"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

samedi, mars 31, 2012

APRESLEMASSACRE
DESELEVESDUNEECOLEJUIVE
DETOULOUSE
LESACTESANTISEMITES
OUACARACTEREANTISEMITE
SEMUTIPLIENT

Source : midilibre.fr en ligne le 31 mars 2012



"L’acte antisémite sur un rabbin
n’est pas un incident isolé"


YAN BARRY




Patrice Bilgorai se montre inquiet.
Vendredi dernier, un rabbin a fait l’objet d’insultes antisémites à Nîmes, ce qui a entraîné l’interpellation d’un suspect. Celui-ci sera convoqué en mai au tribunal correctionnel. La Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) de Nîmes a décidé de se constituer partie civile. Patrice Bilgorai, son président, fait le point sur la situation.

Pourquoi la Licra a-t-elle décidé de se porter partie civile dans une affaire d’insultes à caractère antisémite ?


Ce qui arrive au rabbin de Nîmes, ce n’est pas un incident isolé puisqu’il y a eu, ces derniers jours, un jeune juif qui s’est fait insulter à Paris et une profanation de tombes à Nice. Je tiens à dire que ce qui est arrivé est d’autant plus grave que ça touche un représentant du culte.

Nîmes est-elle une ville plus exposée ?

Il est vrai que nous avons relevé le même genre d’insultes en 2009, sans oublier l’agression d’un septuagénaire juif en 2010 devant la synagogue. Il y a des agressions inquiétantes mais nous ne sommes pas dans une ville antisémite. Nous avons des personnalités juives connues : Bernard Lazare (journaliste dreyfusard, NDLR) et d’Adolphe Crémieux (homme politique et avocat, NDLR).

A quoi attribuez-vous ces actes antisémites ?

Les raisons ne sont pas à trouver dans le contexte de campagne électorale. Dans un certain nombre de quartiers, il y a peut-être une façon de reporter à Nîmes ce qui se passe dans le conflit israélo-palestinien. On est dans le fantasme. Mais aucune situation sociale ou autre ne peut justifier un tel comportement vis-à-vis des Juifs et de qui que ce soit d’ailleurs. Je rappelle que le racisme n’a pas de couleur. La Licra défend tous ceux qui sont victimes de racisme si les actes sont avérés.
LESMUSULMANS
DEFRANCESOPPOSENT
SANSAMBIGUITE
CONTRE
LESDERIVESISLAMISTES

Source : lefigaro.fr en ligne le 30 mars 2012


Le CFCM approuve la fermeté
contre l'islam radical




Par
Jean-Marie Guénois


Le président du Conseil Français du Culte Musulman estime qu'il faut «agir très vite pour repousser cette idéologie de haine».

A l'UOIF (Union des organisations islamiques de France) c'est la consternation. Son secrétaire général, Ahmed Ben Daho, ne comprend pas la mesure prise par le gouvernement français d'interdire la venue des six prédicateurs vedettes pour le 29e congrès de cette organisation, qui aura lieu la semaine prochaine, du 6 au 9 avril, au Bourget, où 130.000 personnes sont attendues. «À une semaine de la rencontre, cela nous pose un problème d'organisation insurmontable. Abdallah Basfar, l'un des prédicateurs exclus, est une grande vedette dans le monde musulman. Il venait chaque année présider le “concours du Coran”. Mais l'autre question est la mise en cause de personnalités musulmanes de renommée internationale. Ce ne sont pas des imams de quartier. Ils sont reçus chaque semaine pour des conférences en Europe. Nous les avons eus par téléphone. Ils sont touchés dans leur intégrité. Ils ne comprennent pas cette décision.»

L'organisation musulmane est d'ailleurs en train de vérifier les citations de discours qui ont été utilisées pour les mettre en cause. Ainsi, Sfawat al-Hijazi, qui se revendique ouvertement «antisémite», et qui affirme «nous devrons dévorer les Juifs avec nos dents». Ou Abdallah Basfar qui estime que l'on peut battre sa femme si elle n'obéit pas à son mari. «Il peut s'agir, justifie Ahmed Ben Daho, de déclarations lointaines. Toute personne peut changer de position. L'islam est une religion dynamique.»

«Nous sommes abasourdis, indignés»
En attendant, l'UOIF, reçue jeudi après-midi au ministère de l'intérieur, a convoqué, samedi, un conseil d'administration pour évaluer la situation. «Nous sommes victimes d'un amalgame, explique son secrétaire général. Les musulmans sont une nouvelle fois stigmatisés. S'il n'y avait pas les élections et si l'affaire de Toulouse ne s'était pas produite, nous n'en serions pas là. Mais la confiance dans l'UOIF est désormais mise en cause. Nous sommes abasourdis, indignés. Cela va avoir de grandes conséquences.»

Vendredi, Marine Le Pen a demandé, purement et simplement la dissolution de l'UOIF. Au même moment, le ministère de l'intérieur organisait le matin une réunion de travail avec le Conseil français du culte musulman (CFCM) - l'UOIF en est membre, mais avait refusé de participer aux dernières élections - pour mieux «lutter contre l'endoctrinement de l'islam radical». À l'issue, Claude Guéant a déclaré: «Nous sommes tombés tout à fait d'accord avec le CFCM pour estimer qu'il y avait lieu de poursuivre la lutte qu'ensemble nous menons contre la radicalisation de la religion musulmane». Précisant qu'il n'appartenait pas aux pouvoirs publics de «définir l'islam de France» mais qu'il était de la responsabilité des gouvernants «de dire ce qu'ils ne veulent pas: une religion qui ne se coule pas de façon totale dans les lois de la République».

«Repousser cette idéologie de haine»
Pour sa part, Mohammed Moussaoui, président du CFCM, a appuyé cette politique de fermeté: «Il faut agir très vite pour repousser cette idéologie de haine (…), les imams doivent dire attention, le discours doit être affiché.»

Le recteur de la Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, également présent à la réunion, a quant à lui insisté sur la dimension de prévention. «Il faut trouver une nouvelle formation des religieux, c'est-à-dire des imans qui prêchent et des aumôniers.» En particulier dans le milieu carcéral, car les aumôniers ont «un rôle très important à jouer dans la prévention de certaines dérives». L'objectif global étant pour lui de retrouver «l'apaisement et l'unité nationale pour avancer avec sérénité».

Samir Amghar, un spécialiste du salafisme, estime que dans cette affaire «l'UOIF se trouve en porte-à-faux entre sa vision absolument légaliste, voire loyaliste, qui entend toujours respecter le cadre de la République et d'autres tendances, plus radicales en son sein. Comment être en France un musulman orthodoxe et, en même temps, un bon citoyen? Cette question est d'une grande complexité pour l'organisation elle-même.»

Un expert conclut: «Nous assistons à un tournant du traitement de la radicalisation de l'intégrisme musulman en France. Comme en Hollande, ou en Allemagne, la France veut dorénavant traiter cette lutte de manière plus large et plus en amont et non plus par la lutte classique antiterroriste.»

vendredi, mars 30, 2012

LARMEEFRANCAISE
METSOUSLESPROJECTEURS
UNCAPITAINEDEVAISSEAU
ISSUDELADIVERSITE

Source : grioo.com en ligne le 30mars 2012



Le capitaine de vaisseau Philippe Ebanga
bientôt porte-parole de la Marine française


Sa nomination devrait être officialisée dans quelques semaines


De nationalité française et né au Cameroun en 1966, Philippe Ebanga, 46 ans, devrait être nommé porte-parole de la Marine et chef du service d'information et de relation publique des armées (sirpa) le samedi 1er mai prochain selon le site marianne2.fr.

Capitaine de vaisseau, Philippe Ebanga serait surnommé "Obama" par ses camarades. Quand sa nomination sera officielle, il sera le premier officier issu des minorités visibles à accèder à de grandes responsabilités au sein de la marine française.

Philippe Ebanga appartient à la promotion 1986 de l'Ecole navale. Il a une très grande expérience opérationnelle dans la marine de surface et est diplomé de l'US Naval War College. Il a commandé le BPC (Bâtiment de Projection et de commandement) Tonnerre durant l'opération en Libye. Le BPC Tonnerre est un prestigieux navire amphibie de la marine française. Philippe Ebanga a également été responsable de la dernière campagne de recrutement de la marine et a occupé auparavant le poste d'officier de communication à la Préfecture maritime de Toulon.
BARBARIE
DUTERRORISMEISLAMIQUE
UNIMAM
PORTE-PAROLE
DELHUMANITE




ELOGE FUNEBRE DU SOLDAT
MOHAMED FARAH
CHEMS EDDINE LEGOUANE

prononcé par Azzedine GACI, recteur de la mosquée de Villeurbanne, à la grande mosquée de Lyon, le 22 mars 2012.



Chers Frères, Chers sœurs, Chers amis,

Nous sommes réunis ici pour rendre un dernier hommage et un ultime Adieu à Mohamed FARAH CHEMS EDDINE LEGOUANE. Nous sommes tous venus témoigner la considération, l'estime et l'affection que nous portons à un frère que Dieu, le tout puissant, a rappelé auprès de lui. Qu’Allah Lui accorde son pardon pour ses péchés, le couvre de sa miséricorde et Lui offre le paradis.
Nous vivons un moment tragique. Mohamed FARAH CHEMS EDDINE LEGOUANE, âgé d’à peine 23 ans, a été lâchement assassiné de sang-froid par un criminel qui, par son geste de folie, a tenté de souiller la religion musulmane en l’associant à ses actes barbares, en assassinant sans pitié sept innocents dont trois enfants.
Nous adressons nos sincères condoléances aux familles des victimes marquées à vie par ces crimes effroyables. Nous prions le Tout puissant de les aider. Nous espérons qu’elles arriveront à trouver le courage de surmonter cette épreuve.
Il est difficile de concevoir un crime plus ignoble et plus haineux. Les motivations apparentes de ces honteux meurtres sont aussi tristes que révoltantes. Aucune raison au monde, supposée ou réelle, ne saurait justifier de tels gestes aveugles.

C’est aujourd’hui, face au drame de ce soldat mort pour la France, que tous nous pleurons. N’ayons pas honte des larmes, n’ayons pas honte de souffrir ! N’ayons pas honte d’avoir le cœur déchiré ! Mais nous ne devons jamais céder à la panique, nous ne devons jamais sombrer dans la vengeance par respect à Myriam, Imad, Ariel, Mohamed, Jonathan, Abel et Gabriel.
Depuis que l’identité de l’auteur de ces crimes barbares a été divulgué, il n’y a pas une musulmane ni un musulman en France qui ne soit interpellé sur les questions de la guerre et de la violence. Certains chercheraient même à établir un lien, qui s’apparenterait implicitement à une règle, selon laquelle la violence serait une donnée intrinsèque à l’islam.

Que disent les textes fondateurs de l’islam ?
C’est parce qu’il est capable du pire, que l’homme doit faire un effort à l’intérieur de lui-même pour être le meilleur. L’homme doit lutter au quotidien contre les forces les plus négatives de son être. Son humanité dépendra essentiellement de la maîtrise de ses pulsions, de ses tensions et de ses démons intérieurs, nous dit le Prophète (Psl). Ainsi, au lieu de déclarer la guerre au monde entier, l’homme devrait d’abord apprendre à faire la guerre à l’intérieur de lui-même, dans son cœur.
Car l’homme est sur terre non pas pour détruire la vie, mais pour la donner. Dieu dit : « Quiconque a tué un être humain, à l’exception en punition d’un meurtre ou d’autres crimes odieux, doit être considéré comme ayant tué toute l’humanité ; et quiconque a sauvé une vie humaine doit être considéré comme ayant sauvé la vie de toute l’humanité » (Coran 5/32). Et dans la tradition musulmane, on trouve cette parole du prophète (Pal) : « Celui qui tue un homme engagé envers Dieu, ne pourra pas respirer le parfum du Paradis ». Et dans une autre version : « Celui qui fait du mal à un Juif ou à un Chrétien trouvera en moi son adversaire au Jour du Jugement » (parole du Prophète).

L’homme n’est pas sur terre pour haïr, mais pour aimer.
« Nul d’entre vous n’a la vraie foi s’il ne désire pas pour son prochain ce qu’il désire pour lui-même » (hadith, parole du Prophète).
L’homme n’est pas sur terre pour prêcher la violence, semer des peurs, mais pour propager la paix comme le recommande une tradition musulmane : « Soyez les propagateurs de la paix » (hadith, parole du Prophète).

C’est au fond ce que disent toutes les religions, toutes les philosophies. C’est l’essence même de toute culture et de toute civilisation. C’est précisément sur ces valeurs que nous devons fonder la politique de civilisation dont le monde a besoin aujourd’hui. Une politique qui intègre à la fois la dimension intellectuelle, morale, éthique, mais aussi et surtout la dimension spirituelle dont les hommes et les femmes d’aujourd’hui ont besoin. Une politique de civilisation qui fait du respect de la vie, de la diversité, de la dignité humaine, du respect des croyances
et des religions un principe universel.

Pour les musulmans, la diversité religieuse est une volonté divine. C’est Dieu l’avait voulu, comme le dit un verset coranique, nous serions tous des juifs ou des chrétiens ou des musulmans : « Si Dieu l’avait voulu, certes Il aurait fait de vous une seule communauté. Mais (Il ne l'a pas fait) afin de vous éprouver dans ce qu'Il vous a donné. Concurrencez vous donc dans les bonnes œuvres » (Coran 2/48).
La diversité est notre défi, aujourd’hui. Elle est notre épreuve de tous les jours, de tous les temps : apprendre à respecter les amours, les sentiments, sensibilités et la complexité de ceux qui ne partagent pas notre Foi, ni entièrement notre mémoire, mais avec lesquels nous devons immanquablement construire notre avenir. Parce que nous vivons ensemble et nous partageons les mêmes responsabilités. Nous sommes une communauté de destin.

Quand elle est bien gérée, cette diversité est une richesse : elle équivaut à une rivalité dans la bonté. Mais quand elle est mal gérée, elle peut s’exprimer dans la volonté de puissance, de pouvoir sans partage, d’exploitation et la violence dans ce monde ou différentes traditions se mêlent et vivent ensemble.

Chers Frères, Chers sœurs, Chers amis
Nos valeurs et nos espoirs communs sont plus essentiels et plus nombreux que nos divergences. Et au-delà de nos différences apparentes, nous partageons beaucoup de valeurs à partir desquelles le « vivre ensemble » est possible dans nos sociétés pluralistes, multiculturelles, et où coexistent plusieurs religions. Ce message est évidement difficile à faire entendre en ces temps de débats passionnés où les simplifications, les manipulations et les raccourcis intellectuels et médiatiques se généralisent.
Les responsables musulmans de France ont beaucoup à faire aujourd’hui : relire leurs textes fondateurs, étudier leurs environnements, les lois de leur pays et produire une pensée en phase avec leur époque et leur contexte. Ils doivent également repenser l'éducation islamique donnée à leurs enfants, tant dans son contenu que dans sa forme, afin de la replacer dans le contexte de leur environnement Français, en tenant spécifiquement compte des nombreux défis qui se posent aux musulmans de France. Ils doivent, dans ce contexte, se préoccuper de comprendre les facteurs qui poussent les jeunes à adopter des interprétations extrémistes de la religion, voire à s'engager parfois dans des actes de violence.
L’état doit également assumer ses responsabilités vis-à-vis de ces jeunes qui ont souvent droit à de grands discours sans portée pratique. Il faut que cela change, car s’ils ne doivent pas avoir plus de droits que les autres, il faut en revanche veiller à ce qu’ils n’en aient pas moins que les autres. Quand un jeune a le sentiment que l’Etat ne le défend pas, ne le protège pas et ne pense pas à lui alors il se tourne vers sa communauté pour se protéger et assurer sa défense. Mais il peut se tourner aussi vers des groupes aux idées obscurantistes. Les tentations du repli sur soi et le risque de tomber dans le radicalisme et l’extrémisme sont alors nombreuses.

Chers Frères, Chers sœurs, Chers amis
C’est ensemble, les uns avec les autres, et non les uns contre les autres, que nous devons faire face aux prêcheurs de la haine, aux entrepreneurs de la violence et aux professionnels des peurs. C’est de cette manière et de cette manière seulement que l’on pourra apprendre à vivre justement, tranquillement et paisiblement ensemble aujourd’hui.
Que Puisse Dieu vous aimer et vous offrir de L’aimer ! Que Puisse Dieu vous pardonner vos péchés et vous couvrir de Sa miséricorde ! Que Puisse Dieu vous accompagner et vous protéger, vous et tous ceux que vous aimez !

Azzedine GACI
RACISME
ANTISEMITISME
CETTEFRANCE

MECONNAISSABLE
Source : mediateur.blogs.lemonde.fr en ligne
le 30 mars 2012






« J’ai mal à ma France ! »




C’est un lundi noir, funeste et traumatisant pour notre pays.

Après la tuerie de Toulouse et de Montauban et l’exécution de militaires, la semaine dernière, la série noire continue.

On n’apprend que tardivement que le régiment de Montauban, auquel appartenaient les militaires d’origine magrébine tués, avait été par le passé le théâtre de démonstrations nazies. Jusqu’au drame de ce lundi, l’immense majorité de nos concitoyens ignoraient que les victimes de Montauban étaient de confession musulmane. Que de temps perdu ! Malheureusement, le monstre a continué à sévir faute peut-être d’avoir pris à temps les mesures qui s’imposaient pour le neutraliser. Aujourd’hui, il apparaît que la corrélation est clairement établie entre ces trois récentes tragédies.

L’horreur, l’immonde ont pris cette fois une autre forme dans le massacre abject de quatre innocents dont trois enfants, devant un collège juif de Toulouse. La candeur, la joie de vivre, et l’innocence de ces très jeunes victimes n’ont trouvé en écho qu’une détermination meurtrière.

La « bête humaine » a ceci de commun, indépendamment du temps et du lieu, qu’elle s’approprie la haine de l’autre, sous des registres divers et variés : intolérance, racisme, antisémitisme, islamophobie...

Ce drame repose avec acuité le problème de l’intolérance ambiante, latente, voire banalisée à laquelle nous assistons depuis plusieurs mois. Mais depuis que la crise financière et économique s’est installée sur le vieux continent et dans notre pays, avec son corollaire de licenciements et de hordes de chômeurs, les ingrédients de la xénophobie, de l’antisémitisme, de l’islamophobie, de la peur de « l’autre », sont réunis pour les faibles d’esprit, manipulés parfois par certains discours politiciens peu scrupuleux, dans un contexte électoraliste où la fin justifie souvent les moyens.

Il est notoire qu’en période d’incertitude la quête du bouc-émissaire revient à la charge, portée par des cycles de régression de l’histoire. Le Rubicon peut vite être franchi par n’importe quel quidam prêt à accomplir l’irréparable. Les balles meurtrières qui ont fauché des innocents et endeuillé plusieurs familles ont aussi ébranlé notre sérénité ; elles nous ont tirés de notre profonde « léthargie républicaine » nous acculant à revoir nos certitudes : la République serait-elle devenue ce géant aux pieds d’argile ?

Le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme, l’islamophobie… Autant de fléaux qui minent notre vivre-ensemble et mettent en péril le pacte républicain, la fraternité entre les hommes. Après l’indignation collective contre « la bête immonde », un devoir de vigilance citoyenne s’impose à tous au nom d’une certaine vision d’un humanisme universel qui replace le respect de la vie et la dignité humaine au centre de ses préoccupations.

Un certain candidat à la présidentielle s’est fait chantre d’une « France forte » ; un autre s’est même comparé au personnage mythique de Sisyphe. Force et persévérance seront de rigueur face à l’affaissement de notre pacte social et de la cohésion nationale. Il ne suffit pas de casser le thermomètre pour soigner la maladie. On peut l’ignorer, certes. Mais gare à la prochaine secousse !

Nos responsables politiques sont aussi comptables devant l’histoire à l’aune de leur action ou inaction dans ce registre. Certains d’entre eux ont joué les pyromanes en voulant attiser les flammes de la haine.

Ce drame nous interpelle tous : citoyens attachés au vivre-ensemble, classe politique soucieuse de cohésion nationale, médias qui se doivent d’être vigilants sur le plan déontologique pour éviter une certaine « normalisation » d’options fascisantes.

Tels le Sisyphe de la mythologie grecque, nous sommes tous acculés à pousser perpétuellement le rocher du vivre-ensemble et de la fraternité alliés à la justice.

A défaut, notre bateau « France » risque d’entamer un long voyage au bout de la nuit.



Kamel Meziti,
Enseignant-chercheur,
Historien

                                                                             
Paris, le 29 mars 2012

Déclaration de M. Alain Juppé, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes et de M. Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l’Immigration

A la demande du président de la République, Nicolas Sarkozy, le Gouvernement a décidé d’interdire l’entrée sur le territoire français de quatre personnalités étrangères invitées  au congrès de  l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) qui se tiendra au Bourget du 6 au 9 avril 2012.
Ainsi, Akrima Sabri, Ayed Bin Abdallah Al  Qarni, Safwat Al Hijazi, Abdallah Basfar se sont vus refuser ou retirer la possibilité de se rendre sur le territoire français. Youssef Al Qaradawi et Al Masri ont, quant à eux, renoncé à venir.
Les positions et les propos tenus par ces personnes qui appellent à la haine et à la violence portent gravement atteinte aux principes de la République et, dans le contexte actuel, représentent un fort risque de troubles à l’ordre public.
Nous regrettons que l’UOIF ait en outre choisi d’inviter Tariq Ramadan, ressortissant suisse, dont les positions et les propos sont contraires à l’esprit républicain, ce qui ne rend pas service aux musulmans de France.

Le gouvernement protège la liberté de tous les cultes et est attaché à ce que les musulmans de France puissent vivre librement leur foi. Le gouvernement est en outre attaché à la liberté d’expression, droit fondamental garanti par la constitution.
Mais alors que la France est frappée par des extrémistes qui l’attaquent au nom de d’idéologies ou de croyances dévoyées, il est capital que ces libertés s’exercent dans le cadre de la loi et dans le respect des valeurs fondamentales qui sont les nôtres : les droits de l’homme, l’égalité entre les hommes et les femmes, la laïcité, le respect des religions et des opinions des autres, le refus des communautarismes.
BARBARIE
DUTERRORISMEISLAMIQUE
LEROIDUMAROC
ENVOIEUNEDELEGATION
ATOULOUSE






Message de l'ACIT
(Toulouse)



Chers amis,

Je tiens à vous informer que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a décidé de dépêcher une délégation à Toulouse pour présenter les condoléances Royales à la famille Monsonego et aux victimes de la tuerie d'Ozar Hatorah .

La délégation sera composée par :

- S.E. Mostafa Sahel, Conseiller de S.M le Roi et Ancien Ambassadeur du Maroc en France
- Monsieur Serge Berdugo, Ambassadeur itinérant de S.M le Roi et Secrétaire Général du Conseil des Communautés Juives du Maroc.

Elle sera accompagnée de Monsieur Abdellah Bidoud, Consul Général du Maroc à Toulouse.

La cérémonie aura lieu à l' Ecole Ozar Hatorah, le Dimanche 1 Avril 2012 à 16 heures
en présence Du Grand Rabbin Joseph Sitruk, ancien Grand Rabbin de France.

La cérémonie se veut l'expression de la compassion et de la solidarité de S. M. le Roi, du peuple Marocain et de la Communauté Juive du Maroc, envers les familles des victimes dont celles des Grands Rabbins du Maroc.



________________________________________________________________


M. le Grand Rabbin Sitruk s'exprimera à 17 heures à l'Espace Du Judaïsme.

Vous êtes cordialement invités à y participer.

Arié Bensemhoun.
BARBARIE
DUTERRORISMEISLAMIQUE
11SEPTEMBRE2001
MASSACRESDETOULOUSE
ETMONTAUBAN2012
MÊMEFLEAU
DITNICOLASSARKOZY
Source : lefigaro.fr via europe1.fr en ligne
le 30 mars 2012



Sarkozy compare Toulouse
au 11-Septembre


Le "traumatisme" causé en France par les tueries de Toulouse et Montauban est "un peu" comparable à celui provoqué par les attentats du 11-Septembre aux États-Unis, a estimé aujourd'hui le président français Nicolas Sarkozy.

"Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que le traumatisme de Montauban et de Toulouse a été profond dans notre pays, un peu, je ne veux pas comparer les horreurs, un peu comme le traumatisme qui a suivi aux Etats-Unis et à New York l'affaire de septembre 2001, le 11-Septembre", a-t-il déclaré sur Europe 1.

jeudi, mars 29, 2012

AUSENEGAL
APRESLESELECTIONS
UNENOUVELLEERESANNONCE



Moins d'une semaine après la victoire de Macky Sall, nouveau patron du Sénégal, véritable vitrine d'une démocratie en Afrique, confortée par ses élections présidentielles qui se sont déroulées pour ce second tour dans une atmosphère globalement détendue sur l'ensemble du territoire, une nouvelle page de l'Histoire de ce pays est définitivement tournée.


PAPE FODE DRAME, juriste de formation, l'un des portes-paroles du mouvement YENAMARRE à Paris, nous fait part de ses sentiments, au lendemain des Elections Présidentielles dans son pays d'origine.


"Hier le peuple sénégalais s'est exprimé en masse et a pris son destin en main dans un contexte tres particulier(campagne électorale parasitée par l'inconstitutionnalité de la candidature du president sortant+le coup d'Etat survenu au Mali voisin).

Les urnes ont parlé et le second tour a pris les allures d'un référendum et le candidat de l'opposition Macky SALL a été plebiscité et le president sortant au vu et au su des resultats qui commençaient à tomber,l e Président WADE comme l'avait fait son prédécesseur Diouf en 2000, a passé un coup de fil vers 21h30 GMT à son challenger en le felicitant;
Aujourdui SALL aurait devancé Wade de 70 pour cent.

Dakar, Fatick, Thies, Saint Louis et presque tout le Sénégal était en liesse et il y avait comme un sentiment de liberation jamais égalé.Les premières tendances des résultats qui se confirmaient heure après heure, minute après minute, montraient que le terminus était bien là pour le clan WADE.
Macky SALL entend être le Président de tous les Sénégalais et a rendu hommage aux victimes des violences pré- électorales.

Le Sénégal a montré qu'il n'avait aucune leçon de démocratie à recevoir de qui que ce soit.Le Peuple sénégalais a montré qu'il était une démocratie majeure en Afrique et que le seul moyen pour l'alternance c'est par la voie des urnes".


Pape Fode Dramé
BARBARIE
DUTERRORISMEISLAMIQUE
QUANDUNESTAR
DELHUMOUR
DERAPE


INEDIT







Info

PREMIERE





Comment une chaine de télévision

peut-elle rire d’un tueur d’enfants ?



Il y a des limites que la décence et la morale interdisent de franchir. Et pourtant.

Quel terrible et choquant spectacle d’avoir vu Nicolas Canteloup lors de l’émission « Après 20h c’est Canteloup » diffusée sur TF1 le 26 mars au soir, imitant le Président de la République, parler de Mohamed Mehra sur le ton de la plaisanterie.


Le sketch avait été introduit par Nikos Aliagas évoquant la « tragédie de Toulouse », comme s’il s’agissait d’un sujet comme un autre et riant aux tristes facéties de l’imitateur.


Dans le même temps, le public présent sur le plateau riait ouvertement à chacune des phrases qui malheureusement comportait le nom d’un criminel barbare qui n’a pas hésité il y a seulement quelques jours à massacrer trois militaires français, un jeune professeur de trente ans et trois ans enfants de moins de sept ans dans une école juive.


On ne peut pas rire de tout. On ne doit pas rire de tout, et surtout pas d’une telle tragédie. Le fait même d’associer le nom d’un tueur d’enfants, qui ont été enterrés il y peu, à des rires du public et des blagues de mauvais goût est ignoble.


Inimaginable. Comment parvenir à rire en prononçant ce nom qui devrait être rayé et banni à jamais ?


Les familles des victimes pleurent encore leurs morts. Une jeune mère a perdu son mari et ses deux jeunes enfants. Elle n’a pas le cœur à rire, et ne l’aura plus jamais.


La décence et le respect dus aux morts et à leurs familles interdisent un tel spectacle, pitoyable, honteux scandaleux, qui plus est diffusé à une heure de grande écoute.


Comment même ce sketch a-t-il pu être envisagé, écrit, et autorisé ? C’est souiller la mémoire de ces adultes et de ces enfants que d’avoir pensé à évoquer ce drame, sans précédent dans notre pays, dans un moment destiné à faire rire.


La moindre des choses sera désormais de présenter aux familles, à la communauté juive et à la communauté nationale toute entière des excuses après ces quelques minutes scandaleuses qui ont choqué nos consciences et nous ont profondément blessé.



Philippe Meyer
Directeur de la Publication d’Information Juive


http://videos.tf1.fr/apres-le-20h-canteloup/emission-du-26-mars-2012-apres-le-20h-c-est-canteloup-7091692.html




MONTEEDUNEVAGUE
DANTISEMITISME
ENTUNISIE

Source : nusinessnews.com en ligne
le 29 mars 2012


Tunisie

Slogans antisémites :
La communauté juive
et une association portent plainte


Le représentant de la communauté juive en Tunisie et l'Association tunisienne de soutien des minorités (ATSM) ont déposé plainte, suite aux slogans antisémites scandés dimanche lors du rassemblement de salafiste à l’avenue Habib Bourguiba (lire notre article à ce sujet).

«C'est la troisième fois que ce genre de choses se répète, c'est trop. Je n'accepte plus et j'ai donc porté plainte» a déclaré, ce mercredi 28 mars 2012, Roger Bismuth, le représentant de la communauté juive.
Pour sa part, la secrétaire générale de l’ATSM, Raoudha Seydi a indiqué : «on veut que le coupable soit retrouvé. Il y a une vidéo qui circule, on le voit avec son mégaphone, en plein jour, à quelques mètres du ministère de l'Intérieur», ajoutant que «ces incidents se répètent, on ne peut plus dire qu'il s'agit d'actes isolés, on ne va pas attendre maintenant le passage à l'acte».

Notons que l'ATSM a déposé plainte mardi auprès du procureur de la République auprès du tribunal de première instance de Tunis.
MERHAT
LEBARBAREISLAMISTE
LALGERIEREFUSE
DELINUMER

Source : lexpress.fr avec l'AFP en ligne
le 29 mars 2012 à 12h 47
sur Diasporablog à 13h 02



Mohamed Merah sera enterré
près de Toulouse




Les obsèques de Merah, le tueur au scooter, doivent se tenir dans un cimetière proche de Toulouse à 17h. Alger a refusé d'accueillir son corps pour raison de sécurité.


L'inhumation est prévue ce jeudi à 17 heures dans le carré musulman du cimetière de Cornebarrieu. L'Algérie a refusé que le tueur au scooter soit inhumé sur son territoire, en dépit de la demande son père.

En dépit de la demande de son père, les obsèques de Mohamed Merah devraient avoir lieu en France. Selon des sources religieuses, l'Algérie a refusé que le tueur au scooter soit inhumé sur son territoire.

Selon Abdallah Zekri, représentant du recteur de la Grande mosquée de Paris, Mohamed Merah devrait être enterré dans un cimetière de Toulouse, dans le carré musulman de Cornebarrieu. L'inhumation doit avoir lieu dès 17 heures, selon une information du Figaro ensuite confirmée par un proche de la famille Merah.

L'Algérie a refusé, invoquant des raisons de sécurité
"J'ai été chargé par la famille d'organiser les funérailles dans les 24 heures en France en accord avec les autorités parce que l'Algérie a refusé d'accueillir le corps de Mohamed Merah en invoquant des raisons de sécurité", a-t-il déclaré.

Le départ de la dépouille sur un vol régulier Toulouse-Alger d'Air Algérie avait été annoncé par la famille du côté algérien pour 13H15. Le cercueil hermétique était attendu en début d'après-midi à Alger. Merah devait ensuite enterré dans le village de Bezzaz, de la commune d'Essouagui d'où est originaire son père.
APRES
LESMASSACRES
DEMONTAUBANETTOULOUSE
RECRUDESCENCE
DESACTESANTISEMITES
ENFRANCE

Source : france-soir.fr en ligne le 29 mars 2012



Paris :
Un juif de 12 ans frappé
et insulté Faits Divers


Lundi après-midi, un garçon juif a été agressé à la sortie de son collège dans le XIIIème arrondissement de Paris. Ses agresseurs sont actuellement recherchés par la police.


L'agression a eu lieu au 31, rue des Cordelières à Paris Google MapsL'agression a eu lieu lundi vers 16 heures à la sortie du collège Ozar Hatorah, le collège portant le même nom que l'établissement scolaire où la tuerie de Toulouse a eu lieu. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'adolescent aurait été abordé par trois autres jeunes âgés d'environ 13-14 ans qui auraient proféré des « insultes à caractère antisémite » au jeune adolescent. D'après les déclarations de la victime, il a également été frappé à la tête par l'un des présumés agresseurs mais n'a pas été blessé. Les effectifs de la direction de l'ordre public (DOPC), qui surveillent les établissement juifs à Paris, sont rapidement intervenus, déclare une source policière, après que le collégien se soit réfugié chez sa grand-mère qui les a prévenus. La famille du jeune garçon a par ailleurs été « vivement incitée à déposer plainte » au commissariat, a précisé la même source.

Les associations dénoncent vivement cette agression antisémite
Dans un communiqué, SOS Racisme s'est dit « choqué et affligé » par cette agression, ajoutant que « la haine antisémite doit être combattue avec la plus grande fermeté ». « On lutte contre le racisme et l'antisémitisme car ces fléaux ont maintes fois fait la preuve que les laisser se développer, c'est accepter des passages à l'acte dont les derniers jours que nous venons de vivre en sont l'illustration sanglante », a déclaré le président de SOS Racisme, Dominique Sopo. Dans un autre communiqué, l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) « s'alarme de l'éclosion ici et là d'émules des terroristes islamistes français tels que Mohammed Merah », soulignant qu'il régnait « un climat d'inquiétude et d'angoisse dans la communauté juive de France ».

Bertrand Delanoë appelle à la tolérance

Dans un communiqué publié mardi, le maire PS de Paris a dénoncé cette agression, déclarant qu'il « souhaite que les circonstances de ce drame soient rapidement éclaircies. Je redis ma détermination à lutter sans relâche contre l'antisémitisme et réaffirme ma volonté de défendre les valeurs de tolérance et d'universalité qui sont celles de Paris. Au nom de Paris, je tiens à exprimer à la victime mes souhaits de rétablissement, et à sa famille, ma solidarité et ma profonde sympathie ».

Un renfort policier demandé
Dans un entretien accordé au quotidien Métro, Jérôme Coumet, maire PS du XIIIe, a indiqué avoir fait le tour des établissements juifs de son quartier après le drame de Toulouse. « Tout était calme, mais la présence policière annoncée par le ministre de l'Intérieur Claude Guéant n'était pas en place. Cette agression n'aurait peut-être pas eu lieu si les forces de l'ordre avaient été là » a déclaré l'élu tout en rappelant que la dernière agression antisémite dans le quartier remonte à « quelques années ». Elle avait eu lieu parc de Choisy.

Par
Damien Helene

............................................................................................


PLUS COMMENTAIRES

25 commentaires

brigitteh, le 28 mar à 09:03

du vent ....

"la présence policière promise par Guéant n'était pas là" ... depuis quand peut-on croire les promesses de Sarko/guéant ? oui : des effets d'annonce , pour ça, ils sont très forts ... demandez aux Marseillais ce qu'il en est des "Forces de l'Ordre" qui devaient être "renforcées"? Oui, Quand Guéant/Sarko se déplacent, il y a une cinquantaine de cars de CRS et policiers, mais, une heure après .... comment voulez-vous, avec tous les postes supprimés ? de la poudre aux yeux !!






J'aime (6) - Signaler un abus
ire, le 28 mar à 09:37

Il est curieux que

Il est curieux que personne n'ose employer le terme de guerre de religion . Si tout ce que nous pouvons observer n'en est pas ce n'est à plus rien y comprendre .






J'aime (7) - Signaler un abus
Dr. Cherif Ghalizani, le 28 mar à 10:11

Paris : Un juif de 12 ans frappé et insulté

Si ce n'est pas une agression contre un arabe, c est contre un juif, un africain un asiatique ...ou s en va notre société ...? Les responsables de nos sociétés doivent mettre plus d effort a apprendre a nos enfants a l école que la politique est une chose et le respect de l'être humain en est une autre...On doit faire de grands efforts pour limiter la violence partout ou elle se trouve....car elle n a résout aucun probleme de notre société






J'aime (2) - Signaler un abus
rmh, le 28 mar à 10:11

Vite...

Une manifestation pour renforcer le "Vivre ensemble".






J'aime (3) - Signaler un abus
cloclo40, le 28 mar à 10:13

ça n'en finir jamais

ça n'en finira jamais,d'agrèsser,les juif, ce sont de gens comme tout le monde,pourquoi cet acharnement ??????????






J'aime (2) - Signaler un abus
odedebrune, le 28 mar à 10:13

Violence scolaire= racisme

Hélas oui ,il y a du racisme dans les écoles...Allez chercher dans les journaux des départements d'outre-mer...Personne n'en parle en métropole ,des enfants s'agressent dans les écoles...on disait dans ma jeunesse qu'il y avait des ratonnades lorsqu'on frappait les jeunes d'origine d'Afrique du Nord...En Martinique il y a eu des blessés et des morts dans des collèges et lycées.Policiers,pompiers,amulanciers sont souvent les aprés midi à la sortie des établissements ..Cutters,ciseaux et compas sont interdits..L'année 2010-2011 fût dure ,et des syndicats appellent a la haine raciale, les enfants ont déjà une haine entre eux et les jeunes blancs de passage ne sont pas épargnés par les bastonnades...Qui en parle en métropole ? Martinique DOM mais Français....Une loi existe qui interdit de préciser pour les voleurs ou les criminelles ils sont Bretons, Corses ou Lyonnais etc...Il doit en être de même sur des agresseurs ou agressés ne pas préciser leursc confessions...La justice doit être saisie et aller au bout...






J'aime (1) - Signaler un abus
fred201080, le 28 mar à 10:16

@netland

je tiens quand meme a dire que aggresser un jeune a la sortie d une ecole JUIVE est clairement antisemite et tres different de si ça avait ete a la sortie d une ecole publique regroupant des enfants de toutes les religions. Apres il est vrai que les associations anti rascisme ne crient pas beaucoup au scandale lorsqu un chretien se fait attaqué par un juif ou un musulman ( ou un boudhiste mais c est plus rare) .






J'aime (4) - Signaler un abus
fred201080, le 28 mar à 10:16

@netland

je tiens quand meme a dire que aggresser un jeune a la sortie d une ecole JUIVE est clairement antisemite et tres different de si ça avait ete a la sortie d une ecole publique regroupant des enfants de toutes les religions. Apres il est vrai que les associations anti rascisme ne crient pas beaucoup au scandale lorsqu un chretien se fait attaqué par un juif ou un musulman ( ou un boudhiste mais c est plus rare) .






J'aime (2) - Signaler un abus
custer, le 28 mar à 10:21

Marre

On en finira donc jamais avec cette guerre entre juifs et arabes. Comment rester cool, serein et respectueux de ces gens qui ne savent que taper, casser, démollir



Il faut y mettre un terme rapidement ou il risque d'y avoir des dérapages






J'aime (5) - Signaler un abus
POVFRANCE, le 28 mar à 10:32

Le problème du racisme on le doit à ...

...SOS Racisme ! et oui ! cela fait une dizaine d'années que ce problème ressurgit ! ...auparavant il n'y avait quasiment pas de problèmes ! ! !



1998 en était le reflet ! mais SOS racisme ne fait que faire "La mouche du coche"



C'est vrai que leurs dirigeants en vivent bien.



Les médias en rajoutent des couches en permanence ! cela suffit !



N'y a t-il pas clairement le but de déstabiliser complètement le pays ? On fini par se le demander sérieusement ?



ALORS ? ....les religions c'est sur A2 le Dimanche matin , et c'est tout ! ! ! On en a assez que le religieux envahisse tout dans nos vies. et j'ajoute que je suis un"croyant indépendant"






J'aime (4) - Signaler un abus
tyzeféç, le 28 mar à 10:37

Cela tombe bien

Combien sont ceux qui se réjouissent au fond d'eux même de cet incident car ils vont l'exploiter politiquement. L'article suivant sera peut être que les parents de l'enfant ont déposé plainte. Le futur portera sur les déclarations d'une personnalité. On entretient comme cela le climat sur l antisémitisme.






J'aime (3) - Signaler un abus
ANGEBLEU, le 28 mar à 10:46

PAUVRE FRANCE !

Ne voyez-vous pas que "marianne" pleure ! Ce n'est plus possible de lire ou d'entendre de telles choses ! Franchement ça casse le moral !



Que les parents n'hésitent pas a porter plainte !






J'aime (3) - Signaler un abus
rafale, le 28 mar à 11:05

un enfant juif de 12ans frappé

et insulté cela est un fait ,mais le problème touche malheureusement toutes les religions et origines diverses ,sauf que pour certains c'est médiatisé et pour les autres beh ... personne n'en parle ou alors sans importance !!






J'aime (6) - Signaler un abus
cloclo40, le 28 mar à 11:10

LES GUERRES

Les guerres ont toujours été plus ou moins des geurres de religions,rien ne changera, toutes les religions disent,aimez vous les uns les autres,aimez vôtre prochain comme vous même,et il y à des guerres dans tous les coins du monde,je ne comprends plus rien,ça serait si beau que tout le monde vive en paix



que d'économies,avec tout cet argent que coûte les guerres,nous pourrions vivre heureux,ne manquer de rien, plus de pauvres, plus de gens qui dorment dans la rue , LE PARADIS SUR TERRE mais non,il faut que les hommes sebattent, on croirait que c'est un sport !! quel malheur !!!!






J'aime (3) - Signaler un abus
marie la rousse, le 28 mar à 11:35

vieux comme le monde

Oh la guerre des boutons version moderne ?!!, personnes ne regardent ce qui se passe dans les cours d'écoles à la récré !!!! et puis il y en a toujours eu, et il y en aura encore !!! (sur n'importe quel citoyen de toutes confessions)






J'aime (2) - Signaler un abus


Redomier, le 28 mar à 11:47

La police à son travail

On remarque de plus en plus que les policiers font comme une grève du zèle en France en général : on en voit de moins en moins dans les rues y compris à Paris







Et tous les comportements inciviques , illégaux (feux rouges brûlés, stationnements sur les trottoirs, ou terrasses sauvages de cafés ...) qui se développent et même explosent .







Si ce n'est pas repris en main , on va vers une situation impossible (actes racistes et agressions compris )






J'aime (2) - Signaler un abus
HeyBaal, le 28 mar à 12:07

@cloclo40

Les guerres sont faites pour le pouvoir.



La guerre, la liberté, etc ... ce sont des prétextes.







Pour ce gamin c'est dommage pour lui mais je constate que des gros moyens ont été investis pour cette affaire, alors que des agressions y en a tous les jours, classées sans suites, et aucun média, même local, ne s'en émeut la plupart du temps.



J'aimerais bien qu'on soit tous égaux de la même manière, et pas certains plus que les autres.






J'aime (3) - Signaler un abus
lemazet13, le 28 mar à 13:05

Eh oui!

Dans ces agressions racistes, il n'y a pas à chercher bien loin. Là, il s'agit d'un enfant juif, mais tous les jours, nos gamins sont la cible de ces agresseurs, qu'il n'est pas difficile de cibler. Nous sommes, TOUS, victimes de ces gens qui haïssent la France et les Français de quelque religions qu'ils soient.






J'aime (3) - Signaler un abus
Redomier, le 28 mar à 13:17

Une semaine à peine après la tuerie de Toulouse

cloclo,







Bénéficier d'égards pareils , je m'en passerai.







Où voyez vous qu'il y a de gros moyens pour empêcher les actes anti juifs ? Et si c'atit le cas , vous préferiez qu'on dépense de l'argent pour la réhabilitation des voyoux , leur permettre de faire du cheval ou de la plongée ?







C'est du n'importe quoi . Votre propos est bien orienté






J'aime (2) - Signaler un abus
marqus39, le 28 mar à 19:11

pour ODEDEBRUNE

Bien d'accord avec vous. Le racisme, c'est à l'école qu'il est d'abord. Tout simplement parce que les enfants naissent comme ça, les différences, ils ne les admettent que quand on fait leur éducation, en famille comme dans l'école. J'ai toujours vu des enfants être brimés sus un prétexte ou un autre : être juif, myope, difforme ou bègue, etc. Et maintenant que notre société est devenue, il na faut pas le cacher, une sociéte de violence, tout prétexte est bon pour exsuder cette violence.



Peut-être qu'un "coup de pied aux fesses" en famille et pertinemment appuyé par un représentant de l'ordre public(en ce moment, c'est nécessaire) suffira, mais rien n'est sûr : la période est survoltée, les politiques eux-mêmes donnent l'exemple de la violence, je crois qu'il faut être très vigilant pour éviter d'autres dérives, et qui sait, hélas ! d'autres drames.






J'aime (1) - Signaler un abus
grosbaleze, le 28 mar à 20:01

DEBUT

CE N'EST MALHEUREUSEMENT QUE LE DEBUT D'UNE INTIFADA A LA FRANCAISE.






J'aime - Signaler un abus
Daniel 153, le 28 mar à 21:10

Montée du racisme...

La montée du racisme est bien normale. Toute la législation indispose le français moyen. On a même créé des délits d'opinion ! Qui oserait contester des assertions bien discutables sur la shoah. Enfant, je n'entendais pas parler du racisme. Aujourd'hui, je sais que si je dis un demi-mot inconvenant à certains ressortissants étrangers, je risque une condamnation sévère. Par contre si certains ressortissants étrangers m'insultent ou me frappet alors ils n'encourent aucune condamnation. Où est l'égalité ?






J'aime - Signaler un abus
Daniel 153, le 28 mar à 21:11

Montée du racisme...

La montée du racisme est bien normale. Toute la législation indispose le français moyen. On a même créé des délits d'opinion ! Qui oserait contester des assertions bien discutables sur la shoah. Enfant, je n'entendais pas parler du racisme. Aujourd'hui, je sais que si je dis un demi-mot inconvenant à certains ressortissants étrangers, je risque une condamnation sévère. Par contre si certains ressortissants étrangers m'insultent ou me frappet alors ils n'encourent aucune condamnation. Où est l'égalité ?






J'aime - Signaler un abus
Daniel 153, le 28 mar à 21:16

@# J'aime (7) - Signaler un abus - Répondre # Dr. Cherif Ghali

Si un petit blondinet aux yeux bleus est attaqué, il ne sera pas question de racisme... Voilà l'égalité !






J'aime - Signaler un abus
t42, le 28 mar à 21:36

guerre

"On en finira donc jamais avec cette guerre entre juifs et arabes"



C'est vieux comme la nuit des temps.










J'aime - Signaler un abus Réagissez à cet articleRéagissez avec votre compte Francesoir.fr :
Me connecter
Ou créez GRATUITEMENT votre compte Francesoir.fr :
Créer mon compte Publié : 28/03/12 - 08h28
Mis à jour : 28/03/12 - 08h28


25

Dossiers :
Faits Divers
GuainoHenri Guaino: "Il faut maitriser les flux migratoires"
fusilladeJulien Dray (PS): « L'antisémitisme progresse en France »
nucléaireDati: « quel triple salto arrière de Hollande! »
De MontvalonMélenchon a déjà gagné
CAMPAGNE
Le carnet de campagne
Présidentielle
Petites phrases de campagne
PrésidentielleSarkozy peut-il encore gagner ?
Présidentielle
Les derniers sondages
Annonces

Classic Design Italia
Meubles des Maîtres du Design directement du fabricant
www.classicdesignitalia.com

Organisez un séminaire
Effectuez une demande de devis. Obtenez une réponse dans les 48h !
www.les-fontaines.com/seminaire

Dons - Association Unicef
Soutenez nos Projets humanitaires ! Soins, Nutrition, Education…
Unicef.fr/Faire-un-Don
iPad-iPhone
Nouvelle application France-Soir
SUIVEZ FRANCE SOIR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
Retrouvez-nous sur Facebook
LABELGIQUE
FACEAUNEMONTEE
DELANTISEMITISME
ETALAPRESENCE
DEDIEUDONNE

Source : 7sur7.be en ligne le 29 mars 2012


Liège enquête sur
le spectacle antisémite de Dieudonné



La procureure du roi de Liège, Danielle Reynders, a demandé à ses services de police d'examiner les vidéos et les bandes-son enregistrées à la salle La Fabrik d'Herstal, où le comédien Dieudonné s'est produit le 14 mars derniers, révèle jeudi Le Soir.

"Il s'agit de déterminer si des propos tenus ce soir-là ne sont pas constitutifs d'infractions à la loi" réprimant l'incitation à la haine et fondés sur des propos racistes ou antisémites, rapporte le quotidien.

Des policiers étaient présents la salle de spectacle et les propos antisémites ont été applaudis par le public, essentiellement composé de jeunes issus de l'immigration, précise le journal.

Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme (CECLR) s'apprête pour sa part à déposer une plainte. Ses observateurs ont, eux aussi, identifié le caractère haineux et antisémite des propos tenus par Dieudonné. "Une analyse juridique est en cours", a indiqué Edouard Delruelle, directeur adjoint du CECLR.

mercredi, mars 28, 2012

TOUS
ENSEMBLE
CESTENCOREPOSSIBLE!



SIGNER ET FAITES SIGNER LA PETITION

DE RESPECT MAG ET LE NOUVEL OBSERVATEUR


FAIRE FRANCE ENSEMBLE


Faire France ensemble :
l'appel de l'"Obs" et de "Respect Mag"


Par
Le Nouvel Observateur



Après les tueries de Toulouse et Montauban, intellectuels, responsables et citoyens musulmans, juifs, chrétiens et non-croyants, appellent à préserver l’unité de la nation.








"Nous intellectuels, responsables ou citoyens musulmans, juifs, chrétiens ou non croyants, voulons manifester notre volonté de préserver l’unité de la nation autour des valeurs de la République dans l’épreuve que traverse le pays après l'assassinat d'enfants juifs, de leur professeur et de jeunes militaires à Toulouse et Montauban. L’heure est grave : dans cette période de campagne présidentielle, nous mettons en garde tous les candidats contre la tentation d’instrumentaliser ce drame à des fins partisanes et de diviser les Français sur des critères communautaires que nous récusons.

C’est la République qui était visée dans ces attentats terroristes, c’est-à-dire le principe d’égalité et de fraternité entre tous les citoyens, quelle que soit leur origine ou leur religion. Les fanatiques ont pour but de diviser la société en communautés séparées et bientôt hostiles, de manière à ouvrir la voie à leur propagande morbide. Toute déclaration, tout geste, toute mesure qui tend à désigner telle ou telle religion, telle ou telle culture, à la méfiance publique sert, même indirectement, leurs desseins et affaiblit notre culture commune dans une société à la fois une, dans ses fondements, et multiple, dans ses approches et son expression.

Au contraire, c’est par la lutte contre le racisme, l'antisémitisme, et toutes formes de discriminations, et par l’interrogation collective sur les exclusions et les affrontements, qu’une société participe à produire, que nous assurerons l’unité des démocrates et l’isolement des forces destructrices. Loin de s’opposer entre eux, juifs, musulmans, chrétiens et non-croyants doivent coopérer sans relâche à la préservation –y compris dans leurs propres rangs !- des principes communs d’égalité et de laïcité, seuls capables d’assurer la tolérance réciproque, la liberté des cultes et des opinions, le maintien de la fraternité et le développement d’une dynamique irremplaçable, celle d’une société riche de sa pluralité
."


Ont déjà signé :

Mehdi Thomas Allal (responsable pôle anti-discrimination Terra Nova), Jean- Christophe Attias (directeur d'études à l'EPHE Sorbonne, cofondateur du "Pari(s) du Vivre-Ensemble"), Laurent Azoulai (président cercle Léon Blum), Esther Benbassa (sénatrice EELV du Val-de-Marne, directrice d'études à l'EPHE Sorbonne, cofondatrice du "Pari(s) du Vivre-Ensemble"), Ghaleb Bencheikh (essayiste), Cheikh Khaled Bentounès (guide spirituel Tariqa Alawiya), Rachid Benzine (islamologue), Fatima Besnouci-Lancou (écrivain), Dalil Boubakeur (recteur Mosquée de Paris), Mourad Boudabbouz (entrepreneur et étudiant en islamologie), Ofer Bronchtein (président Forum international pour la paix), Marc Cheb Sun (fondateur et directeur de la rédaction de Respect Mag), Madani Cheurfa (secrétaire général du Cevipof), Jean Daniel (directeur du Nouvel Observateur), Père Christian Delorme (prêtre en diocèse à Lyon), Rokhaya Diallo (éditorialiste et militante), Reda Didi (fondateur Graines de France), François Durpaire (historien et président de "Nous sommes la France"), Abdelhak Eddouk (aumônier musulman), Jamel El Hamri (étudiant en master civilisation musulmane), Anne Esambert (haut fonctionnaire), Eric Geoffroy (islamologue), Nassurdine Haïdiri ("Nous ne marcherons plus !"), Samia Hathroubi (co-fondatrice des JEM EGO, Juifs et Musulmans Ensemble Génération Ouverte), Alain Jakubowicz (président de la LICRA, Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme), Laurent Joffrin (directeur de la rédaction du Nouvel Observateur), Nacer Ketane (président de Beur Fm), Bariza Khiari (sénatrice de Paris), Fadila Mehal (vice présidente Modem Paris), Léonora Miano (écrivain), Brice Nkonda (président du CQFD, Conseil des Quartiers de France pour la Diversité), Ousmane Ndiaye (journaliste), Naïma M’Faddel (présidente de la Maison d’Averroès), Tareq Oubrou (Grand Imam de Bordeaux), Richard Prasquier (président du CRIF, Conseil des institutions juives de France), Rost (artiste et président de Banlieues actives), Bolewa Sabourin (initiateur de Cités en mouvement), Elyamine Settoul (enseignant Sciences Po), Patrick Singaïny (intellectuel réunionnais), Pierre Tartakowsky (président de la Ligue des Droits de l'Homme), Christiane Taubira (députée de Guyane), Louis-Georges Tin (président de République et diversité), Ludovic Lotfi Mohamed Zahed (HM2F, Homosexuels musulmans de France), Bernard Zilberg (président Maison Itshak Rabin France).
LEXTRÊME-DROITE
REVIENTENFORCE
DANSLESUNIVERSITES
FRANCAISES

Source : lefigaro.fr en ligne le 28 mars 2012



Élections à Assas:
le GUD tente de reprendre pied




Par
Philippe Romain



Absente de l'université depuis cinq ans, l'organisation étudiante d'extrême droite présente une liste aux élections étudiantes, mercredi 28 mars.

Un rat noir. Le symbole du Groupe union défense (GUD). Sur le tract déroulant la profession de foi de la liste UDJ (Union de défense de la jeunesse) pour les élections étudiantes à l'université Panthéon-Assas (Paris-II), mercredi, un dessin du rongeur rappelle la filiation revendiquée avec l'ancienne organisation d'extrême droite, réputée pour son activisme violent. Et certaines propositions gomment les derniers doutes.

«Nous prônons la préférence nationale pour l'attribution des bourses et des logements», avise à la terrasse d'un café Édouard Klein, 21 ans, «fils de gudards» et fondateur de l'UDJ. Chemise et chaussures élégantes, coupe de cheveux bon chic bon genre, il montre un profil rassurant. À mille lieux de sa photo Facebook, sur laquelle il arbore blouson de cuir et lunettes de soleil noirs sous un crâne presque rasé. Un style plus en phase avec les dix commandements du GUD nouveau: «Le Flight, tu porteras; De Ray-Ban, tu te muniras; Les femmes, tu séduiras, etc.»

Un local à Assas
Du folklore? Pas seulement. «Nous avons une conception esthétique de l'individu, et c'est plus amusant que les principes de l'Unef, assume l'étudiant en troisième année d'économie. Qui détaille ses priorités pour Assas: «Justice sociale, promotion de l'excellence avec une sélection à l'entrée, et liberté d'étudier pour ne pas se transformer en Nanterre ou Tolbiac, des facs bloquées à la moindre réforme.»

Cette irruption de l'UDJ dans la campagne a réveillé des peurs enfouies. «Les pouvoirs publics doivent intervenir au plus vite pour protéger l'université contre le retour de cette officine raciste et antisémite», s'inquiète Jonathan Hayoun, le président de l'UEJF (Union des étudiants juifs de France ), dont les militants se battaient fréquemment avec ceux du GUD dans les années 1980-1990. «On a très peur que ça recommence, nous demandons aux nôtres de rester dans le débat d'idées, mais c'est dans la culture du GUD de semer la terreur et je ne comprends pas pourquoi on ne leur a pas interdit de se présenter.»

Le président de Paris-II, Louis Vogel, assure qu'il n'en a pas, légalement, la possibilité. «C'est la démocratie, tout le monde a le droit de déposer une liste, mais les étudiants voteront en connaissance de cause», réagit-il. L'UEJF et d'autres organisations étudiantes anticipent déjà de multiplier les pressions sur l'administration au cas où l'UDJ obtienne un élu, suffisant pour décrocher un local à Assas. «Sur leur liste pour le Cévu (Conseil des études et de la vie universitaire), la plupart des dix candidats ne sont même pas de vrais étudiants, accuse Benjamin Guéraud-Pinet, responsable de l'Unef à Assas. Ils se sont inscrits en capacité de droit, pour laquelle il n'y a pas besoin du bac, et l'un d'entre eux est même un militaire qui revient d'Afghanistan». Selon lui, les problèmes ont déjà recommencé à Assas. «Des bastons très violentes entre gudards et antifascistes dont certains ont eu des côtes cassées se sont déroulés près de l'université. Et deux cars de police ont été récemment postés devant la fac pour éviter que l'UDJ ne “bordélise” une conférence de Stéphane Hessel.»

Édouard Klein, lui, relativise ces débordements. «On nous accole une réputation de violence, mais la plupart du temps on ne fait que se défendre, certifie-t-il. Cinq “antifa” d'extrême gauche, dont au moins un du lycée autogéré de Paris que j'ai reconnu, m'ont par exemple agressé il y a quelques jours à coups de matraque télescopique.»

Un membre de L'UEJF raconte pourtant être tombé sur un tweet de l'UDJ appelant selon lui implicitement à la violence. «Il est écrit “Si vous voulez voir SOS-Racisme et l'UEJF à Assas, venez le 28 mars”. On n'est pas naïfs et on compte sur la fac et la police, si besoin, pour nous protéger.»
LABARBARIE
DUTERRORISMEISLAMIQUE
VUDESCITES

Source : rue89.com en ligne le 28 mars 2012



Tuerie de Toulouse :
« Si ça avait été des enfants musulmans... »



Ramses Kefi
Journaliste


La mort de Merah a suscité, dans certains quartiers, des réactions inquiétantes. Mahdi, étudiant, est l'un des plus posés du groupe que Rue89 a rencontré.
« L'une des grandes choses que je retiens de la tuerie ? La minute de silence pour les trois enfants juifs. En France, c'est préférable d'être juif quand on est victime. »

Au départ, Mahdi (qui préfère rester anonyme), 22 ans, originaire des Mureaux (Yvelines) préférait rédiger un e-mail. Puis en fin d'après-midi, il me donne rendez-vous à Poissy, à quelques kilomètres de chez lui : « Il peut y avoir des malentendus, donc je préfère dire certaines choses à l'oral, pour qu'on en discute de vive voix. »

Pourquoi ce témoignage
Plusieurs sources, riverains, proches nous ont alerté sur la diffusion et l'expression d'une colère chez certains jeunes enfants d'immigrés de confession musulmane dans les quartiers. Des mots que l'on n'a pas envie d'entendre, de soutien à Mohamed Merah, des groupes Facebook antisémites. Nous estimons que notre rôle est d'aller à la rencontre de cette réalité marginale, en évitant les provocations et les caricatures.


Notre reporter Ramsès Kefi a passé du temps avec quatre Français de confession musulmane – « un zonard, un lycéen, un étudiant en droit et un ouvrier » – qui habitent Poissy et lui ont parlé sans langue de bois de Merah, de la minute de silence. Un seul a finalement accepté que ses propos soient rapportés. Ramsès Kefi conclut : « C'est vraiment malsain ce qui se passe en ce moment autour de cette tragédie. » B.G.
D'emblée, il se présente comme « français, musulman et diplômé de l'enseignement supérieur ». Il insiste d'ailleurs pour que dans l'article, cela apparaisse dans cet ordre. Avant de très vite enchaîner sur sa manière de percevoir les drames de Montauban et Toulouse :

« Ça devait arriver. Dans les quartiers, il y a tellement de paumés. Et il y a des armes qui circulent tranquillement. Je n'étais donc pas plus choqué que ça. Pas plus que lorsque dans une cité, un innocent se prend un coup de fusil gratuitement. »

Il me confie ne pas avoir suivi le début de l'affaire. Et cru jusqu'au dernier moment que le tueur de Montauban et Toulouse était un militant d'extrême droite. Ou plutôt, espéré :

« C'est triste à dire, mais nous, les musulmans, on s'en prend déjà plein la gueule. On n'avait pas besoin de ça. En plus le type s'appelle Mohamed. Plus cliché, il n'y a pas. »

Il tire de sa poche son téléphone portable et me montre un SMS, envoyé par l'un de ses amis tandis que la police faisait le siège de l'appartement de Mohamed Merah :

« Ils disent qu'ils le veulent vivant mais tu verras, ils vont le cribler de balles. C'est un musulman, ils vont le finir. »

« On mélange tout alors que l'enquête n'est pas finie »
Mahdi ne me regarde jamais dans les yeux et se met à esquisser de grands gestes en évoquant la thèse du complot :

« 300 coups de feu ? Une armée sophistiquée contre un seul homme ? Le type est surveillé par les flics mais il arrive à s'armer jusqu'aux dents ? Tu lui envoyais un peu de gaz, il sortait bien gentiment. On ne voulait pas qu'il parle, c'est tout. »

Il continue, parle de plus en plus vite. Je le coupe. Il sourit, puis s'excuse. Lors de nos premiers échanges, il fustigeait le traitement médiatique de la tuerie, qu'il estime islamophobe. Je lui demande plus de détails :

« On nous présente le type comme un salafiste, puis comme un bon vivant. Comme un jeune comme les autres, puis comme un gros délinquant. En fait, on mélange tout en nous disant implicitement que tous les musulmans sont potentiellement dangereux. Tout ça alors que l'enquête n'est pas finie. »

Enquête qu'il estime aussi peu fiable :

« Beaucoup de journalistes ont répété ce que disaient les flics sans rien vérifier. Quand on dit qu'Abdelkader Merah a déclaré être fier de son frère, ça sort d'où ? D'un policier, qui a très bien pu mentir comme ils le font si bien. Il faut quand même rappeler qu'ils ont échoué et qu'ils veulent se couvrir. »

« Plus grave d'insulter ou de tuer un juif »


Une enquête qu'il estime enfin différente lorsque les victimes sont de confession juive :

« En France, il est plus grave d'insulter ou de tuer un juif. Cette différence de statut contribue malheureusement à créer de l'antisémitisme. Et contrairement à l'idée reçue, pas seulement chez les musulmans. »

Mahdi n'a pas compris la minute de silence pour « ces trois pauvres gamins ». Ni l'acharnement sur le professeur qui en a respecté une en mémoire de Mohamed Merah. Il me montre quelques messages postés sur Facebook ces derniers jours, parmi lesquels « J'espère que Merah va s'en tirer » ou encore « Repose en paix Mohamed » :

« Les gens provoquent pour protester car ils en ont assez. Ils savent que c'est mal mais pourquoi ce drame serait-il plus grave qu'un autre ? Si ça avait été des musulmans, je doute que Sarkozy aurait décrété une minute de silence.

Si les corps avaient été rapatriés en Afrique, Alain Juppé n'aurait même pas fait le déplacement pour prononcer un discours [le ministre des Affaires étrangères a fait le déplacement en Israël, ndlr]. »

« S'il n'y avait pas eu la tuerie d'Oslo »
La discussion s'éparpille. Sur une feuille où il a noté quelques unes de ses idées, Mahdi a souligné Palestine, Afghanistan et Norvège. Il ne parlera finalement pas de la Palestine. Plutôt de l'Afghanistan :

« L'armée française participe à une guerre complètement dégueulasse, sur laquelle on ne sait pas grand-chose. Mais je n'ai pas entendu le gouvernement décréter une minute de silence pour les enfants massacrés là-bas. Dernièrement, un soldat américain a encore fait un carnage. »

Et de la Norvège :

« C'est mal de dire ça, mais s'il n'y avait pas eu récemment la tuerie d'Oslo avec ce cinglé de Breivik, les gens ne se seraient peut-être pas souvenus qu'il n'y a pas que des musulmans qui peuvent péter un câble. »
UNNOUVELHOMMEFORT
DANSLOPPOSITION
ENISRAËL

Source : lefigaro.fr en ligne le 28 mars 2012


Israël:
Shaul Mofaz chef de l'opposition



Shaul Mofaz, un faucon qui joue sur la corde sécuritaire, est devenu aujourd'hui le nouveau chef de l'opposition israélienne après avoir remporté facilement l'élection primaire du parti centriste Kadima face à la dirigeante sortante Tzipi Livni.

Selon des résultats quasi définitifs, Shaul Mofaz, 63 ans, s'est imposé en obtenant 62% des suffrages contre 38% à sa rivale. Le taux de participation a été de 45% seulement parmi les quelque 95.000 adhérents de Kadima, aujourd'hui la principale formation d'opposition mais en perte de vitesse accélérée, d'après les sondages. Avec ce raz-de-marée quelque peu inattendu, Shaul Mofaz, qui fut chef d'état-major et ministre de la Défense, a ainsi pris une cinglante revanche sur Mme Livni qui l'avait battu à la précédente primaire de 2008 avec une avance de quelque 400 voix seulement.

Kadima ("En Avant" en hébreu) aété créé par l'ancien homme fort Ariel Sharon en novembre 2005 alors qu'il était premier ministre. L'ex-général avait alors fait scission du Likoud à la suite de l'opposition d'une partie des députés du grand parti de la droite nationaliste au retrait de la bande de Gaza qu'il avait orchestré. Ehud Olmert avait succédé début 2006 à Ariel Sharon, terrassé par une attaque cérébrale, aussi bien à la tête du gouvernement que de Kadima avant de démissionner à la suite d'une série de scandales de corruption.

C'est Tzipi Livni qui avait pris les rênes du parti centriste lors des dernières élections législatives de février 2009. Sous sa direction, Kadima a obtenu le plus d'élus à la Knesset (28 sur 120), devant le Likoud (27) de Benjamin Netanyahu. Mais elle n'a pas réussi à mobiliser une majorité à la suite du refus du parti ultra-orthodoxe Shass de la soutenir, ce qui a permis à "Bibi" Netanyahu de former la coalition au pouvoir actuellement. De facto patronne de l'opposition, elle a eu le plus grand mal à faire entendre sa voix face à M. Netanyahu, au point que les derniers sondages ne créditaient Kadima, qui n'a guère d'influence, que de douze à quinze députés, quel que soit son futur leader. En effet, de nombreux électeurs de Kadima sont retournés au Likoud ou sont passés au Parti travailliste, désormais dirigé par l'ex-journaliste Shelly Yacimovich, championne des causes sociales, tandis que d'autres sympathisants sont attirés par un nouveau parti, de tendance centriste laïque, que doit lancer un ancien journaliste vedette de la télévision israélienne Yaïr Lapid.

Les législatives sont prévues en octobre 2013, mais les rumeurs sur un scrutin anticipé à l'automne se multiplient, malgré les démentis de M. Netanyahu, qui a aisément remporté le 1er février dernier une primaire au sein du Likoud.
Selon les commentateurs, la grande inconnue est à présent de savoir si Mme Livni entend épauler M. Mofaz ou faire scission. En implosant, le parti se condamnerait au néant, prédisent-ils. Président de la puissante commission parlementaire des Affaires étrangères et de la Défense, Shaul Mofaz, durant sa campagne, a affirmé qu'il accepterait le verdict des urnes et resterait au sein du parti, contrairement à Tzipi Livni qui a refusé de prendre un tel engagement.

Hanan Cristal, analyste politique de la radio-TV publique, a estimé qu'il y a de fortes chances que M. Mofaz, un ancien chef d'état-major né en Iran, accepte d'entrer dans un gouvernement de coalition dirigé par "Bibi" Netanyahu. Ce dernier caracole très largement en tête des sondages avec le Likoud, et Mme Livni a jusqu'au bout voulu incarner "une alternative" à son gouvernement.
LARACISMEANTI-MUSULMAN
SUPERIEUR
ALANTISEMITISME

Source : rmc.fr en ligne le 28 mars 2012


Le racisme anti-musulman
a explosé en 2011



Les actes et menaces racistes ont reculé en France l’an dernier (-7% par rapport à 2010), mais le racisme anti-musulman a explosé (+33,6%) selon le rapport annuel de la Commission nationale consultative des droits de l'Homme.



Les musulmans, première cible du racisme. En 2011, si les actes et menaces racistes ont reculé d’une manière générale (-7% par rapport à 2010), le racisme anti-musulman a véritablement explosé: +33,6% en un an, selon le rapport annuel de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (basé sur les chiffres de la police et de la gendarmerie). L’an dernier, il y a eu 1.254 actes et menaces à caractère raciste enregistrés en France. L’antisémitisme a lui, reculé de 16,5%.
Un tiers des faits anti-musulmans se sont déroulés en Ile-de-France, en Rhône-Alpes et en Provence-Alpes-Côte d’azur.

« Un rejet grandissant de tout ce qui touche aux musulmans et à l’islam »
« Il y a un rejet grandissant de tout ce qui touche aux musulmans et à l'islam » explique Marc Leyenberger, membre de la Commission nationale consultative des droits de l'homme. « Il y a les menaces et les provocations cotre les musulmans, mais il y a aussi des actes contre les personnes et les biens: vandalisme contre les mosquées ou profanations de cimetières. Tout cela existait déjà les années précédentes, mais leur nombre a considérablement augmenté en 2011 ».
Les politiques responsables ?

Pour Sabrina Goldman, déléguée exécutive de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme), cette hausse brutale du racisme anti-musulman s’explique en partie par le climat politique de ces derniers mois: « On remarque un racisme décomplexé de la part des faiseurs d'opinions ou des représentants du gouvernement. Maintenant tous les phénomènes de la société sont expliqués au regard de l'origine ou de la religion des personnes. Je vois vraiment à quel point cela a des effets néfastes dans la vie de tous les jours. On a même plus peur d'être raciste au quotidien ».

« Ce n'est pas forcément de la faute des politiques » estime de son côté Mohammed Moussaoui, le président du Conseil Français du Culte Musulman. « Il y a un mouvement de populisme qui traverse l'Europe en général. Il y a aussi le contexte international lié à l'islam, la guerre en Afghanistan et en Irak. Cela peut laisser des traces sur les esprits et certains qui sont vulnérables peuvent peut-être passer à l'acte en se sentant obligés de réagir ».

GRANDEPREMIEREDANS

LACOMMUNAUTEJUIVEDEFRANCE

SONDAGESURINTERNET

POURDESIGNERLEMEILLEURFUTUR

GRANDRABBINDEPARIS







Avenir du Judaïsme

Lettre d'information, 28 mars 2012

Élection du Grand Rabbin de Paris du 28 mars 2012

Les résultats du sondage en ligne organisé par Avenir du Judaïsme :
et vous avez voté pour ....


Résultats du sondage en ligne pour l'élection du Grand Rabbin de Paris


Le sondage : une participation impressionnante

En moins de 24 heures, les Juifs d’Ile de France ont été près de 700 à voter en ligne pour le Grand Rabbin de Paris. Certes il s’agit là d’un vote virtuel, mais il est significatif que les pressions exercées sur les candidats pour qu’ils ne se présentent pas contre Michel Gugenheim, celles dont ont été l’objet  les grands électeurs sont de peu de poids devant un vote populaire.

C’est donc Alain Chlomo Senior, Rabbin de Créteil, qui avec plus de 40% des voix arrive en tête.

Dans une précédente newsletter d’Avenir du Judaïsme sur la bonne gouvernance, nous précisions « pourquoi ne pas suivre l’exemple de la République quand elle est exemplaire ? ».

Nous avons donc arrêté ce vote en ligne avant le 27 mars 2012 à 23h59, pour que le vote des Grands Electeurs qui se déroule le 28 mars 2012 se passe dans la sérénité.

Nous appelons les Grands Electeurs à voter en leur âme et conscience, en s’inspirant sans doute des attentes des juifs franciliens, au service desquels tout dirigeant de l’ACIP digne de ce nom, bénévole ou permanent, exerçant des fonctions administratives ou religieuses, doit se tenir.


Les résultats du sondage en détail

Résultats du sondage public pour l'élection du Grand Rabbin de Paris


Les résultats du Grand Rabbin de Paris par le collège électoral du Consistoire

L'élection (la vraie ! ) du Grand Rabbin de Paris par le collège électoral du Consistoire aura lieu le 28 mars 2012 à 19h.

Avenir du Judaïsme vous fera vivre cette élection en direct sur twitter et sur le site www.grandrabbindeparis.fr.



A propos d'Avenir du Judaïsme

Avenir du JudaïsmeL'association Avenir du Judaïsme s'est constituée pour "promouvoir par tous moyens le débat intellectuel et spirituel, le pluralisme et la démocratie dans la communauté juive." L’équipe d’Avenir du Judaïsme se définit comme engagée dans la communauté juive de France et dans la Cité. Nous avons constitué l'association pour manifester notre souci de la pérennité de notre communauté et de l'avenir des générations montantes qui souhaiteraient continuer à agir en son sein. Cela implique une réflexion en profondeur, des débats d'idées, pour mettre en oeuvre une vision et des projets à l'écoute des besoins et des attentes des membres de notre communauté