"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

dimanche, avril 06, 2008

DROIT
DEREPONSE




ADAM RAYSKI*, l'une des figures majeures de la résistance juive en France durant la Seconde Guerre mondiale et celui qui sera à l'initiative, avec une poignée de ses amis, de la création du CRIF qui deviendra vite une institution incontournable de lacommunauté juive au lendemain de la guerre, nous a quitté il y a quelques jours.
La presse a évoqué sa disparition. Le Monde a choisi de faire appel à celui qui se fait qualifier de spécialiste de l'Histoire du communisme. On lui doit un "Livre noir du communisme" paru une dizaine d'années auparavant qui suscita à sa sortie une vive polémique.

Dans sa nécrologie consacrée à Adam Rayski, Stéphane Courtois, Directeur de recherches au CNRS, n'hésite pas à commettre un certain nombre de contre-vérités et de mensonges sur les responsabilités attribuées à cet important acteur des mouvements de la Résistance en France, jugés diffamants par la famille Rayski.

Son fils, Benoît Rayski, journaliste, a demandé à la Rédaction du Monde de publier un droit de réponse parfaitement justifié. Ce droit lui a été refusé.

Sur autorisation de son épouse, Annie Rayski, nous publions ce droit de réponse.


Diasporablog

*http://diasporablogj.blogspot.com/2008/03/deces-dadam-rayski-source-lemonde.html#links
-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=


En vertu de la loi sur le droit de réponse,
je vous demande de publier ce qui suit.


Le Monde a fait paraître, dans son numéro daté du jeudi 20 mars, une nécrologie consacrée à Adam Rayski. Elle est signée par Stéphane Courtois, directeur de recherches au CNRS.
Je suis le fils d’Adam Rayski et je suis également assez journaliste pour admettre qu’un mort, dès lors que sa notoriété autorise qu’on en parle, n’appartient pas qu’à sa famille. Mais, quand même, tout n’est pas permis contre mon père !
Demander un texte sur Adam Rayski à Stéphane Courtois que mon père connaissait et qu’il méprisait pour sa vision policière de l’histoire, autant autoriser un fossoyeur à ajouter de la boue aux pelletées de terre qu’on jette sur le cercueil… Et l’article de Courtois ne déroge pas à sa méthode habituelle.


Un procès, bien sûr, mais fabriqué de murmures, de chuchotements et de quelques petites infamies délicatement susurrées. Quelques exemples.
Courtois écrit que dans sa « bio rédigée le 3 février 1934 à l’intention du service des cadres du PCF », mon père dit avoir adhéré en Pologne aux Jeunesses communistes de la « RUSSIE BLANCHE OCCIDENTALE ». Et l’historien, heureux de sa trouvaille, note que cette « appellation en dit long sur sa détestation pour la Pologne de l’époque et sur sa fascination pour l’URSS » !


Stéphane Courtois est, paraît-il, un spécialiste reconnu du communisme. Ignore-t-il vraiment que la ville de Bialystok où était né Adam Rayski faisait partie d’une région où le PC polonais avait créé un parti communiste de la Biélorussie occidentale et que, donc, cette « appellation » ne devait vraiment rien à mon père ?


Dans le domaine de la tartufferie diffamatoire il y a pire. Sous la plume de Courtois, mon père, revenu en Pologne en 1949 pour y prendre la direction de la presse officielle, devient un « apparatchik » (insultant) et un « stalinien convaincu » (totalement mensonger) et, à suivre le texte, Adam Rayski est pris « dans les remous — mi-antisémites mi anti-staliniens — de l’automne polonais de 1956 », puis il sera « démis d ses fonctions ». L’artiste, je ne dirai plus l’historien, atteint ici le sommet de son savoir-faire.
L’octobre polonais de 1956 fut une grande révolte libérale qui vit se dresser contre elle le groupe stalinien, et violemment antisémite, dit de Natolin. Mon père, et Courtois ne peut l’ignorer, juif et libéral, fut de l’autre bord et permis à la presse polonaise de l’époque d’avoir une liberté de ton inconnue jusqu’alors. Tout le contraire de ce qu’insinue Courtois qui, depuis son Livre Noir du Communisme a quelques comptes à régler avec les Juifs et c’est pourquoi il laisse entendre que juifs et staliniens c’était la même chose.
J’aurais bien d’autres choses à dire mais j’imagine que la place qu’on peut accorder à un fils indigné n’est pas considérable. Juste encore un souvenir personnel pour expliquer ma colère et éclairer l’éthique de M. Courtois.


Il y a de cela quelques années, il avait, à ma demande, écrit une contribution pour un journal que j’animais. Connaissant mes sentiments à son égard, il voulait s’assurer que son texte passerait intégralement. Et, sur le ton d’une plaisanterie légèrement menaçante, il me dit ceci au téléphone ; « Tu sais, je dispose encore de rapports non utilisés des Brigades Spéciales (chargées sous l’Occupation de traquer les Juifs des FTP-MOI) qui montrent que quelqu’un que tu connais très très bien a été pour le moins imprudent… Serais-tu content que je les publie ? »
J’ai raccroché et j’ai rapporté cet épisode glauque dans un livre sans jamais être contredit par le préfacier du Livre Noir.
Décidément, le cadavre de mon père est trop grand, beaucoup trop grand, pour entrer dans le petit cercueil que lui a confectionné Stéphane Courtois.


Benoit Rayski

1 commentaire:

suggest.1 a dit…

Monsieur Bernard Koch je ne vous connais pas
Cependant à recevoir quotidiennement votre blog crée une sorte de lien :

Merci pour ce droit de réponse que vous affichez
Je vous suis grée pour cette mise au point :

Je suis un inculte qui n’ai jamais rien lu de Stéphane Courtois
Cependant à lire sa biographie et son parcours m’engage de lui attribuer ma sympathie:

http://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9phane_Courtois (klic klic)

Au départ
Stéphane Courtois a milité de 1968 à 1971 à l'organisation marxiste-léniniste maoïste Vive le communisme :

Pour arriver entre autre à ?

Dans l'ouvrage Irak, An I. Un autre regard sur un monde en guerre4, Stéphane Courtois dresse un parallèle entre le communisme d'hier et l'islamisme d'aujourd'hui et j’ajouterais mais c’est mon seul ajout le nazisme :

Comme dit l’autre en restant poli il n’y a que les ABRUTIS (Euphémisme de ?) qui ne changent jamais d’idées
Et il semblerait que ce ne soit pas là en lisant son parcourt le cas de Stéphane Courtois ;

Pour en revenir à Adam Rayski.


Bien sur que tout n’est pas clair
Et Mon désir serait tellement de ne pas médire ;
Ne pas médire sur ceux qui ont plus que risqué leur vie pour que nous restions vivants !

Cependant avez-vous vu ce film

‘DES TERRORISTES A LA RETRAITE’’
http://www.cinefeuille.org/terroristes.htm (klic klic)

http://www.afi.ouvaton.org/Histoire-de-France-Michel (klic klic)

Ce ne serait pas la première fois qu’au long de ses douloureuses diasporas le peuple Juif aurait adhéré:

Au culte des idoles

http://www.youtube.com/v/gwBWI7Cnv-I&hl=en (klic klic)

Pour essayer de conclure ?
Ce n’est peut-être pas à Stéphane Courtois que le monde aurait du confier une nécrologie consacrée à Adam Rayski.

A quoi bon ces provocations


Suggest.1