"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

lundi, janvier 21, 2013

APRESL'ALGERIE
LEMAROCVISEPAR
LESMOUVEMENTS
TERRORISTES
Source : la newsletter aufaitmaroc.com diffusée
le lundi 21 janvier 2013


Démantèlement
d'une 5e cellule terroriste
au Maroc




La prolifération des réseaux de recrutement inquiète l'Intérieur

Les autorités marocaines ont affirmé, samedi, avoir démantelé une nouvelle cellule de recrutement d'Al Qaïda au Maroc, la cinquième depuis l'automne dernier. Elles ont qualifié de “source d'inquiétude” la “prolifération” de ces réseaux dans le royaume. Al Qaïda au Maghreb islamique a de son côté déjà confirmé sa présence dans plusieurs pays du Sahel, région actuellement secouée par la guerre contre les islamistes au Mali.


Une quarantaine de Marocains seraient déjà enrôlés au Sahel dans les rangs d'Aqmi.



“Ansar Achariaa au Maghreb islamique”
Une nouvelle cellule terroriste démantelée au Maroc

Le Maroc accueille avant fin 2012 une réunion sur la sécurité régionaleDémantèlement au Maroc d'un "réseau terroriste" islamiste lié à AqmiLe Roi adresse un message aux participants à la cérémonie en souvenir des victimes de l'attentat terroriste d'ArganaTerrorisme - Report du procès en appel d'un Belgo-marocainLe Maroc et l'Espagne renforcent leur coopération - Terrorisme et trafic de drogue dans le collimateur

La Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) a déclaré, samedi, avoir démantelé une nouvelle cellule de recrutement pour Al Qaïda comprenant plusieurs éléments s'activant dans les villes de Fnideq, Tanger, Al Hoceima et Meknès, et ce, en coordination avec la Direction générale de la surveillance du territoire national (DGSN).

Il s'agit du 5e démantèlement du genre depuis novembre dernier au Maroc.

L’objectif des responsables de ces cellules était d'envoyer des jeunes accomplir “le jihad au sein d'organisations terroristes liées à Al-Qaïda”.

Quarante apprentis terroristes

Les investigations de la BNPJ ont d'ailleurs permis d'identifier 40 jeunes Marocains envoyés depuis le mois d'avril 2012, afin de participer au “jihad”, dans les factions liées à Al-Qaida, et son allié, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). Ces deux mouvements sont actifs au Mali.

Ce pays de l'Afrique de l'Ouest est en effet devenu le nouveau théâtre des opérations des groupes islamistes, dont Aqmi (Al Qaïda au Maghreb islamique). Et le récent démantèlement des cinq cellules terroristes au Maroc n'est que la partie visible des ramifications du réseau islamiste dans la région du Sahel.

Les cinq cellules terroristes, démantelées par le ministère de l'Intérieur depuis novembre dernier au Maroc, avaient chacune des cibles diverses. Le ministère avait annoncé qu’une des cellules s’apprêtait à commettre des “actes de sabotage contre des sites stratégiques” dans le royaume. Les trois autres étaient exclusivement chargées de l’enrôlement des jeunes Marocains, et leur acheminement vers les camps d'Aqmi au Sahel.

Le communiqué de l'Intérieur précise que les jeunes Marocains envoyés dans les camps d’Aqmi, y ont suivi des entraînements intensifs pour participer à des opérations militaires et à des attentats suicides. Nul doute donc qu'il y ait des combattants marocains parmi les rangs des islamistes qui occupent actuellement le nord du Mali.

Parmi les personnes identifiées figurent plusieurs éléments ayant purgé des peines privatives de liberté dans le cadre de la loi antiterroriste, en plus de deux anciens détenus du camp de Guantanamo ayant une grande expertise dans le maniement d'armes, acquise dans les camps d'Al Qaïda en Afghanistan.

L’Intérieur s'inquiète,
les salafistes s'offusquent


L’intervention française, lancée depuis la semaine dernière au Mali contre les groupes islamistes, a d'ailleurs bénéficié de l'appui du Maroc, qui a autorisé le survol de son espace aérien par les avions de guerre français.

Un geste qui est loin d'être du goût des leaders salafistes locaux. Ces derniers ont qualifié l'opération française au Mali de “croisade” et d'“agression brutale” contre des musulmans.

Omar Haddouchi, Abdelwahab Rafiki, Hassan Kettani et autres leaders salafistes, ont en effet tous estimé qu’“aucun État islamique ne doit fournir de facilités, comme l'utilisation des espaces aériens, à des États non musulmans contre un État musulman”. Ils ont jugé qu'il s'agit d'un acte “formellement interdit par l'islam”.

Pour rappel, certains de ces leaders ont été condamnés, après les attentats de Casablanca en mai 2003, où ils étaient accusés d'atteinte à la sécurité de l'État.

La prolifération de réseaux terroristes s'activant dans l'enrôlement de jeunes Marocains, imprégnés de la pensée djihadiste, constitue désormais, selon le ministère de l'Intérieur, une source d'inquiétude pour la sécurité nationale.



Yassine Benargane



Aucun commentaire: