"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

lundi, mai 27, 2013

CRIF
FINDEREGNE
POUR

RICHARDPRASQUIER




RICHARD PRASQUIER
A LA PRESIDENCE DU CRIF :


ECHECS



Il va bien falloir qu'un bilan tant sur le plan financier que sur celui des actions soit restitué, dans un courtdélai, à la communauté juive de France, , par celui qui a occupé durant deux mandats -2 x 3 ans-, à une période de crise. Economique et idenditaire. Vu de ceux qui observent à la fois de l'intérieur comme de l'extérieur les mouvements tendus de cette institution communautaire tout juste septuagénaire, le règne de Richard Prasquier, il faut l'admettre, n'a pas été d'un grande brillance. On ne devrait pas, par esprit d'objectivité, hésiter, ni se voiler la face. La Présidence de Richard Prasquier n'a fait qu'aggraver, affaiblir, l'image de la communauté juive qui après avoir longtmps servi d'exemple, comme communauté parfaitement intégrée à la société française, réunissant, dès l'après-guerre, une population venue de l'Europe de l'Est, puis au lendemain de la décolonisation, une population partie du sud de la Méditerranée (Maghreb, Proche-Orient,..), s'est depuis, environ le 11 septembre 2001, complètement éloignée des réalités de la vie en France, pour s'enfoncer dans son bunker et ne plus se focaliser que sur une fiction : la disparition de l'Etat d'Israël. Et sur une folle paranoïa : un antisémitisme re-masterisé, rénové. Comme si, en France ou ailleurs, l'antisémitisme s'était définitivement éclipsé sous un coup de baguette magique, était hors d'état de nuire.  

Le CRIF de Richard Prasquier plutôt que de poursuivre sur la ligne médiane ou modéré de ces prédécesseurs, Théo Klein, Roger Cukierman, s'est accaparé le positionnement devenu radical d'une forte partie de la communauté prompt à mener la bataille sur le front d'Israël et celui d'un antisémitisme supposée, pour s'apensentir sur les peurs, les amplifier inutilement. Le tout s'appuyant sur la vague d'islamophobie d'une majorité de Français et par conséquent à forte dose antipathique envers la communauté musulmane accusée de tousles maux.

Cette ligne de radicalisation des Juifs de France, l'inaction  voulu,  par Richard Prasquier durant ces deux règnes, amène à ce triste résultat : une voie juive inaudible.

La vocifération profée jusqu'à l'excès, la recherche d'une hyper médiatisation (pour souvenir dans ce domaine, cette présence impromptue et sans intérêt  du Président du CRIF à la résidence de l'Ambassadeur de France en Israël à la veille du départ d'une quinzaine d'Imams venus en Israël en visite officielle) ont rendu cette institution inefficace, et, on ne le dira pas assez, sans réelle crédibilité.

Le CRIF d'après Richard Prasquier est à plat, dégonfer à bog. Des fondations mises à bas. Un vrai champ de ruines. Avec un F du CRIF qui n'a plus lieu d'être.                  

Un CRIF remis à neuf sera une tâche pour le successeur de Richard Prasquier de longue haleine. Intenable.C'est à une structure inovante, constructive, ouverte, aux hautes valeurs juives ajoutées à laquelle il va falloir s'atteler dans un tout proche avenir.

C'est mon souhait pour permettre à cette communauté déboussolé, à la dérive, de relever, enfin, sa tête.


Bernard Koch



-------------------------------------------------------------------------
Source : tempsreel.nouvelobs.com via l'AFP

en ligne le vendredi 24 mai 2013





Richard Prasquier (Crif)
passe la main
et aurait aimé sensibiliser
plus contre l'antisémitisme




Nouvel ObservateurPARIS, 24 mai 2013 (AFP) - Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), qui s'apprête à passer la main après deux mandats de 3 ans, reste inquiet sur la montée du populisme en Europe et l'antisémitisme en France, sur laquelle il aurait aimé sensibiliser davantage.



"J'aurais aimé faire davantage prendre conscience de ce qui se passe en Europe et en France et qui n'est dû qu'en partie à la crise", a-t-il déclaré à l'AFP, à deux jours des élections pour sa succession, prévues dimanche.

"Mon inquiétude porte sur le développement du populisme en Europe - notamment en Hongrie et en Grèce-, qui prend une connotation antisémite et antisioniste, et de l'islamisme radical en France avec les drames qu'il a entraînés", a-t-il précisé, en référence à l'affaire Merah.

Pour ce cardiologue de 67 ans, né à Gdansk en Pologne, "il y a un gros travail à faire pour sécuriser les locaux -écoles ou synagogues- juifs, et pour lutter contre l'antisémitisme dès l'école maternelle en France".

Autre regret émis par Richard Prasquier, qui a accueilli le pape Benoît XVI au camp d'Auschwitz-Birkenau en 2006 : "certains présentent le Crif comme une citadelle assiégée, comme une pieuvre aux tentacules innombrables dominant en arrière-plan la politique de notre pays : ils n'y connaissent rien".

Vice-président du Congrès juif mondial, de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, le président du Crif a travaillé notamment aux côtés du Père Patrick Desbois, délégué de l'épiscopat français auprès des Juifs, pour restaurer la mémoire du bunker I de Birkenau, où étaient assassinés les juifs avant les premières chambres à gaz de mars 1943.

Un de ses derniers actes au sein du Crif a été de demander qu'une commission d'enquête soit mise sur pied en France, afin de "lever tous les doutes" sur l'affaire Al-Doura, pour "faire toute la vérité" sur les images de la fusillade de Netzarim du 30 septembre 2000, diffusées par France 2, montrant la mort d'un jeune garçon sous les tirs croisés de l'armée israélienne et de combattants palestiniens.



    

Aucun commentaire: