"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

mercredi, avril 30, 2008

ACTERACISTE
OUACTETERRORISTE?
Source : lenouvelobs.com via l'Associated Press
en ligne le 20 avril à 17h
sur Diasporablog à 18h 15

Titre de la Rédaction de Diasporablog
"LA COMMUNAUTE MUSULMANE
A NOUVEAU FRAPPE PAR UN ACTE CRIMINEL"


La mosquée de Colomiers endommagée
par un incendie volontaire


La mosquée de Colomiers, commune située au nord-ouest de Toulouse, a été dégradée tôt dimanche matin dans un incendie volontaire, qui a été rapidement maîtrisé, a-t-on appris auprès de la police et du Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours (CODIS) de Haute-Garonne.

Dans un communiqué, la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie a exprimé son "indignation" à la suite de cet "acte odieux", assurant de sa "solidarité l'ensemble de la communauté musulmane de France" et demandant la mise en oeuvre de tous les moyens pour "identifier, appréhender et traduire en justice" les auteurs de l'incendie.

Le préfet de Haute-Garonne tiendra lundi matin à Colomiers une réunion avec le maire, les responsables de la police et les représentants de la communauté musulmane afin de "faire le point sur les circonstances et les développements de cette affaire", selon la Place Beauvau.
Le "petit sinistre", d'après le CODIS, a eu lieu vers 5h dans une salle de la mosquée de 25 mètres carrés et a été maîtrisé en moins de trois quarts d'heure par une dizaine de pompiers.

Le ou les incendiaires sont entrés par effraction dans le bâtiment avec un conteneur poubelle, auquel ils ont mis le feu une fois à l'intérieur, après avoir franchi une porte laissée ouverte et en avoir cassé une autre, a précisé la police.
Des représentants de l'Identité judiciaire se sont rendus sur les lieux du sinistre pour effectuer des prélèvements. Aucune revendication n'a été retrouvée par la police ou les pompiers.
La mosquée de Colomiers, située dans la zone industrielle En Jacca, a été inaugurée en 1996.



**************************************************

FRAPPE A NOUVEAU PAR UN NOUVEL ACTE CRIMINEL IGNOBLE, DIASPORABLOG APPORTE SON SOUTIEN SANS RESERVE A LA COMMUNAUTE MUSULMANE DE FRANCE.
HOMMAGE
à...

AIME CESAIRE


POEME DE DANIEL THEAULT


RESPECT ET SAGESSE

Un homme exceptionnel au Panthéon
Aimé Césaire avec sa modestie
Pour ma part, il dirait non
Pas pour énerver, mais pour la flatterie

Après un règne d’un demi-siècle
Sur la Martinique il en était fier
C’était un homme avec peu de grand geste
Que l’on se rassure, il n’était pas né d’hier

Toute la Martinique est en deuil
Car beaucoup n’ont connu que lui
Maintenant qu’il est sur son linceuil
Que le peuple se rassemble pour lui dire merci

De sa négritude, jaillit un géant
Petit de taille mais 0 combien génial
Aimé Césaire n’aimait pas les méchants
Il était d’une sobriété totale

Incinéré, il avait demandé à l’etre
Que l’on respecte sa volonté
Car d’où il est, il reste encore le maitre
Que l’on ne doute pas de sa ténacité

Panthéon ou pas Panthéon
Dans son fort intérieur, il rigole
Car maintenant pour lui c’est le néant
De sa tombe où il est, il se sent bien car il s’isole



Poème de Daniel THEAULT
En hommage à l’illustre Aimé CESAIRE




HOMMAGE
à...

AIME CESAIRE


http://www.evene.fr/celebre/actualite/portrait-interview-aime-cesaire-negritude-1322.php
DÉCÈS
DAIMECESAIRE

RÉACTION

L'AMITIÉ JUDEO-NOIRE


L'Amitié judéo-noire a appris avec douleur le décès d'Aimé Césaire, poète et dramaturge inspiré de la négritude qui aura illustré la vocation de notre pays à l'universalisme et ses liens profonds avec la Caraïbe, les Antilles et le continent africain.Connu pour ses poèmes et ses écrits, l'Amitié judéo-noire retiendra surtout de cette grande figure humaniste son combat permanent et quotidien pour une société meilleure, juste et où chacun et chacune peuvent avoir leur place.

Pour ceux et celles qui participent aux luttes anticolonialistes et antiracistes, nul mieux que lui ne savait exprimer ce que pouvaient ressentir les peuples qui avaient vécu l'exploitation colonialiste la plus sanguinaire, l'esclavagisme.Par tous les combats qu'il mena pour l'humanité, Aimé Césaire fut, comme il le souhaitait, dans ses premiers "Cahiers du retour au pays natal", "un homme juif, un homme cafre, un homme hindou de Calcutta, un homme de Harlem qui ne vote pas". Souhaitons qu'il reste, comme il le voulait, pour tous nos compatriotes martiniquais, "un initiateur et un ensemencement".Dans quelques jours, les 10 et 23 mai 2008, l'Amitié judéo-noire commémorera le 160 ème anniversaire de l'abolition de l'esclavage et mobilisera ses membres.Et Aimé Césaire sera dans toutes nos pensées !

L'Amitié judéo-noire ne l'oubliera pas!


www.amitiejudeonoire.com
PESSAH,
LAPAQUEJUIVE
en ligne le 18 avril à 18h 35


AUX 12 MILLIONS DE JUIFS QUE COMPTENT LA PLANETE ET QUI VIENNENT RENDRE VISTE A DIASPORABLOG, JE LEUR SOUHAITE


PESSAH
HAG SAMEAH

DANS UNE AMBIANCE DE JOIE, DE BONHEUR, ET DE PAIX

Bernard Koch






PESSAH FETE EN ALSACE


http://judaisme.sdv.fr:80//traditio/pessah/index.htm






YOM
HASHOAH
Source : le novelobs.com via l'Associated Press
en ligne le 30 avril



Journée de la Shoah en Israël:
Pérès appelle le monde à agir
contre le programme nucléaire de l'Iran


Le président israélien Shimon Pérès a marqué mercredi Yom Hashoah, la journée du souvenir de la Shoah, qui a commencé au coucher du soleil, en avertissant contre la menace que représente le programme nucléaire iranien.
Le monde aurait pu être entièrement détruit si le Troisième Reich de Hitler avait possédé la bombe atomique, a déclaré M. Pérès lors d'une cérémonie à Yad Vashem, le mémorial de l'Holocauste à Jérusalem.
"Mon coeur frémit lorsque je me rappelle qu'il y avait une possibilité que Hitler puisse se procurer des armes nucléaires", a-t-il déclaré. "Un dirigeant qui prévoit la destruction massive, muni d'armes de destruction massive... Que serait-il resté de notre monde"?
M. Pérès a appelé la communauté internationale à prendre ses responsabilité, une référence au programme nucléaire de l'Iran, dont le président Mahmoud Ahmadinejad s'est fait remarquer par ses déclarations anti-israéliennes.
"Nous allons prendre nos responsabilités", a-t-il déclaré. "Le monde doit prendre les siennes sans délai", a lancé Pérès, rappelant la leçon de la Seconde guerre mondiale: "dans l'histoire, il est interdit d'être en retard".
Restaurants et lieux de divertissement ont fermé leurs portes en Israël après la tombée de la nuit mercredi soir. Après une alerte aérienne jeudi matin, les cérémonies continueront de par le pays en mémoire des six millions de juifs morts dans la Shoah.
65èANNIVERSAIRE
DUSOULEVEMENT
DUGHETTODEVARSOVIE

http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/04/19/marek-edelman-le-revolte-du-ghetto_1036036_3214.html#ens_id=1035066
UNPALESTINIEN
COMDAMNE
AMORT
Source : le JDD.fr en ligne le 28 avril


Jugé pour "collaboration" avec Israël

Un membre de la sécurité palestinienne a été condamné lundi à mort par une cour martiale d'Hébron (Cisjordanie) pour collaboration avec Israël. Le tribunal militaire a jugé qu'Imad Saad, membre des Forces de sécurité nationale du président Mahmoud Abbas, avait livré des informations ayant permis l'assassinat de quatre militants palestiniens et l'arrestation de plusieurs autres. Pour être exécutable, ce verdict doit encore être approuvé par le président de l'Autorité palestinienne qui, jusqu'ici, n'a jamais donné son feu vert à l'exécution de personnes reconnues coupables de collaboration.
BENOITXVI
RENDVISITE
ALASYNAGOGUE
EASTPARK
DENEWYORK
Source : lemonde.fr en ligne le 19 avril



Une visite à la synagogue
pour consolider le dialogue avec les juifs

Stéphanie Le Bars


Echange de cadeaux, sourires, photos souvenirs et salutations... En une quinzaine de minutes, vendredi 18 avril, le pape Benoît XVI a effectué la visite de courtoisie promise à la communauté juive de New York, à la veille de la fête de la Pâque juive (Pessah). Son rapide passage dans la synagogue de Park East, en plein coeur de Manhattan, constituait la première visite d'un pape dans un lieu de culte juif aux Etats-Unis.

Cette étape dans la synagogue tenue par Arthur Schneier, rabbin réputé pour son engagement dans le dialogue entre juifs, musulmans et chrétiens, n'était pas prévue dans le programme initial du voyage du pape aux Etats-Unis. Elle a eu lieu au lendemain de sa rencontre avec une délégation de la communauté juive de Washington, au cours de laquelle il a assuré ses interlocuteurs de sa volonté de "réitérer l'engagement de l'Eglise au dialogue qui, en quarante ans, a conduit à changer fondamentalement et à améliorer nos relations".
L'attention particulière accordée aux représentants du judaïsme au cours de ce voyage vise à apaiser des relations qui se sont récemment tendues entre le Vatican et la communauté juive à travers le monde.

En février, Benoît XVI a en effet décidé de maintenir – avec quelques modifications – une prière dite "pour la conversion des juifs" contenue dans le missel latin (selon l'ancien rite de l'Eglise, restauré à titre exceptionnel) et récitée le Vendredi saint, jour de la Passion du Christ. Il y est demandé que "Dieu éclaire le cœur des juifs, afin qu'ils connaissent Jésus-Christ, sauveur de tous les hommes".

La réhabilitation de cette prière a suscité des réactions indignées d'une partie de la communauté juive. Début avril, le Vatican a dû réaffirmer son rejet "de toute attitude de mépris et de discrimination envers les juifs et de toute forme d'antisémitisme". Sans convaincre l'ensemble des responsables juifs. Mais le rabbin Schneier, à la synagogue de Manhattan, n'a pas fait allusion à cette polémique.
Lors d'une rencontre avec les représentants juifs, musulmans, bouddhistes, hindous et jaïns (proches du bouddhisme), jeudi, à Washington, le pape avait précisé sa conception du dialogue interreligieux.

Il n'est pas question pour lui que ce dialogue se résume à la recherche d'un "consensus". Il doit surtout contribuer à "découvrir la vérité" sur des questions existentielles. "Dans notre tentative de trouver des points communs [entre les différentes religions], nous avons peut-être perdu de vue notre responsabilité de parler de nos différences, avec calme et clarté", avait déclaré
Benoît XVI.

mardi, avril 29, 2008

LEPAPE
RENDVISITE

ALASYNAGOGUE
EASTPARK
DENEWYORK
Source : romandie news en ligne le 19 avril
à 5h 22
sur Diasporablog à 7h 30



Le pape chaleureusement accueilli
dans une synagogue de New York



Le pape Benoît XVI a été chaleureusement accueilli à la synagogue new-yorkaise de Park east vendredi, à la veille de la Pâque juive. Sa visite a été qualifée de "très importante symboliquement" par les dirigeants de la communauté juive.


"Du fond du coeur, shalom", a lancé le rabbin Arthur Schneier, pour souhaiter la bienvenue à Benoît XVI, deuxième souverain pontife à se rendre dans un lieu de culte juif. "Votre présence ici nous donne de l'espoir pour un chemin que nous devons parcourir ensemble", a ajouté ce survivant de la shoah, qui a fondé une ONG engagée dans le dialogue entre juifs, musulmans et chrétiens.

"Shalom ! c'est avec joie que je viens ici, juste quelques heures avant la célébration de votre Pessah, pour exprimer mon respect et mon estime à la communauté juive de New York", lui a répondu le pape. "Je vous encourage tous à continuer à bâtir des ponts d'amitié avec toutes les ethnies et groupes religieux de votre quartier", a-t-il ajouté.

"Le fait que le pape ait rencontré à deux reprises des Juifs durant son voyage aux Etats-Unis, dont une fois dans une synagogue, est très important symboliquement", a estimé dans une interview à l'AFP le président de la Ligue anti-diffamation, Abraham Foxman.
Benoît XVI avait rencontré jeudi à Washington une délégation juive, parmi laquelle se trouvaient de nombreux rabbins de toutes tendances. Il avait alors "réitéré l'engagement de l'Eglise au dialogue qui a conduit en quarante ans à changer fondamentalement et améliorer nos relations".

C'est seulement la troisième fois qu'un pape visite une synagogue. Les rencontres avec la communauté juive ont été ajoutées sur le tard au programme du voyage de Benoît XVI aux Etats-Unis. Par ces rendez-vous, le pape a voulu mettre fin aux tensions provoquées par la réapparition d'une prière catholique pour la conversion des juifs à l'occasion de la récente réhabilitation de la messe en latin d'avant le concile Vatican II.


(ats / 19 avril 2008 05:22)
YOM
HASHOAH 30 avril - 1er mai
en ligne le 29 avril



Chaque année, depuis 1959, les communautés juives à travers le monde, commémorent les 6 000 000 des leurs déportés, puis exterminés comme des rats par des hommes vils, barbares, criminels devant l'humanité.

Ces 6 000 000 d'êtres humains innocents n'avaient qu'un seul tord : être juif.


Pour se souvenir, l'Etat d'Israël a instauré une journée commémorative dans le calendrier juif. Elle est variablement célébrée selon les communautés.


En Israël, elle est marquée par le retentissement d'une sirène qui signale l'arrêt de toute activité pendant deux minutes.


En France, depuis une dizaine d'années, instituer par le Mouvement des Juifs Libéraux de France du Rabbin Farih, au métro Bir-Hakem, dans un premier temps, les 15 000 noms des juifs français arrêtés par la police de Vichy, jetés comme de la pâture dans les wagons à bestiaux et expédiés vers les camps d'extermination sont lus durant vingt-quatre heures.
Cette année, cette manifestation débutera vers 19h et se déroulera devant le Mémorial de la Shoah Rue Geoffroy l'Asnier dans le 4è arrondissement de Paris avec le partenariat du CRIF.





Richard Prasquier présidera
la cérémonie du Yom Hashoah

Le 30 avril à partir de 19h30 et pour 24 heures, se déroulera la traditionnelle lecture des noms des Déportés juifs de France au Mémorial de la Shoah, 17, rue Geoffroy L'Asnier 75004 Paris. Cette cérémonie, co-organisée par le Mouvement Juif Libéral de France et le Mémorial de la Shoah, placée sous l'égide de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, sera cette année présidée par Richard Prasquier, président du CRIF et président d'honneur du Comité français pour Yad Vashem.
Le 12 avril 1951, la Knesset, le parlement israélien proclamait le 27 nissan (date du calendrier hébraïque), Yom Hashoah U'Mered Haghetaot (journée consacrée à la Shoah et à la révolte des ghettos). Devenue entre-temps en Israël "Yom Hashoah vehaGvurah", journée de la Shoah et de l'héroïsme, elle y est célébrée par différentes cérémonies, dont la plus significative est une sonnerie de deux minutes durant lesquelles le pays entier s'immobilise.
En 1995, pour être à l'unisson d'Israël, le MJLF à Paris inventa une forme de commémoration aussi novatrice que profondément marquante, la lecture ininterrompue des noms des déportés juifs, convoi par convoi. La connaissance des noms des Déportés juifs a été rendue possible par le travail minutieux de Serge Klarsfeld.
Durant plusieurs années, la lecture se déroulait place des Martyrs du Vel d'Hiv à Paris. Elle a désormais trouvé sa place dans un lieu particulièrement consacré à la Mémoire des Déportés juifs de France, en face du Mur des Noms. Parmi les 76000 noms inscrits sur ce mur, c'est ceux des convois 36 à 72 qui seront lus pour ce Yom Hashoah 2008.
Participeront à la cérémonie officielle : Richard Prasquier, président du CRIF, Daniel Shek, ambassadeur d’Israël en France, Anne-Marie Revcolevschi, directrice générale de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, rabbin Daniel Farhi du MJLF, Serge Klarsfeld, président de l’association Fils et Filles des Déportés Juifs de France, Joël Mergui, président du Consistoire de Paris, Éric de Rothschild, président du Mémorial de la Shoah, et Francis Lentschner, président du MJLF.
Durant ces 24h, une programmation sur la thématique du sort des enfants dans la Shoah sera proposée à l’auditorium du Mémorial. Plusieurs documentaires seront présentés pendant cette journée dont "des camps dans Paris, le tri et la trace", d'Antoine Perreaux-Forest, qui rappelle "l'opération meuble" visant à rassembler et à trier tout le contenu des appartements des juifs déportés. Ce travail était fait, dans trois sites en plein Paris, par des prisonniers juifs qui, pour la plupart, ont ensuite été envoyés à leur tour dans les camps. Sont également prévues des visites guidées sur le thème "les enfants et la Shoah".


Lien vers
http://www.memorialdelashoah.org/b_content/getContentFromNumLinkAction.do?itemId=862&type=1
Des cérémonies et des offices seront organisés à Paris et dans de nombreuses villes françaises, notamment avec l’appui du
CRIF



BENOITXVI
ENVISTEOFFICIELLE
AUXETATS-UNIS
Source : leparisien.fr en ligne le 18 avril


TITRE DE LA REDACTION DE DIASPORABLOG

Le Pape Benoit XVI se rendra, lors de sa visite aux Etats-Unis, à la Synagogue "EAST PAK" où il rencontrera le Rabbin Arthur Schneier




Le pape devant l'ONU


Le pape Benoît XVI est arrivé à New York, où il a prononcé un discours devant l'assemblée générale de l'ONU. Il doit se rendre dimanche sur le site de Ground Zero, où se dressait les tours du World Trade Center détruites dans l'attentat du 11 septembre.
L'avion de la compagnie Alitalia s'est posé en début d'après midi sur la piste de l'aéroport John Fitzgerald Kennedy où un tapis rouge a été déployé sur la piste. Le souverain pontife a été accueilli par l'archevêque de New York, le cardinal Edward Eagan, le maire de la ville, Michael Bloomberg, et le gouverneur de l'Etat de New York David Paterson.


Le pape, qui arrive de Washington, a été transféré en hélicoptère au centre de Manhattan, non loin du siège des Nations unies. Des mesures de sécurité impressionnantes ont été mises en place dans la ville, où des quartiers entiers sont bouclés, et des dizaines de camions de police sont stationnés aux alentours du siège de l'ONU qui surplombe l'East River. Benoît XVI, dont c'est la première visite à New York, est le troisième pape à être reçu au siège de l'organisation internationale, après Paul VI et Jean Paul II. Alors que l'ONU célèbre le 60e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'Homme, le discours du pape devait être centré «sur ce thème et surtout sur l'unité et l'indivisibilité des droits humains fondamentaux», avait indiqué le secrétaire d'Etat du Vatican, Tarcisio Bertone. Et de fait, le pape a interpellé la communauté internationale sur la nécessité d'agir. Cette action, «dans la mesure où elle est respectueuse des principes qui fondent l'ordre international, ne devrait jamais être interprétée comme une coercition injustifiée ou une limitation de la souveraineté», a-t-il déclaré, ajoutant qu'à l'inverse, «c'est l'indifférence ou la non-intervention qui cause de réels dommages», a-t-il assuré.

Benoît XVI s'est récemment montré sévère envers l'ONU, accusée de pratiquer une «logique relativiste» conduisant à privilégier le consensus sur la vérité. Mais il défend son existence, attaché au multilatéralisme qu'il considère comme une condition indispensable à l'équilibre du monde.

En fin d'après-midi à l'«East Park synagogue», le pape rencontrera le rabbin Arthur Schneier, très engagé dans le dialogue interreligieux. Un autre moment fort du séjour du pape à New York sera la visite qu'il doit effectuer dimanche matin sur le site de Ground Zero où, après une prière silencieuse, il rencontrera quelques parents de victimes de l'attentat le plus meurtrier de l'histoire, qui avait fait près de 3 000 morts le 11 septembre 2001.
PESSAH
CHINOIS


LESREGRETS
DEHUDOLMERT
Source : lemonde.fr via l'Agence Reuters
en ligne le 29 avril à 11h 27
sur Diasporablog à 11h 55





Olmert exprime ses regrets
après la mort d'une famille à Gaza


JERUSALEM (Reuters) - Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a exprimé ses regrets après la mort d'une Palestinienne et de quatre de ses enfants dans un raid israélien mené dans la bande de Gaza, et a dit que l'armée avait ouvert une enquête à ce sujet.


"L'État d'Israël et le gouvernement d'Israël sont profondément désolés quand un civil ou un non-combattant est touché, et cela s'applique tout particulièrement à la mère et à ses quatre enfants qui ont été tués", a déclaré Olmert en conseil des ministres.
"Nous ne connaissons pas encore les circonstances exactes. Elles feront l'objet d'une enquête par l'armée, qui va rendre publiques ses conclusions exactes quant à cet incident."
Des habitants de Beït Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, ont dit que des tirs israéliens, lundi, avaient touché une maison, faisant six morts, dont une Palestinienne et quatre de ses enfants.


L'armée israélienne a fourni une autre version des faits, qualifiant ces décès de tragiques tout en affirmant qu'ils s'étaient produits quand un avion a tiré sur deux activistes qui portaient des sacs pleins de munitions. Ces dernières auraient explosé, détruisant la maison.
Des habitants du secteur disent quant à eux qu'aucun homme armé n'a péri dans l'explosion, survenue pendant ce que l'armée israélienne a décrit comme une opération contre des activistes qui tirent des roquettes sur Israël à partir de la bande de Gaza.
Olmert a dit que les activistes du Hamas opéraient dans des zones densément peuplées de la bande de Gaza, faisant des civils palestiniens "une composante inséparable de la guerre", en les exposant au danger.




Avida Landau,



version française

Natacha Crnjanskit
LASHOAH
ET
LESPAYS
MUSULMANS

en ligne sur Diasporablog le 25 avril


Shoah:
Une initative tunisienne



Aprés 65 ans , La Tunisie honore
son devoir de mémoire liée au Holocauste

Ftouh Souhail ,
Tunis




Bonjour

Une grande première, une initiative unique et sans précédent : pour la première fois dans l'Histoire, un représentant d'un pays arabe prendra part à une conférence internationale sur l'Holocauste, à Jérusalem.

Le 28 avril, Ahmed el-Abassi, représentant de la Tunisie de l'Autorité Palestinienne, interviendra lors de l'ouverture de la conférence qui se tiendra pendant trois jours à l'Institut Yad Ben Zvi à Jérusalem, et qui aura pour thème « le sort des Juifs d'Afrique du Nord pendant la Deuxième Guerre Mondiale. » En tout, 21 chercheurs d'Israël, d'Europe et des Etats-Unis participeront à la Conférence. C'est la première fois dans l'histoire, qu'un diplomate tunisien prend part à un tel événement (1).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, deux régimes séparés opéraient simultanément en Tunisie. D'une part, le pays était sous mandat français, mais jouissait parallèlement de son propre gouvernement indépendant. Toutefois, pendant six mois , de novembre 1942 à mai 1943 le pays avait été envahi et soumis au le régime Nazi.

La Tunisie, à cette époque, sous protectorat français, est le seul pays d'Afrique du Nord à avoir connu l'Occupation. Les lois de Vichy étaient en vigueur depuis 1940. Mais, c'est en 1942 que les troupes allemandes font leur apparition brutale en Tunisie. Comme l'écrira Albert Memmi, l'Histoire du monde rattrape violemment les Juifs de Tunisie.

Tout juste arrivé à Tunis (2) , les nazis appliquèrent le même système qu'en Europe : rationnements, port de l'étoile jaune dans les villes , réquisitions, spoliations, numerus clausus, amendes infligées aux communautés, le tout sous les bombardements intensifs des forces alliées. Le jour de la rafle, 2 000 hommes furent arrêtés, que les allemands iront parfois ramasser jusque dans les synagogues (3).


En six mois d'occupation, de décembre 1942 à mai 1943, sur une population de 85 000 Juifs,

4 000 hommes seront envoyés aux travaux forcés dans des camps, sans compter les « Tunisiens de France » qui seront déportés à Auschwitz. Le grand organisateur, est le colonel Walter Rauff, qui dirige les troupes SS. Il s'est déjà fait un nom : il était le concepteur des chambres à gaz mobiles - où les gaz d'échappement étaient rejetés à l'intérieur du camion, provoquant ainsi la mort par asphyxie de cinquantaine de personnes : 100 000 victimes en Ukraine, Biélorussie, Yougoslavie.
Durant ces terribles six mois d'occupation, des jeunes hommes de la communauté étaient conduits vers l'un des plus grands Camps de Travail forcé, aux alentours de Bizerte (au nord de la Tunisie). Les familles des travailleurs forcés, quant à elles, subissaient l'humiliation et toute l'injustice de l'occupant nazi.

Bien que les Nazis n'avaient pas le temps nécessaire d'exterminer la population juive locale et d'appliquer la "Solution finale" en Tunisie, grâce essentiellement à la résistance de la communauté locale et du gouvernement tunisien indépendant, des milliers de Juifs ont été arrêtés et contraints de porter l'Etoile jaune. Les Juifs tunisiens furent également contraints de payer des amendes et ils étaient systématiquement maltraités physiquement.

En Tunisie il y avait des justes parmi les nations qui ont sauvé des juifs (le règne du roi Moncef Bey) durant l'occupation allemande. Tous les hommes de 18 ans et plus de confessions juive, furent contraints, raflés et expédiés dans des camps pour l’accomplissement du « travail obligatoire » avec les conséquences qu'on pourrait imaginer !

Mais dans la ville de Grombalia, (à 40 kilomètres au sud de la capitale Tunis) certains ont pu être sauvés par des habitants loyaux qui leur offraient un logement et de la nourriture, jusqu' à la libération. Les justes sont effectivement des braves et le temps qui passe valorisera leurs actions davantage avec un réel espoir de servir d'exemple et de modèle pour un avenir de paix et d'entente entre tous les hommes (4).

Le Bey de Tunis avait aussi une attitude courageuse dans cette période sombre de l'Histoire de notre pays. Moncef Bey n'a pas favorisé la moindre propagande antijuive comme le firent les autorités de Vichy. Le souverain tunisien, Moncef Bey, monté depuis peu sur le trône avait assuré que les juifs étaient des tunisiens comme les autres. A la période de l'occupation nazie, il n'avait certes aucune possibilité d'empêcher les Allemands de s'en prendre à la Communauté Juive. Malgré l'antisémitisme de certains de ses sujets, il n'eut jamais une attitude hostile à l'égard des juifs tunisiens et, très habilement, il refusa de collaborer avec l'occupant allemand.

Aujourd'hui, nous tenons à rendre hommage à ce Prince, dont les Juifs de Tunisie ont honoré la mémoire après son décès, en raison de son comportement contrastant avec celui de la quasi-totalité des gouvernements Vichystes des pays occupés. Pendant que le Maréchal Pétain et son administration favorisaient la chasse aux Juifs, un Prince musulman témoigna sa sympathie envers ses sujets juifs.


En cette période où des campagnes haineuses envers les Juifs se développent dans des pays musulmans, il est bon de rappeler que, si le judaïsme tunisien a survécu à l'un des plus grands dangers de son Histoire, c'est en partie au moins à un Prince musulman qu'il le doit.

65 ans après ces faits, et parce que la compassion et l'engagement envers nos compatriotes juifs sont un devoir moral, le représentant officiel de la Tunisie à la conférence internationale sur l'Holocauste organisée à Jérusalem, interviendra pour rappeler ce triste épisode de notre Histoire et les grandes souffrances de la communauté juive de ce pays.

Durant trois jours, la conférence qui s'ouvrira le 28 avril à l'Institut Yad Ben Zvi, abordera le sort des Juifs d'Afrique du Nord pendant la Seconde guerre mondiale. Ahmed el-Abassi, représentant de la Tunisie auprès de l'autorité palestinienne, apportera lors de cette conférence internationale sur l'Holocauste un témoignage édifiant sur le sort des Juifs tunisiens, sous l'occupation allemande, qui reste un drame inestimable pour ce pays. Il sera ainsi le premier représentant d'un pays arabe et musulman à évoquer la Shoah (5).

Si les allemands ont échoué , en quelques mois d'occupations, à effacer des siècles de présence juive en Tunisie, aujourd'hui l'attachement des juifs tunisiens à cette terre fait qu'ils ne peuvent rester indifférents devant cette première participation tunisienne à une conférence internationale sur l'Holocauste.

Le président Ben Ali, qui contrairement à tant d'autres, s'est toujours montré bienveillant et amical vis à vis de la communauté juive, témoigne aujourd'hui de sa solidarité pour le sujet et sa reconnaissance des peines et souffrances qu'a enduré la communauté juive tunisienne sous l'occupation allemande.

La participation tunisienne, à cette conférence internationale, est à inscrire dans les annales: Elle montre que la Tunisie s'est engagée, comme l'ensemble des pays civilisés, à s'assurer que le monde n'oubliera jamais l'horreur de l'Holocauste.

Nous Tunisiens, avions et possédons toujours cet esprit de tolérance et d'amitié pour tous, c'est pourquoi, nous nous souvenons toujours des peines et souffrances qu'a enduré la Communauté juive tunisienne sous l'occupation allemande. Il faut garder l'espoir que d'autres pays s'inspireront de la politique de la Tunisie pour faire rayonner la paix dans le monde.


Ftouh Souhail, Tunis,
jeune avocat indépendant
souhailftouh@hotmail.com




Chers lecteurs,

La vérité fait mal après l'avoir ignorée !
Il y a eu effectivement une attitude très remarquable de Moncef Bey et de nombreux « justes » parmi les tunisiens musulmans.
Hélas, aujourd'hui, il y en a trop peu qui s'expriment pour dire la fraternité possible entre nos deux religions.
En 1939, il y avait des allemands qui n'étaient pas nazis mais qui se sont tus !
« Peu de gens sont de vrais nazis » disait un homme dont la famille faisait partie de l'aristocratie allemande, mais nombreux sont ceux qui se réjouissent du retour de la fierté allemande, et encore plus nombreux ceux qui sont trop occupés pour y faire attention.
Il était de ceux qui pensaient simplement que les nazis étaient une bande de cinglés.
Aussi la majorité se contenta-t-elle de regarder et de laisser faire.

Aujourd'hui, des « experts » et des « têtes bien pensantes » ne cessent de nous répéter que l'Islam est une religion de paix et que la vaste majorité des musulmans ne désire que vivre en paix !

Le fait est que les fanatiques gouvernent l'Islam actuellement. Ce sont les fanatiques qui paradent !
Ce sont les fanatiques qui financent chacun des cinquante conflits armés de par le monde ! qui assassinent, posent les bombes, décapitent, massacrent ou commettent des crimes d'honneur, lapident et pendent des victimes de viol et des homosexuels.

La Russie communiste était, elle aussi, composée de russes qui voulaient vivre en paix, bien que les communistes russes aient été responsables du meurtre de vingt millions de personnes.
On peut faire le même parallèle avec la population chinoise et les communistes chinois qui réussirent à tuer soixante dix millions de personnes.
Sans oublier le belliqueux Japon qui commit meurtres et carnages dans une orgie de tueries en abattant douze millions de civils chinois à coup d'épée, de baïonnettes et de pelles !
Et les Rwandais, les Serbes, les Irakiens, les Nigériens, les Algériensâ..et beaucoup d'autres peuples sont morts parce que la majorité silencieuse n'a pas réagi avant qu'il ne soit trop tard !


Heureusement qu'il y a des musulmans éclairés en Tunisie, Maroc, Jordanie, Egypte! Mais s'ils ne réagissent pas, s'ils ne se forment pas en vague d'assaut, ils s'éveilleront un jour submergés par celle du terrorisme Islamiste, ils seront aussi la proie de ces fanatiques et la fin de leur monde aura commencé.


A Méditer!




(1) C'est ce qu'a annoncé le porte-parole du mémorial de la Shoah Yad Vashem, Iris Rosenberg, le mercredi 2 avril. « C'est la première fois qu'un représentant des Arabes musulmans est recruté pour sensibiliser le monde arabe au Moyen-Orient sur la question. » Le porte-parole du Musée de l'Holocauste à Jérusalem a considéré que : « Sa présence exprime sa solidarité pour le sujet et la reconnaissance des peines et souffrances qu'a enduré la Communauté juive tunisienne sous l'occupation allemande ». Extrait d'un article paru le 6 Avril, dans la rubrique du ˜Daily Israel Report, sur Arutz Sheva, traduit par Claude Lesselbaum.

(2) Les Allemands qui étaient refoulés d'Egypte après El Alamein et Tobrouk sont arrivés à la capitale Tunis, le 8 novembre 1942.

(3)Durant le Rafle des Juifs de Tunis, un jour du 9 décembre 1942 (le 2 Tevet 5703) quelques 2 000 juifs furent arrêtés. Des centaines d'entre eux avaient trouvé la mort et plusieurs d’entre eux ont trouvé la route de la déportation.

(4) L’an dernier, un Tunisien Khaled Abdelwahhab a été le premier Arabe à recevoir le titre de « juste des Nations » par le Mémorial de la Shoah Yad Vashem.

(5) Plus récemment, cette année, le Musée de l'Holocauste de Yad Vashem a lancé un site Internet en langue arabe, pour sensibiliser le monde Arabe sur la question de l'extermination des Juifs par les Nazis et pour combattre la négation de l'Holocauste. Le Prince Hassan de Jordanie a enregistré un discours sur vidéo pour l'inauguration du site Inte
rnet.
LESSONS
DUMONDE
en ligne le 18 avril



"La réconciliation entre les parties palestiniennes
est un préalable à la paix au Proche-Orient"


Où en est le processus de réconciliation entre le Fatah et le Hamas ?

Quelles sont les conditions aujourd'hui pour une relance du processus de paix ?


Pour Dominique Thomas, chercheur à l'EHESS et auteur de "Crises politiques en Palestine, 1997-2007" (Michalon, 2007), "les autorités israéliennes ont eu carte blanche pour mettre en place un processus de blocus et d'attaques ciblées".


http://www.lemonde.fr/web/panorama/0,11-0@2-3218,32-1035436@51-891944,0.html
ISRAEL
ITALIE
APRESLELECTION
DEBERLUSCONI
Source : israelvalley.com en ligne le 18 avril
à 9h 16.
Sur Diasporablog à 9h 35


Silvio Berlusconi
et la relance de la coopération militaire
avec Israël


Par Dan Assayah


GRANDE JOIE EN ISRAEL avec le retour de Silvio Berlusconi qui n’a jamais caché son soutien à la mise en place d’une coopération très forte entre Israël et l’Italie. Silvio Berlusconi va faire son premier voyage OFFICIEL en… ISRAEL !


Les Israéliens ont développé avec les Italiens des liens extrêmement forts dans les domaines commerciaux et surtout dans le secteur de la coopération militaire.
Un article de Bernard Ravenel sur “La coopération militaro-industrielle entre l’Italie et Israël” rapportait en 2006 avec précisions des éléments :
EXTRAITS : “Le sénat italien a approuvé à une large majorité un projet de loi de ratification du « mémorandum d’accord » entre les gouvernements italien et israélien en matière de coopération dans le secteur militaire et de la défense en 2005.
Les domaines de coopération comprennent « l’échange de matériel d’armement »,
« l’organisation des forces armées », « la formation et l’entraînement du personnel militaire », « la recherche et le développement dans le domaine militaire ».

Pour cet objectif sont prévus des « échanges d’expériences entre les experts des deux parties », une « participation d’observateurs à des exercices militaires », des « programmes de recherche et de développement dans le domaine militaire ».
Il s’agit d’un « engagement politique précis pris par le gouvernement italien en matière de coopération avec l’Etat d’Israël dans le domaine de la défense ». Ce mémorandum d’accord correspond aux « intérêts stratégiques nationaux »
Dans une certaine mesure, il s’agit bien d’intérêts stratégiques nationaux si on se situe dans l’optique des intérêts tels qu’ils sont conçus par le gouvernement de Silvio Berlusconi.
En effet, les forces armées italiennes ont beaucoup à apprendre des Israéliens en matière d’armement, d’organisation et d’entraînement.

Par ailleurs, dans le domaine de la recherche et du développement, l’industrie de guerre italienne peut tirer des avantages notables de la coopération avec Israël et, à son tour, elle peut offrir à Israël sa haute technologie.
En outre, le fait que le projet de loi ait été présenté de concert avec le ministre de l’Université et de la Recherche indique que le gouvernement entend impliquer dans la coopération militaire avec Israël des centres de recherche universitaires.”

lundi, avril 28, 2008

TOUS
ENSEMBLE

L'AMITIE ENTRE JUIFS
ET MUSULMANS DE FRANCE


Diasporablog publie le texte intégral du discours que j'ai prononcé mardi 15 avril à la Mosquée de Drancy lors de l'annonce publique de ma nomination auprès de I'Imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, comme chargé des relations inter-cultuelles et inter-culturelles de sa communauté musulmane :

Monsieur le Maire, Jean-Christophe Lagarde
Monsieur le Chef de Cabinet, Dominique de Ponfarcy
Monsieur l'Imam et Président de la Communauté Muslmane de Drancy
Monsieur le Président de la Communauté Juive de Drancy, Monsieur Jacques Aboucaya
Monsieur le Rabbin de Drancy, Monsieur Amar,
Monsieur le Rabbin de l'Essonne et co-Président de l'Amitié Judéo-Musulmane de France, Michel Serfaty
Mesdames, Messieurs les élus,
Mes chers amis,


Je ferai court car moins bon orateur que mes prédéceseurs.

Je voudrais m'adresser en tout premier lieu à un homme d'exception. Exceptionnel par sa qualité humaine, exceptionnel par son abnégation envers les autres, exceptionnel par son ouverture aux autres, sans distinction, exceptionnel par sa profonde et sincère volonté de rechercher à tout prix les chemins qui mènent au dialogue et à la paix. Cet homme que je hisse au-dessus de tous, est un homme de foi qui met sa foi au service des hommes, de tous les hommes, quelque soit leur appartenance cultuelle ou culturelle. Cet homme a mis l'être humain, la personne, au centre de sa mission de gardien de la foi musulmane et veut rendre l'Islam à sa véritable vocation, celle d'une religion humaniste au même titre que le Judaïsme ou le Christianisme. Cet homme exceptionnel, ouvert à tous, à l'écoute de tous, je veux le nommer il s'agit de l'Imam Hassan Chalghouni, Imam de Drancy. Notre relation entre lui et moi remonte à il y a deux ans. Le Bus de l'Amitié Judéo-Musulmane de France conduit, comme aujourd'hui, par le Rabbin Serfaty, s'était arrêté dans cette ville, chargée de symboles, ville où à quelques pas d'ici un camp avait été dressé par le Gouvernement de Vichy qui y avait parqué plusieurs milliers de Juifs français, arrêtés par la Police française puis jetés dans les wagons à bestiaux pour terminer leur voyage dans les camps de la mort. Ce jour-là, devant le wagon-témoin du Camp de Drancy, l'Imam de Drancy que je découvrais, avait prononcé un discours bouleversant, inhabituel, invitant les « Musulmans du monde entier à respecter la mémoire juive ». Je n'en croyais pas mes oreilles. Ce discours lui a valu, le lendemain, de sérieuses difficultés. Dès ce jour, Je me devais de soutenir cet Imam qui prenait des risques face à sa communauté. Hassan Chalghouni venait, à ce moment-là, à mes yeux, de sceller en France une nouvelle ère dans les relations entre la communauté juive et la communauté musulmane. Dès lors, nous n'avons pas cessé d'entretenir des relations d'une inestimable qualité, aujourd'hui, devenues fraternelles. Nous avons également échangé des idées, tout au long de cet échange ininterrompu, pour consolider cette nouvelle page de l'amitié entre Juifs et Musulmans et tenter de la prolonger par des actions sur le terrain. Cet échange riche, fructueux arrive aujourd'hui, à maturité et prend consistance sous la forme d'une collaboration effective et quotidienne.
En effet, pour la première fois en France, un Imam, haut guide spirituel de l'Islam, engage, à ses côtés, un membre de base de la communauté juive de France pour persévérer, renforcer, stimuler et mettre en pratique tout ce qu’ils ont élaboré avant de se mettre au travail. Hassan Chalghouni à ce moment-là de mon discours, je veux te dire publiquement, devant des centaines de témoins rassemblés autour de l'Amitié Judéo-Musulmane de France, combien je suis sincèrement et profondément touché, bouleversé même, par la confiance que tu as mis et mets en moi, par l'affection que tu me portes depuis le jour où nous nous


C'est pour moi une haute reconnaissance que je reçois de ta part, de la part de la communauté musulmane de Drancy. Que cette reconnaissance vienne des Musulmans, que je remercie pour l'accueil sincèrement chaleureux que je reçois d'eux depuis plusieurs jours, c'est une fierté considérable pour moi, qui rend ma tâche encore plus stimulante et fortifie ma responsabilité tant auprès de ta communauté que de la mienne C'est aussi l'aboutissement de 30 ans d'initiatives et d'actions sur le terrain que j'ai menées pour que toutes les communautés cultuelles et culturelles de ce pays cessent de se regarder de travers, dialoguent entre elles et se trouvent en harmonie avec la société dans laquelle elles vivent, ensemble, l'une près de l'autre, et non chacune de son côté. Je m'engage devant toi, devant la communauté musulmane, la communauté juive et toutes les autres composantes de la société française et je dis que je serai auprès de toi un collaborateur loyal, fidèle, actif et respectueux des valeurs communes de l'Islam et du Judaïsme.

L'objectif que je poursuis depuis toujours et qui me tient essentiellement à coeur, que je me fixe et que je me dois d'atteindre, grâce à cette merveilleuse aventure humaine qui prend naissance aujourd'hui, c'est de tenter, par des actions au quotidien, de briser les murs du mépris, des préjugés et de la haine. Vaste programme, programme ambitieux, me direz-vous. Oui, vous avez raison. Mais il me semble, et mon expérience est là pour me servir, que c'est du domaine du possible. Et puisque c'est de l’ordre du possible, alors allons-y, sans crainte ! En tous cas, moi, j'y crois. Sincèrement. Fermement. Et ne comptez pas sur moi, ne compte pas sur moi, pour que je dévie d'un pouce de ma trajectoire. Aucune résistance, d'où qu'elle provienne, ne me déstabilisera, ne me fera chavirer.
Enfin, Hassan, toi et moi, en plus des idées que nous partageons pour rapprocher les uns des autres, c'est ce désir partagé que cette collaboration entre un Imam et un juif soit une réussite exemplaire, recopié à des milliers d'exemplaires à travers tout le territoire français.

Cette étape cruciale qui vient d'être franchie à Drancy est je crois, l'un des plus beaux résultats né de l'initiative du Rabbin Serfaty qui depuis 3 ans a ouvert une brêche et tracé de nouvelles perspectives dans ces nécessaires échanges et dialogues que doivent avoir Juifs et Musulmans entre eux. Cette étape originale, mais qui devrait, en réalité, étre naturelle, n'aurait pas pu avoir lieu sans l'Amitié Judéo-Musulmane de France créée à l'initiative du Rabbin Serfaty, Rabbin de Ris-Orangis. Monsieur le Rabbin, je me tourne vers vous, cette fois, pour vous dire combien j'étais heureux de participer pleinement à cette action enrichissante que vous avez mise en place et soyez-en sûr, je vous en suis tout à fait reconnaissant. Comme vous pouvez le constater, Monsieur le Rabbin. L'amitié judéo-musulmane de France qui vous avez mise en route, à travers un Bus qui sillonne la France et l'Ile-de-France, commence à porter ses fruits. Merci très sincèrement.

Merci, à Monsieur le Maire, Jean-Christophe Lagarde et à son Chef de Cabinet, Dominique de Pontfarcy, pour leur soutien sans faille, sans la moindre hésitation à la décision qu'a prise l'Imam de Drancy, Hassan Chalghouni en engageant un membre de la communauté juive pour une mission approfondie de dialogue et d'actions envers les populations dites de la diversité, à commencer par le dialogue entre Juifs et Musulmans.

Je ne peux m'empêcher en ce moment même de penser à mon papa – qu’il m'entende là où il est –, à ma mère et leur dire que je les aime du fond de mon coeur et que cette consécration de la communauté musulmane c'est aussi la leur. Jamais mes parents ne m'ont enseigné l'intolérance. Bien au contraire. Jamais d'interdiction de fréquenter untel ou untel. J'ai été élevé dans l'esprit de tolérance du judaïsme. Ma mère et mon père n'ont jamais cessé de me soutenir, malgré les aléas de ma vie et mes choix professionnels, plus près du militantisme des causes humaines que de l'intérêt économique et social.
A ma soeur, Brigitte, fidèle à son frère, respecteuse aussi de mes choix, véritable protectrice de toute la famille et de moi en particulier, j’adresse à tout instant mon amour de frère. A Sarah, Amiel, Ava, ses enfants admirables, lumières parfaites de la famille je dis aussi que je saurais être à leurs côtés sans compter. Je pense aussi à leur papa qui est aussi mon beau-frère, Lionel, dont la musique adoucit les moeurs et que j'affectionne sincèrement.
A Guy, frère de ma mère et toute la famille en Israël, je fais partager le bonheur que je ressens ici à Drancy aujourd'hui. Merci du fond du coeur pour tout ce que vous avez fait ou que vous faites pour moi.

Dans la vie on n'atteint pas seul les sommets qu'on cherche à atteindre. Chaque pas dans une vie nous le devons à des personnes qui à un moment ou à un autre vous ont apporté affection, écoute, et même vous ont tendu la main durant les moments difficiles. Ces personnes ont de l'importance pour moi. Je voulais aussi les citer en guise de gratitude et leur faire partager ces moments forts que je vis aujourd’hui avec mes amis musulmans de Drancy.

Jeanne Fayard, Hassiba Sandré, Myriam Guilhot, Marie-Roger Biloa, Sylvestre d'Alméida, Daniel Théault, Jacques Martial, Bruno Schneider, Bernard Loupias, Jacques Melloul, Didier Bourg, Felly Sédécias, Claude Mayrand, Armand El-Bez, Gérard Tubiana, Achour Rerzki, Jean-Marie David, Marie-Pierre Bay, Michel Zerbib, Isabelle Zagdoun, James Thor, Freh Khodja, Gad Abitan, Olivier Ben Yahya, André Benayoun, Maurice Dorès, Catherine Humblot, Isidore Irié, Abdoulaye Barro, André Added, Michel Raffa, Lisette Malidor, Yves Kamami, Maurice Ruben-Hayoun, Abdoulaye Barro, Alain Suied, Antoine Spire, Jean-Baptiste Tiémélé, Frédéric Viey, Sabiine Zeitoun, Liliane Sloimovitz, les Rabbins Mikaël Journo, Yoni, Krief, Olivier Kaufmam (créateurs du Colectif d'Initiative Rabbinique)

Je voudrais faire une demande publique. Elle s'adresse à la communauté juive de Drancy. Nous approchons des fêtes de Pessah. Il est dans la tradition juive, lors des célébrations de nos fêtes, d'inviter des «étrangers» à la table familliale. «Etrangers» signifiant des personnes ne faisant pas partie de la famille.
Je demande à la communauté juive de Drancy d'accepter d'accueillir des jeunes musulmans de Drancy, y compris des jeunes des cités.



Bernard Koch
Assistant de l'Imam de Drancy,
Hassan Chalghoumi



INFO
DERNIÈRE
DIASPORABLOG


"LA VIE DEVANT SOI" au Théâtre
Victoire des Molière 2008

Meilleure comédienne pour Myriam Boyer
Meilleure adaptateur pour Xavier Jaillard
Meilleur spectacle du Théâtre privé


La comédienne Myriam Boyer vient de recevoir le Molière 2008 de la meilleure comédienne pour sa prodigieuse interprétation de Mme Rosa dans "LA VIE DEVANT SOI" adaptée, pour le théâtre, par Xavier Jaillard (Molière 2008 pour le meilleur adaptateur) du roman à succès de Romain Gary. Il avait été également porté à l'écran sous la direction du réalisateur israélien Moshé Mizrahi qui avait immortalisé Simone Signoret en Mme Rosa.

Le spectacle vient d'ajouter à son palmarès des Molière, celui du meilleur spectacle du Théâtre privé.

DISPORABLOG avait chaleureusement recommandé LA VIE DEVANT SOI en début de saison. Nous reviendrons sur ce succès mérité.

HOMMAGE
à...


AIME CESAIRE


BILLET DU 13 AVRIL 2008
diffusé sur Judaiques FM 94.8 Mhz«



"Je serais un homme-juif… "



Bonjour,
Qu’il me soit permis d’ouvrir ce billet d’humeur sur un extrait d’un poème tiré d’un recueil intitulé « Cahier d’un retour au pays natal » :

Partir.
Comme il y a des hommes-hyènes et des hommes-panthères,
je serais un homme-juif
un homme-cafreun homme-hindou-de-Calcutta
un homme-de-Harlem-qui-ne-vote-pas
l'homme-famine,
l'homme-insulte,
l'homme-torture
on pouvait à n'importe quel moment le saisir le rouerde coups, le tuer - parfaitement le tuer - sans avoirde compte à rendre à personne sans avoir d'excusesà présenter à personne
un homme-juif
un homme-pogrom
un chiot
un mendigot

Ces paroles sont celles d’un poète français qui se meurt : Aimé Césaire. A 94 ans, celui que l’on appelle le « chantre de la négritude » est hospitalisé dans un état préoccupant à Fort-de-France en Martinique. Aimé Césaire a consacré sa vie littéraire et politique à se battre contre le colonialisme et le racisme. La « négritude » est un concept auquel se rallia Sartre pour lutter contre l’assimilation d’une culture et d’une identité. Juifs, nous ne pouvons que nous sentir proche de cette revendication. A cet égard, l’autre grande plume de cette condition noire, Calixthe Beyala déclara lors d’un entretien pour « Israël Magazine » en septembre 2006 : « Entre Juifs et Noirs, il y a une alliance naturelle. Dans ses diatribes contre l’esclavage et le colonialisme, Aimé Césaire rappelle que les Juifs sont des alliés ». Je ne pense pas que la cause noire et la cause juive puissent se confondre. Cependant, force est d’admettre que nos deux Peuples ont connu l’esclavage, les tentatives d’assimilation, les persécutions. Frères de souffrances, nous le sommes, frères d’espérances nous devons l’être. Des « alliés » comme le dit Calixthe Beyala en pensant à Aimé Césaire. C’est précisément la réflexion qui doit être la notre en ces jours qui précèdent la fête de Pessah. En déclarant que « Nous avons été esclaves », nous affirmons que nous ne pouvons nous considérer libres tant qu’un homme demeure esclave. L’abolition de l’esclavage a deux siècles pour la plupart des grandes nations occidentales comme la France, l’Angleterre ou les Etats-Unis. Reste que, nous le savons, l’esclavage moderne existe, sous d’autres formes qu’un esclavage massif. De jeunes et petites mains confectionnent nos vêtements, d’autres travaillent quatorze heures par jour pour des salaires de misère. Etre Juif, c’est se souvenir de notre esclavage en permanence en considérant que notre liberté ne sera entière que lorsque tous les hommes seront affranchis. La fête de Pessah est celle d’une espérance messianique. La voix d’Aimé Césaire demeurera dans les consciences la voix d’un homme épris de liberté et de fraternité.

Je prendrai plaisir à vous retrouver le dimanche 4 mai après les fêtes de Pessah. D’ici-là Shavouah tov, bonne semaine à tous et Pessah Saméah.


Rabbin Gabriel Farhi
HOMMAGE
à...

AIME CESAIRE
Source : lci.fr en ligne le 17 avril


Obsèques nationales dimanche, une entrée au Panthéon ?



Nicolas Sarkozy se rendra dimanche aux obsèques à Fort-de-France du chantre de la négritude décédé jeudi. Des élus réclament son entrée au Panthéon.
Une idée à laquelle la ministre de la Culture, Christine Albanel, s'est dite "favorable". Le secrétaire d'Etat à l'Outremer, Yves Jégo, est déjà parti pour la Martinique.


Alors que Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur et de l'Outre-Mer, a annoncé jeudi des obsèques nationales pour Aimé Césaire, décédé dans la matinée à l'hôpital de Fort-de-France à l'âge de 94 ans, le secrétaire d'Etat à l'Outre-Mer Yves Jégo a quitté jeudi Paris pour la Martinique. Il est parti saluer au nom du gouvernement la dépouille mortelle du poète et homme politique à Fort-de-France, où trois jours d'hommage sont prévus avant un grand rassemblement dimanche au stade de Dillon.

Après une veillée familiale jeudi soir au domicile d'Aimé Césaire, le cortège transportant sa dépouille mortelle circulera vendredi après-midi à travers la ville de Fort-de-France pour un premier hommage populaire, puis une grande veillée populaire est prévue jusque dimanche 11h, avant les cérémonies en présence des personnalités dont Nicolas Sarkozy, et l'enterrement dans l'après-midi. A la demande de la famille, il n'y aura pas de cérémonie religieuse. L'émisssion dans laquelle le président devait intervenir en direct lundi soir sur TF1 et France 2 a même été décalée à jeudi pour l'occasion (lire notre article). Ségolène Royal se rendra, elle aussi, aux funérailles ainsi qu'aux veillées funéraires de celui qu'elle avait rencontré en janvier 2007, lors de la campagne électorale, à Fort-de-France.

Aimé Césaire au Panthéon ? Dans la multitude d'hommages rendus par les politiques dès l'annonce de la mort du chantre de la négritude, l'ex-candidate socialiste a d'ailleurs demandé son entrée au Panthéon, saluant "un éveilleur de conscience, un éclaireur de notre temps, un démineur d'hypocrisies, un porteur d'espoir pour tous les humiliés, un combattant inlassable de l'humaine dignité". Lors de sa venue en janvier 2007 à Fort-de France, Aimé Césaire s'était réjoui "d'avoir une petite Martiniquaise" de retour sur l'île où "elle a passé trois ans de sa vie dans son enfance". Le député-maire de Drancy, Jean-Christophe Lagarde (Nouveau Centre), l'historien Claude Ribbe et le député Victorin Lurel, président PS de la Région Guadeloupe, ont eux aussi fait cette demande d'entrée au Panthéon d'Aimé Césaire, si sa famille et le peuple de la Martinique sont d'accord.
Une demande à laquelle la ministre de la Culture est réceptive. Interrogée sur RTL, Christine Albanel s'est déclarée "favorable" à une éventuelle entrée au Panthéon d'
Aimé Césaire. "C'est une très belle idée", a-t-elle commenté. "Je ne sais pas si lui-même l'aurait souhaité, certains grands personnages sont tellement attachés à leur terre qu'ils souhaitent y rester, mais Aimé Césaire en aurait tous les titres", a-t-elle réaffirmé.
Une salle
Aimé Césaire à Louis Le Grand Le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a fait savoir que les députés observeraient une minute de silence au début de leur prochaine séance solennelle, le mardi 29 avril, et qu'un "hommage particulier" serait rendu à leur ancien collègue.

Bertrand Delanoë, maire PS de Paris, a de son côté indiqué qu'il allait proposer à son conseil municipal de donner à un lieu de la capitale le nom du grand poète martiniquais, "figure emblématique de la Martinique et de tout l'Outre-Mer, progressiste passionné, combattant de la fraternité universelle, éveilleur des âmes et des consciences".

Déjà le délégué interministériel pour l'égalité des chances des Français de l'Outremer, Patrick Karam, a annoncé que le nom d'Aimé Césaire sera donné à une salle du Lycée Louis Le Grand à Paris, où le poète avait fait ses études. Il s'agira de la salle d'études où Aimé Césaire avait coutume de travailler avec ses camarades de l'époque, notamment Léopold Sedar Senghor ou encore Georges Pompidou.

HOMMAGE
à...


AIME CESAIRE

Aimé Césaire: les grandes dates de sa vie
Voici les grandes dates de la vie de l'écrivain et homme politique martiniquais Aimé Césaire, mort jeudi à Fort-de-France à l'âge de 94 ans :


- 25 juin 1913: naissance à Basse-Pointe (Martinique). Ce fils d'un inspecteur des impôts est très tôt encouragé à étudier par ses maîtres

- 1931: arrive à Paris comme boursier du gouvernement où il va rencontrer Léopold Sédar Senghor, le futur président du Sénégal

- 1934: fonde, avec d'autres étudiants des Antilles, de Guyane et d'Afrique, le journal "L'étudiant noir"

- 1935: réussit le concours d'entrée à Normale Sup

- 1937: mariage avec une étudiante martiniquaise, Suzanne Roussi

- 1939: retour en Martinique où il enseigne au lycée de Fort-de-France juqu'en 1945. Parution remarquée du recueil "Cahier d'un retour au pays natal" qu'André Breton préfacera en 1943

- 1945: élu maire de Fort-de-France (jusqu'en 2001)

- 1945: élu député avec le soutien du Parti communiste. Il le restera, sous des étiquettes différentes, jusqu'en 1993. Rapporteur de la loi sur "la départementalisation" de la Martinique, Guadeloupe, Guyane et Réunion

- 1948: parution de l'"Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache", préfacée par Jean-Paul Sartre qui consacre les idées de Césaire et de ses amis sur "la négritude"

- 1956: quitte le Parti communiste. Conseiller général du 4e canton de Fort-de-France (jusqu'en 1970)

- 1957: créé le Parti progressiste martiniquais (PPM)

- 1958: accorde un "oui" réticent à de Gaulle puis soutient sans réserve son ami Mitterrand aux présidentielles de 1981 et 1988

- 1976: parution de ses Oeuvres complètes chez l'éditeur martiniquais Desormeaux

- 1982: lauréat du Grand prix national de la poésie

- 1983: président du conseil régional de la Martinique (jusqu'en 1986)

- 2005: refuse de recevoir Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, en raison de la colère suscitée par l'article de loi reconnaissant "le rôle positif" de la colonisation

- 2006: rencontre finalement M. Sarkozy en Martinique. Par ailleurs, son nom est donné à l'aéroport de Fort-de-France

- 2007: soutient Ségolène Royal à la présidentielle

- 17 avril 2008: meurt au CHU de Fort-de-France où il était hospitalisé depuis le 9 avril

TOUS
ENSEMBLE



L'AMITIE ENTRE JUIFS
ET MUSULMANS DE FRANCE





L'IMAM DE DRANCY, HASSAN CHALGHOUMI
CE MERCREDI, INTERVIEWE
PAR JEAN-JACQUES BOURDIN SUR RMC





RMC : 16 avril - Les PV à la volée explosent : 1266% d’augmentation en 2007 - 10h-11h

- Islam, 10 ans, doit changer de prénom pour participer à une émission de télé.

- L'imam de Drancy recrute un conseiller juif pour rapprocher les communautés.

- Les Français, champions du monde des vacances.

http://www.1001podcast.com/podcast/RMCInfo/channel30/20080416_bco10h_rmc.mp3?R=RMC%2526S=channel30%2526media_url=http://www.1001podcast.com/podcast/RMCInfo/channel30/20080416_bco10h_rmc.mp3

LEHEZBOLLAH
PRENDENOTAGE
UNMEMBRE
DEPARTI
SOCIALISTE
FRANÇAIS
Source : lenouvelobs.com via l'AFP
en ligne le 27 avril



Un socialiste français dit avoir été "enlevé"
par le Hezbollah


Karim Pakzad, représentant du PS à l'Internationale socialiste, affirme avoir été enlevé durant quelques heures au Liban par des militants du Hezbollah. Le Quai d'Orsay a jugé "totalement inacceptables" cette détention.


Le représentant du Parti socialiste français à l'Internationale socialiste, Karim Pakzad, a affirmé dimanche 27 avril avoir été enlevé la veille pendant cinq heures à Beyrouth par des hommes armés "qui s'exprimaient au nom du Hezbollah", avant d'être relâché.Interrogé pour savoir si ses ravisseurs étaient des militants du mouvement chiite, Karim Pakzad, qui a participé à Beyrouth à un congrès de l'IS, a indiqué "qu'ils s'exprimaient au nom du Hezbollah" et que "lorsque j'ai demandé à parler avec un responsable du Hezbollah, un des hommes m'a répondu ok, ok"."
M. Pakzad a été appréhendé par des personnes n'ayant pas autorité dans les quartiers Sud de Beyrouth. L'arrestation et la détention illégales pendant plusieurs heures de notre compatriote sont totalement inacceptables" a déclaré dans un communiqué le ministère des Affaires Etrangères.Contacté par l'AFP, le Hezbollah a affirmé dimanche ne pas avoir d'informations pour le moment.M. Pakzad, qui faisait un tour en décapotable avec un ami libanais, a été arrêté alors qu'il prenait des photos d'une mosquée sur la route de l'aéoroport longeant la banlieue sud de Beyrouth.La route se situe dans une zone dominée par le Hezbollah chiite, seule formation libanaise armée après la fin de la guerre civile (1975-1990).


"Cellule fermée"

"Les hommes armés nous ont demandé pourquoi vous avez un appareil photo, qu'est-ce que vous faites ici, et ont regardé les photos", a-t-il affirmé."Ils ont appelé leurs supérieurs à plusieurs reprises, puis m'ont conduit dans un endroit, les yeux bandés, dans une cellule fermée, et m'ont gardé pendant cinq heures dans un isolement quasi total", a indiqué Karim Pakzad.Il a ajouté avoir été "au bord de l'asphyxie", en raison de la chaleur."J'ai frappé au mur pour réclamer un verre d'eau (...), je ne voyais pas mes ravisseurs, j'étais dans une cellule, il y avait un petit trou à travers lequel on échangeait des paroles", a-t-il expliqué."Ils m'ont confisqué mon portable, mon portefeuille et un sac où j'avais des médicaments que je prenais après une récente opération au poignet", a-t-il indiqué."Le Parti socialiste français condamne avec une grande fermeté cette affaire, cet enlèvement, cette détention arbitraire, qui au-delà de ses conséquences politiques internationales, viole le droit international", affirmé le délégué.
TOUS
ENSEMBLE
Source : dépêche de l'AFP datée du 15 avril


Religion-juifs-islam-banlieue

L'imam de Drancy recrute
un conseiller juif
pour rapprocher les communautés



BOBIGNY, 15 avr 2008 (AFP)

L'imam de Drancy (Seine-Saint-Denis) a recruté un membre de la communauté juive pour oeuvrer au rapprochement des communautés juive et musulmane de sa ville, a-t-il annoncé mardi à l'occasion du passage du bus de l'Amitié judéo-musulmane de France (AJMF) à Drancy. L'imam Hassan Chalgoumi entend ainsi "montrer l'exemple qu'ici on s'ouvre aux autres et que musulmans et juifs se rapprochent", a-t-il expliqué à l'AFP après avoir présenté à la mosquée du quartier de l'Avenir sa recrue: Bernard Koch, militant de la première heure de l’Amitié judéo-musulmane et animateur du blog "diasporablog". Dans un discours où il a rendu un hommage ému à cet imam réputé très ouvert, M. Koch a affirmé vouloir "briser les murs du mépris et de la haine" par son action "de dialogue avec les populations dites de la diversité". Devant le rabbin de Ris-Orangis Michel Serfaty, président de l'AJMF, il a invité des familles juives drancéennes à convier de jeunes musulmans à partager avec eux la prochaine Pâque juive. Salarié à mi-temps de l'Association culturelle des musulmans de Drancy, M. Koch disposera d'un bureau dans les locaux neufs de cette mosquée. En mai 2006, l'imam Chalgoumi avait dénoncé sans ambiguïté la réalité du génocide juif et appelé les musulmans du monde entier à respecter la mémoire juive, au mémorial de Drancy, ville où étaient rassemblés les juifs avant d'être déportés vers les camps nazis. Deux jours après, son domicile avait été saccagé.

shu/sst/DS

dimanche, avril 27, 2008

JUIFS
ETMUSULMANS
DEFRANCE
ENROUTE
VERSUNEENTENTE


DIASPORABLOG
accueille...

LA FRATERNITE MUSULMANE
CONTRE L'ANTISEMITISME

Le 13 avril 2008



Bienvenue au Bus de l’Amitié judéo-musulmane
de France


La venue du Bus de l’Amitié judéo-musulmane de France à Drancy le 15 avril prochain est un événement à plus d’un titre. D’abord, parce que cette commune est un lieu de mémoire particulier de la shoah, le camp de Drancy ayant été de 1941 à 1944 l’antichambre des camps d’extermination. Mais aussi parce qu’aujourd’hui, la commune a vu se développer en son sein des relations de fraternité judéo-musulmane d’une qualité rarement atteinte dans l’Hexagone.

Ainsi, à l’occasion de l’ouverture récente du nouveau centre culturel islamique de la ville, l’intervention, au sein même de la mosquée, du rabbin de Drancy est un appel à la connaissance et à la reconnaissance mutuelles, à la fraternité et à la paix qui a touché bien des fidèles.

La nomination, par l’imam Hassan Chalghouni, de Bernard Koch, fondateur de diasporablog, en tant que médiateur intercultuel et interculturel de son centre culturel islamique témoigne aussi de la qualité des relations judéo-musulmanes que les responsables musulmans de la ville ont su instaurer, en partenariat avec la communauté juive et les autorités municipales.

La Fraternité musulmane contre l’antisémitisme insiste, depuis sa création, sur le fait que les relations judéo-musulmanes ne doivent pas se cantonner à des témoignages polis d’amitiés réciproques mais s’inscrire pleinement dans un travail en commun, une mise en acte de la fraternité dont chacun se réclame.

C’est ce que fait avec succès l’Amitié judéo-musulmane de France, sous la co-présidence du rabbin Michel Serfaty et du responsable de l’Institut musulman de la Grande mosquée de Paris, Djelloul Seddiki.

Ce combat contre l’ignorance et contre les préjugés prend appui sur des personnalités solides, qui guident leurs coreligionnaires et oeuvrent au service de l’ensemble de la société, dans le strict respect de la laïcité. L’imam Hassan Chalghouni est de ceux-là. Il est tout à la fois un guide spirituel reconnu et un acteur citoyen de premier plan. Par ses prises de position courageuses, intellectuellement et spirituellement argumentées, il est un tisseur de lien social qui éclaire le chemin de toutes celles et ceux qui, à l’instar de la Fraternité musulmane contre l’antisémitisme, croient fermement à un avenir de progrès de l’humanité.


Didier Bourg
Président de la Fraternité Musulmane
contre l'Antisémitisme


UNIMAM
SURUNE
RADIOJUIVE


MISE EN LIGNE LE 11 AVRIL 2008

L'interview de l'Imam de Drancy, cette semaine sur Radio J, est une première. Elle est vraisemblablement un signe que les choses bougent entre la communauté juive et la communauté musulmane en France. Un pas en avant important vient d'être franchi. Grâce à ces paroles de paix sincères dites par Hassan Chalgoumi mardi dernier au micro de mon confrère et ami Michel Zerbib, à la tête de la rédaction de la radio juive, la plus écoutée, à cette heure-ci, 7h 45, un dialogue officiel, public, entre deux communautés plus proches l'une de l'autre que certains tentent de vouloir nous faire croire irrémédiablement hostiles, s'est mis en place et annonce, il est fort à parier, une ère nouvelle. Une ère de décrispation. Loin de moi, de vouloir idéaliser ses relations parfois faites d'incompréhension et de malendus. Et puis, pour ce rapprochement, il reste encore beaucoup de poches de résistances des deux côtés des familles religieuses à réduire au silence. Mais, les racines communes, tant du point de vue religieux que du pont de vue des origines géographiques, plus les hommes de bonne volonté de part et d'autre peuvent faire écrouler le mur de méfiance et de crainte qui hante encore les esprits.

L'Imam de Drancy, Hassan Chalgoumi est venu sur cette radio exprimer son écoeurement et celui de sa communauté face au drame qui a vu 150 tombes musulmanes profannées, la semaine dernière, dans un cimetière du Nord de la France et annoncer la marche silencieuse qui devait avoir lieu le lendemain de la diffusion de l'interview, à Drancy, en mémoire du jeune musulman Mehdi poignardé sauvagement par une bande de voyous à la sortie de son lycée.

Bernard Koch



Voici donc cette importante interview de l'Imam de Drancy, Hassan Chalgoumi, interviewé par Michel Zerbib, Directeur de la Rédaction de Radio J :


http://dl.free.fr/ftr6QfVpN/CHALGOUMI08AVRIL2008.mp3


UNE GRANDE JOURNEE DE L'AMITIE ENTRE JUIFS ET MUSULMANS SE DEROULERA MARDI 15 AVRIL DES 13h A LA MOSQUEE DE DRANCY (204, Rue de Stalingrad à Drancy près du magasin CARREFOUR) A L'OCCASION DU PASSAGE DU BUS L'AMITIE JUDEO-MUSILMANE DANS CETTE VILLE DE SEINE St DENIS.

Nous donnerons les détails de cette manifestation lundi matin.
LES
NEWS
DEGUYSEN
NEWSINTERNATIONAL
Source : la newsletter de Guysen New International
diffusée le 27 avil




- Pessah 2008 : 2 millions d'Israéliens se sont mis au vert. La canicule qui était de mise durant les demi-fêtes de la Paque juive (Hol Hamoed) n'a pas dissuadé les promeneurs qui ont assailli les parcs nationaux et réserves natuelles du pays. Les sites les plus prisés : Gan Hashlosha (Hasahna) et le parc de Beit Yanaï.

- Certaines grandes chaînes de magasins israéliens ont commencé à limiter la vente de paquets de riz, pour parer à une éventuelle pénurie. Selon une enquête du journal Haaretz, plusieurs agences des chaînes Shufersal et Hariboua Hacahol ont restreint l'achat à 2 paquets de riz par client ou entre 3 à 6, selon les points de vente. Les directeurs de ces chaînes ont pourtant démenti que la pénurie de riz mondiale se fera sentir en Israël.

- Itamar Ben-Gvir, militant de l'extrême droite israélienne, a accusé la police samedi d'avoir permis aux membres d'associations d'extrême gauche et de Palestiniens dans la ville d'Hébron, de provoquer les habitants juifs de la ville.
Des affrontements se sont déroulés à Hébron vendredi et samedi.