"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

dimanche, mars 03, 2013

ISRAËLAPPORTE
UNSOUTIENHUMANITAIRE
AUXREFUGIESSYRIENS
ENINSTALLANT
UNHOPITALDECAMPAGNE
Source :mondejuif.info en ligne
le 19 février 2013




Israël va construire
un hôpital de campagne
pour les blessés syriens.



Par
Samuel Guedj
lemondejuif.info


L’armée israélienne envisage de monter un hôpital de campagne près de la frontière syrienne sur le plateau du Golan afin de traiter les Syriens blessés dans les combats qui se poursuivent en Syrie et qui tentent d’entrer en Israël pour une assistance médicale.

La décision de mettre en place l’hôpital a été prise deux jours après que les troupes israéliennes, dans un geste sans précédent depuis le début de la guerre civile syrienne commencée il y a deux ans, aient dirigé vers un hôpital israélien sept blessés syriens qui, approchant de la frontière leur avaient lancé un appel au secours.

Selon le rapport, rapporté lundi soir par la chaine de télévisions israélienne Chanel 10, l’hôpital de fortune serait mis en place près de la frontière sur les hauteurs du Golan ou près de Quneitra, localité frontalière avec la Syrie. Israël se prépare ainsi à de possibles nouveaux afflux de réfugiés syriens supplémentaires, et souhaite les soigner dans un « no man’s land ».

Le porte-parole de l’armée israélienne a déclaré qu’il ne pouvait pas confirmer l’authenticité du rapport. Il n’y a aucun détail sur la date de la mise en place de l’hôpital, sur sa taille ou sa localisation précise prévue.

Ce dimanche, s’exprimant lors de la réunion hebdomadaire du Cabinet ministériel, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a précisé qu’Israël n’ouvrirait pas ses frontières aux réfugiés syriens.

« Nous avons vu les combats hier sur nos frontières » a déclaré Benyamin Netanyahu. « Nous allons continuer à protéger nos frontières et empêcher les gens de traverser ou d’entrer en Israël, à l’exception de cas individuels spécifiques qui seront considérés selon leur propre situation » a-t-il ajouté.

Les sept syriens pris en charge, avaient été blessés samedi dans des affrontements entre les rebelles et les forces fidèles au régime du Président Assad, sur le côté syrien du Golan, dangereusement proche de la frontière nord d’Israël.

« Ils ont demandé de l’aide humanitaire » a déclaré Amos Gilad, un haut fonctionnaire du ministère de la défense, « et Israël a offert son assistance ».

Une porte-parole militaire israélienne a déclaré que les sept syriens en question ont reçu des soins près de la clôture de sécurité du nord le long de la frontière du Golan., après avoir atteint la frontière israélienne avec un plus grand groupe de réfugiés fuyant la violence en Syrie. Ils ont reçu un traitement préliminaire à la frontière après avoir déposé les armes. Ils ont été ensuite transférés à l’hôpital de Sieff à Safed dans des ambulances militaires, une première depuis le début des violences en Syrie.

Le directeur de l’hôpital, Oscar Embon, a déclaré que l’un des Syriens arrivé à l’hôpital dans un état critique, était maintenant dans un état grave. Les six autres sont maintenant hors de danger après avoir subi une intervention chirurgicale.

La Convention de 1951 des Nations Unies exige que « toute personne qui traverse une frontière internationale et croit que sa vie est en danger dans son pays d’origine doit avoir accès à une procédure d’asile » a déclaré dimanche, Sharon Harel, déléguée adjointe au Bureau du Haut-Commissariat à la protection pour les réfugiés en Israël.

La Syrie et Israël sont officiellement en état de guerre, et Assad a fréquemment affirmé qu’Israël est l’une des « forces étrangères » qu’il accuse d’être à l’origine des violences dans son pays

« La Convention et la loi israélienne interdisent au gouvernement de rapatrier les demandeurs d’asile par la force » a déclaré Harel « et ce, même si ce sont des citoyens d’un Etat ennemi, comme la Syrie ».



Aucun commentaire: