"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

dimanche, septembre 30, 2007

PASSERELLE
Source : la newsletter d'Infoive.TV
diffusée le 30 septembre


Sophie Marceau en Israël :
"Ahmadinejad est fou, dangereux et mauvais"

L'actrice française Sophie Marceau se trouve en Israël ces derniers jours pour présenter son dernier film en tant que réalisatrice, "La disparue de Deauville", présenté dans la cadre du 23ème festival du film international de Haïfa. En exclusivité pour Infolive.tv, elle revient sur sa carrière, sur son film mais également sur l'actualité proche-orientale.

LEVEE
DERIDEAU

L'AVIS DE DIASPORABLOGJ


HAPPY
HANOUKA!
au Théâtre Michel*

Comédie
d'Alex Pandev et Sylvie Audcoeur

Mise en Scène
Jean-Luc Moreau

avec
MAAIKE JANSEN
Alex Pandev
Sylvie Audcoeur
Ary Abitan



VAUDEVILLE DEAUVILLOIS



Comment épouser une « goye » -ou un « goy »- sans jamais oser l’annoncer à sa mère juive ? C’est toute la question existentielle qu’ont du se poser un jeune couple, revenant de leur voyage de noces, avant d’organiser un dîner, un soir de Hanouka, fête des Lumières dans le calendrier juif, en présence de la famille du jeune homme. On imagine l’ambiance apocalyptique du dîner.
C’est précisément le scénario dans lequel évolue ce jeune couple qui doit affronter de face la mère juive avec toutes ses caractéristiques que l’on connaît. Maaike Jansen est dans ce rôle tout à fait crédible.

Cette situation fréquente dans le réel, vécue souvent comme une tragédie humaine se transforme dans cette comédie sans prétention d’Alex Pandev et Sylvie Audcoeur « HAPPY HANOUKA » en scènes à quiproquos qui s’enchaînent à rythmes endiablés. Cette pièce façon vaudeville –même dans ce contexte, les portes continuent de claquer, mais pas pour les mêmes raisons qu’un vaudeville ordinaire-, arrive sur un sujet pourtant grave, sérieux et qui suscite dans les familles, de part et d’autre, beaucoup d’interrogations, à nous faire rire. Sans doute parce que la fête de Hanouka, qui est un peu synonyme de Noël par ailleurs, est aussi un formidable symbole de la reconstitution de la vie et de la recomposition de la cellule humaine.

Le couple mixte comme emblème du droit à la tolérance est sans aucun doute au cœur de cette comédie qui, malgré quelques épaisseurs de traits, finit par séduire et faire passer un bon moment au spectateur. Même non averti.


Bernard Koch
PASSERELLE
Source : lemonde.fr via l'Agence Reuters
en ligne le 30 septembre


L'Egypte autorise 85 activistes
à regagner Gaza via Rafah

GAZA (Reuters) - Quatre-vingt-cinq activistes palestiniens qui étaient bloqués en Egypte depuis que le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza à la mi-juin ont pu regagner ce territoire aux premières heures de dimanche, rapportent des témoins.
Les 85 militants ont pu entrer dans la bande de Gaza dans la nuit par le point de contrôle de Rafah, terminal à la frontière égyptienne qui était fermé depuis trois mois, les hommes du Fatah qui y étaient déployés en ayant été chassés.

L'arrivée de ces activistes laisse penser que les relations entre Le Caire et le Hamas, très distantes depuis juin, se sont peut-être quelque peu améliorées.
Les activistes, au nombre desquels, selon des témoins, se trouvent des responsables du Hamas, refusaient de passer, pour revenir à Gaza, par un autre itinéraire traversant l'Etat juif, car ils craignaient d'être arrêtés par les Israéliens.
Tout assouplissement de l'attitude de l'Egypte envers le Hamas risque de déplaire vivement au président palestinien Mahmoud Abbas, chef du Fatah, mais aussi aux Etats-Unis, qui espèrent réunir le président palestinien, le Premier ministre israélien Ehud Olmert et des dirigeants arabes à une conférence de paix en novembre.

samedi, septembre 29, 2007

PASSERELLE
Source : la newsletter d'Infolive.TV
diffusée le 29 septembre


Jérusalem et Washington
prévoient une attaque contre Téhéran

L’hebdomadaire français Le Canard enchaîné affirme, dans son édition de mercredi, qu'il existerait un plan d'attaque israélo-américain contre l'Iran. Le journal satyrique indique que ce sont les services secrets russes qui auraient découvert ce plan. Le président russe, Vladimir Poutine, aurait antérieurement informé les autorités iraniennes. Dans un premier temps, l'aviation israélienne effectuerait des raids contre les sites nucléaires iraniens. Les avions-radars américains guideraient et protègeraient ces raids. Par la suite, l'aviation américaine prendrait le relais, selon les résultats obtenus, soutient le journal. L’hebdomadaire assure que les attaques auraient lieu entre la fin du mois du Ramadan, soit vers la mi-octobre, et le début de l'année 2008. Rappelons que le Conseil de sécurité de l'ONU a donné à la République islamique jusqu'à décembre 2007 pour qu'elle permette à l'Agence internationale de l'énergie atomique d'effectuer de nouveaux contrôles de ses sites nucléaires. L'article du Canard enchaîné indique également que les services secrets français ont observé une importante livraison d'armes de Moscou à Téhéran. Il s'agirait de batteries de missiles antinavires, de missiles antiaériens et d'hélicoptères. Toujours selon des sources des services secrets français cités par le journal, les avions-radars américains AWACS et des avions israéliens ont effectué plusieurs sorties à proximité des cibles iraniennes. L’opération israélienne en Syrie du 6 septembre dernier pourrait être vue, selon le Canard enchaîné, comme une répétition générale avant une éventuelle attaque contre l'Iran.
CHRONIC
d'Alain SUIED


BADIOU ARCHAIQUE?


L'antisémitisme obsessionnel de "L'évangile selon Jean" a-t-il mené aux persécutions du Moyen-Age,à l'Inquisition,à la Shoah?
La figure de Paul,si chère à Badiou et à un certain courant d'idées parisien plutôt médiatisé est-elle la figure de l'avenir d'une Civilisation
qui se veut au-dessus des autres?Le juif sans judaïsme" est-il l'avenir de l'idéologie dominante?
Haine adolescente du père,retour vers la mère (vierge et donc iinaccessible....Tiens,un lien avec le judaïsme...des "Pères"?) et
culpabilité oedipienne marqueraient la figure de l'Antisémite...
Par exemple des nazis de Carinthie et de Bavière?
Le groupe et l'individu vivent parfois sur d'étranges névroses...qui masquent les problèmes plus "intérieurs"...
S'agirait-il de refouler la détresse ou les pulsions de l'entrée dans la vie?De refuser la "condition humaine"?De rêver un "Paradis" qu fut illusoire et le reste?
LA PEUR ARCHAIQUE DE L'AUTRE et l'illusion implacable des êtres et des sociétés justifieraient-elles toutes les "idéologies",tous les délires - et le tour de "passe-passe" de Badiou qui veut...éliminer le "problème juif" à partir du NOM du Juif.
Du NOM DU PERE?
Pour une certaine extrême-gauche, dans les campus de certaines Universités Américaines,à Téhéran ,aux cénacles du sixième arrondissement parisien,l'Histoire n'a rien appris.Ni l'étude de certaines pulsions inconscientes...et durables?
Sous "l'idéal" affiché,la Barbarie?



Les "israélites" Français se sont-ils posé ces questions?
L'oedipe nazi voulait abolir l'ORIGINE JUIVE,les ANCETRES!
Certains,aujourd'hui,se présentent avec application comme "d'origine Juive"...sous-entendant une "modernité" sans faille...
N'est-il pas temps de s'interroger plutôt sur l'insistance de la haine du (mot?) Juif?
Badiou archaïque ou ...maître à penser du futur?
A quelle "charia" d'en décider?
Sous quelle "fatwa" le signe Juif devrait-il vivre demain?Sous quel pseudo "idéal"?
Ces questions sont celles de notre Civilisation ...


Alain SUIED


L'actualité de notre collaborateur Alain Suied retrouvez-là sur
l'AGENDA de www.culturejandco.artblog.fr

vendredi, septembre 28, 2007

ECLATS
DERIRE
Source : courrierinternaional.fr
en ligne le 28 septembre



L'Iran a organisé une conférence sur la réalité de l'Holocauste. Preuves de l'Holocauste. Ahmadinejad : "Je crois que j'ai eu les yeux plus gros que le ventre."

La conférence sur l'Holocauste organisée par le ministère des Affaires étrangères iranien est critiquée par l'ensemble de la communauté internationale, mais aussi par des intellectuels du pays. "Une telle négation rend-elle encore plus illégitimes les crimes d'Israël contre les Palestiniens ?" demande à ce sujet l'intellectuel réformateur Abbas Abdi dans les colonnes du journal réformiste Etemad e-melli.


Dessin de Zapiro








PASSERELLE
Source ; lemonde.fr via l'Agence Reuters
en ligne le 28 septembre à 15h 25


Le Hamas affirme
avoir 50.000 hommes armés
pour affronter Israël

par Nidal al-Mughrabi
GAZA (Reuters) - Cinquante mille hommes armés et des centaines de kamikazes sont prêts à repousser ou entraver une opération militaire israélienne d'envergure dans la bande de Gaza, a affirmé le Hamas qui contrôle le territoire.
Israël menace de mener une offensive à grande échelle pour faire cesser les tirs de roquettes d'activistes palestiniens que l'armée n'a pas réussi à réduire fortement par ses frappes aériennes ou ses opérations commando.
Mais le bilan humain d'une telle attaque sur un territoire aussi densément peuplé que la bande de Gaza serait très lourd, et il explique les hésitations du gouvernement israélien, au regard des pertes limitées dues aux tirs de roquettes.

Une opération d'envergure dans les prochaines semaines compliquerait en outre la conférence de novembre sur le Proche-Orient organisée par les Etats-Unis.
"Il y a beaucoup de choses à prendre en compte avant d'entreprendre une telle opération et le sommet est sans nul doute l'un des éléments que l'on ne peut se permettre d'ignorer", a déclaré le vice-ministre israélien de la Défense Matan Vilnai à la radio militaire.
Nizar Rayyan, haut dirigeant du Hamas, a en tout cas prévenu que le mouvement islamiste était prêt à répliquer. Sur un site internet affilié au mouvement, il a affirmé que 50.000 combattants et 400 candidats à des attentats suicide étaient prêts à la riposte.
Deux cents femmes se sont également portées volontaires pour s'attacher des ceintures d'explosifs et affronter ainsi les blindés israéliens, ce qui a surpris le commandement du Hamas, a ajouté Rayyan.

Les services de renseignement israéliens estiment que le Hamas a réuni au moins 20.000 combattants qui savent se servir d'armes légères de toutes sortes.
En partie financé par l'Iran, le Hamas prend le Hezbollah pour modèle. Le mouvement chiite libanais a fait subir d'importants revers à l'armée israélienne lors de leur confrontation armée durant l'été 2006.

jeudi, septembre 27, 2007

PASSERELLE
Source : courrierinternational.com
en ligne le 27 septembre


Un Israélien à Deir Ezzor


Pour la première fois, un journaliste israélien de Yediot Aharonot vient de passer clandestinement quelques jours en Syrie, visitant les coins les plus reculés du pays, comme Deir Ezzor, à la frontière syro-irako-turque, là où le raid israélien aurait eu lieu début septembre. Sur une photo parue dans le numéro daté du 26 septembre, le journaliste Ron Ben Yishai pose devant un centre de recherches de cette ville aux confins de la Syrie et promet qu'il dévoilera tout de son voyage dans le prochain supplément dominical du journal. Ce n'est pas la première fois que le quotidien populaire israélien fait un scoop en envoyant des journalistes dans des pays arabes qui sont officiellement en état de guerre avec l'Etat hébreu. Des journalistes israéliens ont déjà sillonné le Liban, l'Arabie Saoudite, sans compter les pays arabes qui ont signé la paix avec Israël ou qui tolèrent la présence de bureaux de liaison israéliens sur leur territoire, comme le Qatar ou certains pays du Maghreb.
PASSERELLE
Source : www.afrik.com
en ligne le 26 septembre


MEDIATIC



Tropiques FM sort de l’onde Lancement de la radio dirigée par Claudy Siar Mardi, à 4h du matin, les auditeurs pourront assister à la naissance de Tropiques FM. Diffusée sur la fréquence 92.6 en région parisienne, qu’occupait auparavant Media Tropical, cette radio généraliste a pour cible « l’Outremer et la diversité ». Précisions de Claudy Siar, directeur de la nouvelle venue dans le paysage médiatique antillais.
lundi 3 septembre 2007, par Habibou Bangré






Offrir un media complet aux Antillais et plus largement à tous les Ultramarins. C’est le défi que Claudy Siar entend relever avec Tropiques FM, qui sera lancée ce mardi à 4h du matin. On se souvient que la reprise de la fréquence 92.6 par l’animateur-producteur de RFI s’était déroulé dans un climat mouvementé : Daniel Valminos, directeur général de Media Tropical, émise sur ce même canal, avait très mal pris l’initiative du présentateur de « Couleurs Tropicales ». A quelques heures de la rentrée de Tropiques FM sur les ondes, Claudy Siar revient sur les aspirations de sa radio, dont les programmes commenceront véritablement à partir du 10 septembre.



Afrik.com : Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Claudy Siar : Evidemment, il y a toute l’attente de plaire aux auditeurs, de répondre à leurs demandes. Il y a toute la fébrilité que l’on a tous quand on se lance dans une nouvelle aventure ou que l’on rencontre quelqu’un pour la première fois…

Afrik.com : Quel type de radio sera Tropiques FM ?

Claudy Siar : Une radio généraliste avec des émissions consacrées à la musique, la culture, le divertissement, l’information. Nous avons un partenariat avec RFO, que l’on retrouvera pour les rendez-vous d’information de 7h15, 8h15, 9h15, 12h et pour le journal de 18h30 à 19h, où il y aura un invité (à partir du 24 septembre, ce journal durera de 18h30 à 19h30). Il y aura aussi des programmes d’information produits par Tropiques et présentés par des personnes connues, comme Patrice Ferus, Michel Reinette et Karine Guiock.

Afrik.com : Y aura-t-il des journalistes de Media Tropical sur Tropiques FM ?

Claudy Siar : Non, mais j’ai pris l’engagement auprès du CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) de prendre des animateurs de Media. Mais pour cela, il faut les libérer de toute obligation car ils sont toujours employés chez Media. Je ne veux pas les débaucher, mais que leurs droits soient respectés. Je sais déjà avec qui je veux travailler.

Afrik.com : Certains de vos détracteurs estiment que Tropiques va déposséder les Antillais du principal media qui leur était exclusivement destiné dans l’Hexagone, en raison d’une part plus importante qui serait dédiée à l’Afrique. Que leur répondez-vous ? Claudy Siar : La thématique de la radio est très claire. C’est la radio de l’Outremer et de la diversité. Les programmes seront à destination de l’Outremer, les gens qui y officient sont originaires de l’Outremer… On entendra de la musique africaine, mais il n’y aura pas un hit parade de la musique africaine comme sur Media. L’idée est plus d’offrir aux Africains la culture de l’Outremer. D’autre part, s’il y avait eu un sentiment que Media répondait aux attentes, il y aurait eu des milliers de personnes devant le CSA pour protester, mais il y en a eu 200. Media n’était pas une radio représentative de l’Outremer, mais plutôt une radio antillaise. Les Réunionnais n’ont jamais entendu leur musique et les Guyanais s’entendaient si peu que c’est comme s’ils n’existaient pas.

Afrik.com : Vous dites que Tropiques est la radio de l’Outremer et de la diversité. Qu’entendez-vous par « diversité » ?

Claudy Siar : Aucune personne originaire de l’Outremer ne vit en autarcie. La diversité en France s’exprime à travers les peuples de l’Outremer qui ont en eux de l’africanité, de l’indianité, de l’européanité, ainsi qu’à travers les Africains et les Maghrébins. Tous ne l’acceptent pas, y compris dans la classe politique. On ne peut pas se battre que lorsqu’une injustice concerne les Noirs. Il faut se lever à chaque fois qu’il y a une injustice. Il faut nous battre pour que, au-delà de la communauté de l’Outremer, cette diversité soit acceptée. L’Outremer ne peut pas s’exclure du débat national.

Afrik.com : Quels retours avez-vous eu concernant le lancement de votre radio ?

Claudy Siar : J’ai eu des retours très positifs de personnes d’Outremer et originaires d’Outremer, malgré les diffamations, les mensonges éhontés… Les gens ont compris que tout ce qui était dit par mes détracteurs était faux.
Afrik.com : Certaines de vos positions vous ont causé des problèmes à RFI par le passé. Tropiques représente-t-il pour vous le moyen de faire passer des messages que vous ne pouvez pas faire passer autrement ? Claudy Siar : Tropiques FM et RFI sont deux champs d’action différents et je ne compte pas faire passer mon opinion par l’intermédiaire des animateurs de Tropiques. Quant à RFI, j’ai le sentiment d’avoir fait entendre des messages à RFI que personne n’a pu passer. J’ai une certaine liberté de ton que d’autres n’ont pas. Je n’ai pas de frustration quant à mon travail sur RFI.
Afrik.com : Comment allez-vous gérer votre travail sur RFI et sur Tropiques FM ?

Claudy Siar : Les choses sont bien partagées. Je suis animateur-producteur sur RFI et je dirige Tropiques. On n’entendra pas ma voix sur cette radio et je n’en aurais aucune frustration. Ce qui est important dans la vie c’est d’avoir de vrais professionnels et de savoir déléguer. Sur RFI, j’ai une super équipe avec laquelle on travaille bien. A Tropiques, j’ai également une belle équipe.
Afrik.com : Existera-t-il un site Internet de la radio ?

Claudy Siar : Pour le moment, il n’y a qu’une page d’accueil. D’ici la fin de la semaine, il y aura tout un lien avec les membres de l’équipe, le descriptif des programmes, la possibilité de laisser des messages, de créer son blog ou d’acheter de la musique d’Outremer, et par extension d’Afrique. Ce site sera extrêmement dynamique. Il sera animé par Eric Thérèse, qui vient de Skyrock. Le site de cette radio, sur lequel il a œuvré, fait partie de ceux qui rapportent le plus de connexions et d’argent.

Visiter le site de Tropiques FM
PASSERELLE
Source : www.afrik.com
en ligne le 27 septembre


ROND-POINT DES CULTURES


Euzhan Palcy célèbre la Mémoire réunionnaise



La cinéaste martiniquaise nous parle de son dernier téléfilm : « Les mariés de l’Isle Bourbon » « Les mariés de l’Isle Bourbon » est un feuilleton en deux épisodes à retrouver sur la chaîne de télévision France 3. Le premier est diffusé ce jeudi soir et le prochain le 4 octobre. Euzhan Palcy, par cette saga, met en relief un pan historique méconnu de la Réunion, ce bout d’Océan Indien. Interview.
jeudi 27 septembre 2007, par Sabine Parchowski





Après les documentaires Parcours de dissidents (2005), et Aimé Césaire : une voix pour l’Histoire (1994), celle qui a porté à l’écran l’inoubliable Rue Case Nègres (1983) ou encore Une saison blanche et sèche (1989), nous revient avec une œuvre télévisée. Commandé par la chaîne
France 3, le film d’Euzhan Palcy nous entraîne à l’époque coloniale et retranscrit sans concessions les conditions de vie des premiers habitants de la Réunion du XVIIè siècle. La série s’attarde plus particulièrement sur les origines de ce peuplement à travers le regard croisé de femmes venues de France, de Madagascar et de l’Inde. Euzhan Palcy s’est appliquée à cette tâche avec tout le soin, le respect des cultures et aussi la passion qui la caractérise. Une véritable ode au métissage qui définit la Réunion d’aujourd’hui.


Afrik.com : Qu’est-ce qui vous a poussé à accepter de tourner un téléfilm sur le peuplement de la Réunion ?

Euzhan Palcy :
Je trouvais ça intéressant de pouvoir faire un film qui, une fois de plus, fasse découvrir aux gens et au monde l’Histoire d’un de nos pays. Je ne suis pas réunionnaise mais je me sens totalement du pays parce qu’on a eu un petit peu la même histoire. Je dis un petit peu parce que quand l’esclavage battait son plein à la Martinique, en Guadeloupe, ce n’était pas le cas à la Réunion. L’esclavage y est arrivé beaucoup plus tardivement. Donc il y a eu le métissage, mais pas de la même manière. C’est un métissage qui a été voulu. Quand l’esclavage est arrivé après à la Réunion, ça a tout changé. Ca me tenait à cœur à cause de tous ces éléments, parce que c’est un film qui parle du passé, c’est un film sur la Mémoire et ça c’est le combat que je mène avec certains de mes films. Et puis offrir ça au monde et montrer aux gens que les Réunionnais sont assis sur différentes cultures bien solides : la culture européenne, la culture malgache, la culture africaine, indienne, c’est vachement bien !

http://www.afrik.com/article12560.html

mercredi, septembre 26, 2007

V.F.


H'IZB AL TAH'RIR
OU "LE CALIFAT MAINTENANT !",
PAR LE JIHAD SANS ARMES

Article de Ehoud Ya'ari, journaliste Israélien
Paru dans The Jerusalem Report du 1er Octobre 2007.

Traduit par Albert Soued pour www.nuitdorient.com,
pour son nouveau livre sur les événements du Moyen Orient,
cliquer sur Quand le Moyen-Orient verra-t-il la lumière ?
Titre original "A name worth to remember: Hizb al Tahrir"- le titre en français est proposé par le traducteur.


La branche palestinienne et discrète du "parti de la libération" (Hizb al Tahrir) de l'islamisme global est sortie de sa tanière. Elle y était cachée depuis sa fondation en 1953, à Jérusalem-Est, sous contrôle jordanien. Aujourd'hui, elle a décidé de devenir un mouvement de masse pour les Palestiniens de Cisjordanie.
Ce n'est pas un sujet futile. Un élément important de l'arène politique palestinienne, qui a préféré jusqu'ici demeurer dans l'ombre, vient tout d'un coup de se mettre en avant. Tout le monde les appelle les "Nabhani" (1) et ceux-ci ont senti que c'était le moment d'intervenir du fait que le Hamas et le Fatah se sont affaiblis, en s'entretuant. Il y a ainsi un vide politique qu'ils vont chercher à remplir. L'influence croissante de ce parti à Hébron et la main mise progressive de ses adhérents sur les offices de la mosquée d'Al Aqsa à Jérusalem ont été relatés à maintes reprises dans cette chronique en 2006. Mais cet été a vu la mutation. Pendant des décennies, ce mouvement s'est limité à une activité clandestine d'enseignement, se manifestant rarement à l'extérieur par des slogans ou des bannières. Mais là, il vient de montrer sa force véritable, aux yeux de tous. Il a lancé un mouvement de jeunesse appelé "les lionceaux du Califat" (ashbal al khilafa) pour concurrencer ceux du Hamas et du Fatah. Les 10/11 août, il a tenu des rallyes de masse à Ramallah, Toulqarm et même à Gaza. Des arabes Israéliens y ont assisté et à chaque rallye, on a diffusé les discours du chef spirituel mondial du mouvement, Ata Abou al Rishta, dit l'Emir. Cet homme de 64 ans appartient à une famille de réfugiés de 1948, venant d'un village près de Hébron. Il a grandi dans un camp de réfugiés jordanien et a obtenu un diplôme d'ingénieur en Egypte. Après un séjour dans une prison de Jordanie, il est devenu l'organisateur du parti. On ne sait pas où il réside aujourd'hui. Il a pris la tête de ce parti en 2003, après la mort de son prédécesseur Abdel Qarim Zaloum.

Le message d'Abou Rishta est clair. Le Califat de l'Islam sunnite a disparu après l'effondrement de l'empire ottoman, il y a 85 ans. Il faut donc le rétablir. "Ce n'est pas un rêve et ce n'est pas impossible" dit-il. Il explique: "Le Califat est le seul produit que nous ayons à vendre dans notre parti". Contrairement à Osama ben Laden, qui compte lui aussi les années, depuis la chute des Ottomans, le parti Hizb al Tahrir n'a pas d'autre objectif que le rétablissement du Califat et ne s'adonne pas au terrorisme. Sauf que dans un passé lointain, ses fondateurs, menés par le sheikh Taqel Dine al Nabhani, ne répugnaient pas au meurtre politique, à l'occasion, y compris l'assassinat sur le mont du Temple du roi Abdallah de Jordanie en 1951(2).
Abou Rishta ne veut pas du jihad d'al Qaeda, ni celui du Hamas et consorts. Selon lui, lorsque le Calife sera rétabli, c'est lui et personne d'autre qui en finira avec l'état juif et qui ramènera la Palestine dans le giron de l'Islam. Il n'a pas de réponse claire sur la façon de ramener le Califat et comment atteindre cet objectif. Il affirme que ce ne seront pas les anges d'Allah qui le ramèneront. L'idéologie du parti dit que les masses doivent être éduquées pour croire dans le Califat et, à ce moment là, elles feront tout leur possible pour y parvenir, dans un rapide mouvement révolutionnaire, et pas à travers un long et épuisant conflit.

Pendant des années Hizb al Tahrir a été une force centrale dans les mouvements islamistes d'Ouzbeqistan, d'Indonésie, du Bangladesh et de certaines parties du Caucase, ainsi que dans les communautés musulmanes d'Europe occidentale, d'Amérique et même d'Australie. C'est un mouvement mondial dans le vrai sens du mot qui concurrence consciencieusement celui des Frères Musulmans et celui des cercles salafistes d'al Qaeda.
Les activistes palestiniens de Hizb al Tahrir en Jordanie et en Cisjordanie ne sont pas intervenus dans le conflit armé contre Israël. Ils sont restés cachés, bien que certains d'entre eux à Jérusalem-est et en Israël se soient dévoilés. Depuis que le conflit entre le Fatah et le Hamas s'est aggravé, les chefs de Hizb al Tahrir semblent avoir décidé que le moment était mûr pour tirer avantage de l'affaiblissement des 2 parties dans l'opinion publique et de se présenter comme alternative. Et en effet, ils ont un succès grandissant. Ils recrutent des membres et leurs idées semblent se répandre dans la masse.
Hizb al Tahrir ne préconise pas l'établissement d'un état palestinien, même pas un état à orientation islamique. Car ce parti dévierait alors de son objectif de renaissance du Califat. C'est la raison pour laquelle de nombreux Palestiniens, qui ont renoncé depuis longtemps à l'idée d'un Etat indépendant dans les frontières de 1967, sont attirés par les idées d'Abou Rishta et de ses émissaires. Il y a de plus en plus de signes que le discret parti Hizb al Tahrir s'est transformé avec succès en une force populaire ayant des dizaines de milliers de membres ayant abandonné l'idée d'une Palestine indépendante.
D'origine palestinienne, ce mouvement ne montre aucun nationalisme; il a pris ses distances par rapport au terrorisme, recommandant plutôt l'attente patiente du moment opportun pour une révolution. Il entretient l'hostilité à l'encontre d'Israël, en niant son droit à l'existence, mais il interdit à ses membres de mener toute action en dehors du prêche et de l'enseignement idéologique.
Aussi longtemps que le déclin du Fatah et du Hamas se poursuivra, nous verrons le développement de Hizb al Tahrir comme l'alternative qui peut se montrer à visage découvert, n'ayant pas attiré la curiosité de la Sécurité Israélienne, ni de celle du Hamas ou du Fatah. Ce mouvement alternatif investit dans les idées et dans la mobilisation spirituelle plutôt que dans la fourniture d'un bénéfice matériel (3). En bref, Hizb al Tahrir est un défi totalement nouveau, différent de ceux qu'on a connus jusqu'ici (4).



Notes de la traduction
(1) du nom de la tribu à laquelle appartient l'un des fondateurs
(2) grand père du roi actuel qui porte le même nom
(3) contrairement au Hamas et au Fatah
(4) ce parti s'est surtout développé en Asie mineure et Centrale et en Extrême Orient où il a apprit qu'on obtient plus par la voie des idées que par celle des armes. Mais le traducteur demande à voir ce qu'il en adviendra de ce parti dans le contexte du Moyen Orient.
CHRONIC
d'Alain SUIED






est aussi sur
WWW.DIASPORABLOG.UNBLOG.FR


Nouveau texte :
COLOMBIA







http://diasporablog.unblog.fr/2007/09/27/la-provocation-du-president-amhadinedjhad-a-luniversite-de-columbia-usa/#respond
PASSERELLE
Source : infolive.TV
diffusée le 25 septembre



Ben Eliezer :
"Barghouti contre Shalit"


Benyamin Ben Eliezer a proposé de libérer Marouan Barghouti contre la libération de Guilad Shalit. "D'un côté du triangle nous avons le Hamas, d'un autre côté Mahmoud Abbas et Salam Fayyad, qui avec toute l'estime que nous leur portons, n'ont pas encore procuré la marchandise", a déclaré le ministre des Infrastructures dans un entretien accordé à la radio militaire.

mardi, septembre 25, 2007

INFO
DERNIERE

DISPARITION






Le mime français Marcel Marceau est mort


Le mime français Marcel Marceau est mort, samedi 22 septembre, à l'âge de 84 ans, ont annoncé, dimanche, deux de ses enfants à l'AFP.
Né le 22 mars 1923 à Strasbourg, Marcel Marceau a popularisé l'art du mime et fut l'un des artistes français les plus connus à l'étranger.

Le mime Marceau est devenu célèbre avec son personnage de Bip, clown blanc coiffé d'un haut-de-forme orné d'une fleur rouge apparu en mars 1947. D'allure toujours frêle, mais d'une grande vivacité, Marcel Marceau a été l'origine d'une renaissance, après 1945, de l'art de la pantomime, influencée par la Commedia dell'Arte, après deux décennies d'effacement par le cinéma muet où prévalait le génie de Charlie Chaplin, Buster Keaton ou Laurel et Hardy.
Seule troupe de mime au monde dans les années 1950 et 1960, la compagnie Marcel Marceau a joué sur les plus grandes scènes parisiennes et parcouru avec le même succès le reste de la France et le monde.

De 1969 à 1971, Marceau avait animé l'école internationale de mime, puis créé l'école internationale de mimodrame de Paris, en 1978.

PAGES SPECIALES MIME MARCEAU

SUR

http://www.culturejandco.artblog.fr/

+ VIDEO DE L'INA

lundi, septembre 24, 2007

PASSERELLE
Source : la newsletter d'Infolive.TV
diffusée le 24 septembre (information flash)







Ehoud Olmert mis en examen

Le ministère israélien de la Justice a annoncé lundi avoir ordonné à la police d'ouvrir une enquête sur les conditions de l'acquisition par le Premier ministre israélien Ehoud Olmert d'une maison à Jérusalem. Pour l’opposition, c’est une nouvelle opportunité de faire tomber le gouvernement Olmert qui se présente à l’horizon.
PASSERELLE
Source : la newsletter d'Infolive.TV
diffusée le 24 septembre


Le gouvernement autorise la déstruction
des trésors archéologiques du mont du Temple

De nombreux archéologues du monde entier ont signé une pétition envoyée à la Haute cour de justice israélienne la semaine dernière, exigeant l’arrêt immédiat des travaux de fouille réalisés par le Waqf sur le mont du Temple à Jérusalem. Selon eux, ces travaux endommagent sérieusement le lieu. L’archéologue Gabriel Barkai, dans un entretien exclusif, nous explique les faits.


Click here for more information.

Lisez le développement de ces titres sur I
NFOLIVE.TV

dimanche, septembre 23, 2007

PASSERELLE
Source : lemonde.fr via l'Agence Reuters
en ligne le 23 septembre

INFO
DERNIERRE


Dick Cheney aurait envisagé
un raid israélien sur l'Iran


WASHINGTON (Reuters) - Le vice-président des Etats-Unis, Dick Cheney, aurait envisagé de demander à Israël de lancer des missiles contre le site nucléaire iranien de Natanz pour provoquer des représailles de Téhéran et obtenir ainsi un prétexte pour que l'armée américaine frappe à son tour, écrit dimanche l'hebdomadaire Newsweek.

L'article, qui paraît alors que le mystère reste entier sur un raid aérien mené au début du mois par Israël sur le territoire syrien, s'appuie sur deux sources non identifiées.
Selon Newsweek, l'ancien conseiller de Cheney aux questions moyen-orientales, David Wurmser, aurait confié il y a plusieurs mois en petit comité que Cheney examinait la possibilité de demander aux Israéliens de frapper Natanz.
Une riposte militaire de l'Iran aurait donné à Washington un prétexte pour lancer à son tour des frappes aériennes, écrit Newsweek.
Son épouse, Meyrav Wurmser, chercheuse à l'Hudson Institute, un centre de réflexion néoconservateur, affirme dans les colonnes de Newsweek que ces affirmations sont fausses.
Wurmser a quitté pour sa part la vice-présidence le mois dernier.
Toujours selon Newsweek, Israël jugerait qu'une action militaire pourrait être nécessaire dès 2008 pour entraver les programmes de recherche nucléaire de l'Iran qui, d'après la communauté du renseignement, devrait attendre plusieurs années avant de maîtriser le feu nucléaire.
D'après des sources diplomatiques citées dans les médias, le raid israélien du 6 septembre contre la Syrie, qui a été confirmé de sources occidentales, pourrait avoir visé une installation nucléaire. Les autorités israéliennes observent un embargo total sur toute information liée à ce raid.
PASSERELLE
Source : newsletter de www.nuitd'orient.com
diffusée le 21 septembre



Confrontation Israël/Iran
à l'AIEA (Agence internationale pour l'énergie atomique)


En une rare et amère confrontation, l'Iran demande à la communauté internationale d'expédier des inspecteurs pour contrôler l'activité nucléaire d'Israël qui accuse l'Iran de proférer des menaces génocidaires et de mentir en permanence.
Jeudi dernier, par 53 voix pour et 2 voix contre (Usa et Israël) et 47 abstentions la conférence de l'AIEA demande à Israël de mettre son programme nucléaire sous supervision internationale.
Vendredi dernier, à une grande majorité (l4Iran a voté contre) la conférence augmente les pouvoirs de l'agence pour éviter la prolifération des armes nucléaires.

Alors que par ailleurs on apprend que des commandos israéliens (Sayeret Matkal), ont démantelé un site nucléaire syrien le 6 septembre 2007, construit sous l'égide des Nord-Coréens, sur technologie vendue par le Pakistanais Khan. Des Nord Coréens et des Syriens seraient morts dans cette destruction, coordonnée avec les Etats-Unis.



Iran, Israel clash at IAEA conferenceVIENNA, Austria- Sep 22, 2007 Israel accused Iran of lying Friday while Teheran challenged the international community to send UN inspectors to probe its arch-rival's nuclear capabilities, in a rare and unusually bitter direct confrontation.
Iran's Ambassador to the International Atomic Energy Agency (IAEA) Ali Asghar Soltanieh.
UN officials at a 148-nation meeting of the International Atomic Energy Agency said they had no memory of the two hostile nations ever engaging each other directly at previous meetings and said that development - and the unusually harsh tone of their statements - in part reflected Middle East tensions.
The exchange came after Iran's chief delegate Ail Asghar Soltanieh - like Arab delegates before him - said that Prime Minister Ehud Olmert had acknowledged last year that his country possessed nuclear weapons - something Olmert says he never did.
Soltanieh also criticized "the continuous silence of the US ... vis-a-vis the atrocities, aggression, bloodshed and violations of over 30 resolutions of the United Nations."
That, he said, is "shameful and [a] dark point in the history of the United Nations, and the IAEA and the modern century at large."
In turn, Israeli delegate Israel Michaeli, alluding to claims that Olmert acknowledged Israel's nuclear weapons, said some previous speakers "continued to lie."
"Those who call for the elimination of Israel have no moral standing when they criticize Israeli policies aimed at defending Israel's very existence," Michaeli said.
Soltanieh then challenged the IAEA to send its inspectors into Israel "to verify who is telling the truth."
The harsh words came after an attempt by Iran and Arab nations to submit a resolution on "Israel Nuclear Capabilities and Threat" was blocked by the EU, the United States and other Western nations.
While the conference has enforcement powers, it has been increasingly politicized over the past decade by the Middle East dispute and more recently by Iran's nuclear ambitions.
Israel's doctrine of "nuclear ambiguity" - never formally confirming or denying that it has such weapons - is meant to scare potential enemies from considering an annihilating attack while denying them the rationale for developing their own nuclear deterrent.
Olmert caused a stir late last year with a remark he made to a German TV station, which was widely interpreted as confirming Israel has nuclear weapons. Olmert said he had been misunderstood.
On Thursday, the conference criticized Israel for refusing to put its nuclear program under international purview, with the United States alone in supporting the Jewish state.
Israel also voted against the resolution, while 53 nations backed it and 47 abstained. The remaining nations were absent for the highly unusual vote - only the second in the 16 years the issue has been on the agenda of the IAEA conference.
On Friday, a resolution that in part sought to expand IAEA powers to prevent nuclear proliferation passed by a comfortable margin, though Iran was among the nonaligned states voting against it.
PASSERELLE
Texte diffusé par Albert Soued



RAID CONTRE L'AXE DU MAL



Plus on dispose d'informations sur le raid israélien du 6 septembre contre la Syrie, plus les enjeux semblent élevés.
PAR MICHEL GURFINKIEL


En 1973, la guerre du Kippour avait terni la réputation d'invincibilité d'Israël. Trois ans plus tard, le raid d'Entebbe rétablissait cette réputation. En 2006, la seconde guerre du Liban a suscité, à nouveau, des doutes sur le niveau réel de la défense nationale israéliennne. Un an plus tard, le raid exécuté par Tsahal en Syrie les dissipe.C'est tout d'abord la gestion politique et médiatique de cette opération qui retient l'attention. Traditionnellement, en matière de défense, Israël agit beaucoup et parle peu. L'opération du Sinaï, en 1956, la guerre des Six Jours, en 1967, Entebbe en 1976, le raid sur la centrale nucléaire irakienne de Tammouz, en 1981, la première guerre du Liban, en 1982, l'opération Rempart en 2002, avaient été préparés dans le plus grand secret et menés dans une salutaire opacité. Les victoires n'étaient pas proclamées, mais constatées. En 2006, face à un Hezbollah dont les services de renseignement avaient pourtant signalé la puissance et l'éventuelle résilience en cas d'affrontement, le gouvernement et l'état-major israéliens ont eu une conduite différente, avec les résultats décevants que l'on sait. Aujourd'hui, avec le même gouvernement qu'en 2006, mais un nouveau chef d'état-major, le général Gaby Ashkenazy, les vieilles habitudes ont été remises à l'honneur. Israël n'a pas rendu le raid public : elle a laissé la Syrie en faire état la première. Et quand celle-ci a cherché à le minimiser en parlant d'un simple « survol aérien » de son territoire, Jérusalem s'est contenté de distiller des informations plus précises, en commençant par la presse arabe internationale et en remontant vers la presse occidentale, notamment anglaise (The Observer, The Sunday Times) ou américaine (The Washington Post).

Au fur et à mesure que ces informations paraissaient, la véritable dimension stratégique et tactique de l'opération est apparue : quelque chose qui combinerait Entebbe et Tammouz. Selon le Sunday Times de ce week-end, Israël aurait appris au mois d'août que la Syrie était sur le point de recevoir des éléments d'armes nucléaires opérationnelles (ogives ou lanceurs, ou les deux) de provenance nord-coréenne. Le dossier aurait été transmis aux Etats-Unis. Après vérification, ceux-ci auraient accordé leur feu vert début septembre à une éventuelle action israélienne. Damas, qui dispose à la fois d'un arsenal chimique et bactériologique important et de missiles, a récemment menacé Israël d'une « surprise terrible » : peut-être une allusion à l'acquisition de l'ultime échelon non-conventionnel, le nucléaire. Mais les experts américains et israéliens n'excluent pas une autre hypothèse, selon laquelle la livraison nord-coréenne serait en fait destinée à l'Iran. Un transit par la Syrie, via Lattaquié, serait moins repérable qu'un acheminement direct, via le golfe Persique. Le 6 septembre, Israël attaque.

En recoupant les diverses versions mentionnées à ce jour par les médias arabes et anglo-saxons, un raid aérien aurait d'abord détruit la surveillance aérienne dans le nord de la Syrie : des appareillages d'origine russe, et peut-être entretenus par un personnel russe. Une autre attaque aurait détruit diverses installations, ou un convoi motorisé, à la base militaire secrète de Daïr az-Zwar. Il semble que cette dernière ait été menée par une unité aéroportée, ayant parallèlement pour mission de collecter des preuves matérielles d'une implication nord-coréenne. Les Israéliens – un commando du Sayereth Mathkal, la force chargée des missions de choc - auraient tué des « dizaines » de Syriens et de Nord-Coréens, mais n'auraient pas eu, eux-mêmes, de pertes. Conclusions provisoires :Premièrement, l'efficacité de l'outil militaire israélien a été à nouveau démontrée, et la capacité de dissuasion d'Israël largement restaurée.Deuxièmement, on peut présumer que la Syrie viole le traité de non-prolifération nucléaire, dont elle est signataire, et prépare délibérément une guerre d'extermination contre Israël.Troisièmement, l'axe du Mal dénoncé par les Etats-Unis depuis 2001 (Syrie, Iran, Corée du Nord) est une réalité.Quatrièmement, ce qu'Israël peut faire en Syrie, une coalition de la liberté dirigée par les Etats-Unis peut le faire en Iran.Cinquièmement, une opération plus ambitieuse, allant jusqu'à l'annihilation complète du potentiel critique, peut sans doute être menée en Iran par Israël, jusqu'à un certain point, ou par une coalition de la liberté.Sixièmement, l'opération israélienne semble avoir bénéficié du soutien turc. Ce qui peut signifier, au choix, que le gouvernement néo-islamiste turc dirigé par Recep Tayyip Erdogan s'oppose, comme d'autres gouvernements musulmans, à l'extrémisme syro-iranien, qu'il a décidé de se comporter dans cette crise en allié fidèle des Etats-Unis, sinon d'Israël, contrairement à ce qui s'était passé en 2003 lors de la guerre d'Irak, ou que l'armée turque, de tradition nationaliste laïque, conserve une marge d'indépendance vis-à-vis du gouvernement.Septièmement, ces événements renforcent en France ceux qui, autour du président Nicolas Sarkozy et du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, prennent au sérieux les menaces non-conventionnelles iranienne et syrienne.


© Michel Gurfinkiel, 2007


RETROUVEZ MICHEL GURFINKIEL SUR
www.michelgurfinkiel.com

STAY IN TOUCH WITH MICHEL GURFINKIEL AT
www.michelgurfinkiel.com
DIASPORABLOGJ
AIME LE CINEMA ISRAELIEN

PASSERELLE
Source : la newsleeter d'Infolive.TV
diffusée le 23 septembre


"La visite de la fanfare", meilleur film 2007

Les membres de l’académie israélienne du cinéma se sont retrouvés à Tel Aviv la semaine dernière pour décerner les prix du cinéma israélien pour l’année 2007. Mises à part les récompenses distribuées, l’académie israélienne doit choisir également la production qui portera les couleurs de l’Etat hébreu aux Oscars 2008. Le grand gagnant de cette soirée est le film réalisé par Eran Koliran, "la visite de la Fanfare" qui a remporté par moins de 13 récompenses. Retour en images sur un cru 2007 singulièrement brillant.
INFO
DERNIERE

BREVE DE CULTURE



LES SOUVENIRS DE MICHEL DRUCKER,
BIENTOT EN LIBRAIRIE














C'est au détour d'un portrait inattendu du plus populaire des animateurs du petit écran, Michel Drucker, paru ce matin, dans LE FIGARO, qu'on apprend que ce dernier publie, dans quelques semaines, un livre de souvenirs aux Editions Robert Laffont. Une large partie de cet ouvrage évoquera sa judéïté. Origine juive qu'il assume de plus en plus.
Titre de cet ouvrage :

"MAIS QU'EST-CE QU'ON VA FAIRE DE TOI?"

Sortie programmée en librairie le 3 novembre
PASSERELLE
Source : yahoo.fr via l'Agence Reuters
en ligne le 23 septembre à 10h 56


ISRAEL ACCEPTE DE LIBERER
UNE CENTAINE DE PRISONNIERS PALESTINIENS



JERUSALEM (Reuters) - Israël a accepté dimanche de libérer environ 90 détenus palestiniens, un nouveau geste destiné à renforcer la position du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas avant la conférence internationale de paix prévue en novembre, a-t-on appris dimanche de source autorisée.

Le conseil des ministres réuni autour d'Ehud Olmert a finalement approuvé cette mesure, avec presque deux semaines de retard sur le calendrier prévu à l'origine.
Olmert avait en effet envisagé de procéder à cette nouvelle vague de libération avant le ramadan, le mois sacré du calendrier musulman, mais la décision avait été repoussée.
Un comité ministériel se réunira dans la journée pour approuver la liste des détenus libérables.
Israël a déjà libéré plus de 250 détenus palestiniens, appartenant pour la plupart au Fatah, afin de renforcer Abbas face aux islamistes du Hamas qui contrôlent la bande de Gaza depuis la mi-juin.

vendredi, septembre 21, 2007

DE LA CULTURE JUIVE A TOUTES LES CULTURES

NOUVEAU BLOG JAILLIT DES ENTRAILLES
DE DIASPORABLOGJ

ENTIEREMENT VOUE A LA CULTURE JUIVE
ET A TOUTES LES CULTURES

WWW.CULTUREJANDCO.ARTBLOG.FR

HORIZON CULTURE
LA VOIE DU SAVOIR

WWW.CULTUREJANDCO.ARTBLOG.FR

TEXTES, SONS, VIDEOS
SUR CEUX QUI CREENT LA RICHESSE CULTURELLE .
DE LA CULTURE JUIVE A TOUTES LES CULTURES

VENEZ AUSSI ANNONCEZ VOS EVENEMENTS.
UN AGENDA EST A VOTRE DISPOSITION

WWW.CULTUREJANDCO.ARTBLOG.FR
COMME DIASPORABLOGJ EST AUSSI
UN ESPACE DE DEBATS ET D'ECHANGES
SUR TOUS LES SUJETS CULTURELS

WWW.CULTUREJANDCO.ARTBLOG.FR
VOUS ATTEND

jeudi, septembre 20, 2007

PASSERELLE
Source : la newsletter d'Israël Magazine
diffusée le 20 septembre


L’Allemagne va venir en aide
aux rescapés de la Shoah


Les rescapés de la Shoah font, malgré eux, souvent les gros titres des quotidiens israéliens ces derniers temps, alors que la raison principale est leur situation économique souvent désastreuse, et les nombreux appels faits au gouvernement pour l’augmentation de l’allocation qui leur est octroyée. Bientôt, une partie d’entre eux recevra une aide supplémentaire, venue celle-ci de l’endroit où tout a commencé. En effet, l’Allemagne a décidé de dédommager les rescapés qui ont effectué des travaux forcés dans des camps de concentration. Cette indemnité, versée une seule fois, s’élèverait vraisemblablement à 2000 euros, ce qui correspond à un peu plus de 10 000 shekels. Les bénéficiaires de cette allocation vivent dans plusieurs pays de par le monde, même si une bonne partie d’entre eux sont actuellement en Israël.
VERSION
DOUBLE

envoyée par Albert Soued
le 20 septembre

PREPARONS NOUS A UNE RIPOSTE IRANIENNE
L’expérience du passé nous montre que l’Iran va vraisemblablement réagir à l’incident Syrien.

Par Zaki Shalom,
maître de conférence à l’Université Ben Gourion
et chercheur à l’Institut National d’Etudes sur la Sécurité.

Paru dans www.YnetNews.com
17 septembre 2007
Traduit par Stéphane Teicher

Le 16 Février 1992, des hélicoptères de combat Israéliens attaquaient un convoi circulant au Sud Liban, qui transportait notamment le secrétaire général du Hezbollah Abbas Musawi, sa femme, son fils de six ans, et plusieurs gardes du corps.
Tous furent tués dans l’attaque. Le plan initial était d’enlever Musawi dans le cadre des efforts destinés à assurer la libération du pilote des Forces Aériennes d'Israël Ron Arad. Cependant, il apparut évident rapidement qu’une opération d’enlèvement était impossible. En conséquence, le Chef d’Etat Major de l’époque, Ehud Barak, décida d’assassiner Musawi.
Israel admit être derrière cette attaque. Au même moment, Musawi était rapidement remplacé par un jeune religieux nommé Hassan Nasrallah.
L’Iran, qui se considère comme le patron du Hezbollah, ne pouvait voir l’opération de Tsahal autrement que comme une provocation et un défi. Et donc, semble-t-il, ce pays décida d’engager l’escalade, probablement en accord avec ses alliés la Syrie et le Hezbollah. Le 17 Mars 1992, plusieurs semaines après l’assassinat de Musawi, une sérieuse attaque terroriste visait l’ambassade d’Israël en Argentine. Au total, 29 personnes trouvaient la mort et plus de 240 étaient blessées.

Le 21 Mai 1994, un commando de Tsahal enlevait Mustafa Dirani. D’après les informations en possession d’Israël, il était la dernière personne à retenir Ron Arad prisonnier au Liban, tout en dirigeant une petite organisation terroriste liée à l’Iran et appelée la Résistance des Fidèles.
Le 2 Juin1994, les avions de l’armée de l’air attaquaient un camp d’entraînement du Hezbollah près de la frontière Syrienne. L’attaque intervint alors que les Shiites, dans les principales villes du Liban, y compris Beyrouth, célébraient la fête de l’Ashura, par de grandes cérémonies. Cinquante terroristes furent tués dans ce bombardement, et plusieurs douzaines blessés. La radio du Hezbollah qualifia cette attaque de "barbare" et promit "une vaste réponse à tous les niveaux".
A peine près deux mois plus tard, le 18 Juillet1994, une énorme explosion dévastait le centre communautaire Juif de Buenos Aires. Au total, 86 personnes qui se trouvaient dans le bâtiment ou à proximité furent tuées par l’explosion, et on dénombra près de 240 blessés. Une grande partie du bâtiment s’effondra et plusieurs bâtiments du voisinage furent sérieusement endommagés. Là aussi, tous les indices désignèrent l’Iran.


La crédibilité de l’Iran est défiée

Nous devons rappeler ces deux évènements au moment d’examiner l’opération menée par Israël en Syrie la semaine dernière. La nature de cette action est toujours enveloppée d'un brouillard, mais il semble toutefois clair que des avions de l’armée de l’air ont profondément pénétré l’espace aérien Syrien pour procéder à une action offensive. Cette fois, et contrairement aux précédents, les leaders Israéliens ont montré une approche plus mûre et sophistiquée en s’abstenant de revendiquer une responsabilité directe, tout en évitant des déclarations enthousiastes. Toutefois, il était difficile pour les décisionnaires Israéliens de dissimuler des signes de jubilation et de satisfaction. Pour le moment, la Syrie à choisi d’éviter une réponse "appropriée" à l’opération de Tsahal. Mais je crains qu’au milieu de la "célébration d’une victoire", nous ayons tendance à ignorer la possibilité d’une réponse Iranienne. Si la Syrie peut "faire le dos rond", supporter cette insulte, et poursuivre ses activités, il sera difficile pour l’Iran de faire de même.
L’expérience du passé nous montre qu’il est hautement probable que l’Iran ne laissera pas passer cette opération Israélienne et trouvera un moyen d’y répondre par une action qui ne laissera aucun doute sur ses commanditaires, même si en réalité il évitera d’en assumer la responsabilité.
La crédibilité de l’Iran comme allié de la Syrie a été mise à l’épreuve. Les dirigeants Iraniens se sont clairement engagés à défendre la Syrie en cas d’attaque Israélienne. Maintenant, l’Iran devra agir sur la base de ces déclarations, afin que l’alliance de Téhéran avec la Syrie reste stable. Si l’Iran s’abstenait de répondre, la Syrie et peut être aussi le Hezbollah pourraient en déduire que l’Iran n’est pas un allié fiable. – L’Iran va probablement faire tout son possible pour ne pas être affublé d'une telle image.

____________________________________________


Prepare for Iranian response
Past experience shows Iran likely to retaliate

for Syria incident

Zaki Shalom
YnetNews- 9.17.07

On February 16, 1992 Israeli gunships attacked a convoy travelling in south Lebanon that included Hizbullah secretary-general Abbas Musawi, his wife, six-year-old son, and several escorts. All of them were killed in the attack.
The initial plan was to abduct Musawi in the framework of efforts to secure the release of Air Force navigator Ron Arad. However, it quickly became apparent that an abduction operation was impractical. Therefore, then Chief of Staff Ehud Barak decided to assassinate Musawi.
Israel admitted it was behind the attack. Meanwhile, Musawi was quickly succeeded by a young cleric called Hassan Nasrallah.
Iran, who views itself as Hizbullah's patron, could not have seen the IDF's operation as anything but a provocation and challenge. Therefore, so it seems, it decided to escalate matters, likely in consultation with its allies Syria and Hizbullah. On March 17, 1992, several weeks after Musawi's assassination, a serious terror attack targeted Israel's embassy in Argentina. A total of 29 people were killed and more than 240 were wounded.

On May 21, 1994 an IDF force abducted Mustafa Dirani. Based on information available to Israel, he was the last person to hold Ron Arad as a captive in Lebanon, while heading a small terror organization connected to Iran called The Faithful Resistance.
On June 2, 1994, Air Force jets attacked a Hizbullah training camp near the border with Syria. The strike took place while Shiites in major Lebanese cities, including Beirut, held large ceremonies to mark the Ashura holiday. Fifty terrorists reportedly killed in the bombing and dozens were wounded. Hizbullah's radio stations characterized the strike as "barbaric" and promised "a broad response on all levels."
About two months later, on July 18 1994, a huge explosion devastated the Jewish community center in Buenos Aires. A total of 86 people who were in the building or near it were killed as a result of the explosion and about 240 were wounded. A large part of the building collapsed and other buildings in the vicinity were seriously damaged. In this case too, all signs led to Iran.



Iran's credibility put to the test

We must recall those two incidents as we look into the operational activity undertaken by Israel in Syria last week. The nature of this activity is still shrouded in fog, yet it is clear that Air Force jets penetrated deep into Syrian airspace and executed an offensive act. This time, in contradiction to past experience, Israel's leadership displayed a more mature and sophisticated approach and refrained from claiming direct responsibility while avoiding enthusiastic statements. Yet it was difficult to hide the signs of glee and satisfaction among Israeli decision-makers. Up until now, Syria chose to refrain from an "appropriate" response to the IDF's operation. However, I am afraid that amid the "victory celebration" we tend to ignore the possibility of an Iranian response. While Syria may "cave in," sustain the insult, and move on, Iran will find it difficult to conduct itself in a similar manner.
Past experience shows there is a high probability that Iran will not ignore this Israeli operation and will find a way to respond through an act that would not leave any doubt as to those behind it, even if in practice it would refrain from claiming responsibility.

Iran's credibility as Syria's ally has been put to the test. Iranian leaders have made clear their obligation to defend Syria in case of an Israeli attack. Now, Iran will have to act on these declarations so that Tehran's alliance with Syria remains stable. Should Iran refrain from responding, Syria and perhaps Hizbullah as well would realize that Iran is an unreliable ally – Iran will likely do everything in its power so that it is not tainted by such image.

The writer is a senior lecturer at Ben Gurion University and a research fellow at the Institute for National Security Studies
PASSERELLE
Source : la newsletter du CRIF
diffusée le 20 septembre



Le MEMRI revient sur les critiques
qui sont adressés,
après l'accord d'armement conclu
entre les Etats-Unis et les pays du Golfe



L. Rappaport, chercheur au MEMRI rappelle que les Etats-Unis ont dernièrement annoncé plusieurs accords d'armement, pour une valeur de 20 milliards de dollars, avec l'Arabie saoudite et d'autres Etats du Golfe. Ces accords font partie des mesures prises pour contrer la politique iranienne au Moyen-Orient. Le Secrétaire général du Conseil de coopération des Etats du Golfe, Abdel Rahman Ben Hamed Al-Atiyya, a approuvé ces accords en ces termes: "Les Etats du Golfe ont des liens puissants avec les Etats-Unis, notamment dans le domaine de la coopération militaire (…) Ces accords ont incontestablement pour objectif de répondre aux besoins des Etats du Conseil de coopération, qui ont entièrement le droit d'être à la pointe [de la technologie militaire]. A mon sens, ces accords ne sont une menace pour personne, vu que les Etats du Golfe ont parfaitement le droit de contracter de tels accords, tout comme n'importe quel [Etat] de la région." La presse des pays du Golfe a toutefois publié des articles critiquant les accords d'armement et la politique américaine au Moyen-Orient. Des chroniqueurs ont estimé qu'il n'était pas bon que les Etats du Golfe dilapident leurs fonds à l'achat inutile d'armes, et que ces accords allaient dans le sens des intérêts des Etats-Unis plutôt que de ceux des pays du Golfe. Ces critiques cherchaient à encourager une politique d'apaisement vis-à-vis de l'Iran, soulignant que les Etats du Golfe, tout en prenant des mesures pour s'armer, souhaitent de bonnes relations avec l'Iran, non le conflit militaire. L'Arabie saoudite, tout en manifestant un soutien inconditionnel aux contrats d'armement, a conseillé aux Etats du Golfe de ne pas accorder leur confiance à l'Iran, estimant qu'au vu des aspirations impérialistes de ce pays, une attaque militaire contre les Etats du Golfe n'était pas à exclure.


Lire le rapport en anglais:
http://memri.org/bin/articles.cgi?Page=archives&Area=ia&ID=IA38607.
PASSERELLE
Source : lemonde.fr via l'Agence Reuters
en ligne le 20 septembre à 13h 58


Netanyahou évoque l'incident aérien
entre la Syrie et Israël

JERUSALEM (Reuters) - Benjamin Netanyahou, le dirigeant du principal parti d'opposition israélien, a rompu le silence entourant les accusations de la Syrie, selon laquelle l'aviation israélienne a mené un raid dans le nord-est de la Syrie.
C'est la première fois qu'un homme politique israélien évoque publiquement cette affaire.

Interrogé mercredi par une chaîne de télévision israélienne, Netanyahou a déclaré: "J'ai été mis au courant de cette opération et j'y ai accordé mon soutien. Mais il est trop tôt pour discuter de cela", a-t-il déclaré.
Cette déclaration du chef du Likoud va à contre-courant de l'attitude observée par le Premier ministre Ehud Olmert et par ses alliés qui refusaient d'évoquer le sujet, sans jamais infirmer ni confirmer l'existence de ce raid mené en Syrie.
Selon Damas, les défenses anti-aériennes syriennes ont contraint l'aviation israélienne à larguer ses bombes dans le désert sans qu'elles fassent de dégâts.
En affirmant qu'il avait été averti de l'imminence de l'opération, Netanyahou reconnaît implicitement l'importance de cette opération.
Par le passé, les dirigeants de l'opposition avaient en effet toujours été avertis de l'imminence d'une action militaire, quand celle-ci revêtait un caractère extraordinaire.
Ce fut le cas en 1981 lorsque Tsahal a attaqué le réacteur nucléaire irakien d'Osirak ou en 1976 lors du raid sur Entebbe, pour sauver des otages israéliens retenus par des pirates de l'air en Ouganda.
DIASPORABLOGJ
accueille...

LE CRAN


Le CRAN juge Tintin au Congo offensant mais avant toute action, a demandéaux Editions Casterman de répondre au trouble suscité par cet ouvrage quidevrait amuser et non pas blesser.Le CRAN a été saisi de nombreuses demandes d'intervention au sujet del'album de bandes dessinées Tintin au Congo.Cet album renvoie à une époque heureusement révolue où il était acceptablede considérer les Noirs comme des êtres inférieurs du point de vueintellectuel.

Tout comme Bécassine renvoyait à une époque où l'éliteparisienne témoignait de peu de considération envers les provinciaux etles Bretons notamment.Dans l'album Tintin au Congo, les Noirs sont les seuls caricaturés et sontdessinés avec des lèvres rouges énormes qui occupent la moitié du visage.

Dans Tintin au Congo, les Noirs sont les seuls à s'y exprimer comme desimbéciles et même les chiens y parlent un meilleur français. Les Noirssont placés dans des situations particulièrement dégradantes. Ils sonttoujours paresseux ou demeurés.« Au travail vite ! Vous n'avez pas honte de laisser ce chien travaillertout seul ? » « Allez tas de paresseux » dit par exemple Tintin aux Noirs(désignés comme tels) puis, « Allez-vous vous mettre à l'ouvrage, oui ounon ? » véhiculant ainsi les poncifs naguère associés aux Noirs.Il est très difficile à de jeunes esprits de faire la part des choses ordes phrases de cet album promeuvent une supériorité supposée des Blancssur les Noirs.Les stéréotypes à l'encontre des Noirs sont particulièrement nombreux dansTintin au Congo, alors que les Blancs y sont parés de toutes les qualités.On peut ainsi lire dans cet album« Li missié blanc très malin » ; « Li Blanc li très juste » ou encore « LiBlanc est bon !... »Hergé lui-même reconnaissait : avoir écrit cet album en étant nourri despréjugés de son époque. C'était en 1930. Je ne connaissais de ce pays quece que les gens en racontaient à l'époque : "Les nègres sont de grandsenfants, heureusement que nous sommes là !»En France, le trouble bien compréhensible suscité par Tintin au Congon'est pas limité, et c'est heureux, aux populations noires. Beaucoup denos concitoyens font par exemple un lien rapide avec la bande dessinée Bécassine généralement mal acceptée par les Bretons car elle témoigne dumépris dont les Bretons ont longtemps été l'objet.

Aujourd'hui, les esprits semblent mûrs et il est possible dans notre pays,d'aborder sereinement ces questions.Face aux très nombreuses demandes d'intervention au sujet de Tintin auCongo, le CRAN a décidé d'agir, mais nous souhaitons d'abord explorer lavoie d'une discussion avec les éditions Casterman.Nous leur avons demandé de comprendre les réactions suscitées par cetouvrage qui devrait amuser et non pas blesser. Les premiers contacts avecles éditions Casterman laissent penser qu'un dialogue est possible.Le résultat des discussions en cours sera annoncé d'ici quelques semaines.


Patrick Lozès,
Président du CRAN

contact@lecran.org

mercredi, septembre 19, 2007

PoEtIc



LACAN , HEIDEGGER ET LE PETIT POUCET


Contre les idéologies meurtrières
les Dogmes et les meurtres d'hier
le Poème sans fin réitère
ce que jamais il ne faut taire :
dans l'Archaïque , le meurtre du père
eut lieu et se suggère
dans le cerveau reptilien qui erre
mais une voix parfois sévère
s'élève un peu comme une prière :
il ne faut pas partir en guerre
contre son appel et sa lumière
il faut se mettre en route vers
le rêve fertile qui succède au désert .


Les maître-à-penser d'hier
voulaient incarner le père
manipuler les pensées pubères
avec des jargons délétères...
La vie est fragile sur la Terre :
laissons ces combats à l'Enfer!
Fascisme,Intégrisme rouge ou vert?
Il faut choisir le mystère
il faut vivre le coeur ouvert!

Alain SUIED
DIASPORABLOGJ
SOLIDAIRE

Note de la Rédaction :

LES ECOLES BRITANNIQUES
METTENT FIN A L'ENSEIGEMENT DE LA SHOAH :

EUROPE, ATTENTION, DANGER?

Soixante ans plus tard, les mêmes réflexes reviennent. Six millions de Juifs broyés, écrasés, éliminés par un système et une machinerie d'une exceptionnelle démence provenant d'un Etat puissant au coeur de la vielle Europe ne suffisent plus à taire les vieux démons que l'on croit enfuit dans la seule extrême-droite ou aspirer -comme on vient de le voir dans le procès des profonateurs du carré juif du cimetière d'Herlischeim en France- par des groupuscules néo-nazis toujours prompts à jeter leur venin. Ces vieux démons qui sommeillent encore dans cette région du monde, continuent de respirer aussi dans les poumons de ces "démocraties" européennes qui, sous prétexte de chercher l'équilibre et la tranquilité dans leur relation avec certains courants de leur société, finissent par renier une partie de leurs valeurs. Si nous étions plus exigeantsts et plus combatifs sur ces dérives, la label "DEMOCRATIE" aurait pu leur être retiré.
La décision que viennent de prendre, silencieusement, sans qu'aucun média occidental, juif ou pas, ne trouve rien à redire, sans l'alerte d'une quelconque opinion publique prête à descendre dans la rue, les écoles anglaises de sa Majesté pour "séduire" une poignée d'Islamistes fortement fanatisés, de supprimer les cours sur la Shoah, est proprement indécente, scandaleuse et donne de l'Europe une nouvelle piêtre image d'elle-même.

Après le boycott de certains universitaires britanniaques visant leurs collègues israéliens, cette nouvelle affaire qui "efface" brusquement, d'un seul coup et sans justification crédible la mémoire juive de son programme pédagique en Grande-Bretagne, pose des questions sur la capacité de résister de l'Europe face à la montée d'un antisémitisme insidieux, parfois actifs, souvent théorique et qui ronge les sociétés occidentales.

C'est pourquoi, DIASPORABLOGJ informé, depuis plusieurs jours, de cette décision approuve pleinement le mail qui circule actuellement et qui émane d'un certain nombre d'internautes inquiets qui souhaitent réagir en créant autour d'elle une véritable chaîne de protestation, mais aussi de solidarité.
Nous approuvons cette démarche. Nous publions le texte de ce mail et invitons nos internautes à le faire circuler à leur tour.

Diasporablogj compte sur vous!

Merci.

Bernard Koch



Cette semaine en Angleterre, tous les programmes relatifs a lacommémoration de la Shoah ont été retirés de certains établissements scolaires, avec pour motif que cela « heurte » la population musulmane, qui renie l'existence de la Shoah.
C'est le signe de l'approche d'une catastrophe qui progressivement s''organise dans le monde, un témoignage alarmant du laisser aller despays s'y soumettant.
60 ans se sont écoulés depuis la fin de la deuxième guerre mondiale en Europe.

Ce mail est envoyé dans le but de former une chaîne du souvenir et en mémoire des 20 millions de Russes, 10 millions de Chrétiens, 6 millions de juifs, 1900 prêtres catholiques, des tziganes, des homosexuels qui ont été tués, violés, incinérés, humiliés et sont morts de faim par ceux qui cherchaient un autre chemin!

Aujourd'hui, plus que jamais, avec les efforts de l'Iran et d'autres pays, ayant déclaré que la Shoah était une « légende », il est impératif de tout faire pour que le monde n'oublie jamais. Ce mail doit parvenir à au moins 40 millions de personnes dans le monde. Joignez-vous a nous et prenez part dans la chaîne du souvenir, aidez à sa diffusion dans le monde entier.
SVP envoyez ce mail a 10 personnes que vous connaissez et demandez-leur de continuer cette chaîne, n'effacez pas ce message! Cela ne prendra qu'une minute pour le faire suivre.

Merci.

mardi, septembre 18, 2007

INFO

COM


Le Judaïsme à la Sorbonne





Le Congrès Juif Européen, en partenariat avec le Conseil de l’Europe, organise ce mardi 18 septembre 2007, de 11h00 à 19h00, place de la Sorbonne dans le cinquième arrondissement de Paris, une journée de rencontres « Tous différents, tous égaux » qui, cette année, sera consacrée au judaïsme.
Dans une tente, des conteurs et des musiciens feront découvrir la richesse de la vie juive. Des documentaires seront également projetés. La journée se terminera par un grand concert Klezmer.


LE BUS DE L'AMITIE JUDEO-MUSULMANE DE FRANCE STATIONNERA CE JOUR DEVANT LA PORTE CENTRALE DE L'UNIVERSITE DE LA SORBONNE A PARIS EN PRESENCE DU RABBIN SERFATY

.

lundi, septembre 17, 2007

PASSERELLE
Source : la newsletter d'Infolive.TV
diffusée le 17 septembre


600 missiles iraniens pointés
en direction d’Israël

Ce sont plus de 600 missiles iraniens qui seraient pointés en direction d’Israël. C’est ce qu’annonce, ce lundi la rédaction du site Internet, Assar, proche des autorités de Téhéran. Ils seraient prêts à être lancés si l’Etat hébreu décidait de s’attaquer à l’Iran ou la Syrie, selon cette source. Ces missiles Shihab 3 d’une portée de 1300 km pourraient ainsi atteindre n'importe quel point du territoire israélien, selon des spécialistes militaires.
CHRONIC
d'Alain SUIED


IRAN , 2007 : LE CLOWN NAZI


Voici plusieurs années,DIASPORABLOGJ avait osé signaler cette donnée incontournable de notre monde post-moderne et de l'actualité la plus urgente du PROCHE-ORIENT :L'Iran a la bombe... Aujourd'hui , ces mots sonnent comme une évidence et MR KOUCHNER n'hésite plus à utiliser le mot..."guerre" pour "menacer" ce régime qui ...menace le monde!

Le clown nazi AHMADINEJAD et ses "opérateurs" ont tué les opposants, livré le nom d'Israël au délire et à la haine Islamistes et s'apprêtent à lancer une OPA sur l'influence Chiite au Moyen-Orient...
Les "réactions" internationales ont tardé.
Et les "réacteurs" ont ...continué à croître et multiplier ...
Que cherche l'Iran? A se poser en "martyr"? A se moquer du monde dit libre?
A truster tous les circuits économiques d'un pays de misère? A défier les USA? A utiliser Poutine, la Chine, la Syrie....et la haine des Islamistes contre l'Islam?

Dans tous les cas,l'Occident a joué avec le feu.Retard des "sanctions".Retard des actions contre un pays qui a fait fructifier partout dans le monde l'HORREUR TERRORISTE..
Dans les années 30,dites "folles", les "élites" intellectuelles et financaires avaient "collaboré" avec le régime nazi et les fascismes du moment.

Qu'en sera-t-il demain? Pour combien de barils? L'Europe a oublié de se souvenir de l'urgence absolue que représente cette vertu ancienne : l'HONNEUR. La seule arme utile contre l'HORREUR.

ALAIN SUIED