"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

dimanche, décembre 31, 2006

POESIE
POUR 2007

Pour vous faire passer en douceur de 2006 à 2007, nous voulons vous faire partager le plaisir de découvrir les textes de nos amis poètes (Henri Gruvman, Alain Suied). La poésie, l'art et la manière de dire et de décrire la vie telle qu'elle est, telle qu'elle nous apparait, telle que nous voudrions qu'elle soit. La poésie, pouvoir suprême de l'imaginaire conjuguer à tous les temps.

Ce texte du comédien Henri Gruvman a été adressé à l'un d'entre nous. Son esquisse pour le lendemain, son invitation à larguer les amarres de l'existence vers des cieux meilleurs nous paraissaient être une excellente transition entre l'année qui s'écoule et celle qui débute.



Que sur la mer 2007
votre embarcation soit légère, aventureuse
Qu'elle serre au plus près la joie qui gonfle les poitrînes
qu'elle bondisse de bonheurs en honneurs sur les vagues de la bonne fortune
que l'horizon s'éclaire des feux du plaisir

Que votre course soit vagabonde aussi et attentive aussi
Qu'elle sache jeter l'ancre aussi pour gouter l'ivresse du présent
plonger dans la goutte de l'instant
pour y cueillir le suc de l'éphémère


Henri Gruvman



Nouveau poème d'Alain Suied*
pour cette année nouvelle


HEBREUX ET PHARAONS


Nomade, peuple du désert,peuple Hébreu,prisonnier
du vent, de l'Exil,de l'esclavage, prisonnier de la condition
humaine, peuple entre les Empires,peuple du récit:
voilà que les temps modernes te relèguent dans l'écart
dans la folie de la haine,dans la dépossession
pourtant, regarde,tu vis avec la conscience et la mémoire
farouches de tes enfants blessés,incompris,généreux!


Nomade, peuple des fleurs du désert, peuple Hébreu, face
aux Pharaons modernes, tu cherches la lueur et la nuée
tu attends l'aube impossible et future!

Alain Suied

Pour tous les hommes et les femmes de bien
en guise de VOEUX pour 2007








BONNE ANNEE 2007

POUR LES UNS








BONNE ANNEE 2007
POUR LES AUTRES




BONNE ANNEE 2007


POUR LES UNS ET LES AUTRES


__________________________________

BONNE ANNEE 2007 POUR TOUS


BONNE ANNEE

A TOUS LES HOMMES DE PAIX

ET AUX BONNES RESOLUTIONS


DIASPORABLOGJ

vendredi, décembre 29, 2006

DANS
LEPOSTE

Dimanche 31 janvier à 16h, France-Culture diffuse une émission consacrée à l'une plus grandes figures de l'intelligentsia d'outre-atlantique du XVIIIè S., William Blake (lire la page de diasporablog datée du mardi 26 décembre ).
Notre collaborateur Alain Suied, poète, traducteur des principales oeuvres de cet auteur qui était aussi graveur et peintre, est l'un des intervenants de cette émission.

En avant-propos, Alain Suied nous parle de William Blake en plaçant son oeuvre au coeur d'une réflexion qui subira l'influence des grands maîtres de la Kabbale, sensible aux accents de la modernité.

UNE VIE, UNE OEUVRE préparée et présentée par la comédienne Florence Marguier à ne pas manquer avant de tourner la page 2006.



A FLORENCE MARGUIER

William Blake



LA RENAISSANCE FUT MARQUEE PAR LA THEORIE DES "CORRESPONDANCES" de la KABBALE, qui liait le monde d'En-Haut et le monde terrestre et soulignait la différence entre le Divin, inaccessible et indéchiffrable (selon la leçon Génésiaque) et l'humain,cette matière de langage...entre la "cime" et la "racine" de "l'Arbre" de la Connaissance et de la Vie.
En ce sens,on peut formuler l'idée que cette influence-là fut un "signe" - voire un moteur? -de la sortie du Moyen-Age...On peut ajouter que WILLIAM BLAKE et les Romantiques ne furent pas indifférents envers cette approche du mystère d'exister. Enfin,on ajoutera l'inévitable allusion aux "CORRESPONDANCES" BAUDELAIRIENNES ...
Sciences, philosophie, poésie:tous les domaines du Savoir (cette quête "infinie" du fini) furent marqués par ce rapport au Divin,à l'Autre,présent et absent, qui mena du "monde clos" à "l'univers infini", selon un titre célèbre...Autant que de nombreux courants mystiques Européens.

Le matérialisme a privilégié les formes, les réalités les plus triviales plutôt que le monde de "l'élévation"...De "l'émanation" , dirait la Théorie des Dix Sephirots...qu'elle représente par ses trois premiers symboles placés au-dessus des sept autres,sept jours d'une éternelle semaine...Chez BLAKE,"l'émanation" s'oppose au "spectre" - comme le féminin s'oppose au masculin...qu'il complète...
Et ainsi le monde "ancien" semble revivre dans les gravures et les poèmes de ce "révolutionnaire" - pourtant rien n'est aussi simple avec ce créateur de génie:la "contradiction" est le "moteur" de son oeuvre...Dans les poèmes longs,Urizen, caricature de "Dieu" (vision agnostique?) crée un monde "faux" qu'il faudrait détruire pour laisser paraître...la "Vérité"...Adam est anglais!La "révolution française" est un modèle pour ce "Radical" - sa quête"moderne" n'en passe pas moinspar un retour aux mystères de la Kabbale...Et sa "libération" du Passé (Urizen vient d'un mot grec signifiant lier ) sonne aussi comme une volonté de retour à une "origine" mystique..
Ce poète de "l'Expérience" humaine fonde l'espoir moderne d'un retour à "l'Innocence" première

ALAIN SUIED

jeudi, décembre 28, 2006

PASSERELLE
Source : liberation.fr
rubrique Rebonds paru le 28 décembre


Après l'échec dramatique de la «démocratie» en Irak,
reste l'expérience marocaine.


Conjurer le «mal arabe»


Le constat d'échec américain en Irak, que dressent les électeurs et les parlementaires de ce pays, est considéré en Europe comme un retour au réel. «On vous l'avait bien dit !» Du point de vue des sociétés «arabes», ce constat d'échec est une forte revanche symbolique, après l'humiliante chute de Bagdad en 2003. Toutefois, le présent et le devenir de l'Irak, sa balkanisation sanglante, religieuse et tribale, sont catastrophiques pour ce pays, mais aussi pour toute la région.
La vingtaine de pays membres de la Ligue arabe constitue la seule grande région du monde totalement privée de régimes démocratiques. Depuis les années 80, les régimes arabes théocratiques et militaires sont contestés par l'islamisme politique. Jusqu'à la fin des années 90, la monarchie marocaine a préservé l'illusion d'une opposition interne nationaliste et social-démocrate. Jusqu'en 2003, les observateurs les moins attentifs imaginaient que l'Irak de Saddam Hussein était laïc. La Tunisie, l'Egypte ou la Jordanie donnaient encore des espoirs de démocratisation. Ces illusions sont aujourd'hui ruinées. Partout, les peuples arabes (ou présumés tels) vivent sous la double tutelle d'un régime autoritaire, et d'une opposition islamiste, entre l'enclume et le marteau. C'est d'un côté le «mal arabe», décrit par l'avocat tunisien Moncef Marzouki, de l'autre la «malédiction», dépeinte par feu le romancier algérien Rachid Mimouni.
Au moment où les dictatures se durcissent face à la violence croissante du radicalisme islamiste et au glissement inexorable des populations urbaines paupérisées vers l'islamisme politique, deux expériences politiques ont tenté d'endiguer ce flot montant. En dehors du Liban si fragilisé, il s'agit du Maroc, soutenu par la France, et de l'Irak, à la manière des Américains. Depuis plus de dix ans, la monarchie marocaine tente de s'extraire de la double menace qui pèse à la fois sur elle et la société marocaine, un islamisme politique omniprésent, et une armée affairiste décidée à maintenir coûte que coûte l'ordre qui la sert. Non sans mal, on s'achemine vers des élections législatives difficiles en 2007, qui doivent prolonger le processus en cours.
A l'autre extrémité du monde arabe, l'«importation» armée de la démocratie en Irak a échoué, au moins à échelle de cinq ou dix ans. L'échec patent de cette utopie politique est lourd de menaces pour les peuples arabes. Les promoteurs de la guerre d'Irak avaient imaginé que le renversement du pire dictateur de la région serait l'amorce de sa démocratisation. Le raisonnement était simple : les masses arabes sont islamistes car l'islamisme est le seul moyen de s'opposer aux dictatures, que seul peut faire trembler le nom de Dieu. La chute du dictateur doit apaiser les rapports sociaux et faire retomber la tension politico-religieuse. C'était compter sans les effets dévastateurs de la dictature, couplés aux dissensions ethniques et confessionnelles du Proche-Orient. Le bilan est dramatique. 1. Les sceptiques, quant à la capacité des sociétés arabes à se démocratiser, voient leurs doutes confortés.
2. Les cyniques, qui considèrent que seule la force peut réguler les «sociétés arabes», voient confortés leurs préjugés naturalistes.
3. Les naïfs, appelant de leur voeu une laïcité arabe, et les utopiques, persuadés que la chute du dictateur apporte la paix sociale, sont prêts à renoncer à tout espoir. «Qu'ils se débrouillent !»
4. Les régimes arabes autoritaires, engagés depuis des décennies dans une répression politique ininterrompue (souvent dans le cadre légal de l'Etat de siège), voient leurs positions politiques légitimées. «C'est nous ou le chaos !»
5. Les militants arabes de la démocratie, qu'ils soient républicains, socialistes, libéraux ou islamistes, voient s'envoler leurs espoirs de sollicitude et de libéralisation. «Il ne reste que l'exil !»
Car sans un appui extérieur, il n'y a presque aucune chance que les peuples arabes échappent à l'engrenage qui les broie depuis si longtemps.
Cette dramatique situation nous ramène à l'Afrique du Nord et au Maroc. Le Maghreb n'est pas le Proche-Orient. Sa société est religieusement homogène. La colonisation et les Etats indépendants ont détribalisé le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. Nulle part ailleurs dans le monde arabe, la proximité et les échanges avec l'Occident latin ne sont aussi intenses (langue, télévision, immigrés, touristes, modes...) En Algérie, et plus encore au Maroc, les Berbères sont davantage un élément d'ordre et de stabilité que de scission. Ce tableau n'empêche ni la contagion islamiste, ni l'autoritarisme, ni même la violence politique à grande échelle (Algérie des années 90), car ici comme ailleurs, militaires «conservateurs» et islamistes «révolutionnaires» se font face. Mais les préalables à la transformation des sociétés maghrébines sont plus encourageants qu'ailleurs.
La Tunisie (1987-1991) et l'Algérie (1988-1991) ont connu à leurs manières des «printemps démocratiques», qui ont hélas échoué. Depuis le milieu des années 90, le Maroc a pris le relais en s'engageant dans une expérience de libéralisation politique très progressive. Sans naïveté ni démagogie, il y a lieu de favoriser l'évolution politique de ce pays, qui, en dépit des inquiétudes qu'il inspire, est un des rares exemples d'évolution politique dans la région. Si le Maroc bouge, la société algérienne se dépêchera de le rattraper.
Ni le découragement, ni le cynisme, ni le messianisme ne porteront l'avenir de la région. Face à l'assourdissante souffrance des peuples arabes «humiliés», toute régression serait périlleuse. Le monde «arabe» devant passer en trente ans de 300 à 450 millions d'habitants, on voit mal comment les régions voisines pourraient échapper à ses troubles. Si le «mal arabe» devenait vraiment une «malédiction», qui pourrait l'ignorer autour de la mare nostrum ?


Pierre Vermeren*

*Maître-conférencier en Histoire
du Maghreb contemporain à Paris I


"Auteur de Maghreb,
la démocratie impossible ?
Editions Fayard, 2004.

mercredi, décembre 27, 2006

SIGNONS!

Une fois de plus, les lumières de la raisondoivent faire face à l’obscurantisme et ses injustices.
Tribune Juives’émeut de la condamnation à mort des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien par un tribunal libyen.Notre rédaction en appelle à tous ses confrères et à tous leurs lecteurs pour qu’ils fassent pression sur les gouvernements européens afin que tout soit mis en œuvrepour sauver les malheureux condamnés.Ivan Levaï
Signez la pétition sur

www.tribunejuive.fr
DERNIEREMINUTE

Selon la correspondante au Caire de France-Info et de RFI, à quelques jours de la rencontre entre le Premier Ministre israëlien, Ehud Olmert et le Président Hosni Moubarak, le Ministre égyptien des Affaires trangères, M. Ahmed Aboul Gheit aurait informé les autorités israéliennes que le soldat israélien enlevé par les terroristes du Hamas, Guilad Shalit, serait en vie. Un courrier qu'il aurait rédigé aurait été remis à son père.

mardi, décembre 26, 2006

DANS
LEPOSTE


Notre ami Alain SUIED, traducteur de William Blake, participe à l'émission, diffusée en cette fin d'année par France Culture, préparée par Florence Marguier et consacrée à cette haute figure, peu connue du grand public, de la littérature anglo-saxonne du 18è S et du monde des Arts qu'est William Blake.


DIMANCHE 31 DECEMBRE

16h - 17h 28

SUR


UNE VIE, UNE OEUVRE

William Blake (1757 - 1827),
Un visionnaire engagé

par Florence Marguier

Réalisation : Annie Douel


Graveur, peintre et poète, William Blake crée une oeuvre visionnaire qui s'inscrit dans un cri de révolte contre toute forme d'aliénation.

Ses poèmes Les Chants d'innocence et les Chants d'expérience; ses épopées épiques Vala ou Milton ; ses aphorismes du Mariage du Ciel et de l'Enfer ainsi que ses oeuvres picturales témoignent d'une tension des forces intérieures de l'homme dans une période de profonds bouleversements politiques et sociaux. Radical, Blake donne à voir cette réalité par l'oeil de
son imagination somptueuse et créatrice.


Qu'est-ce que la vision chez lui ? Comment à travers elle dénonce-t-il l'esprit matérialiste pour atteindre à l'Homme universel ?

En un sens, Blake n'est-il pas un visionnaire pour notre temps ?

En marge des courants de son époque, William Blake est un poète prophète qui dénonce la raison tyrannique de l'Angleterre pré-industrielle et s'enflamme pour la Révolution. Autodidacte vivant à Londres, il commence son métier comme apprenti graveur. Or chez lui, la gravure va devenir bien vite indissociable de l'écriture. Il compose et grave ses poèmes qui témoignent des injustices sociales de ce monde, mais aussi du passage entre l'état d'innocence de l'enfance à celui d'expérience de l'adulte retrouvant dans son coeur son regard d'enfant. Dans ses chants, Blake met en lumière l'énergie créatrice du divin en l'homme figuré par le célèbre poème Le tigre.

Pour Blake, Dieu est l'ange déchu. Il lui faut donc inventer son propre Dieu d'ombre et de lumière, qui le rapproche en ce sens de la tradition gnostique.
Parallèlement, il rédige et illustre une mythologie personnelle chargée de forces psychiques traduites par des héros mythiques qui sont l'émanation d'un processus d'individualisation repris plus tard par Jung.

Hors de tous les temps, William Blake, est un précurseur excentrique. Par ses écrits et ses gravures, il montre les bouleversements à venir avec une modernité déroutante.

Invités de l'émission :

- Michael Edwards, professeur au Collège de France
- Patrick Menneteau, professeur de littérature anglaise,
auteur de " La folie dans la poésie de William Blake "
Editions Honoré Champion

- Danièle Chauvin,
professeur de littérature comparée sur l'imaginaire,
auteur de " L'oeuvre de William Blake : apocalypse et transfiguration "
Editions Ellug

- Alain Suied,
poète et traducteur des poèmes de Blake ,
Editions Arfuyen

- Jan- Willem Noldus,
critique d'art

LESPETITES
CHRONICS
d'Alain SUIED


PARIS HILTON
ET ALAIN SUIED


Non,ceci n'est pas une chronique "people": je trouve que les médias jouent avec le vide et l'oubli mais à part ,cette chronique veur évoquer l'actualité et non les dindes...modernes...Mais pourquoi avez-vous "cliqué" sur PARIS HILTON?

Les DJIHADISTES s'intéressent aux "catacombes" et "égoûts" de... PARIS, justement;ils scrutent les "failles" du "système" sur les sites INTERNET spécialisés et apprennent comment préparer des attentats SOUTERRAINS. Où va-t-on tomber? Le Pen et Dieudonné pourraient nous renseigner...Justement , selon Serge MOATI qui a "attaqué" ....l'humoriste D. PORTE le 22 12 au micro de RUQUIER sur "France Inter" , pour la Gauche caviar(dée), il ne faut pas "diaboliser" le Pen...On voit que le "maçon" au pied du mur...et à l'orée des élections! Quel est le "tort" de D. PORTE? Il a osé citer une biographie du président du FN où l'auteur décrit les "tortures"qu'il cautionnait en ALGERIE...Mais allons, Moati doit être contre...la "repentance"?
Quand la vérité n'est plus bonne à dire, les humoristes se font égorger...DANS CERTAINS PAYS...

A Meaux un enfant est mort attaqué dans soon école par des "jeunes" de 11 ans!Le proc' de MEAUX a tenu à SE rassurer:le pauvre KARL était "malade" - mais les auteurs de l'attaque,n'étaient-ils pas des "loups" pour l'enfant? Et ça veut dire quoi sur les parents et sur l'époque? Les "sionistes" étaient des "révolutionnaires"! Ils sont condamnés par les "gauchistes" et autres anti-Mondialistes pro ou post PCF qui sont souvent...LES ENFANTS ET LES PETITS-ENFANTS ...de sionistes!Des sionistes RESCAPES des camps NAZIS (socialistes et nationalistes?) , réfugiés en Palestine (Balfour,17) ou venus des milieux "Bourgeois"... Cette condamnation est la nouvelle "norme" du penser-correct - mais elle agite les Islamistes-opportunistes ou FN-opportunistes (Gollnish,Dieudonné...) mêlant l'anarchisme Celinien raciste et antisémite au facho métis...ou encore les "imaginatifs" branchés, lecteurs de GENET ou LITTELL...une "norme" qui "oublie" de stigmatiser les terroristes de Gaza à Bagdad,du Golfe au Pakistan,les TALIBAN TUEURS DE CIVILISATIONS,LES PETITS HAINEUX du "coin de la rue"...DANS NOS SOCIETES DE DELATION INFORMATIQUE ET DE politique PETROLIERE, les "nantis" sont les PROPAGANDISTES des régimes les plus inhumains...MAIS AIMENT-ILS VRAIMENT LA DEMOCRATIE? BLANQUI ne l'aimait pas...CHINE ET RUSSIE S'OCCUPENT DE L'AFRIQUE,nos "branchés" oublient les guerres du CONGO, du Darfour.

POUTINE assassine les Tchétchènes et se dit le "fer de lance" de l'Europe chrétienne contre l'Islam,tout en aidant le HEZBOLLAH AU SUD- LIBAN. MAIS NON, ce qui importe c'est de liquider son "oedipe" anti-Israélien...L'antisionisme n'est pas un humanisme!AUJOURD'HUI le Bien est le Mal et Besancenot est BABEUF...ALORS, fermons cette parenthèse,qui ne manquera pas de susciter des "attaques" hypocrites et fausses:tout va bien et Paris Hilton est sur CANAL PLUS...AVRIL 2007:la vraie surprise sera "au fond des urnes". Les "branchés" seront heureux. Mais elle sera amère pour d'autres, sionistes ou non?

Alain SUIED

dimanche, décembre 24, 2006

JOYEUX NOEL

A NOS INTERNAUTES CHRETIENS
PASSERELLE
Source : lemonde.fr via l'AFP
en ligne le 24 décembre




Tzipi Livni:
la rencontre Olmert-Abbas
renforce le président palestinien

a ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni a estimé dimanche que la rencontre la veille entre Mahmoud Abbas et le Premier ministre Ehud Olmert avait renforcé la position du président palestinien.
"Il faut que le peuple palestinien comprenne qu'il a deux options: celle qui existe actuellement avec un gouvernement terroriste qui ne peut satisfaire ni ses besoins quotidiens ni politiques, tandis qu'il peut avoir une alternative qui peut traiter de leurs besoins quotidiens et leur offre une horizon politique", a affirmé Mme Livni à la radio de l'armée.

"C'est pourquoi la rencontre (Olmert-Abbas) est très importante", a-t-elle dit.
Le vice-Premier ministre Shimon Peres, a pour sa part estimé que la "glace avait été brisée" entre les deux dirigeants. Il a également souligné que les 100 millions de dollars qu'Israël s'est engagé à rembourser à l'Autorité palestinienne constituent "un soutien à Abou Mazen (Mahmoud Abbas)".

"Il s'agit ainsi d'équilibrer l'aide financière accordée par l'Iran au Hamas", le mouvement islamiste à la tête du gouvernement, a déclaré M. Peres à la radio publique.
M. Peres a toutefois souligné que "des mesures seront prises pour que cet argent ne soit pas transféré au Hamas et aux différents ministères que ce mouvement contrôle".

M. Olmert a donné son feu vert au transfert d'une partie du produits des taxes douanières et de la TVA prélevées par Israël pour le compte de l'Autorité palestinien sur les produits importés destinés à la Cisjordanie et à la bande de Gaza. Ces fonds ont été gelés au début de l'année en guise de sanctions après la victoire aux législatives du Hamas et la formation en mars d'un gouvernement sous sa direction.

Le montant des fonds gelés avoisine le milliard de dollars, selon une source israélienne.
En revanche, le député du Likoud (opposition de droite) Sylvan Shalom a dénoncé ce geste en estimant qu'Israël "va encourager la communauté internationale notamment les Européens à briser l'embargo financier imposé à l'Autorité palestinienne".
Interrogé par l'AFP, une responsable au bureau du Premier ministre a précisé que l'argent qui doit être débloqué "immédiatement" servira uniquement à couvrir des "besoins humanitaires".

"Ces fonds vont permettre d'assurer le fonctionnement des hôpitaux, l'achat de matériels, de médicaments, mais ne pourront pas être utilisés pour régler les salaires du personnel médical, ni d'autres fonctionnaires tels que des policiers par exemple", a souligné cette responsable, qui a requis l'anonymat.
"Le Premier ministre n'a pas voulu donner un prétexte aux Européens pour lever l'embargo contre le gouvernement du Hamas", a-t-elle ajouté en soulignant qu'un "mécanisme de contrôle israélo-palestinien va être mis en place pour s'assurer que le Hamas ne mettre pas la main sur cet argent".

Avant la rencontre de samedi soir, MM. Olmert et Abou Mazen s'étaient rencontrés pour la dernière fois et de façon informelle le 22 juin à Pétra (Jordanie), en marge d'un forum auquel participaient notamment 25 lauréats de prix Nobel.

samedi, décembre 23, 2006

DANS
LALUCARNE

SUR ARTE

DIMANCHE 24 DECEMBRE
22h 30
EPISODE 1 et 2

LUNDI 25 DECEMBRE
22h 30
EPISODE 3 et 4

LA BIBLE DEVOILEE
Un documentaire écrit
par Isy Morgenstern
et Thierry Ragobert

Réalisé par
Thierry Ragobert

Commentaires dit par
Jacques Frantz


QUAND LA TELE EST, ENFIN,
A LA HAUTEUR DE SA MISSION


Quand la plupart des chaînes affichent à leurs programmes de fêtes de fin d'année, films multirediffusés et variétés guimauves et paillettes, ARTE, la chaîne culturelle cultive sa différence. L'année 2006, pour cette chaîne de la connaissance, se termine en apothéose, par un cycle de films prestigieux à grand spectacle (LE GUEPARD de Luchino Visconti, DOCTEUR JIVAGO de David Lean, NOTRE-DAME DE PARIS de Jean Delannoy) et le tout pour le tout, une série de quatre épisodes qui nous emmène, plus de 25 siècles en arrière, sur les traces de la Bible, qui fonda le Judaïsme et inspira le Christianisme et l'Islam. Un grand documentaire, à tout point remarquable, où les auteurs, Isy Morgensztern et Thierry Rigobert, engage le spectateur à venir découvrir avec eux les trésors cachés que rescèlent les textes fondateurs de l'humanité.

LA BIBLE DEVOILEE se déroule à la manière d'une enquète policière. Minutieuse, exigeante, patiente. Au peigne fin. Comme l'équipe d'archéologues qui sert de fil conducteur, rien n'est laissé au hasard. Les questions les plus ardues sont posées, comme la date de création de la Thora ou l'unicité du Royaume de Judah a-t-elle pu avoir lieu. Grâce aux travaux scientifiquees, très précis, d'Israël Finkielstein et de Neil Asher Silberman*, de l'Université de Tel-Aviv, certaines de ces questions trouvent un début de résolution. LA BIBLE DEVOILEE, deux ans après les ORIGINES DU CHRISTIANISME, qui avait, à sa diffusion, suscité débats et polémiques, revient aussi, à sa manière, sur les choses établies qui nous lient à ces textes sacrés, ébranlant, ainsi tout un pan de nos certitudes. Ces textes qui comportent, tout à la fois, une part d'Histoire et une part de mystique.

C'est pour tenter de séparer la légende de la réalité qu'Israël Finkielstein et Neil Asher Silberman ont voulu, à travers leur recherche archéologique méticuleuse, utilsant les technologies les plus avancées dans ce domaine, recadrer ces textes, leur apporter plus de clareté, d'authenticité, plus de crébilité. La démarche n'est pas moins que d'ouvrir de nouvelles pistes d'interprétations et de replacer l'Histoire de cette période au sein et au service d'une foi, d'un courant religieux, le judaïsme, source intarrisable de l'humanité.
Pour l'humanité.

En nous plongeant dans le monde que décrit la Bible, fait de conquètes, de misères et d'éradication de peuples, bien que nous soyons éloignés dans le temps , nous ne pouvons pas ne pas faire de parallèle entre l'Histoire du Royaume de Judah et le projet d'unification de Roi Josyas et l'Histoire mouvementée d'Israël d'aujourd'hui.

LA BIBLE DEVOILEE sur ARTE nous offre durant deux soirées un grand moment de télé comme on aimerait en voir plus régulièrement, toutes chaînes confondues.

Enfin, une télé à la hauteur de sa mission. Celle du savoir. Même si certains puristes pourraient y voir, dans ce film monumental, une réécriture dérangeante, voire contestable, de la Bible, Ancien Testament. De toutes façons, ils feraient fausse route.

Tout au contraire. L'intérêt de ce document est de nous conduire à renouveler notre compréhension de ce texte créateur tout aussi bien que créatif

Passionnant.


Bernard Koch



Lire aussi dans le suplèment du quotidien Le Monde LE MONDE2 daté de ce vendredi, le long interview qu'ont accordé Israël Finkielstein et Neil Asher Silberman. Ils apportent un nouvel éclairage sur l'existence du Roi David et de son Royaume, nommé Israël.

Dernier ouvrage paru :
"Avec les Rois sacrés de la Bible"
Editions Bayard

A lire :
"LA BIBLE DEVOILEE"
Editions Bayard
ou Folio Histoire

mercredi, décembre 20, 2006

DIASPORABLOGJ
YETAIT...

CONTRE LA POLITIQUE IRANIENNE,
DES INTELLECTUELS FRANCAIS
SE MOBILISENT.



A Sciences Po à Paris, la semaine dernière, les principaux signataires de l'Appel aux Députés Européens, avec à leur tête, Elie Wiesel, Prix Nobel de la Paix, sont venus unanimement dire leurs craintes face à la menace iranienne conjuguée, menace nucléaire, menace de destruction contre un Etat démocratique, Israël, reconnu par les Nations-Unis. Ils sont venus manifester leur vive mécontentement devant le mutisme suspect qu'observe l'ensemble des responsables de la planète sur ce sujet d'une rare gravité et leur demander d'agir, au plus vite, avec la plus grande fermeté, avant qu'il ne soit trop tard, contre les dangers que fait peser sur le monde, le tyran iranien.

La plupart des orateurs, cet après-midi là (Frédéric Encel, Pascal Bruckner, Schmouel Trigano et Elie Wiesel) n'ont pas hésité à comparer l'attitude et le verbe vitupérant et sanguinaire d'Ahmadinejad, ainsi que la frilosité des gouvernants et des opinions publiques, même si en France, un récent sondage indiquait que 66% des sondés craignait le nucléaire iranien, avec ce qui prévalait en 33, lorsque le Parti Nazi prenait le pouvoir en Allemagne et les nations se taisaient devant la plus grande catastrophe humanitaire l'Histoire de l'homme ait connu.

"Non, dit le philosophe André Glucksman, l'Iran nucléaire n'est pas assimilable avec d'autres pays nucléaires". Pour André Glucksman, "il y a une O.P.A du chiisme, une O.P.A sur la mort". Et il ajoute "c'est une religion de la mort. Il y a quelque chose de comparable avec l'Allemagne d'Hitler. Il y a des gens qui sont prêts à reprendre la flamme des Nazis en 45. Cette volonté est apocalyptique!"

Pascal Bruckner souhaite, lui, qu'il y ait à l'encontre de l'Iran de véritables sanctions pouvant aller jusqu'à l'action militaire de "peur de voir flotté sur Londres, Madrid ou Paris, le drapeau iranien".

Sophie Dulac, productrice -on lui doit d'avoir produit, il y a deux ans, le documentaire "Décryptage" de Jacques Tarnero et Philippe Bensoussan-se refuse à imaginer que ses enfants assisteront un jour à l'éradication d'un Etat par un autre Etat. "Mon rôle, dit-elle, est d'informer et d'interpeller par les canaux de la créativité. Qu'on ne dise pas dans cinq ans on ne savait pas!"

Enfin, Elie Wiesel s'interroge, cherche à comprendre. "Pourquoi, cet homme (ndlr Amadhinejad) a tant de haîne à l'égard d'Israël? Pourquoi veut-il détruire cet Etat?" Dans son intervention finale à ce premier rassemblement public de l'APPEL AUX DEPUTES EUROPEENS, à la question qu'il se pose "qu'est-ce qui fait que l'antisémite est antisémite", Elie Wiesel répond "un antisémite me haïe avant même que je sois né".
Le Prix Nobel de la Paix ne résoud pas au silence de la Gauche européenne, aux organsimes des Droits de l'Homme, si prompts à se mobiliser en masse dès qu'Israël fait le moindre faux pas.
Il revendique le droit d'avoir peur. Au nom de se droit, avec ses amis de l'Appel, veut, dès aujourd'hui, tirer la sonnette d'alarme.
"Je suis juif, j'ai peur. Cette peur n'est pas que la mienne. Cette peur, s'adressant à près de cinq cents personnes réunis autour de ces personnalités, vous guette. Cette peur, prévient-il, nous guette tous".

Reste à cette mobilisation bien nécessaire, à s'amplifier, à s'élargir au-delà des frontières, et à trouver un écho au-delà du cercle des convaincus.

Un vaste chantier à entreprendre. Un longue distance à parcourir tout au long de laquelle de nombreux obstacles devront être surmontés.

Plus que jamais la vigilance est de mise dans cette affaire iranienne et l'action sans faiblesse et irréversible, l'objectif à atteindre.

Le temps presse.

Bernard Koch


DEBATTONS

CHAT EN DIRECT AVEC IVAN LEVAÏ

JEUDI 21 DECEMBRE

A PARTIR DE 11 HEURES

SUR

www.tribunejuive.fr

Thème :


Comment réagir
au fascisme négationniste iranien ?

CHRONIC
d'Alain SUIED


LES MOLLAHS SONT...........PERVERS!

"lA NATURE EST LE NARCISSE ETERNEL"Federico Garcia-Lorca ("Suites")
"IL PLEURE L'ASSASSINAT PRENATAL DE LA POESIE."
A. Artaud , 1946

LE "DENI",marque de la PERVERSION,SELON LES TERMES FREUDIENS (ET ICI LA PERVERSITE?)est à l'oeuvre dans les champs historiques et religieux : le déni de l'identité Juive et Hébraïque

ET LA forclusion (selon LACAN) de la préséance (de "l'aînesse"?) du MESSIANISME JUIF ,de la parole BIBLIQUE sont les "signes" d'un mécanisme PERVERS (et justement lié à la question - au questionnement - de la LOI,comme dans la père-version) : le meurtre du "père" ARCHAIQUE ,loin de libérer (ah le langage-68!) permet le RETOUR DE LA MERE CHTONIENNE ou encore l'illusion de la TOUTE-PUISSANCE prénatale.BIEN SUR
JE PARLE D 'UN PLAN FANTASMATIQUE....

La rage narcissique de l'antisémite (ou de l'antijudaïque religieux - une distinction importante,par exemple pour les lecteurs des journaux du soir) témoigne de ce SCENARIO PERVERS..."Je ne vois pas mon "crime",je le lave dans le sang de l'INNOCENT."L'AUTRE est toujours "coupable" - et même...DECOUPABLE. Si le "prénatal" (le "paradis" de toute-puissance et de sécurité) est imaginairement rétabli , je peux user de l'autre...Si le "juif" (construit dans la projection et le fantasmatique) a tué le "père" ou son re-présentant, je "peux" le frapper pour "ré-intégrer" le PARADIS non plus "perdu" mais VIERGE et sans "chute" (et aux 40 vierges?)....Et donc le frapper "innocemment" dans la.... REALITE (ainsi proclamée!)NARCISSE tue la DIFFERENCE - mais il en meurt. L'intégriste aussi.

LE DENI DU "JUIF"a été l'apanage du discours des EGLISES (avant le Jansénisme?) et de certains courants dits révolutionnaires (et anti-cléricaux!) ; il est à présent dans l'actualité du PROCHE-ORIENT,dans le discours sanguinaire et anti-Sunnite des MOLLAHS de Téhéran, asphyxiant leur peuple et menaçant le monde dit libre... manipulant le Hamas et le Hezbollah avec l'aide de Poutine, dans les discours intégristes des écoles Coraniques du Pakistan à Londres, de Fleury à Kaboul! MAIS LES RISQUES ET LES CRIMES SONT TOUJOURS L'AUTRE FACE DE CE DENI.

Monsieur Douste-Blazy et Monsieur Besancenot le savent-ils?Les idéologies les plus opposées ,les "défenseurs du Système" ou les apôtres des "pauvres" se retrouvent sur de nombreux points...Mais ne vont-ils pas le...........dénier?

Alain SUIED
PASSERELLE
Source : lefigaro.fr
daté du mercredi 20 décembre



Ce que les pays musulmans
devraient enseigner sur l'Holocauste,
par Ayaan Hirsi Ali*


Un jour de 1994, je vivais alors à Ede, une petite ville hollandaise, ma demi-soeur est venue me rendre visite. Elle et moi avions toutes deux demandé asile en Hollande. Je l'ai obtenu, pas elle. L'obtention du droit d'asile m'a donné la chance de pouvoir étudier. Ma demi-soeur n'a pas eu cette possibilité. Afin d'être admise à étudier dans l'institut d'enseignement supérieur pour lequel je postulais, je devais réussir trois examens, un de langue, un d'éducation civique et un d'histoire. C'est au cours de la session de préparation à l'épreuve d'histoire que j'ai, pour la première fois, entendu parler de l'Holocauste. J'avais 24 ans à cette époque, et ma demi-soeur 21 ans.

À cette époque, le génocide rwandais et le nettoyage ethnique en ex-Yougoslavie occupaient la une des médias. Le jour où ma demi-soeur est venue, ma tête résonnait encore des horreurs qui avaient frappé 6 millions de Juifs en Allemagne, en Hollande, en France et en Europe de l'Est.

J'ai alors appris que des innocents - hommes, femmes et enfants - avaient été séparés les uns des autres. L'épaule marquée d'une étoile jaune, déportés dans les camps par trains entiers, ils avaient été gazés pour la seule raison qu'ils étaient juifs. Ce fut l'entreprise génocidaire la plus cruelle et la plus systématique de toute l'histoire de l'humanité.

J'ai vu des images montrant des amoncellements de squelettes, dont certains d'enfants. J'ai entendu les témoignages horrifiants des rescapés de la terreur d'Auschwitz et de Sobibor. J'ai raconté tout cela à ma demi-soeur et lui ai montré ces images dans mon manuel d'histoire. Ce qu'elle m'a répondu me choqua bien plus que les horribles informations contenues dans mon livre.

« C'est un mensonge, cria-t-elle avec beaucoup de conviction. Les Juifs savent s'y prendre pour aveugler les gens. Ils n'ont été ni tués, ni gazés, ni massacrés. Mais je prie Allah pour qu'un jour, tous les Juifs du monde soient détruits. » Ma jeune soeur de 21 ans ne disait pas grand-chose de nouveau.

De mon enfance en Arabie saoudite, je me souviens que mes professeurs, ma mère et nos voisins nous répétaient quasi quotidiennement que les Juifs étaient l'incarnation du mal, les ennemis jurés des musulmans et que leur seul but était de détruire l'Islam. Nous ne recevions jamais aucune information sur l'Holocauste.

Plus tard au Kenya, durant mon adolescence, lorsque des organisations caritatives saoudiennes ou provenant des pays du Golfe vinrent jusqu'en Afrique, je me souviens que la construction des mosquées, les dons accordés aux hôpitaux et aux pauvres s'accompagnaient systématiquement d'insultes envers les Juifs. Les Juifs étaient rendus responsables de la mort des enfants, des épidémies (comme le sida) et étaient la cause de toutes les guerres. Ils étaient avares et capables d'absolument tout pour tuer les musulmans. Si nous voulions pouvoir connaître un jour la paix et la stabilité, si nous voulions éviter d'être chassés de nos terres, il nous faudrait exterminer les Juifs. Et pour ceux d'entre nous qui n'étaient pas en position de prendre les armes contre eux, il nous suffisait de joindre les mains, de lever les yeux vers le ciel et de prier Allah qu'Il les détruise.

Les dirigeants occidentaux qui déclarent à présent avoir été choqués par les propos du président iranien Ahmadinejad lors de la conférence négationniste sur l'Holocauste, doivent prendre conscience de cette réalité. Pour une majorité de musulmans dans le monde, l'Holocauste n'est pas même un événement historique majeur sujet à débat. Nous sommes tout bonnement ignorants des faits parce que nous n'en avons jamais été informés. Pire encore, les musulmans sont, pour la plupart, entraînés à souhaiter un génocide des Juifs.

Quand je vivais en Afrique, je me rappelle la présence des organisations caritatives étrangères - ONG et autres institutions comme la Banque mondiale et le Fonds monétaire international. Leurs membres nous apportaient des produits qu'ils considéraient être de première nécessité - médicaments, préservatifs, vaccins et matériaux de construction - mais aucune information sur l'Holocauste.

A la différence des oeuvres de charité menées au nom de l'islam, organismes et donateurs privés - qu'ils soient laïcs ou chrétiens - n'accompagnaient pas leur aide de message de haine. Mais ils ne la condamnaient pas non plus systématiquement.

On estime la population juive globale actuelle aux alentours de 15 millions. Elle doit même dépasser les 20 millions. En termes de fertilité, leur croissance démographique est comparable à celle des pays développés, tout comme l'est la pyramide des âges.

Les musulmans, eux sont entre 1,2 et 1,5 milliard et ils sont en moyenne très jeunes. Le consentement (certes tacite) de la grande majorité des musulmans au thème de la conférence négationniste en est l'élément le plus choquant. Je ne peux pas m'empêcher de me demander : Pourquoi personne, à Riyad, au Caire, à Jakarta, à Lahore, n'a organisé de contre-conférence condamnant Ahmanidejad ? Pourquoi les 57 membres de l'Organisation de la conférence islamique ont-ils gardé le silence ?

La réponse pourrait être aussi simple qu'horrible : pendant des générations, les dirigeants de ces pays prétendument musulmans ont bourré le crâne de leurs populations avec une propagande similaire à celle qu'ont connu, en leur temps, les Allemands : à savoir que les Juifs étaient la vermine et devaient être traités comme telle. En Europe, la conclusion logique de cette propagande fut la Shoah. Si Ahmadinejad continue sur sa lancée, il n'aura pas besoin de pousser beaucoup les musulmans complaisants.

Peut-être devrions-nous faire le compte des organisations caritatives musulmanes tissées d'antisémitisme. Leurs collègues occidentaux et chrétiens oeuvrant dans le tiers-monde devraient endosser la responsabilité d'informer les musulmans - tout comme les non-musulmans - sur l'Holocauste.


*Ancien député hollandais, d'origine somalienne, elle a écrit le scénario du film Soumission dont l'auteur, Theo Van Gogh a été assassiné par un islamiste radical.

mardi, décembre 19, 2006

DERNIEREMINUTE


Selon une information que publiera sur son site demain, et sur sa version papier jeudi, le bi- mensuel gratuit TELE J INFOS, reprend une brève parue dans le très sérieux quotidien israëlien HAARETZ. Selon les indiscrétions de ce journal, lors de son passage en Israël accompagnant la candidate socialiste à la Présidence de la République Française, Ségolène Royal, Julien Dray, son porte-parole et porte-parole du Parti Socialiste, aurait proféré, en coulisse, des propos graves et menaçant à l'encontre du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions juives de France).
DIASPORABLOGJ
ACCUEILLE ...

LE CRAN
Le Conseil Représentatif des Associations Noires

Le CRAN demande des explications à Patrick de Carolis et exige la démission dePascal Sevran Vendredi 15 décembre 2006, une vingtaine de membres et sympathisants du CRAN avaient décidé de se rendre au siège de France Télévisions pour interpellerla direction au sujet de Pascal Sevran et exiger son départ de la chaîne.

A la sortie du RER, sans doute informés par les Renseignements Généraux, plusieurs policiers ont tenté d'arrêter Patrick Lozès, président du CRAN. Au mépris des principes constitutionnels qui garantissent les libertés publiques en France, ils ont essayé de l'empêcher d'aller plus avant, mais n'ayant rien à lui reprocher, ils ont dû se résoudre à le laisser passer. Quand les membres du CRAN et les journalistes qui les accompagnaient sont arrivés devant les locaux de France Télévisions, 6 cars de CRS au moins les attendaient ; des agents interdisaient tout passage, transformant ainsi leservice public en véritable bunker public. Sans se laisser impressionner parce déploiement grotesque des forces de l'ordre, le bureau du CRAN a demandé àêtre reçu par la direction de France Télévisions. En l'absence de Patrick deCarolis, Sanvi Panou, vice-président du CRAN, Louis-Georges Tin, porte-parole, et Edouard Nduwa, secrétaire général, ont été reçus par Christian Vion, Directeur Général délégué, et par Sophie Benoît, Directrice -Adjointe des programmes. Les discussions ont été courtoises, mais Sanvi Panou a déploré les conditions d'accueil peu hospitalières -c'est le moins que l'on puisse dire. M. Vion a alors affirmé qu'il n'était pas informé de la présence de tous ces cars deCRS devant ses portes, ce qui paraît assez inquiétant pour un dirigeant chargé de l'Information publique en France. Par la suite, Louis-Georges Tin amontré le caractère confus des explications données par la chaîne : selon M.de Carolis, en effet, les propos de Pascal Sevran sont tout à fait« condamnables », mais pas du tout sanctionnables. Enfin, Edouard Nduwa ainsisté sur le caractère profondément odieux des propos du présentateur, quesoutient apparemment sa direction, quoi qu'elle en dise. En effet, FranceTélévisions donne l'impression que les propos tenus ne sont pas assez graves pour mériter une véritable sanction. Au-delà de la démission du présentateur, exigée par le CRAN, Louis-Georges Tina rappelé que les propos racistes tenus ces temps derniers en France, et en particulier sur la sexualité des noirs (« polygames », éduquant mal leursenfants, etc.), nécessitaient une réponse appropriée : des émissionsintelligentes sur le sujet, actions pédagogiques dont le service public devait se montrer digne. M. Vion et Mme Benoît ont alors affirmé : « on s'engage à ce que la lutte contre le racisme soit plus qu'une sensibilité àFrance Télévisions ». On ne saurait être plus vague. Autant dire qu'on ne s'engage en aucune façon.

Dans ces conditions, le CRAN a maintenu ses positions, a exigé d'être reçu parM. de Carolis pour un nouvel entretien, ce qui a été accepté. Le CRAN entend donc demander des explications à France Télévisions sur l'affaire Pascal Sevran, et sur les mesures que la chaîne entend prendre pour lutter contre leracisme sur les écrans du service public.

dimanche, décembre 17, 2006

PASSERELLE
Source : lemonde.fr via l'AFP
en ligne dimanche 17 décembre
à 23h 30


SELON LES DERNIERES ESTIMATIONS...


Les forces modérées sont bien parties
pour remporter les élections en Iran

Les résultats des élections iraniennes à l'Assemblée des experts et aux municipales tombent au compte-gouttes, mais laissent entrevoir dimanche l'échec des ultra-conservateurs proches du président Mahmoud Ahmadinejad.
PASSERELLE
Source : france24.com via l'AFP,
en ligne dimanche 17 décembre


Nouvelle flambée
de violences partisanes à Gaza:
deux morts

Par Sakher ABOU EL-OUN / AFP

Deux Palestiniens ont été tués et une trentaine blessés dimanche dans la bande de Gaza, où des combats ont opposé des partisans du Hamas à des fidèles du président Mahmoud Abbas, au lendemain de l'appel de ce dernier à des élections anticipées, rejetées par le mouvement islamiste.


GAZA, 17 déc. (AFP) - Des affrontements ont opposé des membres de la branche armée du Hamas et de la Force exécutive, relevant du ministère de l'Intérieur, à des membres des services de sécurité et des militants fidèles au président Abbas.

Le sud-ouest de la ville de Gaza, où se trouvent plusieurs ministères et les bureaux présidentiels, a été pendant plusieurs heures un champ de bataille. Les rues ont été désertées par les passants.

Une Palestinienne de 19 ans a été tuée par une balle perdue et six autres personnes blessées, dont une fillette ainsi que le correspondant du quotidien français Libération, Didier François, touché à la jambe.

Quatre personnes ont été blessées par des tirs de roquettes antichars ainsi que deux obus de mortier ayant explosé dans l'enceinte abritant les bureaux du président Abbas.

Des membres de la garde présidentielle occupant les ministères de l'Agriculture et des Communications ont échangé des tirs nourris avec des militants du Hamas postés dans d'autres bâtiments ministériels du secteur.

Des inconnus ont également ouvert le feu contre le convoi du ministre des Affaires étrangères, Mahmoud Zahar, qui n'a pas été touché. Un de ses gardes a été en revanche blessé. "Des inconnus ont ouvert le feu sur la voiture de Mahmoud Zahar dans laquelle se trouvait le ministre", a indiqué à l'AFP son porte-parole, Taher al-Nounou.

Les heurts se sont déplacés dans le nord de la bande de Gaza, où des fidèles du Hamas, qui dirige le gouvernement, ont ouvert le feu sur une manifestation de plusieurs milliers de partisans du président Abbas.

Ces violences ont explosé après une attaque avant l'aube contre un camp d'entraînement de la garde présidentielle dans le sud de la ville de Gaza, menée par des dizaines d'hommes armés, selon un responsable de cette force loyale à M. Abbas.
Un garde posté à l'entrée du camp a été tué. Cette force a accusé les Brigades Ezzedine al-Qassam (branche armée du Hamas) d'avoir organisé l'attaque mais le groupe a démenti.

Le Hamas a accusé des membres de cette force d'être à l'origine d'une "tentative d'assassinat" du Premier ministre Ismaïl Haniyeh dans des tirs contre son convoi jeudi soir à la frontière entre la bande de Gaza et l'Egypte.

M. Abbas a "condamné fermement l'attaque" contre le camp et "a donné des ordres pour trouver ses auteurs et les traduire en justice", a affirmé à l'AFP son porte-parole, Nabil Abou Roudeina.

Sur le plan politique, le Premier ministre palestinien, Ismaïl Haniyeh, a qualifié "d'anti-constitutionnelle" la décision du président Abbas, qui a appelé à des élections anticipées pour sortir de l'impasse après l'échec du dialogue avec le Hamas sur un gouvernement d'union. M. Haniyeh a également appelé les Palestiniens au calme, tout comme le président en exercice du Parlement, Ahmed Bahar.

Le président Abbas a de son côté rencontré à Ramallah (Cisjordanie) des responsables de la Commission centrale électorale "dans le cadre de discussions préliminaires" portant sur le scrutin, a affirmé un de ses proches, soulignant qu'"aucune date ne devrait être fixée dans l'immédiat".

La communauté internationale, qui boycotte le gouvernement Hamas depuis son entrée en fonction en mars à la suite de la victoire électorale du mouvement aux législatives de janvier, a apporté son plein soutien à M. Abbas.

M. Abbas a néanmoins affirmé que la mise en place "d'un gouvernement d'union nationale formé de technocrates" restait "sa première priorité", sans pour autant préciser s'il convoquerait des élections au cas où un tel gouvernement voyait le jour.
IRAN,
ATTENTION DANGER!

Avant que nous revenions dans quelques instants sur la première réunion organisée par les signataires de l'APPEL AUX DIRIGEANTS EUROPEENS qui a eu lieu à Sciences Po, mercredi dernier, voici les huits points de la déclaration finale de ces signataires :

"Afin d’éviter le pire, les signataires de l’Appel aux dirigeants européens appellent solennellement, dans une Déclaration en 8 points, à la mise en œuvre immédiate de sanctions occidentales par des gouvernements responsables et lucides :

1 L’adoption d’un accord international afin d’opposer un refus absolu à toute réception de M. Ahmadinejad dans un pays étranger

2 Un embargo effectif sur les ventes d’armes à l’Iran

3 Un appel aux entreprises françaises afin qu’elles cessent d’investir en Iran

4 Un embargo sur les produits raffinés du pétrole à destination de l’Iran

5 Un embargo sur tout investissement dans les infrastructures pétrolières et gazières iraniennes

6 Un embargo sur les transferts de technologie dans les domaines nucléaire et balistique ainsi qu’un gel des transactions financières qui s’y rapportent

7 Un renforcement réel des pouvoirs des inspecteurs internationaux de l’AIEA sur le territoire iranien

8 Le rappel concerté des ambassadeurs en poste en Iran pour protester contre les thèses négationnistes ouvertement professées par le régime iranien
PASSERELLE
Source : newsletter d'infolive.tv
datée du 17 décembre



L'Etat d'Israël refuse
la proposition syrienne

La Syrie propose à l'Etat hébreu un retour à la table des négociations avec comme condition préliminaire l'abandon israélien de ses conditions, y compris le plateau du Golan. Jérusalem a refusé la proposition de Damas en précisant que la Syrie continuait d'abriter des mouvements terroristes et de les soutenir.


______________________________

Source : Newsletter de Guysen Israël News
datée du 18 décembre


Ehoud Olmert appelle les ministres israéliens à ne pas commenter le discours de Mahmoud Abbas cet après-midi à Ramallah. Israël, conscient de la détresse croissante du président de l'AP, a décidé de faire un pas dans sa direction. Ehoud Olmert a enjoint au gouvernement de ne pas se prononcer sur la situation au sein de l'Autorité palestinienne.

vendredi, décembre 15, 2006

BILLETDOUX
d'Alain SUIED


CARTER ET BAKER VONT EN BATEAU



JIMMY CARTER PUBLIE UN OUVRAGE ANTI-ISRAELIEN - en bon disciple de la pensée dominante,il évoque..l'apartheid...et trouve qu'ISRAEL est "l'obstacle à la paix" dans la région...A L'HEURE DES SANGLANTS AFFRONTEMENTS INTER-PALESTINIENS ET APRES DES DECENNIES D'INDIFFRENCE COUPABLE DES PAYS ARABO-MUSULMANS (Voyez l'iRAN PERSE OU DU MOINS SON REGIME NAZIFIANT chercher à tirer parti de cette situation!et UNE VIDEO POSTHUME DU TUEUR D'AL QUAIDA,le Palestinien ZARKAOUI,évoque un NASRALLAH....vendu aux...Israéliens : tous les délires sont permis - puisque les "responsables" ne tiennent pas leur rang!) ,les théories de l'ancien président des USA étonne à peine...

James Baker ?Lui?Le conseiller de BUSH père,iL PROPOSE UN RAPPROCHEMENT
AVEC LA SYRIE ET L 'IRAN et leurs régimes très violents et très menaçants (oui,oui,il ya encore des ALBERT SARRAUT ET DES DALADIERS EN EUROPE ET ...AILLEURS...)
et l'on ressort un fait dérangeant:BAKER TRAVAILLE POUR..L'ARABIE SAOUDITE...
qui pourtant n'est pas insensible au danger de ces "Etats" totalitaires!



L'INEGALITE est la règle des sociétés du Capital.
Les "amis américains" savent-ils que les pays et les causes qu'ils défendent ont des
règles tout aussi effroyables?

L'INEGALITE DE LA DHIMMITUDE.


Vous voulez goûter?

ALAIN SUIED

jeudi, décembre 14, 2006

INFODERNIERE
infodiasporablogj



DES LUNDI PROCHAIN, l'ASSOCIATION FRANCE-ISRAEL LANCE UNE VASTE CAMPAGNE DE PRESSE POUR DEMANDER A LA FRANCE LA CESSATION DES RELATIONS DIPLOMATIQUES AVEC L'IRAN, c'est ce qu'a annoncé son Président, l'avocat d'Oriana Fallaci, Maître William Goldnadel au cours du rassemblement public, qui a eu lieu ce soir, pour dire "STOP! à la politique iranienne". Il réunissait ce soir, dans un des amphis de l'Institut des Sciences Politiques à Paris, autour des deux principaux initiateurs de cette démarche, la journaliste Monique Atlan et le Philosophe Roger-Pol Droit, Elie Wiesel, Prix Nobel de la Paix, Pascal Bruckner, André Glucksmann, Frédéric Encel, Schmouel Trigano,...

Il s'est conclu par la présentation de huit propositions que nous vous dévoilerons demain dans la matinée.

Diasporablogj reviendra plus longuement ce week-end sur cet important meeting. Première étape d'une série d'actions qui devrait aboutir en Juin 2007 à une Conférence Internationnale à Paris sur les dangers d'un Iran nucléarisé.

Bernard Koch
PASSERELLE
Source : infolive.tv



LE PREMIER MINISTRE PALESTINIEN
RETENU EN EGYPTE

Le ministre de la Défense Amir Peretz a ordonné aux forces de Tsahal de fermer les points de passage entre l'Egypte et la bande de Gaza pour empêcher le premier Ministre palestinien Ismaël Haniyeh de faire transiter les 35 millions de dollars qu'il a récoltés au cours de sa tournée dans les pays arabes et musulmans. Ismaël Haniyeh est parti du Soudan pour l'Egypte et se trouve actuellement au point de passage de Rafia'h.Le gouvernement israélien craint que l'argent récolté par le premier Ministre Hamas ne serve au financement de son mouvement terroriste. Haniyeh a rappelé à plusieurs reprises, notamment lors de sa visite en Iran en début de semaine, que son gouvernement ne reconnaîtrait pas Israël et qu'il continuerait à lutter contre l'Etat hébreu. En représaille, le Hamas a pris d'assaut le poste frontière déclenchant une bataille rangée avec les gardes avant de prendre le contrôle du point de passage.On craint que la décision israélienne ne provoque d'autres débordements dans les territoires palestiniens.

Cliquez ici pour accéder au lien
APPEL

CONTRE LE DANGER
_________________________

DE LA POLITIQUE IRANIENNE

___________________________________________
VENEZ NOMBREUX

AU

RASSEMBLEMENT PUBLIC

L'Europe, le dossier iranien et la France

Jeudi 14 décembre 2006

17h - 20h

Sciences Po.
Amphi Boutmy
27 rue Saint Guillaume

75006 Paris

M° Mabillon ou Sèvres-Babylone

entrée libre

Organisé par les signataires de
L'APPEL AUX DIRIGEANTS EUROPEENS

En présence de Elie Wiesel
et Monique Atlan, Paul Audi, Rémi Brague, Pascal Bruckner, Fabrice Chiche, Christian Delacampagne, Roger-Pol Droit, Fréderic Encel, Cynthia Fleury, Erhard Friedberg, Gérard Garouste, André Glucksmann, André Green, Aldo Naouri, François Rachline, Ezra Suleïman,Shmuel Trigano...

IL EST DECISIF QUE VOUS VENIEZ NOMBREUXPOUR FAIRE ENTENDRE NOTRE APPEL MERCI DE DIFFUSER LARGEMENT CE MESSAGE VOUS POUVEZ CONFIRMER VOTRE PRESENCE A L'ADRESSE MAIL:appelauxdirigeantseuropeens@yahoo.fr

Partenaires:

Le Figaro

I-Télé

Le Cercle


Plus d'informations:
http://www.le-cercle.fr

More information :
http://www.le-cercle.fr
PASSERELLE
Source : Guysen. Israël. News



Le Comité Juif Américain va réunir une somme de 10 000 shekels pour acheter les équipements de première urgence en faveur des réfugiés du Darfour en Israël. Aujourd'hui, on compte environ 300 réfugiés du Darfour en Israël. Ils sont répartis dans deux camps de réfugiés en attendant qu'une décision légale statue sur leur avenir.


Le 12 décembre, le tribunal correctionnel de Paris a jugé irrecevables les citations directes du Collectif des filles et fils d'Africains déportés (COFFAD) et du Mouvement pour une nouvelle humanité (MNH) qui poursuivaient le philosophe Alain Finkielkraut et la radio RCJ pour ''injure publique à caractère racial''.
Le tribunal a constaté que les statuts du COFFAD n'incluaient pas la lutte contre le racisme et conclu à la prescription des faits. M. Finkielkraut était poursuivi pour avoir évoqué, le 6 mars, les Antillais comme ''vivant de l'assistanat''. Lors de l'audience du 7 novembre, son avocat avait relevé que les statuts présentés par la défense du COFFAD différaient de ceux publiés au Journal officiel.

mercredi, décembre 13, 2006

PASSERELLE
Source : LE MONDE.FR

DERNIEREMINUTE


Escalade de la violence entre Palestiniens dans la bande de Gaza
Une grenade, jetée lors d'une réunion du Hamas, a fait plusieurs blessés, mercredi, tandis qu'un cadre du parti islamiste a été tué par des hommes armés. Des violences qui surviennent après le meurtre, lundi, des enfants d'un cadre du Fatah.
CHRONIC
d'Alain SUIED

"Il renonça à la vérité pour ne pas lâcher la transmissibilité".
WALTER BENJAMIN
à propos de KAFKA


in Lettres à G. Scholem , 12 06 1938



"SE SOUVENIR DES BELLES CHOSES"



WALTER BENJAMIN a évoqué , après une vie à l'écoute de l'oeuvre Proustienne, la question de l'ASSIMILATION (des juifs français) en relation avec l'intention de la "Recherche" (....du "temps perdu" - du souvenir , de l'oubli - thèmes qui lui semblent,par ailleurs,au coeur des textes de Kafka.)
Cette question reste ouverte pour nous.Que "recherche" la Recherche?Qu'est-ce qui est "perdu" ou du moins "oublié"?
Et si cela se passait du côté de chez...L'IDENTITE (JUIVE) ?L'identité de...SWANN... avec Proust?


J. Derrida osa suggérer que Benjamin était trop attaché à la Philosophie allemande (in "Force de Loi") : on voit qu'il avait d'autres préoccupations - plus urgentes!
L'oubli de soi (Swann..?) que "sous"-en -tend l'ASSIMILATION a montré - en France,notamment - ses limites.Ce fut,c'est vrai,déjà le cas dans les ANNEES dites FOLLES...Mais qui peut prévoir - aujourd'hui - quelles conséquences aura cette illusion...(L'avenir de cette illusion?)
- l'idée que les religions et les idéologies des Temps dits modernes veulent....se souvenir...à notre place?




Alain S U I E D

PASSERELLE

Nous republions, en deux parties, un texte de Marc Knobel, historien, chargé de mission auprès du CRIF,publié récemment dans la newsletter de cette institution de la communauté juive.

Marc Knobel, partant d'une lecture d'un ouvrage, paru aux Editions Fayard, intitulé "Députés sous influence", s'est arrêté sur un chapitre fort instructif consacré aux députés et sénateurs, de gauche comme de droite, membres de l'amitié France-Iran de l'Assemblée Nationale et du Sénat.
Voici ce qu'il découvre avec étonnement sur ces étranges "missionnaires" :


Monsieur le député
est en mission en… Iran


Des compagnies pétrolières (Elf, Total…) et de grandes entreprises privées ou publiques sollicitent les députés pour des voyages à l’étranger. Elles sont surtout soucieuses de diversifier leurs contacts avec le monde politique et de faire passer des messages sur la défense de leurs intérêts. C’est ce que font notamment EADS, Dassault, Vinci, Veolia, Areva,Suez, EDF, RTE… Certains élus ont un faible pour ces « voyages découverte », d’autres plus accros, ont créé des associations extraparlementaires financées par des organisations, qui leur permettent de multiplier les déplacements autour de leur thème de prédilection, racontent
Hélène Constanty et Vincent Nouzille, dans un livre remarqué intitulé Députés sous influences, publié chez Fayard, en 2006 (500 pages, 22 euros).
Dans cet ouvrage, il est question de l’influence grandissante de nombreux groupes d’intérêts sur les élus (laboratoires pharmaceutiques, industriels de l’armement, viticulteurs,chasseurs….). Un chapitre est consacré aux relations qu’entretiennent certains de nos élus avec quelques pays étrangers, notamment l’Iran, l’Irak et la Libye. Nous extrayons de cet ensemble extrêmement intéressant et fouillé quelques pages qui sont consacrées spécifiquement à l’Iran.


Emissaires en Iran

On apprend par exemple que des sénateurs maintiennent des contacts réguliers avec l’ambassade d’Iran. Une délégation de la commission des Affaires économiques du Sénat,composée de Gérard César (sénateur UMP de la Gironde), Michel Bécot (sénateur UMP des Deux-Sèvres), Philippe Arnaud (sénateur UDF de la Charente) et Daniel Reiner (sénateur PS de la Meurthe-et-Moselle (Lorraine), a par exemple effectué une mission en Iran du 15 au 18 avril 2003 (1). Et les députés ?
En 2002, Xavier de Roux, député UMP de Charente-maritime (2) reprend la présidence du groupe d’amitié France-Iran (3), notamment aux côtés de Jean-Michel Boucheron (PS, Ile et
Vilaine). La diplomatie parlementaire est prise au sérieux par les Iraniens. Messages d’invitations à déjeuner et à dîner : les responsables du groupe d’amitié constituent, aux yeux de Téhéran, l’un des relais possibles en France afin d’éviter un isolement complet, notamment sur le dossier nucléaire, expliquent Hélène Constanty et Vincent Nouzille. « Il ne se passe guère de semaines sans que nous ne soyons en contact avec l’ambassade d’Iran à Paris » raconte Jean-Michel Boucheron. « Je garde le contact avec les officiels iraniens, et notamment
avec mon homologue au Parlement iranien M. Mohammadi, député de Shiraz, dont la fille fait des études en France », poursuit Xavier de Roux.
Les auteurs interrogent les parlementaires : avocats des mollahs, nos deux députés ? « Pas du tout. Mais le dialogue est indispensable », répond l’élu UMP. « Je les respecte et je les écoute car l’Iran est un grand pays, mais ils savent très bien que je ne suis pas d’accord avec eux sur tout » renchérit le député socialiste, qui a signé une chronique, peu remarquée à l’époque, dans le journal Le Monde, le 22 février 2005, titrée « L’Iran aura la bombe ». Dans cet article,
le député s’interrogeait : « Du point de vue iranien, pourquoi l’Iran n’aurait-il pas le droit de fabriquer une bombe quand nombre de pays de la région, de l’Inde à Israël, en possèdent déjà ? » Quant à lui Xavier de Roux, il avait déjà eu l’occasion de développer cette thèse surson blog (4), dans un article extrêmement confus, intitulé « La troisième guerre mondiale estelle
commencée ? » (1er novembre 2004), dont nous reproduisons ci-après quelques extraits significatifs :



« Théodor Herzl, le fondateur au XIXème siècle du Sionisme, c’est-à-dire du retour du
peuple juif en Palestine, disait : “En Palestine, nous créerons un avant-poste de
l’Europe, contre l’Asie. Nous serons l’avant-garde du monde civilisé contre la
barbarie”.
Certes, le rêve colonial emplissait alors la conscience européenne, et il n’est pas
extraordinaire que des penseurs juifs aient alors lancé ce rêve de reconquête de
l’espace biblique et du grand Israël. La terreur hitlérienne renforça, après 1948, le
mouvement sioniste créé 50 ans plus tôt. Mais alors que l’Europe se retirait partout de
ses “avant-postes contre la barbarie”, au Liban, en Syrie, en Egypte, en Irak, en
Tunisie, au Maroc, en Algérie, Israël tenait en Palestine, et menait une guerre de
survie, aidée par les américains qui reprenaient à leur compte la mission de Théodor
Herzl. Israël devenait le chien de garde des intérêts américains au Moyen-Orient, et
Dieu sait si ces intérêts sont considérablement puissants !
John Betty écrivait en 1950 dans son livre “Le rideau de fer de l’Amérique” : “Les
présidents et leurs collaborateurs s’inclinent devant le sionisme comme quelqu’un qui
se trouve devant une tombe sacrée. La minorité juive des Etats-Unis est parvenue à un
tel degré de force et d’ambition que l’Amérique est, de son fait, menacée de périls
incessants et d’une troisième guerre mondiale.” En cela, il reprenait l’opinion du
grand orientaliste français Louis Massignon, qui affirmait de son côté : “La Palestine
d’aujourd’hui est l’expérience terminale, le cas crucial de cette exploitation coloniale
qui, depuis des siècles, sème dans le monde des opprimés une haine apocalyptique”.
(…)
Certes, l’histoire est l’histoire et il n’est plus question de remettre en cause l’existence
de l’Etat d’Israël, mais il faut que cet Etat devienne un Etat de paix et non plus un
Etat de guerre. Comment interdire à l’Iran d’avoir un armement nucléaire, dès lors
qu’elle se prétend menacée par l’armement nucléaire d’Israël, qui n’a jamais fait
l’objet du moindre contrôle, ou de la moindre déclaration aux instances
internationales ? »

mardi, décembre 12, 2006

INFOCOM

Débattons



Conférence exceptionnelle

Frédéric Encel
à l’Athénée Municipal de Bordeaux,*
le 13 décembre à 20 h 30
« De Beyrouth à Téhéran :
nouvelle géopolitique d’Israël »

à l’invitation du Crif Sud-Ouest Aquitaine

Entrée libre

Frédéric Encel docteur en géopolitique et diplômé de Sciences-Po, a été chargé de cours à l'ENA. Consultant en risques-pays et professeur à l'ESG, il enseigne également les relations internationales à la prép-ENA de l'Institut d'études politiques de Rennes.
Il a publié (chez Flammarion) plusieurs ouvrages géopolitiques dont : Géopolitique de Jérusalem (réédition 2003) ; Le Moyen-Orient entre guerre et paix (réédition 2001) ; Géopolitique de l’Apocalypse. La démocratie à l’épreuve de l’islamisme (réédition 2003), La Grande alliance. De la Tchétchénie à l’Irak, un nouvel ordre mondial, [avec O. Guez], (Flammarion, 2003 - rééd. poche 2004), Géopolitique d’Israël [avec F. Thual](Seuil, 2004 - rééd. 2005, 2006), Comprendre le Proche-Orient. Une nécessité pour la République (Bréal [coll. codirigé avec E. Keslassy], 2005 - rééd. 2006), Géopolitique du sionisme, Stratégies d'Israël (Armand Colin, 2006) ainsi que de nombreux articles.

Le Centre Yavne recevra Frédéric Encel
le mercredi 13 décembre à 19h15
pour une présentation de son dernier livre :
Géoplitique du sionisme.Stratégies d’Israël
A l’issue de cet entretien il dédicacera cet ouvrage.

Présentation de Géoplitique du sionisme.

Stratégies d’Israël Comment des intellectuels laïcs dispersés en Europe orientale ont-ils convaincu, dans le second XIXe siècle, des milliers de leurs compatriotes d'aller peupler la terre de leurs ancêtres, désormais lointaine, désolée et occupée par un puissant empire ? Comment un mouvement politique squelettique, dépourvu de richesses, d'assise territoriale et d'alliances étatiques a-t-il bâti une diplomatie efficace, des institutions démocratiques, des infrastructures performantes puis un Etat souverain viable en un demi-siècle à peine ? Comment quelques cultivateurs et poètes n'entretenant aucune expérience militaire et refusant souvent de s'en doter, ont-ils pu créer l'une des plus puissantes armées du monde ? Comment Israël, Etat-nation du peuple juif et fruit du sionisme, a-t-il élaboré ses stratégies de survie puis de puissance dans un Proche-Orient instable et hostile ? Comment le sionisme et Israël se représentent-ils la mémoire, la force, l'espace ?

*********************************************************

*Athénée Municipal de Bordeaux
Rue Poquelin-Molière
33000 Bordeaux

Centre Yavné
11, rue Poquelin-Molière
33000 Bordeaux

Tél. : 05 56 52 62 69

Retrouvez tous les rendez-vous du Centre Yavné
à l’adressehttp://www.centre-yavne.com
PASSERELLE
Source : lefigaro.fr via l'AFP
en ligne le 12 décembre


France 2 adresse
un "sévère avertissement" à Sevran


Après les "excuses" de l'animateur publiées dans la presse ce week-end, la chaîne a adressé un "sévère avertissement" à Pascal Sevran suite à ses propos sur la sexualité des Noirs. En cas de récidive, il risque le renvoi.

France 2 a adressé lundi un "sévère avertissement" à son animateur Pascal Sevran pour ses propos sur la sexualité des Noirs. Selon le communiqué publié par la chaîne, toute récidive remettrait en cause la présence de l'animateur de "Chanter la vie" à l'antenne.
Jugeant ses propos "très graves" France 2 prend acte des "excuses" présentées par l'animateur dans Le Parisien. La chaîne avait pourtant exigé, dans un premier temps, des excuses à l'antenne.

Le directeur général de France 2, Philippe Baudillon, a adressé à Pascal Sevran une "très ferme mise en garde, qui a valeur de sévère avertissement". La chaîne du service public invite "solennellement" son collaborateur à "s'abstenir de toute prise de position contraire à l'éthique du service public, faute de quoi nous nous verrions dans l'obligation de remettre en cause le principe de votre collaboration sur France 2".

L’animateur a déclenché une polémique après la publication de propos contenus dans son livre ''Le Privilège des jonquilles'' paru en janvier dernier. "L'Afrique crève de tous les enfants qui y naissent sans que leurs parents aient les moyens de les nourrir. Je ne suis pas le seul à le dire. Il faudrait stériliser la moitié de la planète." Il avait par la suite assumé publiquement ces déclarations, avant de les atténuer dimanche, dans Le Parisien. "Aux hommes et aux femmes que j'ai pu peiner, je veux dire ma tendresse et leur présenter mes excuses", a-t-il dit au journal, assurant être victime d'une "manipulation".

lundi, décembre 11, 2006

DERNIEREMINUTE

LE QUOTIDIEN LE MONDE :

COUP DE BALANCIER, COUP DE MAITRE

UN PALESTINIEN RECONNAIT
L'EXISTENCE DE LA SHOAH


On se souvient, il y a plusieurs semaines, le quotidien de référence du Bd Auguste Blanqui à Paris, avait suscité une vive polémique, à la suite de la publication en première page une contribution violemment anti-israélienne du "Pape" de la littérature d'espionage, John Le Carré. Surprise dans son numéro daté de demain, en ouvrant ses pages DEBATS! On découvre, un texte inédit, et si peu commun, qu'on se demande si c'est bien le journal LE MONDE qu'on ait bien entrain de lire.

Et que lit-on et qu'est-ce qui vous saute aux yeux? Une LETTRE OUVERTE D'UN PALESTINIEN AU PRESIDENT IRANIEN Mahmoud Ahmadjinedjad à quelques jours d'un colloque sur la Shoah que celui-ci a tenu à organiser à Téhéran.

En titre de cette lettre : LES AUTRES VICTIMES D'UNE NEGATION
Sous-titre : Mettre la Shoah en doute la Shoah aboutit à ridiculiser ce qui le font, au pis à rendre odieuse la résistance anti-Bush.

Son signataire, Mahmoud Al-Saadi, palestinien, proche du Front Populaire de Libération de la Palestine, arrêté pour des actions terroristes, a vécu durant 18 ans dans les geôles israéliennes. C'est là, durant sa période d'incarcération, que le Palestinien s'est donné le temps de réfléchir, puis d'étudier et d'approfondir ses connaissances sur l'Histoire de la Shoah. Il y lira plusieurs centaines d'ouvrages d'historiens, de témoins, d'anciens nazis. "Plus j'apprenais,écrit-il dans cette missive en forme de mise en garde en direction du Président iranien, plus je réalisais que l'Holocauste était bien un fait historique et plus je prenais conscience de la dimension monumentale du crime commis par l'Allemagne Nazie contre les Juifs".

Mahmoud Al-Saadi appelle avec force démonstration le Président iranien à ne pas commettre d'"erreur " : "J'estime, poursuit-il, qu'un homme de votre position ne devrait pas commettre une erreur aussi énorme, car elle pourrait se retourner contre lui, et pis encore contre son peuple".

Puis en découvrant que l'"Allemagne nazie aspirait à un "nouvel ordre mondial"", l'auteur de cette lettre tient à rappeller que "du point de vue théorique, cet objectif, tout comme les victoires remportées à l'époque par les armées d'occupation nazies, menaçait tout autant les Arabes que les Musulmans".

C'est dans l'un des derniers paragraphes que Mahmoud Al-Saadi donne toute la mesure à ses propos déniant à Mahmoud Almadjinedjad tout implications dans la lutte du peuple palestinien : "Vous pensez peut-être, l'interroge-t-il, que le fait de nier l'Holocauste vous place à la pointe du monde musulman, et que ce déni constitue un oubli valable dans le combat contre l'impérialisme amricain et l'hégémonie occidentale. Cependant vous rendez un bien mauvais service aux luttes populaires de par le monde". Et de conclure : "Nous n'obtiendrons pas notre victoire et notre indépendance en niant le génocide perpétré contre le peuple juif".

Un texte mémorable, et à faire lire dans toutes les écoles du monde arabe et des banlieues en France, qui ne manquera pas de relancer, avec vivacité très probablement, le débat au sein du peuple palestinien et au sein de l'Islam sur les liens que l'un et l'autre entretiennent autour de la mémoire juive.

Mahmoud Al-Saadi vient enfin, publiquement et courageusement, de casser un tabou dans le monde arabe. Il rend plus crédible, plus pacifié, la lutte du peuple palestinien pour la création de leur Etat.

Qu'une nouvelle voix s'élève, après celle de Hassen Chalgouni, Imam de Drancy, ce printemps en France, pour que les Musulmans et les Palestiniens cessent de falsifier cette mémoire, ouvre, à coup sûr, de nouvelles perspectives sur l'évolution des regards que portent les peuples concernés entre eux.


Bernard Koch