"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

dimanche, janvier 13, 2013

2è CONVENTION DU CRIF
"COMMENT COMBATTTRE
L'ANTISEMITISME"



QUAND L’ANTISEMITISME
EST L'OBSESSION
D'UNE COMMUNAUTE


On n’oubliera pas de si tôt, ce juin 2007, où un raz – de – marée de dignitaires des Institutions juives étaient venus se jeter, à bras raccourcis, contre le 19è arrondissement à Paris, pour proférer des propos incendiaires sur ce quartier apprécié, pourtant, pour son rayonnement culturel et sa relative tranquilité. Cela faisait suite à un acte banal de délinquance dont a été victime un jeune juif issu d’une bande de Juifs de la cité. Bande où se mêlent des jeunes venant de tous horizons.


L’antisémitisme est, donc, devenue depuis quelques temps un mal récurrent de toute une communauté. Comme si le virus venait juste d’être découvert, alors qu’il circule depuis une éternité, sans qu’on lui ait trouvé le moindre remède miracle. Sans qu’on ait réussi à terrasser le virus et sa contagion. La haine de l’autre, la haine de son prochain est pourtant une tâche inhérente dans l’Histoire de l’homme. Elle en est devenue une manière de se comporter, une « valeur » humaine immuable. Pour certains, une forme d’éducation. Guerres et colonisations n’ont fait que traduire sur le terrain, la plupart du temps, sur le territoire, cette pathologie d’une société en voie de schisme, de camps retranchés, en bataille acharnée contre un ennemi présumé, pré - fabriqué, pré – conçu. Imaginaire. Qu’il ait les apparences d’un juif, d’un noir, d’un indien, d’un musulman. De tous temps, au nom d’une religion, d’une idéologie, d’une suprématie, tout a été et est permis. Y compris le pire ! La destruction d’un peuple, l’exclusion d’une communauté, l’élimination d’une élite. .

Mais, il est fort à parier, dès aujourd’hui, que la nouvelle Convention du Conseil Représentatif des Institutions juives de France qui se réunit dans huit jours et qui affiche, haut et fort, son thème de prédilection « Combattre la menace antisémite » ne s’inscrira pas dans cette absolue nécessité de rappeler, sans cesse, que l’antisémitisme et son prolongement, le racisme, ne sont pas des inventions apparues juste au XX1è siècle et qu’elles se sont infiltrées tout au long des époques , dans toutes les contrées du monde. Pas seulement là où on voudrait qu’elle soit. Partout ailleurs.

Aucun peuple, aucune communauté, aucune culture, n’échappent à ce phénomène ancien donc, historique même.

L’homme est ainsi fait où le bien et de mal cohabitent en lui.. Le CRIF l’aurait-il oublié ?

Le temps où le Congrès des Intellectuels juifs invitaient ses coreligionnaires à sortir de leur esprit « ghetto » pour se rendre, confiants, vers le vive – ensemble est loin derrière nous. La tendance actuelle est plutôt dans le « rester entre nous » que dans le vivre –ensemble.

Il y a d’abord l’intitulé de la réunion « Comment combattre l’antisémitisme ». Absence du combat contre le racisme, constat d’isolement. Et phrase guerrière. Au lieu qu’il aurait fallu un volet constructif, évolutif de la communauté juive envers la société française et la communauté franco - musulmane en particulier. Et c’est là où la question réelle doit se poser. Pourquoi, tout –à –coup, cette interrogation refait surface, alors qu’elle a été si peu traiter par le passé, même après les propos antisémites sans ambiguïté d’un Jean-Marie Le Pen.

Même si, ici ou là ; le CRIF se vente de ses relations privilégiés avec quelques membres responsables de la communauté musulmane (CFCM, Imam de Drancy), cette convention sur la question de l’Antisémitisme n’arrive pas au hasard d’un calendrier, mais tout indique au contraire qu’elle se situe dans cette vague qui traverse la France sur les dangers que représente l’Islam dans l’Hexagonne. Prétextant une série d’actes graves, inacceptables et répréhensibles, il est vrai, visant des membre de la communauté juive.

Vu sous cet angle, le risque est de voir une communauté stigmatisant l’autre, la montrer du doigt. A la manière de sa newsletter, toute axée sur un Islam radical représentant qu’une infime partie de de ce corps religieux. Dès lors, le combat devient tout autre. Le vrai danger de cette démarche est bien là.

Le CRIF entraîne alors une communauté juive vers sa déroute, une pente glissante dont elle ne se remettra jamais.

Bien sûr, n’attendons pas, dans ces conditions, venues du CRIF, des solutions à ce mal constant.

Un vrai débat sur l’Antisémitisme et le Racisme en France, élargit à l’ensemble des Français reste à bâtir. Car en effet, ne nous le cachons pas, ces fléaux sont bien présents et nuisent, comme le prouve la Convention du CRIF, à la cohésion sociétale du pays, pouvant mener à une rupture. . Une large explication qui concerne une large couche de la société française. Pas seulement qu’une simple minorité.



Le débat est lancé.





Bernard Koch

Aucun commentaire: