"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

mercredi, décembre 14, 2011

ENBELGIQUE
COMMEENFRANCE
LACOMMUNAUTEJUIVE
VOLEENECLATS

Source : la newsletter de contact j diffusée
le 14 décembre 2011


La Guerre des Juifs n’aura pas lieu



Editorial de William Racimora,
rédacteur en chef du Contact J,
paru dans le mensuel Contact J
du mois de décembre 2011.


Le numéro de novembre de Contact J a été publié, fait exceptionnel, sans la chronique d’Isaac Franco. C’est tout à fait regrettable et c’est le résultat direct de la censure exercée sur le journal par le Conseil d’administration du Cercle Ben Gourion. Isaac Franco m’a expliqué ne pouvoir continuer à contribuer à une revue qui lui tient à cœur mais qui a remis en question sa liberté intellectuelle. Il a raison et nos lecteurs jugeront du gâchis occasionné par la décision inacceptable de nos censeurs.

Cela dit, elle est compréhensible si on prend la peine de s’interroger sur le fonctionnement d’une communauté, malmenée il est vrai, qui se replie sur elle-même. Un repli communautariste dont le pire des effets est de tenter d’étouffer toutes formes de débats et de controverses. Aujourd’hui, se hasarder à penser et à critiquer provoque inévitablement l’invocation du fléau absolu, bien que tout à fait imaginaire: «La Guerre des Juifs».

Pour revenir à l’article d’Isaac Franco dont vous avez pu prendre connaissance sur de nombreux sites (ADI, La Lettre de Joël Rubinfeld, Philosémitisme, Beljew, etc.), le «coup de ciseau» fatal dont il fut victime s’explique très simplement. Le Cercle Ben Gourion siège au Conseil d’administration et au Comité directeur du CCOJB. En conséquence, nos administrateurs ont voulu défendre le CCOJB au détriment de la liberté d’expression de leur propre journal. Je laisse le lecteur seul juge de l’intelligence de ce choix.

Le CCOJB, contrairement au Cercle Ben Gourion, s’est publiquement engagé dans le débat en répondant par voie de communiqué à l’article d’Isaac Franco. Il a eu raison, reconnaissons-le. Cela dit, deux passages du communiqué, disponible notamment sur l’ADI , me laissent pantois. Pour commencer cette énième invocation absconse de la «guerre des Juifs». Pour quelles raisons, notre communauté ne peut-elle se permettre des débats politiques énergiques? Pour quelles raisons, Regards et Contact J ne s’étripent-ils pas amicalement et publiquement? Tout le monde aurait à y gagner. Sous la présidence de Joël Rubinfeld, que j’ai agressé dans ce journal à plusieurs reprises, jamais le CCOJB ne s’est offusqué.

Aujourd’hui, j’en viens au deuxième passage stupéfiant du communiqué de l’équipe de Sosnowski. Nous y apprenons que le droit de critique et d’inventaire de l’action du CCOJB devra attendre la fin du mandat du président en titre. Imaginez une République française ou seuls Chirac et ses prédécesseurs pourraient être critiqués alors que pour Sarkozy il conviendrait d’attendre le résultat de la prochaine élection présidentielle. C’est ce que proposent le CCOJB de Sosnowski, et donc également le Cercle Ben Gourion qui en est membre et garde le silence devant une idée aussi ahurissante. Et n’oublions pas le CCLJ dont toute expression critique concernant le CCOJB, je ne parle pas d’Israël, s’est tue depuis le départ de Joël Rubinfeld.

La censure de l’article d’Isaac Franco aura été un révélateur de la situation d’une communauté frileuse dans laquelle les deux grandes associations que sont le CCLJ et le CBG ont perdu toutes capacités de réagir dès qu’il s’agit d’interroger la politique menée par le CCOJB. Au contraire, sans avoir l’air d’y toucher, elles nous vendent d’un commun accord une version nouvelle de «la pensée unique».

Mais peut-être cette stérilisation du débat est-elle révélatrice d’une situation encore plus inquiétante. Les «laïcs juifs» et les «gourionistes» ne croiraient plus en la capacité du CCOJB d’être entendu du monde politique et des médias? A eux de nous le dire.

Petit détail qui n’a d’autres souci que d’entretenir mon ego, je regrette d’autant plus la démission de mon ami Isaac Franco qu’elle m’a contraint à interdire la publication de mon éditorial du mois de novembre.

Aucun commentaire: