"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

dimanche, janvier 13, 2013

CONTRE-OFFENSIVEMILITAIRE
DELAFRANCEAUMALI
LAFRANCEASAUVE
LACAPITALEBAMAKO
Source :la newsletter d'Afrik.com en ligne
le dimanche 13 janvier 2013




 Mali :
« Sans intervention extérieure,
Bamako serait tombée »



 par
Assanatou Baldé



Les frappes aériennes des forces françaises se poursuivent au Mali pour stopper la progression des islamistes vers le sud du pays, a assuré le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian. Selon lui, sans intervention extérieure Bamako, la capitale malienne, serait tombée. Un responsable d’Ansar Dine a été tué dans les combats.

Jean-Yves Le Drian est catégorique. « Sans intervention extérieure, les rebelles islamistes auraient fait tomber la capitale malienne en deux ou trois jours », a estimé le ministre français de la Défense ce dimanche dans le cadre de l’émission "Le Grand Rendez-vous" d’Europe 1 en partenariat avec I-télé. « Il y avait nécessité d’agir de manière rapide », a-t-il affirmé. Selon lui, la France est « en guerre contre le terrorisme, où qu’il se trouve. Il y a eu une accélération spectaculaire de l’action de ces groupes depuis jeudi » au Mali, a-t-il ajouté.

Les raids aériens de l’armée française se poursuivent pour « liquider » les groupes armés islamistes, a ajouté le ministre. « Il y a des raids en permanence. Il y en a en ce moment, il y en a eu cette nuit, il y en aura demain », a assuré Jean-Yves Le Drian, soulignant que l’avancée des groupes armés n’est pas « totalement empêchée ». La progression des islamistes est bloquée grâce à l’intervention des forces françaises et maliennes, selon lui. « Concernant la voie ouest, des combats se poursuivent, ce n’est pas fini. Une opération ne se mène pas en deux jours », a-t-il dit.


Un responsable d’Ansar Dine tué

Un responsable du groupe islamiste Ansar Dine aurait été tué dans les combats. Abdel Krim dit "Kojakétatit" était le lieutenant du chef d’Ansar Dine, Iyad Ag Ghaly. L’armée malienne a elle perdu 11 soldats et une soixantaine de blessés. Un officier français a également été tué. Des civils seraient aussi morts dans les combats selon Human Rights Watch qui a notamment fait état d’enfants soldats recrutés auprès des islamistes.

Depuis que la France a décidé vendredi d’envoyer des troupes au Mali, la question des otages français se posent. Les islamistes ont menacé les ressortissants français du monde musulman si Paris s’entêtait à les combattre. « La vie de nos otages auraient été encore plus risquée si l’on avait laissé faire cette opération, a estimé Jean-Yves Le Drian. Toutefois, a-t-il précisé, la France entend continuer à négocier avec les ravisseurs pour tenter d’obtenir la libération des otages français, mais sans céder au chantage ou à des conditions extravagantes ».


Le capitaine Sanogo salue
l’intervention française

Le capitaine Amadou Sanogo, auteur du coup d’Etat qui a renversé en mars 2012 Amadou Toumani Touré, a pour sa part salué l’intervention de la France. « Nous nous félicitons d’avoir l’assistance française à nos côtés aujourd’hui, qui a d’ailleurs bien joué un rôle, un rôle prépondérant, un rôle capital dans le soutien aérien ». Ce dernier qui était contre toute intervention extérieure, arguant que le Mali avait les moyens de mettre un terme à la menace islamiste, a également remercié tous les partenaires qui sont au chevet de son pays.

De leur côté, plusieurs pays de la Communauté économiques des Etats d’Afrique de l’ouest (Cedeao), qui se réuniront mercredi en sommet extraordinaire à Abidjan, ont décidé d’envoyer des troupes au Mali. Le Burkina Faso, le Niger, et Sénégal vont déployer 500 soldats chacun pour soutenir les forces françaises et maliennes et reconquérir le nord aux mains des islamistes. Le Bénin va quant à lui envoyer 300 hommes.

La Grande-Bretagne et les Etats-Unis qui ont salué la décision du président Hollande d’envoyer des troupes au Mali vont également acheminer une aide logistique à la France.



Aucun commentaire: