"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

mercredi, mai 01, 2013

LELIVRERAPPROCHE
LESEGYPTIENS
DESISRAELIENS
Source : alyaexpress-news.com en ligne
le jeudi 25 avril 2013



Les égyptiens montrent
de plus en plus d’intérêts
pour la littérature
et la culture israélienne !




La tension croissante dans les relations diplomatiques entre Jérusalem et le Caire, en particulier depuis la chute de l’ancien président Hosni Moubarak ont fait des milieux universitaires égyptiens des salles vides. La situation dans la société egyptienne est de plus en plus grave . L’hostilité politique égyptienne contre Israël n’a pas atteint certains campus égyptiens et intellectuels, qui considèrent qu’Israël comme un objet d’intérêt et évoque beaucoup de curiosité, une information qui pourrait surprendre beaucoup d’israéliens mais aussi les égyptiens de l’après Moubarak.

Neuf des 14 universités d’État en Égypte, dont l’Université islamique Al-Azhar ont des classes universitaires en hébreu. Près de 20.000 élèves étudient l’hébreu dans ces universités à une certaine période de leur cursus dans la plupart des collèges d’études du Moyen-Orient. Chaque année, au moins 2.000 étudiants diplômés avec les baccalauréats comprend l’étude de l’hébreu.

En plus d’étudier l’hébreu, des universitaires égyptiens travaillent sur de nombreuses questions liées à la société et à la culture israélienne. Le projet de l’hébreu à la traduction arabe, comprend les principaux best-sellers publiés en Israël. Les égyptiens sont également très intéressés par la politique israélienne et le judaïsme.

Dr. Yossi Amitay, un chercheur de l’Egypte moderne, a travaillé pendant quatre ans en tant que directeur du Centre universitaire d’Israël au Caire, qui fonctionne grâce à des fonds provenant d’universités israéliennes, et son activité est stipulée dans le traité de paix entre les deux pays. Amitay, parle couramment l’arabe, il est resté en contact étroit avec les universitaires égyptiens.

«Je suis venu à la conclusion que, malgré le fait qu’il y ait des hostilités contre Israël au Caire, il y a tout de même plus de curiosité. Les gens veulent connaître la société israélienne pour comprendre ce qui motive Israël et où va ce pays. »

Les égyptiens ont différentes motivations pour apprendre tout ce qui se rapporte à Israël et la langue hébreu. Certains veulent débuter des affaires avec Israël, avant que cet espoir soit anéanti à cause du voile politique qui a été jeté sur l’Egypte D’autres espèrent être embauchés par les services de renseignement ou soit être employés par les médias comme experts en Israël. D’autres sont simplement curieux et ont besoin de remplir une exigence universitaire pour étudier une langue étrangère.

Dr. Amitay dit que l’étude de l’hébreu en Egypte a commencé en 1933, au temps du roi Fouad et du Mandat britannique. Plus tard, les Égyptiens ont aidé leurs frères arabes, notamment en Libye et en Arabie Saoudite, en établissant des services pour l’apprentissage de hébreu dans les établissements universitaires à Tripoli et Riyad.

«L’intérêt égyptien pour Israël se rapporte à la structure du gouvernement, les partis politiques et les institutions artistiques et culturelles en Israël. On m’a demandé beaucoup de choses sur ces questions. L’un des instructeurs les plus éminents en hébreu en Egypte, est le Dr. Mansour Abdel Wahab, hébreu interprète de Moubarak. Il a écrit sa thèse de doctorat sur le conflit au théâtre national Habima. Il connaissait les noms de nombreux acteurs et pièces de théâtre mises en scène à Habima. Je l’ai rencontré et il avait une richesse de connaissances dans ce domaine. »

Sur les étagères de la bibliothèque du Caire, dans la dernière décennie, vous pourriez trouver des traductions des meilleurs romans publiés en Israël en langue arabe, y compris mon Michael par Amos Oz, Mozart n’était pas Juif par Gabriela Avigur-Rotem et Jasmine par Eli Amir. Ces dernières années, les recherches du Dr Yossi Amitay sur la gauche égyptienne, le livre de Israël Knohl, où venons-nous, et Avigdor Shinan est cet homme? Juifs parler de Jésus ont tous été traduits en arabe. En termes de littérature juive, le Dr Mustafa Abed al-Mabud a traduit les six volumes de la loi orale juive – la Michna – en arabe.

Mohamed Seif El Nasr, un présentateur de la BBC en arabe, a commencé sa carrière sur Nile TV, qui dans le passé avait consacré un segment quotidien de deux heures de nouvelles en hébreu. Son hébreu est exceptionnel, et il l’a utilisé quand il est venu pour couvrir les élections pour la 19e Knesset en Janvier pour la chaîne britannique. Il a étudié l’hébreu dans le département des études orientales à l’Université du Caire.

« En Egypte, vous pouvez trouver des jeunes gens intelligents qui parlent bien l’hébreu, et ils peuvent vous parlez en israélien et parlent si bien cette langue, qu’il serait difficile de dire que ce sont des Égyptiens », a-t-il dit.

«Quand j’étais jeune, mon père m’a raconté beaucoup d’histoires de guerre, et je ne comprenais pas – d’une part, nous nous sommes battus lors de quatre guerres contre Israël, en d’autres termes, c’est un pays hostile. D’un autre côté, je pouvais voir comment les israéliens visitent l’Égypte et sont reçu de façon très respectueuse. Je voulais donner un sens à cette contradiction, et c’est peut-être ce qui m’a attiré à étudier l’hébreu. »

Seif rapporte que dans le cadre de ses études dans le département, lui et ses amis ont introduit l’histoire juive et israélienne, aux écrits de Haïm Nahman Bialik et Shaul Tchernichovsky et évidemment la presse en hébreu. «Nous avons étudié l’image de l’Arabe dans la littérature hébraïque, le mouvement des kibboutz et la façon dont il a été reflété dans la littérature hébraïque. Nous avons effectué des recherches fondées sur l’Ancien Testament et d’autres sujets pour la connexion entre la littérature hébraïque et l’histoire. »

Une grande partie de l’étude égyptienne au sujet d’Israël est consacrée à la politique et les œuvres littéraires et culturelles. Dr Abdo Ramadan, journaliste à Voix du Caire a fait des recherches sur le mouvement « la Paix Maintenant », parti de gauche, tel qu’il est exprimé dans la littérature hébraïque. Ramadan a examiné des écrits de quatre auteurs israéliens et des recherches sur le reflet de l’activité du mouvement dans leur travail. Les quatre étaient : David Grossman, Amos Oz, AB Yehoshua et Sami Michael.

« J’ai essayé d’examiner comment les écrivains israéliens ont exprimé les idées de « La Paix Maintenant » et dans quelle mesure le mouvement avait effectué un changement dans la société israélienne, » a-t-il dit. « En Égypte, nous avons cru que le mouvement avait une forte influence sur le public israélien. J’ai constaté un changement, mais pas dans la mesure où nous nous attendions dans la société israélienne ».

Heba Hamdy, diplômé du département des langues orientales à l’Université du Caire, est un exemple de la jeune génération des Égyptiens qui ont appris une excellent hébreu à travers les nouveaux médias – Internet et les chaînes de télévision par satellite. Elle est très bien versée dans la politique israélienne et aussi dans la culture actuelle de consommation, tels que les faits de la réalité diffusés à la télévision israélienne.

«Je savais que je voulais parler le même jargon que les israéliens, y compris leur argot, » dit-elle en courant, l’hébreu presque sans accent. «Je me suis demandée où je pouvais apprendre l’hébreu à un tel niveau et je suis venue à la conclusion que les sites de chat israéliens sur Internet sont l’endroit où aller. » Alors elle est allée dans les salles de chat, identifiée comme une Égyptienne mais qui écrit en hébreu.

Le journaliste Mohamed Seif est optimiste. Il croit que la langue est la clé, en disant: « Israël et l’Égypte souffrent d’un problème de confiance mutuelle. Lorsque vous négociez avec quelqu’un dont la langue et l’esprit est commun, les lacunes peuvent être comblées. «



Traduit par Alyaexpress-News.com :

Jacky Hugi est l’analyste des affaires arabes à l’armée israélienne à Radio-Galié Tsahal, un chroniqueur pour les israéliens dans les journaux d’affaires et l’ancien correspondant des affaires arabes pour le quotidien Maariv d’Israël.



Aucun commentaire: