"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

lundi, février 27, 2006

PASSERELLE



MARCHE SILENCIEUSE
EN SOUVENIR D'ILAN HALIMI



Source : liberaion.fr daté du 27 février 2006




DIEUDONNE RETRANCHE DANS SON QG




«Et s'ils viennent ?» Ambiance de forteresse hier après-midi au théâtre parisien de la Main-d'Or, le QG de Dieudonné. Il y a une semaine, lors de la manifestation à la mémoire d'Ilan Halimi, une vingtaine de jeunes avaient tenté de défoncer la porte du théâtre. Hier, pendant trois heures, une trentaine de sympathisants de «Dieudo» ont attendu. Tout comme une dizaine de policiers. Les participants dénoncent «l'instrumentalisation d'une histoire d'argent et rien d'autre». Et, lance l'un d'entre eux, «si, ici, il y a trois juifs et deux cents Noirs blessés, on parlera d'antisémitisme». Un montage photo qu'un homme dit avoir ramené de la manif avec sur la page de gauche le portrait de Dieudonné et la mention «Penseur», et, sur celle de droite, le visage de Fofana et le mot «Tueur», fait monter la pression. «Dieudo» reste «silencieux» sur cette affaire. Pour l'instant.


______________________________________

Ce Soir, à 20h,
à la Mairie du 3è arrondissement de Paris*


JUDAÏSME dans la CITE et dans la REPUBLIQUE
et
SOLIDARITE EN BLEU, BLANC, BLEU


Source :
l'hebdomadaire Actualités Juives daté du 23 février 2006


DECRYPTER DIEUDONNE

Dieudonné choque, dérange, intrigue. Pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants d’un personnage trouble, l’association « Judaïsme dans la Cité et dans la République » organise une conférence-débat (1) « Dieudo – candidat : tocsin ou glas pour les Juifs de France ? Elle aura lieu dans le cadre d’un cycle sur « La fracture Dieudonné ».

Les intervenants, tous spécialistes de la question sont :Anne-Sophie Mercier, journaliste auteur de « La vérité sur Dieudonné », Me Aude Weill-Raynal, vice-président de l’association Avocats sans Frontières et Me Alain Jakubowicz, avocat de la Licra et du Consistoire de France. Clément Weill-Raynal assurera la présidence de la soirée, qui est organisée sous le haut patronage de Kofi Yamgnane, vice-président du conseil général du Finistère et d’Yves Pozzo di Borgo, sénateur.
C.M.

*Mairie du 3ème arrondissement :

2, rue Eugène Spuller,
75003 Paris

dimanche, février 26, 2006

SPECIAL
HOMMAGE A ILAN HALIMI


Source :lemonde.fr via AFP, REUTERS


DES ELUS FN DANS LE CORTEGE VIP
DE LA MARCHE SILENCIEUSE DU CRIF
CETTE APRES-MIDI A PARIS.


Vingt minutes avant le début de la manifestation, des membres des services d'ordre ont chassé le président du Mouvement pour la France (MPF) Philippe de Villiers, venu participer au défilé, aux cris de "raciste, raciste". Le député souverainiste a été sorti du carré de tête sous la protection des gendarmes sous les cris de "Villiers dehors". Lors d'une conférence de presse impromptue, il a expliqué être venu "par solidarité avec tous les Français qui se sentent aujourd'hui blessés par la montée d'un nouveau racisme antifrançais sur fond d'islamisation".

Selon la police, aucun élu du Front national n'était présent à la manifestation. Mais Jean-Richard Sulzer, secrétaire général du groupe Front national (FN) au conseil régional d'Ile-de-France, a affirmé qu'il avait participé à la marche avec une dizaine d'élus et membres de son parti. "Ca s'est très bien passé, nous avons été accueillis très aimablement par le service d'ordre. Nous avons manifesté au milieu et nous sommes remontés un peu plus tard en tête de cortège", a-t-il dit. M. Sulzer a affirmé avoir"salué de façon très républicaine" le président PS du conseil régional Jean-Paul Huchon ainsi que l'ancien ministre socialiste Dominique Strauss-Kahn.



SPECIALE
HOMMAGE A ILAN HALIMI


UN SITE VIENT D'ETRE CREE CONSACRE A ILAN HALIMI


WWW.ILAN-HALIMI.ORG
SPECIAL
HOMMAGE A ILAN HALIMI



COMMUNIQUÉ POUR ILAN HALIMI
DU COMITÉ ANTILLAIS
MARCHE DU 23 MAI 1998


Le Comité Marche du 23 Mai 1998 (CM98), au nom de la communauté Antillaise présente à la famille de Ilan HALIMI ses condoléances attristées.

Ce crime odieux, dont les relents racistes semblent indiscutables, marque une nouvelle escalade dans la barbarie qui se développe dans les banlieues de notre pays et qui touche des jeunes de toutes les communautés.

Nous appelons les Antillais à exprimer leur solidarité à la famille Halimi ainsi qu’aux juifs de France en participant à la manifestation silencieuse qui aura lieu le dimanche 26 février 2006 à 15 heures entre les places de la République et de la Nation.

Pour le CM98

Dr Serge ROMANA,


www.cm98.org

samedi, février 25, 2006

SPECIAL
HOMMAGE A ILAN HALIMI


Le comédien et imitateur d'origine béninoise, Eric Blanc, actuellement sur une scène à Paris, a adressé, à travers diasporablogj., un message de soutien à la famille d'Ilan :

"CHER BERNARD,

MERCI POUR CES MESSAGES.

J'APPORTE BIEN EVIDEMMENT MON SOUTIEN A LA FAMILLE DU DEFUNT ET JE M'ASSOCIE A SA DOULEUR.

PLUS JAMAIS CA!!!!!!

CORDIALEMENT,

ERIC BLANC




DERNIERE MINUTE


Radu Mihaileanu et Alain Blanc ont reçu, ce soir, le 31è César du meilleur scénario pour le film "VA, VIS ET DEVIENS".




Ce film est sortie en DVD, distribué par France Télévisions distribution
SPECIALE
HOMMAGE A ILAN HALIMI



Manifestation
en hommage à Ilan Halimi le 26 février
à 15 heures




En hommage à Ilan Halimi, le CRIF, la LICRA et SOS-Racisme appellent à

une marche contre le racisme et l’antisémitisme

Dimanche 26 février 2006

à 15 heures

de la République à la Nation.

Venez nombreux et diffusez largement.


SPECIALE
HOMMAGE A ILAN HALIMI



A.J-M.F.
AMITIES JUDEO-MUSULMANES DE FRANCE




Ris-Orangis, le 22 février 2006


COMMUNIQUE



Le crime odieux commis par le « gang des barbares », assassins du jeune Ilan Halimi, tué parce que juif nous plonge dans l’effroi et suscite notre indignation.


Pour lutter contre les actes antisémites, contre la banalisation des propos antisémites , antisionistes et islamophobes,

Contre les clichés et les stéréotypes anti-juifs et anti-musulmans,

Contre le repli communautariste et identitaire,


Nous invitons les associations et les communautés juives et musulmanes à tout faire pour se rapprocher, pour agir ensemble et montrer à leurs environnements respectifs leur volonté de créer les conditions d’une sincère amitié par des actions et des initiatives communes.


Nous appelons tous nos adhérents et amis à prendre part à la manifestation de dimanche 26 Février 2006 Place de la République à 15 heures.






Michel SERFATY Président de l'AJMF
Djelloul SEDDIKI Co-Président de l’AJ-MF
SPECIALE
HOMMAGE A ILAN HALIMI


UNE GRANDE PREMIERE
SUR UN BLOG :
UN MINISTRE S'EXPRIME
SUR UN EVENEMENT D'ACTUALITE
D'AMPLEUR NATIONALE


Déclaration d’Azouz Begag, ministre délégué à la promotion de l’égalité des chances sur diasporablogj.blogspot.com :



" L’assassinat d’Ilan Halimi m’a profondément horrifié. Je me réjouis que le meurtrier présumé du jeune Ilan ait été retrouvé et que bientôt il réponde devant la justice des faits monstrueux dont il est accusé. Cet assassinat c’est une monstruosité, c’est plus que de la barbarie. Il nous faut se mobiliser autour de la mémoire d’Ilan, autour de sa famille et de ses proches. Je leur adresse à tous mes sentiments de compassion et de sympathie. Notre société est en danger devant de tels actes barbares. Je considère qu’il est de notre rôle, à nous hommes publics, de condamner avec la dernière vigueur les actes violents commis au nom du mépris de l’autre, au prétexte qu’il est différent par ses convictions, sa race ou sa religion. Je veux dire à tous les lecteurs de diasporablogj.blogspot.com de que vous me trouverez toujours à vos côtés dans la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et contre les discriminations de toutes sortes. C’est le seul combat qui sous-tend mon action en tant que ministre et en tant qu’homme".



Azouz Begag

L'ASSASSINAT
D'ILAN HALIMI

Selon le quotidien Libération
daté du samedi 25 février 2006

Rony Brauman, une cible du gang
par Pierre HASKI



Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières, a lui aussi été victime d'une tentative ­ ratée ­ d'extorsion de fonds. Dans une lettre reçue en avril 2004 à son domicile de Malakoff (Hauts-de-Seine), un groupe prétendant s'appeler Armata Corsa exigeait qu'il verse une somme de plusieurs centaines de milliers d'euros sur un compte Western Union. Pour accréditer la menace, un polaroïd d'hommes cagoulés tenant un bazooka posant devant la porte de sa résidence. Rony Brauman n'y donne pas suite mais, six mois plus tard, le groupe monte d'un cran : un coup de feu est tiré de nuit sur le portail de sa maison alors qu'il s'y trouvait en famille, et deux cocktails Molotov sont lancés sur la porte. Heureusement ils n'explosent pas. Brauman, d'origine juive, porte plainte, mais ne s'inquiète pas : «Ils avaient l'air de tocards», explique-t-il à Libération, sous le choc, rétrospectivement, d'apprendre qu'il aurait eu affaire au même groupe qu'Ilan Halimi.

vendredi, février 24, 2006

PASSERELLE

Source : Yahoo.fr via l'AFP


Le maire de Montreuil poursuivi
en diffamation par Elie Chouraqui


PARIS (AFP) - Le cinéaste Elie Chouraqui poursuivait vendredi en diffamation devant le tribunal correctionnel de Paris le maire de Montreuil Jean-Pierre Brard (app. PCF) qui avait qualifié de "manipulation" un reportage du réalisateur sur deux établissements scolaires de la ville.Le 15 avril 2004, France 2 avait diffusé dans le cadre de l'émission "Envoyé Spécial" un reportage signé Elie Chouraqui consacré à l'antisémitisme "ordinaire", dans le contexte des heurts opposant, selon lui, les élèves d'un lycée public de Montreuil aux lycéens d'un établissement juif voisin.
Au lendemain de sa diffusion, le sujet avait créé une vive émotion. Au cours d'une conférence de presse tenue en compagnie du ministre de l'Education nationale François Fillon, le maire de Montreuil avait dénoncé "une manipulation".
"Tout a été scénarisé et les enfants ont été les acteurs bénévoles d'un film dont ils ne connaissaient pas le scénario. Il (Elie Chouraqui) leur a fait dire un texte qu'il avait déjà conçu lui-même, c'est une manipulation", avait dit M. Brard.
Le cinéaste et les deux rédactrices en chef d'"Envoyé Spécial", Guilaine Chenu et Françoise Joly, ont poursuivi l'élu en diffamation.
Devant la 17e chambre du tribunal correctionnel, présidée par Philippe Jean-Draeher, M. Chouraqui a expliqué avoir voulu dénoncer la banalisation d'une haine intercommunautaire, face à plusieurs témoins, parents d'élèves ou professeurs qui affirmaient ne pas reconnaître la réalité de leur quotidien dans le reportage.
Le procureur de la République Alexandre Aubert a estimé que les propos tenus par le maire étaient diffamatoires.
"Il s'agit de bien plus que d'une simple critique, c'est une diffamation avec toute la conscience de la brutalité de cette attaque", a-t-il dit.
"On peut tout à fait critiquer un montage, discuter la méthode d'interview mais c'est tout à fait différent de ce que déclare M. Brard", a souligné le procureur, requérant la condamnation du prévenu.
Le procès se poursuivait dans la soirée. Le jugement est attendu dans plusieurs semaines.
L'ASSASSINAT
D'ILAN HALIMI

PASSERELLE

Source : Yahoo.fr via agence reuters


Paris devra attendre
pour l'extradition de Youssef Fofana


LA FAMILLE D'ILAN HALIMI
NE PARTICIPERA PAS
A LA MARCHE SILIENCIEUSE
CE DIMANCHE, DE LA REPUBLIQUE
A LA NATION



PARIS (Reuters) - La justice française devra attendre plusieurs jours, peut-être plusieurs semaines, pour que la Côte d'Ivoire extrade Youssef Fofana, chef présumé du gang des ravisseurs du jeune Ilan Halimi.
Un mandat d'arrêt international a été lancé vendredi par les juges d'instruction parisiens Corinne Goetzmann et Baudoin Thouvenot, a-t-on appris de source proche du dossier.
Cette démarche, qui vise à écarter tout risque d'annulation de le procédure, implique une demande d'extradition officielle et offre à Youssef Fofana une possibilité de recours devant une juridiction ivoirienne.
Le Premier ministre, Dominique de Villepin, avait annoncé jeudi le retour du suspect "dans les prochaines heures", faisant état d'assurances reçues du président ivoirien Laurent Gbagbo.
"Il y a un certain nombre de procédures à respecter, on vit dans un Etat de droit", a dit vendredi à la presse Jean-Baptiste Mattei, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.
Youssef Fofana, un Français d'origine ivoirienne de 26 ans, a été arrêté mercredi soir à Abidjan, où il était toujours interrogé vendredi en présence de deux policiers français.
Lors de son arrestation, il avait sur lui son passeport français ainsi qu'un autre passeport français vierge.
Selon les magistrats parisiens, il aurait avoué sa participation à l'enlèvement du jeune homme âgé de 23 ans, mais nié toute implication dans sa mort et assuré qu'il n'avait pas agi par antisémitisme.
Ilan Halimi, vendeur dans un magasin de téléphonie à Paris, a été découvert le 13 février agonisant, près de la gare de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), après avoir été séquestré et torturé pendant plus de trois semaines. Il est mort des suites de ses blessures.
LA FAMILLE HALIMI PARTIE CIVILE
Youssef Fofana, connu de la justice française pour des vols avec violences, a déjà passé au moins trois ans en prison.
Les dépositions de certains suspects laissent supposer qu'Ilan Halimi a été tué à coups de couteau à la gorge, alors qu'il devait être libéré, parce qu'il avait accidentellement vu ses ravisseurs, dit-on de source judiciaire française.
Une rançon de 450.000 euros, ensuite réduite, avait été demandée et les négociations menées par le père de la victime s'effectuaient sous surveillance policière.
Le crime est considéré juridiquement par les juges d'instruction comme un acte antisémite.
Leur analyse est contestée par les policiers et le parquet qui soulignent l'absence d'idéologie religieuse ou politique du groupe.
La mère, les deux soeurs et le beau-frère d'Ilan Halimi se sont constitués parties civiles vendredi. Leurs avocats, Me Caroline Toby et Francis Szpiner, ont précisé avoir demandé aux associations confessionnelles juives de ne pas faire de même.
"La famille souhaite exercer pleinement ses droits. Elle a un sentiment, celui qu'on est en présence d'un crime antisémite. L'instruction confirmera ou infirmera ce sentiment", a dit aux journalistes Me Szpiner.
A Paris, 14 personnes, dont trois femmes, ont été mises en examen dans cette affaire. La dernière personne poursuivie vendredi est un homme arrêté à Aix-en-Provence et soupçonné d'avoir recruté des jeunes femmes comme "appâts" pour le gang.
Le parquet a demandé son incarcération, ce qui porterait à douze le nombre de suspects en détention provisoire.
Un 14e suspect interpellé en Belgique est visé par un mandat d'arrêt européen. Deux jeunes filles, qui auraient été utilisées comme "appâts" et un autre homme doivent être présentés samedi aux juges d'instruction en vue de leur mise en examen.
Enfin, deux autres suspects étaient toujours interrogés par ailleurs par la police à Paris vendredi soir.
Après la cérémonie de jeudi dans une synagogue parisienne, une manifestation est prévue dimanche dans la capitale à l'appel d'organisations juives et antiracistes. La quasi-intégralité des partis politiques entend y être représentée, de la gauche à l'extrême droite.
La famille d'Ilan Halimi "est sensible à ce témoignage de solidarité" mais n'y participera pas, a annoncé Me Szpiner
L'ASSASSINAT
D'ILAN HALIMI


PASSERELLE

Source :
LE MONDE daté du 25 février 2006
et lemonde.fr daté du 24 février 2006




En qualité de juif,
par Eric Fottorino


La vérité, ce sont les faits : Ilan Halimi a été tué avec un raffinement de cruauté qui signe un crime abject. La vérité, c'est ce qu'on croit : peut-être a-t-il dû sa terrible fin à sa qualité, et insistons sur cette qualité, de juif. La victime a-t-elle payé de sa vie la supposition que sa famille et, plus largement, sa communauté pouvaient payer ? L'enquête déterminera la part réelle de l'antisémitisme dans cet acte odieux. Si Ilan Halimi a été torturé parce que juif, le crime contre l'humanité vient de trouver une dimension individuelle.


ÉRIC FOTTORINO
Article paru dans l'édition du 25.02.06
SPECIALE
HOMMAGE A ILAN HALIMI


COMMUNIQUE DE PRESSE de l'ACIP


Monsieur Hyacinthe Marcel KOUASSI, Ambassadeur de Côte d’Ivoire en France, accompagné de Madame Kani A. SISSOKO, Vice-Consul de Côte d’Ivoire en France ont été reçus à leur demande par le Grand Rabbin de Paris, Monsieur David MESSAS et Monsieur Joël MERGUI, Président du Consistoire de Paris.

L’Ambassadeur a tenu à exprimer les condoléances du gouvernement ivoirien à la famille d’Ilan Halimi et à la communauté juive de France. Il a exprimé sa tristesse et son émotion pour cet acte criminel. La communauté ivoirienne de Paris est très choquée et formule à travers l’Ambassadeur sa condamnation à l’égard d’un acte aussi odieux et sa profonde sympathie pour la famille d’Ilan Halimi et de la communauté juive de France.

L’Ambassadeur Hyacinthe Marcel KOUASSI, a insisté sur le fait que son gouvernement met tout en œuvre pour aider le gouvernement français à retrouver le criminel.

Le Grand Rabbin de Paris David MESSAS et le Président Joël MERGUI, très touchés par leur démarche ont sincèrement remercié l’Ambassadeur et le Vice-Consul de Côte d’Ivoire pour cette visite de courtoisie et de condoléances.
SPECIAL
HOMMAGE A ILAN HALIMI


Le Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais dénonce l'enlèvement, les tortures, l'assassinat du jeune Ilan pour des motifs crapuleux et sans doute antisémites.Le Collectifdom, très actif pour combattre le racisme sous toutes ses formes dont sont victimes les originaires d'Outre-Mer, combat aussi le racisme et l'antisémitisme quels que soient les auteurs.- En 2005, par exemple, une plainte avec constitution de partie civile est déposée contre un groupuscule basé dans la région parisienne qui prétend unir les originaires d'Afrique et les Antillais sur leur couleur de peau et appelle à la haine raciale contre « les blancs, les juifs, les arabes ».- De même, plusieurs avertissements ont été donnés à des sites internet qui propagent la haine raciale, y compris sur leurs forums.Le Collectifdom rappelle qu'il a tiré à plusi eurs reprises les sonnettes d'alarme devant la surenchère raciste que se livrent certains sites internet en toute impunité.Aujourd'hui, le risque de toutes les idéologies qui donnent une prééminence aux organisations fondées sur la couleur de la peau ou sur des extrémismes, comme l'idéologie salafiste, conduit inévitablement à ce type de dérives. Il est temps que la République se ressaisisse !
DERNIERE MINUTE


ENQUETE SUR L'ASSASSINAT D'ILAN HALIMI



Fofana admet "s'en être pris à un juif pour l'argent", nie être antisémiteLe chef présumé du "gang des barbares", Youssouf Fofana, a "reconnu s'en être pris à un juif à cause de son argent" supposé, tout en niant être antisémite, a déclaré jeudi une source française proche de l'enquête.



jeudi 23 février 2006 - 21:44
SPECIAL
HOMMAGE A ILAN HALIMI


INFODERNIERE

Selon une information publiée dans le quotidien LE MONDE daté du 24 février 2006, le Front National sera représenté par Richard Sulzer, proche de Marine Le Pen lors de la manifestation contre le racisme et l'antisémitisme qu'aura lieu Dimanche 26 février 2006 à partir de 15h de la Place de la République à l'appel du CRIF, de SOS Racisme et de la LICRA.

Dans une des émissions diffusées, hier soir, sur Radio-Courtoisie, Jean-Marie Le Pen a affirmé qu'il avait envoyé une lettre de compassion et de soutien à la mère d'Ilan Halimi.



SPECIALE
HOMMAGE

A ILAN HALIMI






CEREMONIE RELIGIEUSE, HIER SOIR, A LA SYNAGOGUE DE LA VICTOIRE A PARIS, A LA MEMOIRE D'ILAN HALIMI EN PRESENCE D'UNE NOMBREUSE ASSISTANCE, A L'INTERIEUR COMME A L'EXTERIEUR DU LIEU DE CULTE.

copyright Photos Alain AZRIA

jeudi, février 23, 2006

SPECIALE
HOMMAGE A ILAN HALIMI


C R A N
CONSEIL REPRESENTATIF
DES ASSOCIATIONS NOIRES



Communiqué de presse
22 février 2006


Le Conseil Représentatif des Associations Noires de France (CRAN) exprime sa totale solidarité avec la famille et les proches du jeune Ilan


Nos premières pensées vont au jeune Ilan assassiné dans des circonstances atroces par des individus que toute humanité semble avoir abandonné.

Le CRAN souhaite que toute le lumière soit faite le plus rapidement possible sur cette affaire et que les coupables soient punis avec la plus extrême sévérité, afin que de tels actes ne se reproduisent pas.

En attendant que cette lumière soit faite, le CRAN appelle toutes et tous à agir avec détermination mais sérénité.

C’est ensemble, tous ensemble que nous vaincrons la barbarie et les intolérances.
SPECIALE
HOMMAGE A ILAN HALIMI


BELGIQUE




Aujourd'hui :
Cérémonie de recueillement
en mémoire d’Ilan Halimi




Ce jeudi 23 février à 18h45 à Grande Synagogue de Bruxelles
"La vie de tout être humain, quelle que soit son origine et ses conceptions religieuses ou philosophiques, doit être respectée !"
Le Centre Communautaire Laïc Juif se joint à l'initiative de l’Union des Étudiants Juifs de Belgique, avec le soutien du Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique et de la Communauté Israélite de Bruxelles qui appellent tous les citoyens à participer à une cérémonie de recueillement en mémoire d’Ilan Halimi, qui se déroulera ce jeudi 23 février 2006 à 18h45 précises à la Grande Synagogue de Bruxelles, rue de la Régence, 32 à 1000 Bruxelles.
Cette cérémonie souligne notre attachement à tous aux valeurs humanistes de la Démocratie Éclairée.


___________________________

BORDEAUX


Marche silencieuse
en mémoire à Ilan Halimi,
dimanche 26 février 2006 à 12 heures
à partir de la Place Jean Moulin à Bordeaux
pour que soit solennellement dénoncé tout acte antisémite.
Un moment de recueillement devant le mémorial de la synagogue clôturera cette manifestation.


Centre Yavné
11, rue Poquelin-Molière - 33000 Bordeaux
Tél. : 05 56 52 62 69

SPECIALE
HOMMAGE A ILAN HALIMI









Ce soir à partir de19h, Cérémonie religieuse à la mémoire d'Ilan Halimi, en présence du Président de la Républque, Jacques Chirac et du Premier Ministre, Dominique de Villepin.















SPECIALE
HOMMAGE A ILAN HALIMI



Juste au moment où le peuple Juif célèbre la fête des arbres, en France, on les déracine…
Un arbre a été déraciné mais avant de l’extraire de la terre, l’arbre jeune, tout juste donnant ses premiers fruits, aux branches longues et fortes mais encore fragiles sur le sommet, a été touché par la foudre. Pas celle qui vient du ciel, mais la foudre des fous et des antisémites, cette même haine qui anime les hommes contre d’autres hommes parce qu’ils n’ont pas la même religion ou la même couleur de peau, cette foudre s’est abattue sur l’arbre ; d’abord le frappant de coups violents, puis le torturant au couteau pour faire couler cette sève, source de vie qui provient du profond de la terre pour nourrir les branches qui donnent des feuilles et des fruits.
Quand la sève a coulé, ils ont voulu aussi brûler l’arbre, jeune et beau , pour rien, pour le plaisir de brûler et de détruire. Comme d’autres ont brûlé des femmes et des enfants un jour pour rien, d’autres de la même trempe s’attaquent à des arbres qui fleurissent au milieu de cités.
L’arbre déraciné fut jeté près d’une ville du nom de Sainte-Geneviève-des-Bois, beau nom pour les arbres, triste endroit pour un arbre déraciné. Ils ont déraciné un arbre, c’est un crime ignoble et impardonnable.Combien étaient-ils réellement, dix, vingt, cent, mille, plus peut-être à agir, savoir et se taire, il faut une force gigantesque pour déraciner un arbre, il faudra des forces encore plus considérables pour les empêcher de recommencer.
Au printemps la vie reprend, après cet hiver qu’on n’oubliera pas. Il faut veiller sur les jeunes pousses et combattre la vermineIlan, cela veut dire arbre en hébreu…



Olivier RAFOWICZ
Directeur Général d’Infolive.tv


SPECIALE
HOMMAGE A ILAN HALIMI


COMMUNIQUÉ DE PRESSE
de Bertrand Delanoë,

Maire de Paris



Après le meurtre atroce d'Ilian Halimi, jeune Parisien victime d'une barbarie imprégnée d'antisémitisme, le conseil de Paris lui rendra hommage en ouverture de sa séance du lundi 27 février, et respectera une minute de silence à cette occasion.

Dès dimanche, j'appelle les Parisiennes et les Parisiens à se joindre aussi massivement que possible à la grande manifestation programmée à 15 heures. En effet, ce drame invite chaque citoyen à exprimer sa solidarité mais aussi sa vigilance et son refus de l'intolérance.
SPECIALE
HOMMAGE A ILAN HALIMI


PASSERELLE

Source : lemonde.fr via l'AFP




Meurtre d'Ilan:
Douste-Blazy et Colonna
présents dimanche à la manifestation
AFP 23.02.06 15h10



Le chef de la diplomatie, Philippe Douste-Blazy, et la ministre aux Affaires européennes, Catherine Colonna, participeront dimanche à la marche silencieuse organisée à Paris après le meurtre du jeune juif Ilan Halimi, a-t-on appris jeudi auprès du Quai d'Orsay.
M. Douste-Blazy "entend manifester par sa présence la solidarité du gouvernement avec tous ceux qui se mobilisent pour la défense des valeurs républicaines et contre la barbarie", a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

Mme Colonna a souhaité, de son côté, s'y rendre non seulement en tant que membre du gouvernement, mais également comme citoyenne. "Nous sommes tous concernés par cet événement tragique", a-t-elle déclaré. "C'est à la République et à la société française dans son ensemble d'y répondre, dans la fidélité à nos valeurs".
Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), SOS Racisme et la Licra ont notamment appelé à cette manifestation contre l'antisémitisme et le racisme, à laquelle s'associent la Ligue des droits de l'Homme ou encore l'Amitié judéo-musulmane de France.
Ilan Halimi, 23 ans, vendeur dans un magasin de téléphonie à Paris, avait été découvert le 13 février, agonisant et portant des traces de tortures et de brûlures, près de la gare de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne).

Le chef présumé du gang qui l'a séquestré et torturé à mort, Youssouf Fofana, Français d'origine ivoirienne âgé de 25 ans, a été arrêté dans la nuit de mercredi à jeudi à Abidjan. Selon des policiers ivoiriens, il aurait avoué sa participation au crime tout en niant toute motivation antisémite.
INFODERNIERE

3è et dernère partie du discours prononcé par Dominique de Villepin, Premier Ministre, lors du dîner annuel du CRIF ce lundi 20 février 2006 :



"III. Ces valeurs, nous devons également les affirmer à l’échelle internationale :

- Vous avez posé, M. Le Président, la question de la politique étrangère de la France. Cette politique repose sur des principes :
· Premier principe, le respect de la règle de droit : parce que c’est le droit international qui garantit la paix et la stabilité.
· Deuxième principe, la reconnaissance des identités nationales : parce que le respect de ces identités est le seul moyen d’éviter le sentiment d’injustice, qui fait le terreau de tous les extrémismes.
· Troisième principe, le rassemblement de la communauté internationale : parce que nous savons que nous ne répondrons aux grands défis d’aujourd’hui qu’en rassemblant nos forces et nos ambitions.

- C’est vrai en particulier pour l’Iran.
· L’Iran est une grande nation, héritière d’une civilisation millénaire : c’est une réalité historique et culturelle que nous devons prendre en compte.
· C’est aussi pour l’Iran une exigence qui doit le conduire à davantage de responsabilité : de ce point de vue, les propos tenus par M. Ahmadinejad sont indignes. La France les a condamnés sans réserve et avec détermination. Nous ne pouvons pas accepter que le dialogue entre les Etats soit détourné par des provocations inacceptables qui blessent Israël, le peuple juif et l’honneur de toute la communauté internationale.
· L’Iran a par ailleurs décidé de reprendre ses activités d’enrichissement d’uranium, et de rompre ainsi avec ses engagements internationaux. Vous le savez, c’est une question majeure, qui nous mobilise tous aujourd’hui, en particulier avec les Britanniques et les Allemands. Nous avons également affiché avec le Président Poutine notre objectif commun d’empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire.
· Le Conseil de sécurité et l’Agence Internationale de l’Energie Atomique vont travailler au cours des prochaines semaines avec une exigence de résultat. Des solutions existent : les Russes ont ouvert une première voie en proposant d’accueillir chez eux les activités d’enrichissement d’uranium. Des inspections renforcées sur place pourraient constituer une autre solution. Entre l’escalade non maîtrisée et la passivité, il existe une voie exigeante de responsabilité que nous devons tracer.

- Vous avez aussi exprimé, M. le Président, votre inquiétude au sujet du Hamas. Je veux le redire avec force : la France ne transigera jamais avec la sécurité d’Israël. La France sera toujours aux côtés d’Israël, pour réaffirmer notre refus absolu du terrorisme, du fanatisme, de la violence. Notre conviction, c’est que cette sécurité ne pourra être pleinement assurée que par une paix durable dans la région, fondée sur la justice. C’est pour cela qu’une solution politique est indispensable. C’est tout le sens de l’engagement constant de la France au Proche-Orient.
· Par sa décision d’évacuer Gaza, le gouvernement israélien a tracé une perspective qui correspond, j’en suis convaincu, à une attente véritable du peuple israélien. Celle d’ouvrir le chemin de la paix, tout en garantissant la sécurité d’Israël. Le Premier Ministre par intérim Ehud OLMERT saura, j’en suis sûr, trouver le bon équilibre entre une vigilance renforcée et la nécessité d’une relation pragmatique avec le peuple palestinien.
· La France a été l’une des premières à tirer les conséquences de la victoire aux élections palestiniennes du Hamas. Le jour même de l’annonce de ces résultats, j’ai marqué mon inquiétude. Nous avons posé trois principes clairs pour un dialogue avec tout gouvernement palestinien, quel qu’il soit :
- La renonciation à la violence,
- La reconnaissance de l’Etat d’Israël,
- La reconnaissance des accords signés par le passé entre Israël et l’OLP.
Ces principes constituent un préalable indispensable à un dialogue des autorités françaises avec le futur gouvernement palestinien issu des dernières élections.
· La France continuera d’œuvrer pour la recherche d’une solution juste et durable au conflit, permettant d’assurer l’existence de deux Etats, l’un israélien, l’autre palestinien, vivant côte à côte dans la paix et la sécurité.

- Face à ces défis, nous serons aux côtés d’Israël.
· En disant cela je pense bien sûr à Ariel Sharon.
Mon émotion est d’autant plus forte que notre rencontre l’été dernier, ici à Paris, avait été un moment particulièrement marquant : je me souviens de ce qu’il m’avait dit ce soir là : vous savez Monsieur de Villepin, voilà plus de 4000 ans que mon peuple attend la paix. Il me reste peu de temps à vivre. Et croyez-moi, je souhaite voir cette paix de mon vivant.
Quelques jours plus tard, nous nous étions revus lors de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York. Je me souviens de son discours : « Moi, avait-il dit, que le cours de la vie a amené à être combattant, commandant et officier supérieur dans toutes les guerres d’Israël, je tends aujourd’hui la main à nos voisins palestiniens pour les inviter à la réconciliation. »
Ce soir nos pensées vont vers lui.

· Car les liens entre la France et Israël sont étroits :
§ Les juifs de France constituent la deuxième communauté juive au monde, en dehors d’Israël : ces liens humains sont un atout. Le partage d’une même langue avec la communauté francophone d’Israël, constitue également un lien de cœur et de culture essentiel.
§ Nos sociétés dialoguent toujours davantage, que ce soit à travers les livres ou le cinéma. Mais notre coopération progresse également au niveau scientifique, universitaire et économique, grâce au Groupe de Haut Niveau qui travaille depuis 2003 sous l’impulsion du professeur David Khayat et de l’ambassadeur Yehouda Lancry.
§ Ces liens, j’avais voulu, lorsque j’étais Ministre des Affaires Etrangères, les réaffirmer. J’ai été touché par ces étudiants qui se pressaient nombreux à l’Université hébraïque du Mont Scopus, autour de Jacques Derrida, avec cette soif de connaissance et de partage aiguisée par les textes du grand philosophe.
§ La France et le peuple juif, ce sont deux histoires qui se croisent et se répondent. D’un côté, le premier grand monothéisme, fondant les règles d’une morale universelle. De l’autre, le pays des droits de l’homme et des Lumières. Ces deux pensées universelles sont aujourd’hui indissociables, tant elles se doivent l’une à l’autre.
· Pour renforcer cette relation nous disposons désormais d’un outil précieux : la Fondation France-Israël, décidée par le Président de la République et Ariel Sharon et qui a vu le jour cette année.
Dans le domaine économique, scientifique, culturel et artistique, elle a pour objectif de fédérer la société civile, les entreprises et les Etats, en encourageant, soutenant ou en assurant elle-même la promotion de projets communs.
La Fondation fêtera du 15 au 18 mai 2006 l’amitié franco-israélienne, à travers un programme d’activités multiples. Une semaine de l’amitié franco-israélienne sera également programmée en Israël à l’automne 2006.
· Ce dialogue renouvelé entre Israël et la France, nous l’avons fondé sur la confiance. Il n’y a eu, de part ou d’autre, ni reniement ni silence complaisant mais bien une volonté partagée : la volonté de se mettre à la place de l’autre pour comprendre ce qu’il ressent, la volonté de le respecter et de l’aider à surmonter les difficultés, dans un esprit d’amitié et de respect.

IV. Dans un monde plus fragile que jamais , l’amitié franco-israélienne est essentielle.

- Vous avez évoqué, M. le Président, la violence et les crises auxquelles nous sommes confrontés à travers le monde. Cette année encore sera, nous le savons, une année difficile. De nombreuses régions sont en proie à l’instabilité. La menace terroriste est toujours aussi inquiétante. Les réactions de certains pays musulmans aux caricatures parues dans un certain nombre de journaux européens nous montrent que l’incompréhension et l’amalgame peuvent à tout moment briser le dialogue entre les peuples.
· Pour sortir de ce cercle de la violence, nos meilleures armes sont la connaissance et l’éducation. Ce sont elles qui permettent à chacun de savoir qui il est, d’où il vient mais aussi de comprendre qui est l’autre, quelle est son histoire, quelles sont ses blessures.
· Le peuple juif a toujours été un peuple du livre, du dialogue et de la transmission. De Rachi à Emmanuel Lévinas, les grands exégètes du Talmud n’ont cessé de nourrir une pensée qui conjugue la fidélité aux Ecritures et l’audace de l’interprétation. Cette sagesse, elle ne s’adresse pas seulement au peuple juif : ce que le judaïsme apporte à toutes les nations et à tous les peuples c’est, nous dit Lévinas, « cette persévérance longue comme l’éternité, que seul peut porter quelqu’un d’aussi vieux que le monde ».

- En retour, nous avons le devoir de ne jamais oublier. Ne jamais oublier ces heures où l’Europe s’est trahie en livrant aux bourreaux nazis un peuple qui détenait une part de son identité. Ne jamais oublier ce dont l’homme est capable lorsqu’il se renie et bafoue ses valeurs, en appliquant des ordres ou tout simplement en baissant les yeux. Ne jamais oublier la responsabilité de la France, qui n’a pas su protéger ses enfants de la barbarie. Ne jamais oublier non plus les Justes de France, qui par leur courage et leur humanité, ont sauvé l’âme de notre pays. La France leur doit un hommage digne de leur geste.

- C’est pourquoi je voudrais réaffirmer aujourd’hui ce que j’avais dit lors de la commémoration de la rafle du Vélodrome d’Hiver en juillet dernier : cette mémoire, elle ne s’éteindra pas. Et je salue ici l’action courageuse de la Fondation pour la mémoire de la Shoah et de sa Présidente Simone VEIL.

- La France ne manquera pas à son devoir. A cet égard, permettez-moi d’évoquer l’indemnisation des spoliations intervenues pendant la période de la Shoah.
· Aujourd’hui, nous sommes à la veille de la conclusion d’un accord franco-américain constatant l’accomplissement de tous les engagements pris dans le cadre de l’accord de Washington à l’égard des victimes spoliées de leurs comptes bancaires. En cinq ans tous les engagements pris ont été tenus. Demain, le 21 février les délégations française et américaine adopteront un texte qui se félicitera de l’accomplissement plein et entier de l’accord signé il y a cinq ans.
· La France adoptera des mesures supplémentaires en faveur de certaines victimes spoliées. La dignité due aux survivants, derniers acteurs et derniers témoins directs de cette période de honte et de tragédie, exige cette reconnaissance.
La République sait ce qu’elle doit à ses citoyens juifs, qui lui ont si souvent ouvert les yeux et qui l’ont défendue, parfois au prix de leur vie. La France a donc une responsabilité particulière dans la lutte contre l’antisémitisme, ainsi que toute forme de racisme sur son territoire et à travers le monde. Vous pouvez compter sur moi et sur mon gouvernement pour affirmer ce message et le traduire en actes.

Plus que jamais nous devons affirmer nos principes républicains, ces principes auxquels vous êtes si attachés. Ma conviction, c’est qu’ils sont les repères dont notre pays a besoin pour faire face aux nouveaux défis du monde, tout en restant fidèle à son histoire.
A nous de montrer que la laïcité constitue le meilleur moyen de garantir le respect des cultes et le dialogue entre les religions.
A nous d’affirmer la richesse de la diversité française : notre voie c’est celle de la République une et indivisible, où chaque citoyen trouve sa place, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs.

Tous ensemble, soyons fiers de cet esprit républicain et de son idéal d’universel, qui sont la meilleure réponse à la haine et à la violence".




L'ASSASSINAT D'ILAN HALIMI



ARRESTATION EN COTE D'IVOIRE, PAR LA POLICE IVOIRIENNE, DE YOUSSOUF FOFANA, CHEF DU "GANG DES BARBARES", ACCUSE DE L'ODIEUX CRIME ANTISEMITE D'ILAN HALIMI



_____________________________________


PASSERELLE


Source : lemonde.fr via l'AFP



"Gang des barbares":
la police ivoirienne a agi sur renseignement
AFP 23.02.06 06h23

n renseignement a permis à la police ivoirienne de localiser à Abidjan Yousouf Fofana, chef présumé du "gang des barbare", et de l'arrêter dans la nuit de mercredi à jeudi grâce à un dispositif spécialement mis en place, a appris l'AFP de sources concordantes.
La police judiciaire (PJ) ivoirienne a eu une information faisant état de la présence de M. Fofana dans une résidence du quartier d'Abobo, a indiqué une source policère ivoirienne.
Suite à cette information, les policiers de la PJ ont mis en place un dispositif spécial: vu la configuration des lieux, avec plusieurs bâtiments, la police ne pouvait intervenir directement, a expliqué cette source.
Des postes de contrôles ont donc été installés en début de soirée dans toute la zone, quadrillée par les hommes de la PJ.
Youssouf Fofana a été appréhendé à l'un de ces postes vers 23H30 (locales et GMT), alors qu'il sortait de cette résidence au volant d'une voiture toyota blanche.
Il a été arrêté sans violence, et en compagnie de quatre personnes, trois hommes et une femme, toujours selon la même source.
Cette version des faits a été confirmée par une source française proche de l'enquête, qui avait été elle-même informée dans un premier temps d'une arrestation à un barrage routier de la police.
L'audition du suspect par deux enquêteurs français et les policiers ivoiriens se poursuivait jeudi matin à 5H00 (locales et GMT) dans les locaux de la PJ, au Plateau, quartier administratif dans le centre d'Abidjan, a-t-on constaté.
M. Fofana se montrait "agité et peu coopératif", selon un policier ivoirien sur place.
Les quatres personnes appréhendées en même temps que le chef présumé du "gang des barbares" étaient également retenues à la PJ, où elles ont été entendues par les policiers ivoiriens et attendaient patiemment dans la cour jeudi à l'aube, simplement assises sur un banc, et sous la surveillance très relachée et décontractée des inspecteurs ivoiriens en civil.
Youssouf Fofana est suspecté du meurtre d'Ilan Halimi, vendeur dans un magasin de téléphonie à Paris, enlevé le 21 janvier puis torturé par ses geôliers qui réclamaient une rançon. Découvert agonisant près d'une gare de banlieue le 13 février, bâillonné et menotté, il est décédé peu après.

mercredi, février 22, 2006

DEBATTONS


SUR LES CARICATURES
DE MAHOMET




Eric Geoffroy est universitaire islamologue et historien de l’Université Marc Bloch de Strasbourg. Auteur de nombreux ouvrages, c’est une « voix autorisée », dans la mesure où il est un membre fondateur du Conseil Français du Culte Musulman. Il est également membre de Terres d’Europe.



Pour diasporablogj.

Le Point de Vue
d’Eric Yûnus GEOFFROY


En tant qu’occidental, je suis sensible à la liberté d’expression, et je vois bien qu’elle fait défaut dans certains pays dits ‘‘musulmans’’. Mais l’Occident, à sa manière exerce aussi une forme de censure, subtile, certes, mais réelle. En France par exemple, on assiste à la montée en puissance d’une sorte de ‘‘pensée unique’’, véhiculée notamment par les médias. Il suffit d’aborder la question des valeurs religieuses ou spirituelles pour entendre clamer les slogans de « liberté d’expression » et de « démocratie ». C’est oublier une leçon élémentaire de philosophie, à savoir que la liberté de l’un s’arrête où commence celle de l’autre, autrement dit qu’il n’y a pas de liberté sans respect d’autrui et de la personnalité qui le constitue.
Dans ce monde sécularisé, « désenchanté », il est bien vu de bafouer les valeurs éthiques et religieuses, quelles qu’elles soient. Certains de nos congénères occidentaux ont perdu tout critère dans ce domaine, et la religion est devenue pour eux un « fait social » comme un autre ; dès lors, la hiérarchie des valeurs n’a plus de sens : tout ce qui a une nature noble et sacrée est raillé et suspect. Cette réaction se nourrit du nihilisme post-chrétien qui prévaut dans nos sociétés occidentales.
Ces médias prétendent agir au nom de la « tolérance », et ils affirment, par ces caricatures, avoir voulu « tester l’autocensure et la limite de la liberté d’expression » en pays musulman. Entre parenthèses, la culture islamique n’a pas de leçon de tolérance à recevoir de l’Occident ; l’histoire le prouve, mais encore faut-il vouloir la connaître. En fait, ce sont ces milieux occidentaux qui font preuve d’une intolérance foncière, car ils n’acceptent aucune sacralité, aucune adhésion à des valeurs transcendantes.
Les sociétés civiles en pays musulman ont leurs défauts, mais jamais elles ne s’attaqueraient à des figures sacrées ou emblématiques de l’Occident, et si elles le faisaient les médias occidentaux s’empresseraient de les condamner. C’est véritablement le règne du « deux poids deux mesures ».
Un philosophe français converti à l’islam, René Guénon, invoquait, il y a plus d’un demi-siècle, le droit à la non-information. En effet, nous subissons tous le dictat des médias, et se pose maintenant – ou devrait être posée – la question de la fonction des médias, lesquels profitent de l’état de confusion générale des esprits. Si les médias veulent faire plus qu’informer, du moins doivent-ils éviter d’inciter à la haine – ce qui en France est considéré comme un délit – et concourir à la Paix, al-salâm, d’où vient le mot islâm.
Dans la doctrine de l’islam comme dans sa pratique, la personne du Prophète a toujours été hautement vénérée – comme celle des autres prophètes d’ailleurs. La justice musulmane pouvait se montrer souple en mainte affaire, mais jamais lorsque la personne du Prophète était attaquée. Mais peut-être la meilleure réponse à faire à ces journalistes danois en quête de sensationnel est-elle ce verset qui pose la nature du Prophète de l’islam : « Nous ne t’avons envoyé que par miséricorde pour les mondes » (Coran 21 : 107).





اريك جوفروا : هناك ازدواجية معايير غربية في قضية الرسوم


باريس – هادي يحمد – اسلام اون لاين نات

اعتبر " اريك جوفروا " المختص في الإسلاميات و الأستاذ في جامعة " مارك بلوخ " في مدينة ستراسبورغ شمال فرنسا " أن قضية الرسوم كشفت ازدواجية معايير غربية " في التعامل مع مسالة حرية التعبير و الرأي"
وقال جوفروا في تصريحات خاصة لشبكة اسلام اونلاين نات " ان ليس للغرب دروسا يمكن ان يقدمها للثقافة الإسلامية في خصوص التسامح الديني " .
وحول المؤاخذات الغربية للعالم الإسلامي بأنه ضد حرية التعبير قال اريك جوفورا "باعتباري غربي أنا اشعر بحساسية فائقة تجاه قضية حرية التعبير و التي تعتبر غير محترمة في بعض البلدان التي تسمى " إسلامية " .
و استدرك جوفورا قائلا " ولكن للغرب طريقته أيضا المطبقة أحيانا للرقابة غير مرئية في و لكنها حقيقية . ففي فرنسا على سبيل المثال نحن نواكب فترة صعود من نوع لشكل معين أحادية التفكير تجسمه في وسائل الإعلام .فما ان نتطرق إلى موضوع القيم الدينية أو الروحية حتى يرفع شعار " حرية التعبير "و " الديمقراطية" ويضيف جوفروا قائلا " ففي هذا المجال يقع التناسي في مبدا فلسفي أساسي وهو أن حرية الفرد أي كان تتوقف
عندما تبدا حرية الآخر أو بطريقة أخري فانه ليس هناك حرية دون احترام الآخرين في ذواتهم ".
ويعتبر " اريك جوفورا " احد ابرز المختصين الفرنسيين في الفلسفة الصوفية الإسلامية و يعتبر كتابه " اللحظة الصوفية "آخر انتاجاته العلمية ويشغل " اريك جوفورا" بالإضافة إلى منصبه في جامعة ستراسبورغ كأستاذ محاضر منصب عضو مستقل في المجلس الفرنسي للديانة الإسلامية باعتباره خبير فرنسي معتنق للإسلام .
وحول الفلسفة الغربية في عدم إعطاء أي قيمة للمقدس مهما كان قال اريك جوفروا " في هذا العالم العلماني " غير المتناغم " يرى انه من الجيد انتهاك القيم الدينية و الأخلاقية مهما كانت ".
ويضيف جوفروا " لا شك بان بعض الغربيين فقدوا أي معايير في هذا المجال و الديانة أصبحت بالنسبة إليهم " معطى اجتماعي "من المعطيات الأخرى" ويبين جوفورا "حينئذ يمكن أن نفهم أن تراتبية القيم لم يعد لها أي معنى في النظرة الغربية حيث اصبح كل ما له طبيعة نبيلة و مقدسة محل سخرية و شكوك وردة الفعل هذه يقول جوفورا " نمت نتيجة الفلسفة العدمية ما بعد الفترة المسيحية و التي هيمنت على مجتمعاتنا الغربية ".
وينتقد جوفورا استعمال قضية التسامح من قبل بعض الغربيين لانتقاد المسلمين و يقول " وسائل الإعلام ادعت أنها و بدعوى " التسامح " تقول أنها عن طريق الصور الكاريكاتورية تريد قياس درجة الرقابة حول حرية التعبير " في البلدان الإسلامية . ما بين قوسين يقول جوفورا " فأن الثقافة الإسلامية لا تحتاج إلى دروس في التسامح تستمدها من الغرب كما يشهد بذلك التاريخ.
ويقول جوفورا " في الحقيقة فان الأوساط الغربية ذاتها هي التي أثبتت عن طريق هذه الصور الكاريكاتورية إنها غير متسامحة و بشراسة عن طريقها رفضها لأي قداسة و لأي قيم سامية يتبناها الآخر في مقابل هذا فان المجتمعات المدنية في البلدان الإسلامية لها أيضا نقائصها إلا أنها لا تهاجم الخصوصيات المقدسة و الرمزية
و التي عليها إجماع في الغرب".
ويتهم جوفرا الغرب باستعمال ازدواجية المعايير في هذه المسألة و يقول " وإذا ما تجرأت بعض الأقلام الإسلامية و نقدت هذه المعتقدات أو القيم فان الأعلام الغربي سيمضي إلى إدانتها بقوة وهذا هو بالفعل ازدواجية المعايير"
ويقول جوفورا " في الغرب علينا إن نعيد التفكير عن الدور الحقيقي لوسائل الإعلام فمنذ حوالي اكثر من نصف قرن طالب الفيلسوف الفرنسي المعتنق للإسلام " ريني قانون "إلى عدم الخضوع لهيمنة وسائل الإعلام في إشاعة خلط كامل للأفكار " ويقول جوفورا " و إذا كانت وسائل الإعلام تريد أن تتجاوز مهمتها الإخبارية فإنها على الأقل يجب أن تتجنب التحريض على الكراهية - وهو الأمر الذي تعتبره فرنسا من الجنايات- لانه أمر ضد السلام وهو أحد مشتقات كلمة إسلام ".
و ينبه جوفورا الى المكانة التي تحتلها شخصية الرسول في الثقافة و التاريخ الإسلامي ويقول " في الأسس الاعتقادية للإسلام كما في الممارسة فان شخصية الرسول كانت دائما محل تبجيل وتحتل مكانة رفيعة كم هو
الأمر بالنسبة لبقية الأنبياء وكانت المحاكم الإسلامية طيعة و لينة غير أن الأمر كان يختلف عندما يتعلق الأمر عندما بتهجم على شخصية تهاجم شخصية الرسول" .
وحول الرد المناسب على ما يروجه الإعلام الغربي من إساءة لشخصية الرسول يقول اريك جوفورا والذي يعتبر من ابرز المختصين في الصوفية في فرنسا " لعل الرد المناسب على هؤلاء الصحافيين الدنمركيين و غيرهم هو الآية التي تؤكد الطبيعة الرسالية و العالمية للرسول محمد عندما يقول القران "وما أرسلناك إلا رحمة للعالمين". (21\107)
INFODERNIERE


2è partie de la retansmission du discours de Dominique de Villepin, Premier Ministre, prononcé au cours du dîner annuel du CRIF, ce lundi 20 février 2006 :



" Depuis un an, nous avons ciblé nos efforts sur les nouveaux supports pouvant véhiculer des messages antisémites :
· Un guide actualisé sur la cybercriminalité sera prochainement publié par le Ministère de la Justice : il contient des instructions spécifiques pour lutter contre la propagande antisémite.
· Nous voulons également être plus vigilants avec les programmes de la télévision satellitaire : c’est ce que nous avons fait en juillet 2004 en demandant à la société satellitaire Eutelsat d’interrompre la diffusion de la chaîne Al Manar, qui avait diffusé des programmes antisémites.
§ Cette année, les nouvelles dispositions de janvier 2006 donnent le pouvoir au CSA de refuser de conventionner une chaîne qui transmettrait des messages inacceptables.

- Enfin, lors du dernier Comité Interministériel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme que j’ai présidé, nous avons décidé de nouvelles mesures :
· Le développement de la vidéo-surveillance aux abords des zones les plus sensibles, notamment les écoles et les lieux de culte ; le programme de mise en sécurité des établissements scolaires, des locaux communautaires et des lieux de culte sera poursuivi. Une nouvelle subvention sera versée au Fonds social juif unifié, qui est l’interlocuteur de l’Etat en la matière.
· Nous avons également décidé la mise en place d’un point de signalement Internet qui devra recueillir et traiter les signalements portant sur les messages ou les comportements illicites sur la toile, au premier rang desquels les contenus antisémites ou racistes.


I. La lutte contre l’antisémitisme est un devoir moral. Elle doit aussi nous aider à construire une société de la République et non des communautarismes :

- L’histoire des Juifs français est intimement liée à celle de la République. Depuis l’émancipation inspirée des valeurs de 1789, vous avez toujours été les défenseurs les plus ardents de l’esprit républicain et de ses principes universels.
· Vous avez rappelé, Monsieur le Président, l’importance de la commémoration de l’affaire Dreyfus. Vous avez raison, car elle marque le lien indéfectible qui unit les Juifs de France et le destin de la République.
· Car l’histoire de l’affaire Dreyfus, c’est l’histoire d’une vérité : une vérité que d’abord personne ne veut entendre ; une vérité qui s’insinue peu à peu sous la forme d’un simple doute, un simple soupçon, qu’exprime Bernard Lazare à l’automne 1896 : « Il est encore temps de se ressaisir. Qu’il ne soit pas dit que, ayant devant soi un Juif, on a oublié la justice. » Avec l’acquittement et la réhabilitation de Dreyfus, la République impose la vérité contre la rumeur publique, la justice individuelle contre la Raison d’Etat.
· Et je veux rappeler ici les paroles de Théodore Reinach, qui malgré la campagne d’antisémitisme qui accompagna cette affaire, affirme sa confiance dans la République : « Ne confondez jamais la France avec l’écume qui s’agite impunément, mais passagèrement à sa surface. Continuez à l’aimer de toutes vos forces, de toute votre âme comme on aime une mère, même injuste, même égarée, parce qu’elle est votre mère et parce que vous êtes ses enfants ». Voilà le message qu’il adressait alors aux élèves des écoles consistoriales en juillet 1898.

- Aujourd’hui plus que jamais c’est cet esprit que nous devons défendre face aux tentations du repli et du communautarisme : car la cohésion nationale n’est pas une chose acquise. La crise des banlieues nous a rappelé il y a quelques mois seulement que vivre ensemble est plus que jamais un défi quotidien :
· Cela implique d’abord que nous luttions contre toutes les formes de racisme et de discriminations. Nous le savons : les chances ne sont pas les mêmes pour tous les enfants de la République. Cette injustice, le président Jacques Chirac l’a dit, c’est un véritable poison pour notre société. C’est pourquoi j’attache tant d’importance au projet de loi sur l’égalité des chances, qui permettra de revitaliser les quartiers défavorisés et donnera de nouvelles opportunités à tous ceux qui rencontrent aujourd’hui des difficultés.
· La cohésion, c’est donner les mêmes chances à chacun. Mais c’est aussi faire en sorte que chacun respecte les mêmes devoirs. Je pense en particulier à la laïcité : nous venons de célébrer le centenaire de la loi de 1905. Ce texte constitue aujourd’hui encore le meilleur garant pour l’égalité entre les cultes et pour la liberté de conscience. Je pense aussi au respect et à la tolérance, qui sont au cœur de l’esprit républicain. Oui, la liberté d’expression doit être défendue envers et contre tout, parce qu’elle est un fondement de l’Etat de droit. Mais elle s’arrête là où commencent l’insulte, la diffamation, la xénophobie. Prenons garde à tout ce qui peut blesser les consciences et les convictions.

- Car pour faire vivre la diversité française, nous avons besoin de respect et d’ouverture. Tout en restant fidèle à son idéal universel, la République doit aujourd’hui mieux reconnaître l’identité de chacun :
· A Jérusalem, un jeune rabbin m’expliquait que la France, en hébreu, se dit « Tsarfat ». Et « tsarfat », c’est aussi le creuset de l’orfèvre. Dans ce creuset les métaux apportent chacun leur qualité, leur beauté. Chacun est indispensable à l’équilibre de l’ensemble. Le secret de l’orfèvre, c’est de faire que l’alliage final reflète chacun des différents métaux qui le composent. Et bien, me disait ce rabbin, le secret de l’orfèvre, c’est le génie de la France.
· Vous êtes la meilleure preuve que l’unité de la France, ne signifie pas l’uniformité : c’est ce que disait le grand rabbin Kaplan. C’est encore ce qui a permis à Emmanuel Lévinas, originaire de Lituanie, de devenir juif de France, une nation à laquelle, disait-il « on peut s’attacher par l’esprit et par le cœur aussi fortement que par les racines ».
· La force de la France, c’est sa diversité. Cela implique que nous soyons capables de faire de la place à l’histoire de chacun, aux mémoires de tous. Nous avons vu combien certaines pages de notre histoire sont encore douloureuses et difficiles à évoquer. C’est pourquoi il est essentiel de laisser les historiens faire leur travail dans un climat de sérénité et d’apaisement. C’est pourquoi le président de la République a demandé la modification de l’article 4 de la loi de février 2005 : je sais, Monsieur le Président, que vous y étiez vous-mêmes favorable.
· Notre pays ne doit pas avoir peur de regarder son passé avec lucidité. Le choix d’une journée de commémoration de l’esclavage permettra à tous les Français de se rassembler autour du souvenir d’un épisode constitutif de notre histoire nationale, mais aussi d’affirmer notre attachement à la liberté et à la dignité de l’homme".


DéVéDé


LA BIBLE DEVOILEE
Documentaire d'Isy Morgensztern
et Thierry Ragobert

Coffret de 2 dvd
Editions Montparnasse



Pour diasporablogj,
L'AVIS DE MAURICE-RUBEN HAYOUN



Cette Bible dévoilée met une fructueuse et très instructive confrontation entre la Bible hébraïque et les recherches archéologiques ou épigraphiques à la portée du grand public cultivé, désireux de mieux connaître les sources et les fondements de la culture et de l'identité européennes (et par delà de l'humanité judéo-chrétienne). C'est tout le débat autour de la Bible conçue comme livre d'histoire ou recueil de légendes, ce qui, même dans ce dernier cas, n'ôte rien à son caractère fondateur puisque l'on sait que les récits légendaires et hagiographiques ont indéracinables du cœur de l'homme…De quoi s'agit-il dans ces émissions ? Il s'agit de savoir si le livre de la Genèse qui commence par rendre compte de la création de l'univers par la divinité et des premiers pas d'Israël sur la scène de l'histoire mondiale, incarné par le patriarche Abraham, est aussi conforté par le témoignage des pierres, c'est-à-dire par l'archéologie. C'est surtout le périple d'Abraham qui quitte sa région natale d'Ur en Chaldée qui retient l'attention. Cette pérégrination est censée avoir eu lieu, selon les sources bibliques, vers le XVIIIème siècle avant l'ère chrétienne. Or, les détails fournis par les textes hébraïques de la Genèse font intervenir des sites et des animaux qui n'étaient guère familiers à l'époque sus-dite. En revanche, on remarque, grâce aux témoignages archéologiques, que le recours au chameau, par exemple, comme bête de somme et moyen de locomotion, remonte, au mieux au VIIe siècle. Il y aurait donc de fortes chances pour que la rédaction de ces textes soit datée de cette époque et que les rédacteurs hébraïques aient parlé d'une époque reculée (XVIIIe siècle avant JC) en recourant à un paysage contemporain familier, le VIIe avant JC…La même remarque semble s'imposer pour le grand événement fondateur de la nation hébraïque, à savoir l'Exode ou sortie d'Egypte. Selon les sources, la datation nous mène vers la seconde partie du XIIIe siècle, mais là aussi, les toponymes mentionnés n'existaient pas à l'époque dite et surtout la présence de garnisons égyptiennes puissantes en terre d'Israël, notamment sur le site de Bet-Shé »an, plus d'un siècle après la conquête de Josué, laisse planer un doute sérieux sur l'historicité du récit. Est-il concevable que des soldats égyptiens, chargés de veiller à la sécurité des frontières, aient laissé s'échapper des esclaves fugitifs et que le Pharaon lui-même ait ensuite lancé sa cavalerie à leur poursuite ? Enfin, le nombre d'hommes en armes, 600. 000, paraît incroyable, d'autant qu'il faut y ajouter les femmes, les vieillards et les enfants, ce qui nous rapproche des 2 000 000 d'âmes. Il est peu probable qu'une telle saignée n'ait pas infligé à l'empire un irréparable dommage. Enfin, le livre de Josué est lui aussi placé sous la loupe des chercheurs et des archéologues. On ne trouve pas trace des fameuses murailles de Jéricho, renversées par les clameurs des soldats israélites et le souffle de leurs trompettes. Mieux, à cette époque, il semblerait plutôt que la ville ait été un champ de ruines, désertée par ses anciens habitants. Là encore, nous avons probablement affaire à une rédaction tardive située au VIIe siècle, dans les collines de Judée. Mais que se passait-il donc en ce temps là autour de Jérusalem ?La clé de ces énigmes semble être la volonté réformatrice etl'esprit conquérant du roi Josias qui entreprit une réforme religieuse en profondeur en 622 avant JC. C'est son école de chroniqueurs royaux qui fut chargée de réécrire ou tout simplement d'écrire une histoire officielle d'Israël afin de galvaniser les forces vives de la nation et de forger des figures héroïques -donc forcément légendaires- de l'épopée israélite. En réécrivant l'histoire dans un sens royaliste, en faisant du roi Josias le continuateur de l'œuvre des rois David et Salomon, on organisait le passé -que l'on voulait glorieux- et en le projetant dans un avenir exaltant à souhait. C'est ainsi que les règnes de David et de son fils Salomon sont décrits en termes dithyrambiques… Un seul exemple devrait suffire à illustrer cette tendance : d'une simple chapelle royale, forcément modeste, on fit un temple à vocation universelle, le temple de Jérusalem… Josias, le pieux et conquérant monarque, dut louvoyer entre deux puissances régionales redoutables, l'Egypte qui obsédait littéralement le landerneau politico-religieux de l'époque, et l'Assyrie qui, déjà en 702/01 (voir le livre du prophète Isaïe) avait administré au royaume du nord, celui d'Israël, une terrifiante leçon en le faisant disparaître de la scène de l'histoire. La ville de Lakhish fut elle-même assiégée et soumise, ce qui conduisit le roi de Judée, Josias, à accepter de payer un tribut à Sennacherib, fils du roi Sargon… Mais, paradoxalement, cette soumission politique alla de pair avec une ère d'expansion économique et de développement grandiose de Jérusalem, obligée, par ailleurs d'accueillir les flux de réfugiés du royaume détruit d'Israël… Lorsque la férule assyrienne fut enfin brisée et que le gros de l'armée d'occupation fut rapatriée à la suite de graves troubles ayant éclaté dans d'autres parties de l'empire, le roi Josias, incarnation de ce grand renouveau national, songea à reconquérir le royaume d'Israël, situé plus au nord, et à unifier sous sa bannière un grand royaume d'Israël et de Judée. Pour réaliser un tel projet, il fallait que le passé des Israélites fût peuplé de figures aussi héroïques que légendaires : d'où une véritable transfiguration du patriarche Abraham, de Moïse, de Josué et bien entendu de la monarchie davidique… Par malheur, l'Egypte qui avait sombré dans une profonde léthargie, sortit de sone engourdissement et le bon roi Josias fut mis à mort par le roi d'Egypte… Ce qui paraissait être à portée de main, cet avenir grandiose d'une nation réunie et confiante en son avenir, fut remis à beaucoup plus tard et inspira sans conteste les visées messianiques d'Israël. L'espérance juive allait connaître un sursis sans fin.Cette reconstruction de l'histoire de l'Israël antique est certes brillante mais repose aussi sur de nombreuses hypothèses qui ne manqueront pas, de connaître elles aussi, de cruelles remises en cause à la suite de découvertes archéologiques futures… C'est la loi du genre. Raison de plus de regarder avec soin ces brillantes émissions.



Maurice-Ruben HAYOUN
BILLET
DOUX
d'Alain SUIED



LETTRE OUVERTE A DOMINIQUE LE POETE


LA VIOLENCE QUI VIENT



LE MEURTRE D'ILAN HALIMI devrait questionner DOMINIQUE DE
VILLEPIN, poète et homme de gout: la Poésie est aussi
vigilance, pressentiment, courage. Avant la Guerre de 40, fruit
du Narcissisme blessé de l'Allemagne aprés le Traité de
Versailles ,plusieurs poètes PIERRE-JEAN JOUVE, ANDRE
SUARES , ANTONIN ARTAUD crièrent leur prémonition - la
violence,la Guerre, la Barbarie se profilaient derrière la
joyeuse folie des années 30!
Sans chercher à sur-interpréter les événements, ne faut-il
pas dire à un haut responsable de notre pays qu'il ne peut A
LA FOIS soutenir Poutine et sa démarche surprenante auprés du
HAMAS ("Nous boirons le sang des Juifs") et s'étonner du
monstrueux crime de Bagneux.
L'Islamisme n'a pas...de frontiéres!
Les Palestiniens ont votés majoritairement pour une
organisation terroriste; les images et les commentaires
antisémites répandus par le "cable" sur tout le territoire
Français "votent" contre l'Occident.
La mort d'un jeune homme "parce qu'il est juif" est ,dans
ce contexte, Ã peine une "surprise" - si l'on ose s'exprimer
ainsi...
REFUSER LE DISCOURS ISLAMISTE EN FRANCE C'EST REFUSER
QU'ON BRULE LE DRAPEAU FRANCAIS A L'ETRANGER! C'est refuser
de négocier avec les organisations antisémites, c'est refuser
de voir s'étaler en France les idéologies Islamistes et/ou
néo-nazies, néo-Heideggeriennes (dans l'Université, NOTAMMENT),
c'est dire non pas la "surprise" mais la volonté radicale
de LUTTER CONTRE LE RETOUR DE LA VIOLENCE.
Les discours que Mr Chirac a consacré à l'abjection
Vichyste doivent-ils rester "lettre morte" - leur vérité
se conjugue aussi au présent. Dans la douleur d'une famille
juive, d'une communauté, d'un pays aussi - qui REFUSE de
retomber sous la coupe des ennemis des Juifs ...et des Poétes!
Monsieur le Premier Ministre,refusons le CHAOS.
Refusez l'ambiguité des Poutine et des Tariq Ramadan
qui voudraient salir notre pays et l'avenir de notre jeunesse
libre.

ALAIN SUIED
INFODERNIERE


PETITION

Pour Déclarer le Président Iranien Persona Non Grata Ad Personam sur le Territoire Européen




Nous, soussignés, Citoyens Européens, sommes profondément inquiets des appels du Président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, à " rayer Israël de la carte" et de ses déclaration incessantes niant la réalité de la Shoah.

Plusieurs Etats Membres de l’Union Européenne ont promulgué des lois interdisant le déni de la Shoah, assorties de lourdes peines pour délit de révisionnisme.

C’est pourquoi, nous appelons l’Union Européenne et ses Etats Membres à déclarer le Président iranien "persona non grata ad personam" sur tout le territoire des Etats Membres européens, pour violation des lois en vigueur dans les pays européens.

Au moment où le régime iranien commence à enrichir de l’uranium, se préparant ainsi à développer l’arme nucléaire, il est impératif que la communauté internationale se mobilise et agisse contre l’antisémitisme d’Etat de Téhéran et contre ses incitations au meurtre.




Pour signer la pétition, connectez-vous sur le lien suivant :
http://www.eurojewcong.org/ejc/DOC/petition/petition.htm

mardi, février 21, 2006

INFODERNIERE


L'ASSASSINAT D'ILAN HALIMI :



Communiqué du Maire de Paris


COMMUNIQUÉ DE PRESSE
de Bertrand Delanoë, maire de Paris





"L'assassinat de Ilan Halimi a provoqué la consternation de l'ensemble de la population parisienne.

A l'heure où les autorités évoquent de possibles motivations antisémites dans ce crime atroce, chacun attend, sans délai, que toute la vérité soit établie sur le sujet.
Face à une telle barbarie, l'unité de toute la diversité parisienne autour des valeurs républicaines de démocratie, de tolérance et de respect, est plus que jamais indispensable.

C'est pourquoi, face à l'épreuve qu'elle affronte, j'ai tenu à rendre visite ce matin à Madame Halimi, la maman d'Ilan, afin de lui exprimer affection et solidarité, au nom de Paris et en mon nom personnel".


INFODERNIERE

21è DINER DU CRIF
LUNDI 20 FEVRIER 2006


Diasporablogj. publie en trois parties, le texte de l'intervention de Dominqiue de Villepin, Premier Ministre, prononcée, hier soir, au cours du dîner annuel du Conseil Représentatif des Institutions juives de France (CRIF), en réponse aux interrogations et inquiétudes présentées en préambule par Roger Cuckierman à la tête de cette institution.


1ère partie :




"Avant toute chose, permettez-moi d’adresser un message à la famille d’Ilan HALIMI, qui pleure son fils assassiné dans des circonstances dramatiques. Je veux dire à chacun d’entre eux combien je m’associe à leur douleur. Je veux leur dire que mes pensées vont vers eux. Je veux qu’ils sachent que nous ferons tout pour que les auteurs de ce crime barbare soient arrêtés et traduits devant la justice. J’ai demandé au Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur et au Garde des Sceaux que toute la lumière soit faite sur cette affaire, y compris bien sûr, sur les motivations de cet acte odieux. Je tiens d’ailleurs à vous dire, comme je viens d’en avoir confirmation, que le juge d’instruction a retenu, dans cette affaire, la circonstance aggravante de crime commis à raison de l’appartenance à une religion. Nous devons la vérité à la famille l’Ilan. Nous vous devons la vérité. Nous devons la vérité à tous les Français".





C’est un grand honneur pour moi de prendre la parole devant vous ce soir.

Et c’est avec une grande émotion que je vous retrouve cette année. Comme Ministre des Affaires Etrangères et comme Ministre de l’Intérieur, j’ai eu à plusieurs reprises l’occasion d’aborder avec vous des questions importantes.

Je connais votre attachement à la France, à la République et à ses valeurs, je connais la franchise et la passion avec laquelle vous abordez les grandes questions qui concernent nos concitoyens juifs et la République : et je vous remercie M. le Président d’avoir, une fois encore, parlé avec votre cœur.




I. Moi aussi, je veux parler avec mon cœur et vous dire avec force, avec conviction : la lutte contre l’antisémitisme est pour moi une priorité absolue. Parce que je me sens responsable de votre sécurité à tous. Et parce que l’antisémitisme est la négation de l’esprit républicain.

- Je me souviens, lorsque j’étais Ministre de l’Intérieur, de l’émotion et de l’indignation partagée par toute la communauté nationale après la profanation du cimetière d’Herrlisheim en avril 2004. Je me souviens aussi de la solidarité de tous ceux qui étaient venus apporter leur soutien lors de la cérémonie interreligieuse à laquelle ont assisté plus de 500 personnes.

- Nous ne pouvons accepter que des lieux de culte ou des écoles soient dégradés sur notre territoire. Nous ne pouvons tolérer que des enfants soient menacés, des citoyens agressés en raison de leurs croyances. Je veux le redire aujourd’hui avec force : rien ne saurait excuser de telles violences. Rien, aucune raison politique ou historique ne saurait les justifier. Nous irons jusqu’au bout de chaque enquête. Nous ferons tout pour que la Justice puisse faire son travail.

- En 2005 les actes antisémites ont diminué de 47% par rapport à l’année précédente. C’est le résultat de la mobilisation de tous.
· Le Ministère de l’Intérieur et les forces de sécurité d’abord : et je veux saluer la détermination de Nicolas Sarkozy, dont je sais qu’il est particulièrement attaché à ce combat :
Lorsque j’étais Place Beauvau, j’ai tenu à mettre en place, sous l’autorité des préfets, des structures de veille et de coordination de services de l’Etat : elle sont opérationnelles depuis 2004.
J’ai souhaité également améliorer le suivi statistique des faits antisémites ainsi que des poursuites pénales.
Par ailleurs nous avons amélioré la coopération entre la police nationale et les bénévoles du Service de protection de la communauté juive, qui assurent un travail remarquable, afin de mieux prendre en compte les questions de sécurité.

Je voudrais également saluer l’action de la Chancellerie, qui, sous l’impulsion de Pascal Clément, travaille sans relâche au renforcement de l’arsenal législatif. La loi permet désormais d’aggraver les peines et de punir les infractions à caractère raciste, antisémite ou xénophobe.
L’information et la concertation avec les communautés religieuses et les associations ont été renforcées.
Comme vous l’avez rappelé, M. le Président, la formation des magistrats à l’Ecole Nationale de la Magistrature intègre désormais une meilleure préparation aux questions de lutte contre l’antisémitisme.
§ Grâce à la mobilisation des parquets, la Justice est aujourd’hui plus sévère face aux actes d’antisémitisme : désormais les poursuites sont systématiques lorsque l’auteur est identifié. La comparution immédiate et les peines d’emprisonnement ferme sont possibles dans les cas les plus graves, mais aussi pour des délits d’atteintes aux biens.

· De son côté, Gilles de Robien s’est engagé pour mieux préparer les enseignants confrontés à ce fléau : le Ministère de l’Education nationale mettra en place dès cette année un dossier de référence pour les enseignants et les responsables d’établissements, qui sera également disponible sur Internet.

· Enfin, avec Philippe Douste-Blazy, le Ministère des Affaires étrangères mène une action d’information sur les efforts que nous mettons en place dans la lutte contre l’antisémitisme. Notre mobilisation ainsi que les bons résultats obtenus ont d’ailleurs été salués aussi bien en Israël que par les représentants de la communauté juive aux Etats-Unis et dans le monde entier. Par ailleurs, la France est engagée dans la lutte contre l’antisémitisme au sein de l’Union Européenne ainsi que dans les grandes enceintes internationales.