"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

mercredi, avril 17, 2013

LESFRANCAISENISRAËL
PLUSTOURISTES
QUECANDIDATSAL"ALYAH
Source : israemvalley.com en ligne le mercredi 17 avril 2013



+10% : Le touriste français en Israël a le vent en poupe Share on twitterShare on facebookShare on linkedinShare on email IsraelValley Desk

Tourisme



Au premier trimestre 2013, le nombre de visiteurs français en Israël a progressé de 10 % avec un total de 52 101 voyageurs, selon le Ministère du Tourisme Israélien. Une hausse permise par la multiplication des liaisons aériennes entre l’État hébreu et l’Hexagone. De plus, le 24 juin 2013, Air Méditerranée lancera des vols hebdomadaires entre Toulouse et Tel Aviv. (Source: Tour Mag. (1)



ISRAELVALLEY DANS NOS ARCHIVES RECENTES.

Une commission ministérielle propose un plan national pour attirer en Israël 5 millions de touristes en 2015. On s’en doutait, mais c’est maintenant officiel: le tourisme en Israël est cher. C’est en pleine opération “Pilier de Défense” dans la bande de Gaza que le gouvernement a fait cette banale constatation. Tout avait commencé il y a juste un an: en octobre 2011, le ministre israélien du Tourisme nommait une commission chargée d’examiner le coût du tourisme en Israël et de formuler des recommandations pour rendre les prix plus attractifs. Dirigée par le directeur de cabinet du ministère du Tourisme, Noaz Bar-Nir, la commission interministérielle a rendu public son rapport il y a une quinzaine de jours, en pleine opération militaire à Gaza.



Cinq millions de touristes en 2015

On se souvient que le coût de la vie en Israël a été le déclencheur de la “révolte des tentes” de l’été 2011. Si la contestation sociale protestait contre les prix élevés du logement et de l’alimentation, le secteur du tourisme n’a pas été pointé du doigt par les contestataires. Ce qui n’a pas empêché, Stess Missajniokov, le ministre du Tourisme, de relever le défi: il s’est engagé à proposer des mesures visant à réduire le coût des vacances en Israël, aussi bien pour le consommateur israélien que pour le touriste étranger.



Après avoir analysé les coûts du tourisme en Israël, le rapport officiel parvient au diagnostic suivant: le coût des vacances en Israël est plus cher comparé aux autres pays occidentaux. Deux composantes du coût sont responsables de la cherté des vacances: le prix d’un billet d’avion et le prix d’un séjour à l’hôtel. Les rapporteurs estiment qu’une baisse sensible des prix permettrait d’accroître le nombre de touristes étrangers en Israël à 5 millions par an d’ici à 2015, contre 3 millions aujourd’hui.



Contexte géopolitique défavorable


Pour la commission, le mécanisme principal qui conduira à la baisse des prix du tourisme se trouve dans l’augmentation du nombre d’hôtels. Pour encourager la construction de nouvelles chambres d’hôtel, la commission propose un dispositif complet, recommandant notamment de restituer les étoiles aux hôtels israéliens, de réduire les impôts locaux, d’accroître les crédits publics et de réduire la régulation de l’Etat sur tout le secteur. Ces mesures devraient améliorer de la rentabilité de l’hôtellerie et, par-là, attirer de nouveaux investisseurs.

Pour appuyer leurs recommandations, les rapporteurs insistent sur la place du tourisme dans l’économie israélienne: l’industrie du tourisme entrant réalise un chiffre d’affaires de 27 milliards de shekels (5,5 milliards d’euros) et elle emploie 200.000 salariés. En moyenne, un touriste étranger (visiteur d’un jour exclu) séjourne huit jours en Israël et il dépense 1.325 dollars durant son séjour.

Si le rapport public met l’accent sur les obstacles économiques qui bloquent le développement du tourisme, il n’élude pas le contexte géopolitique. Le tourisme étranger en Israël est toujours un des premiers secteurs à être touché en cas de conflit militaire. Dernier exemple en date: au septième jour de l’opération militaire dans la bande de Gaza, les professionnels de l’hôtellerie indiquaient que les annulations de réservations atteignaient le taux moyen de 15%.



Jacques Bendelac (Jérusalem)



(1): http://www.tourmag.com/Israel-10-de-visiteurs-francais-au-1er-trimestre-2013_a58625.html



Aucun commentaire: