"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

mardi, novembre 22, 2011

ISRAELIENS
PALESTINIENS
PENDANT
LEBRASDEFER
LESAFFAIRESCONTINUENT

Source : french.pnn.ps en ligne
le 22 novembre 2011


Une Etude Révèle
q
ue les Palestiniens Investissent
Deux Fois Plus en Israël
qu'en Cisjordanie



Ecrit par Thiry


Les Palestiniens investissent deux fois plus en Israël qu’en Cisjordanie. C’est la conclusion d’une étude menée par un universitaire palestinien originaire de Bethléem.



Au moins 2,5 milliards ont été investi en Israël par des entrepreneurs palestiniensLes chiffres varient entre 2.5 milliards et 5.8 milliards de dollars d’investissement en Israël pour seulement 1.5 milliards dans les territoires palestiniens. Ceci constitue un énorme manque à gagner pour la société palestinienne, l’étude ayant démontré que cet argent pourrait permettre de créer pas moins de 200 000 emplois.

Les recherches d’Issa Smeirat reposent sur des entretiens réalisés auprès de 374 investisseurs ayant un droit de transit avec l’Etat hébreu. Ses travaux se veulent avant tout sociologique pour tenter de dresser un profil de ces hommes d’affaires qui préfèrent placer leurs ressources principalement en Israël. Un quart de ces investissements est injecté dans l’industrie traditionnelle et la construction, depuis que l’économie israélienne s’est concentrée dans la haute technologie, laissant une fenêtre d’opportunité pour ces riches businessmen.

Il s’agit en général de personnalités ayant vécu et travaillé avant que la liberté de se déplacer ne se réduise drastiquement dans les années 90. Ils parlent en majorité l’Anglais et l’Hébreu et la société israélienne leur est familière.

Les raisons de ce choix sont multiples. En effet, selon Smeirat les restrictions militaires et le poids de l’occupation rendent l’approvisionnement en matières premières difficile et lent du fait de la forte présence israélienne dans près de 60% de la Cisjordanie réduisant considérablement la compétitivité palestinienne. Pour ces entrepreneurs, un retour dans les territoires n’est pas une question de principe, mais dépend pour 25% d’entre eux d’une meilleure gestion de l’économie par l’Autorité Palestinienne, et pour 35% de conditions plus favorables à un épanouissement de leurs activités.

Aucun commentaire: