"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

lundi, mars 18, 2013

FACEAUXDEFIS
DELASOCIETEFRANCAISE
UNECOMMUNAUTESANSVOIX
ABSENTEDETOUSDEBATS


DIASPORABLOG
accueille...

BERNARD DARMON



La crise:
Le Judaïsme français
doit s’exprimer




Montée des populismes:


Il est encore des gens qui pensent que les élites politiques actuelles pourront longtemps se maintenir au pouvoir dans les pays démocratiques ? Rien n’est moins sur.

Chaque jour la plupart des pays occidentaux s’enfoncent un peu plus dans une crise qui touche les peuples et épargne quelques privilégiés. Alors que les tricheurs et profiteurs sont légions, les vrais chômeurs se multiplient, et ceux qui travaillent, accablés par plus de prélèvements, perdent leur pouvoir d’achat dans une société en panne.
Quelques intellectuels, omniprésents dans les media depuis plus de vingt ans donnent des leçons sur tous les sujets du haut de la grande estime qu’ils ont d’eux-mêmes. Ils ont perdu toute crédibilité. Le bon peuple ne comprend pas pourquoi ceux là même qui sont au cœur du Pouvoir et des décisions ne sont pas sur la touche pour incompétence ou manque de résultat. Quels que soient leurs discours, et même s’ils étaient justes aujourd’hui, ils seraient disqualifiés.
Personnel politique, Experts en tous genres et Journalistes homologués, le spectacle est celui d’une oligarchie qui se partage les honneurs dans les Palais de la République.

L’idée rampante, est que pendant ce temps, ailleurs, à l’abri des suffrages, des technocrates décident de notre avenir et de celui de nos enfants. Sans aucun mandat pour agir, ils formatent la société et planqués dans des bureaux à l’abri, ils décident de tailler dans les retraites ou de prélever sur des dépôts en banque.
Les démocraties nationales auraient ainsi perdu leurs pouvoirs régaliens au profit de sombres technocrates.
C’est dans ces conditions que les dernières élections italiennes ont donné la première place au parti « cinq étoiles » d’un guignol qui veut faire tomber le système. Réussira-t-il ?
Le danger de la situation actuelle vient du fait que la révolte légitime des peuples parfaitement comprise par les pouvoirs politiques n’est pas sérieusement prise en compte. Ils continuent de faire des promesses intenables dans l’espoir d’une prochaine élection. C’est toujours la même farandole, des partis d’opposition qui, aujourd’hui comme hier, à tour de rôle, n’ont cesse d’accabler les partis au pouvoir.
Ils ont des yeux mais ne voient pas, des oreilles mais n’entendent pas.
Le peuple, de plus en plus, spectateur de cette mascarade grotesque, est convaincu de la complicité des partis d’opposition démocratiques et de l’inutilité des dirigeants en place.
Dans ce jeu dangereux pour nos démocraties, on assiste à une partie de billard à trois bandes, entre les politiques agréés par les media, les media agréés par les politiques qui se succèdent, et les experts agréés des media et des politiques. Tout ce beau monde complice se coopte, se congratule ou s’insulte selon qu’il est au pouvoir ou dans l’opposition.
C’est ainsi que les peuples se tournent vers des populistes souvent incompétents et dangereux qui n’ont aucun mal à caricaturer un système à la dérive.
Dans notre société hyper médiatisée, les scandales éclatent et salissent. Le droit à l’information est devenu celui de vider des poubelles sur nos écrans.
Le peuple est épuisé à force d’écouter, toujours les mêmes, au cœur du pouvoir, ceux qui participent alternativement mais régulièrement, à toutes les décisions politiques depuis trente ans.
Les experts qui sont de tous les débats de seconde partie de soirée, gourous à l’égo intact, largement mis en avant par les Media, sans aucune vergogne, s’obstinent à expliquer ce qu’il faut faire demain, leur fond de commerce depuis des lustres.
La défiance du peuple qui, ni ne fraude, ni ne profite, est sérieuse et les élections en Italie comme ailleurs démontrent la montée des périls pour nos pays.



Quelques pistes:

Dans ce monde en mutation, ceux qui détiennent l’autorité doivent prendre la mesure de leur responsabilité et faire preuve d’humilité et d’abnégation envers leurs administrés.
Le nouveau Pape François, lui aussi sali le jour même de son investiture, a pris la mesure de la tâche gigantesque qui l’attendait : Donner espoir, confiance et dignité.
Au-delà de sa compassion pour les pauvres, il a compris la défiance du « petit peuple » et a entrepris de restaurer l’importance de chacun.
Idée simple et vraie : chacun a besoin d’être considéré pour vivre dignement.
En confiant aux fidèles la responsabilité de le bénir et non l’inverse, il a démontré sa parfaite compréhension de la défiance ambiante envers tous les pouvoirs institués, ainsi que sa volonté d’inverser ce dangereux sentiment.
Où qu’ils se situent, en France, en Israël ou ailleurs, fidèles et loyaux, même si critiques, envers les gouvernants élus, les dirigeants Juifs ont pour mission de rappeler ce qu’enseigne la Thora au sujet de la Justice envers les plus humbles.
Ceux qui portent une parole « Juive » doivent rappeler l’iniquité du capitalisme financier anonyme qui asservit les nations. En ces temps où les valeurs morales semblent épuisées, notre devoir est de contribuer au rappel des paroles de nos Maîtres au sujet de la solidarité, et de la justice sociale.
Nous allons célébrer la Pâques Juive, symbole de la Liberté individuelle et collective.
Le récit biblique rapporte comment sortir de « l’esclavage ». Nos Maîtres expliquent que chaque année nous devons renouveler cette libération, en brisant les chaînes qui nous asservissent.

Depuis plusieurs millénaires, nous lisons cette épopée qui commence avec le « dénombrement du peuple » en marche vers sa libération. Pour se dénombrer, chaque membre devait donner une demi-unité monétaire, le « Mahatsit A Shekel ». Le riche comme le pauvre, le puissant comme le simple donnait cette même mesure qui n’est que la moitié d’un Tout. Pour expliquer que sans l’Autre symbolisé par l’autre moitié du Shekel, il n’y a pas de Liberté. Chaque âme est égale, et a besoin de l’autre pour se libérer.
Comment pourrait-on construire sa Liberté et/ou son bonheur, avec un Autre absent ou spolié.
Dans nos sociétés en révolution, nous Juifs Français devons faire connaître notre parole contre les dérives des voyous, qui œuvrent pour toujours plus de profits, et mettent les peuples à genoux.
Notre devoir en tant que Juifs, est de rappeler avec tous les gens de bonne volonté, qu’aucun monde ne peut tourner sans justice et sans morale.
Se taire serait capituler et laisser la parole aux populistes de tous bords, ces porteurs du germe de l’exclusion et de la ségrégation.
La parole juive est ancienne, elle a traversé le Temps et se fonde sur la morale toujours.
Notre mission est de la transmettre.
Le Judaïsme français, ne peut continuer de s’exprimer que sur des sujets intra-communautaires, il doit rappeler les fondements de nos enseignements et prendre position sur les sujets qui angoissent tous nos compatriotes.



Bernard Darmon



http://bernarddarmon.unblog.fr

Aucun commentaire: