, aspirer. Montrer son aspiration à le voir vivre en Paix C'est sur une intense envie de Paix que tous devraient se réunir.
Vouloir que le statu quo, que jamais rien ne bouge, c'est en quelque sorte, vouloir dénier à Israël de vivre en Paix avec ses voisins. Pour l'éternité.


Bernard Koch. . .
EUROVISION
2010
ROLANDGARROS
POURISRAËL
UNJOURDEGLOIRE


INFO
DERNIERE



SHAHAR PEER
EN 8è DE FINALE
DE ROLAND GARROS



Il n'y a plus de Française à Roland Garros ! Après Aravane Rezaï, c'est Marion Bartoli qui a déposé les armes. La tête de série numéro 13 s'est inclinée face à Shahar Peer (7/6 6/2). L'Israélienne affrontera Serena Williams en 8e de finale.

EUROVISION
2010

CE SOIR
VOTONS MASSIVEMENT
POUR LA CHANSON
QUI REPRESENTERA ISRAËL

VOTONS POUR
LA PLUS BELLE CHANSON
DE L'EUROVISION
"MILLIM" INTERPRÊTEE PAR

HAREK SKAAT
EUROVISION
2010

DIASPORABLOG
AIME AUSSI...

LA CHANSON
QUI REPRESENTERA
LA FRANCE


EUROVISION
2010

ISRAËLFAVORI
DESPRONOSTIQUES


UNAMIDISAËLQUIAPPELLE
ALARAISONEPINGLELE
GOUVERNEMENTDE

NETANYAHOUUNPREMIER
MINISTREISRAELIENQUI
DIVISELACOMMUNAUTE
JUIVE
Source : lacroix.com via l'AFP en ligne
le 29 mai


BHL, signataire du JCall,
estime que Netanyahou "s'égare"
(presse)


Bernard-Henry Lévy, signataire de "l'appel à la raison" lancé par des personnalités juives européennes en faveur de la paix entre Israéliens et Palestiniens, estime dans une interview à Libération samedi que le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou "s'égare", le qualifiant d'"adversaire".

Le philosophe français doit participer à partir de dimanche à des débats organisés à l'ambassade de France à Tel-Aviv entre personnalités françaises et israéliennes, dont la ministre israélienne de la Culture, Limor Livnat, membre du Likoud, le parti de droite au pouvoir.

BHL explique que son but est de "dire, face à face, à un membre du gouvernement Netanyahou que celui-ci s'égare quand il reproche aux signataires de JCall ("l'appel à la raison") de s'égarer".

Dans une interview au Figaro le 27 mai, le premier ministre israélien interrogé sur les signataires du JCall, qui sont à ce jour plus de 6.100, avait déclaré: "Ils s'égarent...Les juifs comme les non-juifs français devraient appeler les Palestiniens à revenir à un esprit plus pacifique plutôt que de condamner Israël".

"Que serait l'amour d'Israël s'il ne donnait à ceux qui s'en réclament le droit à la libre expression ?", demande M. Lévy qui ajoute: "Je revendique le droit de dire ce que je pense. Je refuse que n'aient voix au chapitre que les Juifs ou les amis d'Israël, qui se trouvent proches du Likoud ou en défendent les positions".

Le philosophe qualifie M. Netanyahou d'"adversaire", estimant que "la poursuite des implantations (juives dans les territoires palestiniens) est une faute politique".

Le JCall, lancé le 3 mai à Bruxelles, juge notamment "dangereux" un "alignement systématique sur la politique du gouvernement israélien" et dénonce "l'occupation" et "la poursuite ininterrompue des implantations en Cisjordanie et dans les quartiers arabes de Jérusalem Est", qualifiées d'"erreur politique" et de "faute morale".

Les signataires, dont le député Vert européen Daniel Cohn-Bendit, le psychiatre Boris Cyrulnik, ou l'historien Pierre Nora, ambitionnent de "créer un mouvement européen capable de faire entendre la voix de la raison à tous".

Ils soulignent que la "survie" d'Israël en tant "qu'État juif et démocratique" est "conditionnée par la création d'un État palestinien souverain et viable".

vendredi, mai 28, 2010

LAPPELALARAISON
CONTINUEDESUSCITER
UNERUDECONTREVERSE
Source : le site la règle du jeu en ligne

le 28 mai



Drai, Trigano, Taguieff :
Pourquoi ils se trompent


Laurent David Samama




Comme beaucoup de mes amis de pensée, j’ai signé « l’Appel à la Raison » lancé par Jcall. L’initiative regroupe intellectuels et associations proches d’Israël mais réservés quant à la poursuite ininterrompue des implantations en Cisjordanie et dans les quartiers arabes de Jérusalem Est. Ce texte, par les principes qu’il défend (soutien à Israël, soutien urgent à une 2-State solution que l’ensemble de l’opinion israélienne appelle de ses vœux, prise en compte des menaces qui pèsent sur l’Etat hébreu) comme par la diversité des personnalités qui l’ont signé apparaît comme salutaire au moment où les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens sont au point mort.

« Deux juifs, trois opinions » dit bien l’adage. Bernard-Henri Lévy l’a rappelé lors de la réunion bruxelloise de présentation de J-Call, «le désaccord des opinions fait la force du peuple juif. » Dès lors qu’il prend en compte toutes les données relatives à la position israélienne, le débat parmi ses défenseurs est crucial. Voilà donc que le débat arrive. Et il est vif. Soutenu par Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut, Boris Cyrulnik, Daniel Cohn-Bendit, Elie Barnavi et Patrick Klugman, « L’Appel à la raison » inscrit dans son préambule un fait essentiel : « L’avenir et la sécurité de cet Etat auquel nous sommes indéfectiblement attachés nous préoccupent ». Il continue en évoquant avec force « les menaces extérieures » qui tentent de détruire l’Etat hébreu et rappelle que le processus de délégitimation d’Israël en tant qu’Etat est inacceptable. Le cadre de la réflexion est posé. Si on entend la réserve de ceux qui ne souhaitent pas signer l’Appel du fait de la présence de l’expression
« faute morale » dans le texte, certains arguments de la pétition « Raison Garder » lancée en toute hâte pour contrer L’Appel à la Raison apparaissent comme véritablement consternants et déplorables.

Consternant car, au moyen de sophismes de la pire espèce, ils assimilent les signataires de l’Appel à la Raison « aux tentatives de boycott et de délégitimation qui visent l’Etat d’Israël. » A dire vrai, je me suis étouffé en lisant ces quelques lignes mal rédigées de « Raison Garder ». Affirmer que des personnalités comme Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut ou Elie Barnavi sont des ennemis d’Israël, alors même que ceux-ci sont les porte-voix du peuple israélien dans notre pays et payent parfois médiatiquement leur statut de défenseurs implacables de l’Etat hébreu est une ineptie rarement lue. Elle est d’autant plus hors de propos qu’elle provient de personnalités qui se cachent dans le confort d’une communauté qui ferait bien d’en finir avec leurs analyses figées.

Consternant car, quand on lit que « Le Président américain échoue à faire face au défi mortel iranien », on comprend en fait que les rédacteurs de la contre-pétition remettent sur la table cette méprisable affaire du second prénom du président Obama, Hussein. Une affaire que l’on retrouve d’ailleurs sur certains sites relayant « Raison Garder. »

Déplorable car Raison Garder reprend à son compte l’argumentation des adversaires d’Israël, d’un Rony Brauman, d’une Gisèle Halimi dont les rédacteurs imitent la dialectique en rabâchant un couplet tant de fois entendu sur le néo-colonialisme et le droit international, couplet qu’ils retournent contre leurs opposants. C’est un coup bas et l’on croit rêver en lisant cela !

Déplorable également lorsque on lit que l’Appel à la Raison « porte gravement préjudice à la population israélienne ». Si le débat interne n’est plus considéré comme une vertu, si c’est le point de vue de quelques tristes sires nourris du fantasme de l’Eurabia qui prévaut, alors c’est bien la mort de toute idée et de toute réflexion qui nous est annoncée. Voilà donc que la contre-petition
« Raison Garder » revêt des atours inquiétants.

L’enlisement du processus de paix n’offre à Israël que l’unique horizon d’un état de guerre permanent depuis maintenant 62 ans. Et pourtant Israël travaille à la paix. Israël veut d’un Etat palestinien à ses côtés. Israël en a marre d’envoyer ponctuellement ses enfants au combat. On le sait depuis longtemps, la seule solution qui vaille est le positionnement porté par Patrick Klugman, celui qui consiste à se dire sioniste et pro-palestinien. Car autrement, comment penser qu’Israël, petit pays entouré par des voisins hostiles ait une quelconque chance de survie à long terme ? Vous le savez, nous le savons, dans leur immense majorité, les Juifs du monde entier et les Israéliens veulent la paix. D’ailleurs,
« l’Appel à la Raison » comme « Raison Garder » s’accordent sur ce point, signe que du débat finit par jaillir une position commune. Plus que la polémique opposant aujourd’hui les Juifs de la Diaspora, je ne regrette finalement qu’une chose : le fait que le camp d’en face ne se mobilise pas à son tour pour réfléchir, s’opposer, puis affirmer les mêmes positions que nous !

Et puis « Raison Garder », ce titre, quelle erreur ! Raison Garder c’est tout bonnement l’inverse de ce que le judaïsme dans ce qu’il a de génial enseigne à l’humanité depuis des milliers d’années. Raison Garder, comme prudence, défiance et circonspection sont des valeurs qui étaient absentes de l’esprit de Theodore Herzl lorsqu’il a commencé à rêver son projet sioniste, alors que se déchaînait en Europe la folie antisémite. Raison Garder c’est l’antithèse de ce qu’Israël enseigne depuis 1948, ce pays qui s’est construit sur le courage, l’audace et le culot de ses habitants, en osant toujours !

Justement, si on ne tente rien, pressions internationales et accroissement démographique palestinien auront à terme raison du caractère juif d’Israël.

Ce jour-là, Trigano, Taguieff et Drai n’auront plus que leurs yeux pour pleurer…

jeudi, mai 27, 2010

ISRAËLFOOT
DEBUTDIFFICILEPOUR
LENOUVELENTRAÎNEURDE
LEQUIPENATIONALDISRAËL
Source : dépêche AFP diffusée le 27 mai


Mondial:
l'Uruguay fait le plein de confiance
en écrasant Israël


MONTEVIDEO


L'Uruguay a fait le plein de confiance en s'imposant facilement face à une équipe d'Israël inexpérimentée (4-1), mercredi à Montevideo lors de sa dernière rencontre de préparation avant son premier match du Mondial-2010 contre la France, le 11 juin.

Parmi les bonnes nouvelles pour le sélectionneur Oscar Tabarez, la forme de ses attaquants Forlan et Abreu, auteurs respectivement du premier but (15) et d'un doublé (75, 81), et surtout l'excellent match de son meneur de jeu "Nacho" Gonzalez.

Absent depuis un an et demi en sélection pour cause de blessures, l'éphémère joueur de Monaco a fait preuve d'une superbe vision du jeu et d'une technique très juste.

Il a en outre offert le premier but à Forlan et créé le déséquilibre à l'origine du deuxième inscrit par Alvaro Pereira (37).

Ce but a récompensé l'activité offensive du milieu gauche de Porto, en revanche coupable sur l'égalisation israélienne de Refaelov (30), consécutive à une erreur de communication de la défense uruguayenne.

Deux autres fautes de marquage auraient pu coûter cher à la Celeste, dont l'arrière-garde a confirmé les lacunes montrées en qualification (20 buts encaissés en 18 matches).

En seconde période, le passage de trois à quatre défenseurs n'a pas changé la donne. En revanche, l'entrée du jeune milieu Lodeiro a dynamisé le jeu offensif et après un léger assoupissement, conséquence sans doute d'une grosse semaine de préparation, la Celeste a enfoncé le clou en fin de match.

Le joker Abreu a corsé l'addition au terme d'une superbe action collective (75) puis sur un service millimétré de Cavani (81).

Si elle corrige ses erreurs défensives en Afrique du Sud, l'équipe d'Uruguay peut rêver de hisser haut le drapeau que lui a remis le président José Mujica et l'ancien ailier Alcides Ghiggia, auteur du but qui a offert à la Celeste son deuxième titre mondial face au Brésil en 1950.
NETANYAHOU
SARKAZY
LAMAINDANSLAMAIN
Source : le site TF1NEWS en ligne
le 27 mai
à 11h 26
sur Diasporablog à 12h 07


Netanyahu rencontre Sarkozy



Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahu est en visite jeudi à Paris à l'occasion de l'entrée de son Etat dans l'OCDE. Dans un entretien au Figaro, il se prononce pour un Etat palestinien démilitarisé.


Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahu est en visite à Paris, à l'occasion de l'entrée de son pays dans l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Dans une interview au Figaro jeudi, le premier ministre israélien déclare que ses "relations personnelles avec Nicolas Sarkozy sont très amicales. Entre des amis et des membres d'une même famille, nous pouvons avoir des désaccords occasionnels, mais la fraternité est là". Après la France, Benyamin Netanyahu se rendra aux Etats-Unis. Il rencontre mardi Barack Obama à Washington.

L'Elysée a annoncé que le président français recevra prochainement le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Le processus de paix israélo-palestinien est en panne, alors qu'Israël refuse de geler ses colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Dans le Figaro, le premier ministre israélien se prononce en faveur d'un Etat palestinien démilitarisé. "Je ne pose aucune condition à la reprise des négociations", explique-t-il au sujet des relations avec les Palestiniens. Et concernant une trêve entre les deux Etats, Benyamin Netanyahu ajoute : "La seule paix qui dure est une paix que vous pouvez défendre. Si une paix implique d'affaiblir vos défenses, elle ne tiendra pas."

Israël a lancé dans la nuit de mardi à mercredi des attaques aériennes contre la bande de Gaza en riposte à des tirs de roquettes et de mortiers par des activistes palestiniens

mercredi, mai 26, 2010

ABBAS
NETANYOUBRASDESSUS,

BRASDESSOUSHÔTES
DELAMAISON-BLANCHE
Source : lexpress.fr vial'Agence Reuters
en ligne le 26 mai


Obama invite Abbas et Netanyahu
à Washington

Barack Obama a invité le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas à la Maison blanche pour des entretiens séparés, ont annoncé mercredi des responsables de la présidence américaine.

Il s'agira des premiers entretiens entre les deux dirigeants du Proche-Orient et Obama depuis l'ouverture de pourparlers indirects, le mois dernier, sous l'égide de l'émissaire américain George Mitchell.

Aux yeux des commentateurs israéliens, l'invitation adressée à Netanyahu viserait, dans l'esprit du président américain, à contrer les critiques émises par des responsables juifs américains et au Congrès sur sa froideur envers Netanyahu, liée à leur différend sur la politique de colonisation juive.

Le secrétaire général de la Maison blanche, Rahm Emanuel, a remis l'invitation en personne au Premier ministre israélien mercredi à Jérusalem. Emanuel s'est rendu en Israël pour assister à la "bar-mitsvah" de son fils.


SÉCURITÉ ET COOPÉRATION
À L'ORDRE DU JOUR

Netanyahu sera reçu mardi à la Maison blanche, après une étape en France jeudi pour marquer l'entrée d'Israël dans l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) et une autre escale au Canada.

Barack Obama "me demande de vous remettre une invitation à venir lui rendre visite à la Maison blanche pour une réunion de travail afin de discuter de nos intérêts communs en matière de sécurité et de notre étroite coopération sur la recherche de la paix entre Israël et ses voisins", a dit Emanuel à Netanyahu.

A Washington, Tommy Vietor, porte-parole de la présidence, a annoncé la visite de Mahmoud Abbas, qui était attendue, mais en notant qu'aucune date ferme n'était encore fixée.

"Le président se réjouit de la visite du président Abbas dans un proche avenir. Nous travaillons simplement sur le calendrier", a dit Vietor. Abbas a déclaré cette semaine à la chaîne France 24 qu'il était invité aux Etats-Unis et que le déplacement aurait sans doute lieu en juin.

Benjamin Netanyahu, qui dirige un gouvernement de coalition dominé par des partis favorables à la poursuite de la colonisation, refuse tout gel de la construction dans les implantations juives de Cisjordanie.

En mars, il avait été reçu en catimini par Obama et privé de la traditionnelle photo avec ce dernier. Des médias israéliens s'attendent à ce que le président américain cherche à présenter les relations avec Israël sous un jour plus chaleureux.
NETANYAHOU
APOSTROPHEJCALL

Source : Guysen International News
via Le Figaro en ligne le 26 mai


Netanyahou évoque l'appel JCall
et un état palestinien démilitarisé


A la veille de sa visite à Paris, le Premier ministre accorde un interview au Figaro et évoque l'appel JCall. "Je crois qu'ils s'égarent. J'ai, dès le premier jour de mon entrée en fonction, appelé à la reprise des pourparlers de paix avec les Palestiniens. J'ai reconnu dans mon discours à Bar-Ilan l'idée de deux États pour deux peuples et me suis prononcé en faveur de la paix avec un État palestinien démilitarisé, qui reconnaîtrait Israël en tant qu'État juif. Nous avons, au cours de l'année écoulée, levé des centaines de barrages en Judée-Samarie pour faciliter la reprise économique chez les Palestiniens. Un examen objectif de ces faits devrait plutôt conduire les Juifs comme les non-Juifs français et européens à appeler les Palestiniens à revenir à un esprit plus pacifique plutôt que de condamner Israël."
LEPREMIERMINISTRE
ISRAELIENAPARIS
Source : dépêche AFP diffusée le 26 mai



Netanyahu attendu en France,
où la politique d'Israël est
de plus en plus contestée


De Thibauld MALTERRE

PARIS


Appels au boycott, manifestations de militants syndicaux ou politiques, "appel à la raison" d'intellectuels juifs: l'hostilité est croissante en France, bien au-delà de l'extrême gauche, envers la politique du chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu, en visite jeudi à Paris.

Dans la capitale française pour l'adhésion d'Israël à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Benjamin Netanyahu fait face à des rassemblements désormais habituels dénonçant sa politique.

L'un de ces mouvements pro-palestiniens, le collectif génération-Palestine, appelle ainsi à protester contre "l'accueil des représentants du gouvernement d'extrême droite israélien", alors que "rien n'arrête la politique de judaïsation de Jérusalem".

Mais la critique s'étend aujourd'hui au-delà des milieux militants, souvent situés à la gauche de la gauche.

"La critique anti-israélienne en France déborde largement de l'extrême gauche, parce que la pensée de l'extrême gauche exerce une forte influence sur l'ensemble du corps social, avec un souci de délégitimation de l'Etat d'Israël", déplore Gilles William Goldnadel, président de l'Association France-Israël.

Elle touche ainsi les intellectuels français, dans le pays d'Europe qui abrite les plus importantes communautés juive et musulmane. Dans un ouvrage paru le 19 mai, l'écrivain Régis Debray se livre à une critique sans concession d'un Etat, selon lui, en proie à une crise d'identité entre nationalisme et universalisme: "un Etat juif et démocratique. Un casse-tête que ce +et+".

Le livre, "A un ami israélien", se présente comme une lettre ouverte adressée à l'historien et ancien ambassadeur d'Israël en France, Elie Barnavi. Israël "n'a pas cessé de coloniser, d'exproprier et de déraciner", y dénonce l'ancien militant révolutionnaire, qui fut aussi un proche de l'ex-président socialiste François Mitterrand.

Mais la critique de la politique israélienne, en particulier de la poursuite de la colonisation, atteint également des intellectuels juifs.

Dans un "Appel à la raison" lancé le 3 mai à Bruxelles par le JCall ("European Jewish Call for Reason") et qui a recueilli plus de 6.000 signatures selon les organisateurs, des juifs européens ont ainsi décidé de "faire entendre une voix juive solidaire de l?État d?Israël et critique quant aux choix actuels de son gouvernement".

Pour les signataires, dont les philosophes Bernard-Henri Levy et Alain Finkielkraut, "l'existence d?Israël est à nouveau en danger", en partie à cause de la colonisation qu'ils qualifient d'"erreur politique" et de "faute morale".

Cet "appel" a été dénoncé par les institutions juives en France et la droite au pouvoir en Israël, qui y a vu une atteinte à la "solidarité juive".

"Les signataires de cet appel ne veulent plus de cette chape de plomb qui les contraint à opposer le bien (Israël) au mal (tous les autres)", répondent deux d'entre eux, les avocats Michel Zaoui et Patrick Klugman, dans une tribune au Monde, mercredi. Mais ils soulignent parallèlement "leurs liens indéfectibles" avec Israël.

"Des intellectuels juifs vivent la critique de manière inconfortable et ils se sentent obligés de prendre leurs distances par rapport au gouvernement israélien. Pour ma part je ne vois aucun changement entre l'action des gouvernements Olmert, Barak et Netanyahu", affirme de son côté M. Goldnadel.

Le retour au pouvoir en 2009 du Likoud (droite) de Benjamin Netanyahu, bête noire des associations pro-palestiniennes et de la gauche française, a pourtant libéré les critiques en France, avivées par la présence au ministère des Affaires étrangères d'Avigdor Lieberman, chef controversé d'un parti ultranationaliste.
LAPPELALARAISON
CREEUNDEBATVIF
AUSEINDE

LACOMMUNAUTEJUIVE
Source : lemonde.fr en ligne le 26 mai


Repenser les liens Israël-diaspora,
par Michel Zaoui et Patrick Klugman



Le manifeste JCall (European Jewish Call for Reason) a entraîné de nombreuses réactions dans la communauté juive de France, réaction modérée comme celle du président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Richard Prasquier, dans Le Figaro du 30 avril, ou brutale comme celle des signataires d'un contre-appel, "Raison garder". JCall a, à l'évidence, ému une partie de la diaspora et c'est donc déjà une réussite, puisque le débat est enfin lancé, mais on ne saurait s'arrêter là !


La question est maintenant posée de la relation entre les juifs de la diaspora et Israël. Il faut ne pas savoir lire, ou surtout ne pas vouloir lire, pour oublier que les signataires de cet appel, avant toute chose, rappellent leurs liens indéfectibles avec cet Etat dont l'existence ne saurait être remise en cause. Les tentatives de délégitimation de cet Etat nous apparaissent comme étant une expression moderne d'un antisémitisme avançant masqué, mais bien réel.

Néanmoins, les signataires de cet appel ne veulent plus de cette chape de plomb qui les contraint à opposer le bien (Israël) au mal (tous les autres). Il est évident que nous savons que les menaces extérieures sont légion et que les actes commis contre cet Etat, contre sa population, sont un drame sans cesse renouvelé. Oui, le Hamas, le Hezbollah ou l'Iran veulent la disparition pure et simple d'Israël. Oui, les juifs, depuis deux mille ans ont subi massacres et pogroms dont le point d'orgue fut la Shoah.

Mais est-ce au nom de ces douleurs infinies et au nom de la fragilité de cet Etat que les juifs de la diaspora doivent se taire ? Ne leur incombe-t-il pas justement de parler quand le danger leur semble imminent, quand une politique d'immobilisme est menée ou quand ce pays croit que le temps joue pour lui ? Est-ce au nom de cette histoire qu'Israël, auquel la diaspora est si naturellement et légitimement attachée, peut justifier tous ses actes ?

Beaucoup de juifs de la diaspora ont une vision complexe et tourmentée de ce pays dès lors qu'a été répété, durant des siècles, "l'an prochain à Jérusalem" : pour certains, cet Etat reste celui du peuple du Livre, sur une terre où furent énoncées des règles morales qui subsistent jusqu'à nos jours. Dans ce cas, le pays doit d'autant plus faire attention à ses actes. Il ne saurait y avoir d'implantations ou de colonies sauvages. A cet égard, parler de "faute morale" est à la hauteur de ce que l'on pouvait attendre d'un pays "hors normes" et qui a toujours voulu affirmer ses positions éthiques. Pour les autres, Israël est simplement une démocratie. Dans ce cas, il est également comptable des actes qu'il peut être amené à commettre. Les juifs de la diaspora doivent alors légitimement pouvoir émettre un jugement. Les signataires ont conscience de l'exploitation qui ne manquera pas d'être faite de leur prise de position, mais ce n'est pas au nom de cette exploitation possible qu'ils doivent se taire et donc être regardés comme des "suivistes" invétérés.

On s'est beaucoup étonné de l'expression "faire pression", en parlant de l'Union européenne et des Etats-Unis d'Amérique. Mais c'est justement à cause de la folie destructrice de ses voisins et d'un terrorisme qui a fait tant de victimes qu'on peut attendre d'Israël qu'il ne donne pas prise à la provocation. Devant ces gouvernements qui espèrent gagner du temps en donnant raison aux colons brandissant d'une main une mitraillette Uzi et de l'autre la Torah, la diaspora ne saurait faire silence.

Puisque ce pays n'a pas pu par lui-même trouver une solution permettant à chacun de vivre, puisque son voisin reste divisé entre l'Autorité palestinienne et un Hamas qui ne rêve que d'en découdre par des actions terroristes, alors la solution internationale doit être tentée.

Israël souffre d'un mal endémique, celui d'un système électoral aux ravages sans cesse répétés. La proportionnelle intégrale autorise des marchandages qui sont contraires à ses intérêts. Et nous ne parlons même pas de la corruption galopante qui gangrène certains de ses dirigeants. Et pourtant ce pays demeure en dépit de tout une démocratie. Et c'est parce que nous continuons à lui faire confiance que nous l'interpellons de cette manière.

Aussi, à ceux qui nous demandent : qui êtes-vous donc pour vous mêler de sa politique et pour vouloir peser sur son destin ? Nous répondons : tout simplement des Français juifs qui au nom de leur attachement fervent mais lucide pour Israël n'entendent pas abandonner leur faculté de juger.